En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 16 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 42 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 38 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 6 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 10 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 6 heures 47 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 7 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 35 min
© Pixabay
La pauvreté altère le cerveau des enfants.
© Pixabay
La pauvreté altère le cerveau des enfants.
Mauvaises habitus

Comment la pauvreté altère le cerveau des enfants

Publié le 11 juin 2015
Une étude publiée dans la revue Nature Neuroscience met en lumière la corrélation existant entre niveau de pauvreté et développement du cerveau chez les enfants.
Directrice de recherche au CNRS, spécialisée en neurosciences.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suliann Ben Hamed
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directrice de recherche au CNRS, spécialisée en neurosciences.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée dans la revue Nature Neuroscience met en lumière la corrélation existant entre niveau de pauvreté et développement du cerveau chez les enfants.

Atlantico :  Comment ce lien est-il fait concrètement et quels sont les interactions en jeu?

Suliann Ben Hamed : Ce travail se base sur l’analyse statistique poussée d’une base de données pédiatriques qui regroupe, pour plus de 700 enfants âgés de trois à 20 ans, 1) les marqueurs socio-économique du foyer, c’est-à-dire le revenu des parents et leur niveau d’étude, 2) des images de très bonne qualité des cerveaux de ces enfants qui permettent de mesurer précisément la surface du cerveau, et 3) leur performance à une batterie de tests standardisés, mesurant différentes compétences cognitives. L’intérêt de ce travail, par rapport aux études antérieures, réside dans la taille de la base de donnée et la possibilité d’étudier l’influence d’une variable particulière, par exemple le revenu familial, sur une caractéristique donnée du cerveau, par exemple la surface du cerveau, indépendamment d’autres facteurs confondants, par exemple l’origine génétique, ou encore le niveau d’éducation des parents.

Les auteurs mettent en évidence trois faits remarquables. Tout d’abord, ils mettent en évidence une relation linéaire entre le niveau d’éducation des parents et la surface du cerveau, ce dès le plus jeune âge et jusqu’à la fin de l’adolescence. Ils montrent par ailleurs une relation logarithmique entre le revenu du foyer et la surface cérébrale. En d’autres termes, un incrément minime du revenu familial va avoir d’énormes répercussions sur le cerveau des enfants issus de milieux défavorisés, alors qu’il sera à très faibles conséquences chez les enfants issus de milieux plus favorisés. Enfin, les auteurs décrivent un lien de cause à effet entre l’augmentation de la surface du cerveau et l’augmentation des capacités exécutives des enfants en fonction du revenu familiale, c’est-à-dire, l’augmentation des capacités de planification, d’organisation, d’attention etc… En France, un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. Ces résultats devraient donc avoir une incidence directe sur les politiques sociales en rapport avec l’aide aux familles démunies.

 

>>>>>> A lire également :  1 enfant sur 5 en dessous du seuil de pauvreté en France : ce que l’on sait maintenant des véritables causes du phénomène

Les enfants seraient donc des victimes collatérales du stress ambiant dans lesquels leurs parents sont parfois contraints de vivre? Sur quelles zones du cerveau cela influe-t-il?

Les enfants sont donc effectivement les victimes collatérales des conditions de vie de leurs parents, qu’il s’agisse des conditions matérielles (manque d’hygiène, alimentation insuffisante ou de faible qualité, exposition à diverses sources de pollution, exposition à diverses sources de stress …). C’est leur développement cognitif qui s’en trouve entravé. Ceci a bien évidemment des conséquences sur leur propre vie, mais cela a également un coût sociétal réel, puisqu’il s’agit finalement de priver certains enfants d’atteindre leur potentiel réel. J’aimerais toutefois rappeler que l’étude citée ci-dessus repose sur des analyses statistiques. Rien n’est donc déterministe, et il est important de ne pas confondre tendances moyennes et parcours individuel. L’origine socio-économique d’un enfant ne détermine en rien sa trajectoire personnelle. Par ailleurs, le développement cérébral s’étendant sur plus d’une dizaine d’année, cette trajectoire individuelle peut être potentialisée par des actions ciblées.

 

 

Le niveau d’études des parents influe spécifiquement sur la surface de régions corticales temporales, pariétales, préfrontales et frontales impliquées dans le langage, la lecture, la planification, l’attention et le traitement de l’espace, ainsi que sur l’hippocampe gauche, une structure qui joue un rôle central dans la mémoire.

En revanche, le niveau du revenu familial influe sur la surface de régions partiellement différentes, du cortex temporal, frontal, insulaire, cingulaire et médiale, impliquées dans le langage et les fonctions exécutives (planification, d’organisation, d’attention).

 

Sont mis en cause des facteurs tels que le stress, le bruit, le surpeuplement, bref des mauvaises conditions de vies en général. Ce phénomène s’observe-t-il également in utero dans le cas de la femme enceinte ?

La base de données ne contient pas d’information concernant les enfants de moins de 3 ans. Toutefois, étant donnés les changements majeurs que subit le cerveau in utero, puis juste après la naissance, il est plus que probable que les observations rapportées par les auteurs puissent être extrapolées à ces périodes-là, au moins en ce qui concerne le revenu familial. Il existe en effet déjà des données qui lient pauvreté de la mère et faible poids de naissance des enfants. Toutes les conditions matérielles difficiles que va subir la mère (manque d’hygiène, alimentation insuffisante ou de faible qualité, exposition à diverses sources de pollution, exposition à diverses sources de stress …), vont se répercuter sur le développement du fœtus en général et son développement cérébral en particulier..

De manière générale, le fait d'être pauvre a-t-il des conséquences analogues sur la vie quotidienne? La pauvreté (et surtout les facteurs l'accompagnant : stress, prise de décision difficiles régulières, etc.) ne crée-t-elle pas une mentalité qui perpétue justement la pauvreté ?

Je ne me sens pas légitime pour répondre à cette question, qui dépasse largement le champ des neurosciences. Je reformulerais la question de façon différente, à savoir que nous apprend cette étude et quelle est son utilité sociétale ? L’étude citée ci-dessus repose sur des analyses statistiques. Rien n’est donc déterministe, et il est important de ne pas confondre tendances moyennes et parcours individuels. Ceci étant dit, l’étude nous apprend qu’en moyenne, le développement cortical est moins optimal dans les situations de très faible à faible revenu que dans les situations de moyen à haut revenu, et que cela va de pair avec de moins bonnes capacités de planification, d’organisation, d’attention, de spatialisation etc …

 

La réponse sociétale appropriée serait donc de créer les conditions de sortie d’un cercle vicieux trans-générationnel, permettant à tous les enfants de vivre ne serait-ce qu’au-dessus du seuil de pauvreté (je rappelle le chiffre : en France, un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté), et en assurant une mixité sociale pour que les enfants ne soient pas dépendant du niveau d’études de leurs parents.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 11/06/2015 - 16:18
Sniff, je ne savait pas qu'Atlantico ...
Reprenait les thèses de l'OBS, une nouvelle étude qui sera demain infirmer par une autres, il suffit de connaître l'Histoire de France, l'histoire de la science et des grands hommes pour se rendre compte que c'est une vaste con.....