En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Jeux d'enfants ?

Entre chamanisme et magie, le cirque est intemporel

Publié le 12 novembre 2011
Depuis le 4 novembre, le Cirque du Soleil présente son spectacle à l'île Seguin, dans le département des Hauts-de-Seine. Malgré un succès de plus en plus mitigé, le cirque conserve une part de magie et de simplicité qui le démarque d'un monde technologique "gadgétisé". Plaidoyer d'un amoureux du cirque...
Pascal Jacob est auteur et scénographeIl est aussi chargé de cours d’histoire du cirque à l’université Paris III, et directeur artistique du Festival Mondial du Cirque de Demain. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Jacob
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Jacob est auteur et scénographeIl est aussi chargé de cours d’histoire du cirque à l’université Paris III, et directeur artistique du Festival Mondial du Cirque de Demain. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le 4 novembre, le Cirque du Soleil présente son spectacle à l'île Seguin, dans le département des Hauts-de-Seine. Malgré un succès de plus en plus mitigé, le cirque conserve une part de magie et de simplicité qui le démarque d'un monde technologique "gadgétisé". Plaidoyer d'un amoureux du cirque...

A l’heure d’une mondialisation qui s’insère dans les interstices les moins attendus de nos sociétés occidentales, il est sans doute pertinent de s’interroger sur l’attrait que peuvent exercer les différentes formes de cirque. A la fois à l’échelle de la planète, mais également au strict niveau de l’hexagone, un territoire qui a contribué au développement du cirque moderne à partir de 1774, vu naître le Nouveau Cirque à l’aube des années 1980 et accompagné depuis quinze ans les mutations du cirque contemporain.

Force est de constater que les arts du cirque constituent un vivier créatif exceptionnel, et qu’à partir d’un répertoire de formes millénaires, l’acrobatie, l’équilibre ou la manipulation ne cessent de se transformer et de produire du sens, de l’émotion et une inépuisable fascination pour les mystères du corps et de l’esprit humains. Car c’est bien de cela dont il s’agit : le cirque est un puissant catalyseur de mémoire et un formidable vecteur d’énergie, une fabuleuse construction spectaculaire, inédite et intuitive, sensible et bouleversante…

L’immédiateté de la prouesse accomplie, sans artifice, évidente et inscrite dans une dramaturgie de l’exploit et du risque maîtrisé, inscrit le cirque dans une perspective inédite au regard d’autres formes vivantes. C’est cette fragilité, cette dimension aléatoire, qui attirent encore aujourd’hui des dizaines de millions de spectateurs autour des pistes d’un bord du monde à l’autre, et qui les incitent à y revenir, poussés par une conscience naturelle de l’attroupement, elle-même attisée par un désir ancestral de partage et d’éblouissement.

L’éclat du saut dans le vide, la virtuosité brute ou raffinée de la manipulation d’objets, l’élégance acérée de l’acrobatie sous toutes ses formes, l’intensité des rythmes et couleurs n’appartiennent pas exclusivement au cirque, mais participent de cette fascination populaire qu’il ne cesse de motiver à travers les siècles.

Dépositaire d’une partie de cet héritage, le Cirque du Soleil ne trahit rien des motivations initiales : les ombres qui s’étirent au fond de la caverne, générées par le premier feu, moteurs d’histoires fantastiques et seuil primitif de cohésion du clan, trouvent un écho stylistique dans le scintillement des projecteurs qui magnifient et transcendent les silhouettes offertes au cœur de l’aire de jeu. Le foyer central, la piste en l’occurrence, vide et semblable à un minuscule territoire préservé où s’avancent inlassablement de nouveaux héros avant qu’ils ne disparaissent à leur tour, est une puissante métaphore de l’existence et de ses enjeux vitaux. Qu’ils courent, glissent ou s’envolent, les acrobates, géants bienveillants ou lilliputiens suspendus à un bouquet de sphères translucides, réinventent à chaque saut le mystère des origines de l’humanité, cet instant où tout a basculé, où l’homme a découvert que sa force pouvait générer de la beauté et où le sacré s’est mêlé au profane pour inscrire la distorsion, l’humour et l’équilibre au rang des arts vivants.

Entre chamanisme et magie, les arts du cirque continuent de stigmatiser la quête ultime des hommes... ce désir de s’affranchir des contraintes du monde et de trouver le point d’équilibre parfait, juste au-dessus de l’abîme, franchi pas à pas par le funambule, métaphore d’un destin inscrit, mais où seuls le choix juste et la ténacité permettent de vaincre. Bien loin d’une simple féérie, mais sans pour autant la renier…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
porticcio
- 13/11/2011 - 06:19
(suite)
Quelques nombreuses années plus tard, le François que je suis resté a peut-être croisé rencontré quitté trop tôt une Mahaut qu’il n’a pas su reconnaître mais son amour du cirque de Radiguet l’accompagne toujours, c’était certainement sa vraie histoire d’amour.
porticcio
- 13/11/2011 - 06:15
Délicieuse anamnèse personnelle
La lecture vers mes quinze ans du "Bal du comte d’Orgel" a étonnement effacé tous mes souvenirs d’enfance des cirques enchantés.
Chez Médrano tout de suite Mahaut m’a ébloui et j’ai su qu’en plus des clowns et des jongleurs, dans les cirques s’y trouvaient aussi les plus belles "lianes sauvages".