En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 52 min 9 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 4 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 39 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 25 sec
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 46 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 13 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 56 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 59 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 22 heures 19 sec
Mesure radicale !

Un orchestre sans chef d'orchestre ? Une fausse bonne idée réservée aux petites formations...

Publié le 06 novembre 2011
De passage à Paris à la Salle Pleyel et à la Cité de la musique, la formation italienne Spira Mirabilis donnera un concert sans chef d'orchestre. Que penser des concerts "auto-gérés" ? Peut-on se passer d'un chef d'orchestre ? Le "maestro" Jean-Claude Casadesus nuance cette mesure un peu "forte"...
Jean-Claude Casadesus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Casadesus est chef d'orchestre et directeur de l'Orchestre national de Lille. Il a été l'élève de Pierre Dervaux et Pierre Boulez, et a été directeur musical du Châtelet, chef permanent à l’Opéra de Paris et à l’Opéra-Comique et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De passage à Paris à la Salle Pleyel et à la Cité de la musique, la formation italienne Spira Mirabilis donnera un concert sans chef d'orchestre. Que penser des concerts "auto-gérés" ? Peut-on se passer d'un chef d'orchestre ? Le "maestro" Jean-Claude Casadesus nuance cette mesure un peu "forte"...

Atlantico : En tant que chef d’orchestre, que pensez-vous de la formation Spira Mirabilis (formée en Italie il y a trois ans) qui jouera Beethoven ce week-end à Paris… sans chef d’orchestre. Existe-t-il des précédents ?

Jean-Claude Casadesus : Cette initiative est très sympathique. Mais elle n'a rien de nouveau. On peut citer Dissonances à Dijon, avec David Grimal qui le fait  actuellement…  Autrefois, déjà, il n’y avait pas de chef d’orchestre. Un violoniste donnait le signal du départ ou un claveciniste qui dirigeait de son clavecin, comme Mozart, Couperin ou Rameau l’ont fait.

Mais cela ne marche que pour des orchestres de 30 à 40 musiciens seulement. Et il y a toujours un leader responsable de l’ensemble… Certes, les symphonies de Beethoven, surtout la deuxième (celle que Spira Mirabilis présentera à Paris), ne sont pas très compliquées : les musiciens peuvent donc jouer avec leurs oreilles. 

En réalité, quelqu’un a le rôle de chef d’orchestre, même dans un orchestre sans chef. Sans lui, on ne peut pas mettre en route la machine musicale car la génération spontanée du mouvement n’existe pas. Quelqu’un donne le signal de départ. Cela peut être le premier violon, de son pupitre, ne serait-ce que pour annoncer les phrasées… Dans la musique de chambre, dans un trio, un quatuor ou un quintet, quelqu’un donne le départ et vous les voyez bouger ensemble, ils se regardent et, au fond, ils communiquent, parce qu’ils sont en petit nombre… Mozart, Mozart, Schubert : c’est possible, d’ailleurs c’était comme ça autrefois ! Mais à 100 musiciens, c’est impossible.

 

C’est là qu’apparaît le chef d’orchestre ?

Le chef d’orchestre est justement apparu avec l’agrandissement de l’orchestre et avec l’apparition de mesures irrationnelles – des mesures qui ne sont pas carré. Par exemple, si vous avez des mesures à cinq temps, à trois temps, à deux temps… l’orchestre seul ne marche plus au bout de cinq minutes car chaque musicien n’a pas la même conception de l’œuvre. Il faudrait des dizaines, voire des centaines d’heures, pour arriver à mettre en place sans chef d’orchestre des partitions contemporaines, par exemple, qui nécessitent une synchronisation exemplaire.

Le chef a une conception, une pensée du son et il est au service de la partition et du compositeur. Il va tenter de transmettre une pensée, qui doit devenir collective, à l’ensemble - tout en ayant la modestie de ne pas se sentir un démiurge dictateur mais un collègue pour ses musiciens. Sa fonction doit être de jouer entre les notes, de maîtriser les couleurs, de donner le rythme et de donner la vie. Car la musique est la manière la plus poétique de donner la vie. Et pour donner la vie, le chef est comme Gepetto qui anime Pinocchio pour lui donner le mouvement.

Si vous dîtes « trois, quatre » et que vous lancez une symphonie de Mozart, ça marche ! Mais pour lancer le Sacre du Printemps, l’orchestre s’arrête au bout de deux minutes car il ne peut pas jouer tout seul les mesures compliquées ! Les chefs d’orchestre que l’on connaît actuellement sont nés au XIXe siècle avec Hans von Bülow, l’un des premiers et qui fut le gendre de Wagner. Précisément parce que la musique de Wagner est impossible à jouer sans chef. A partir du moment où l’orchestre s’agrandit, cela a multiplié les risques de décalage… On ne peut pas jouer Ravel, Debussy ou Malher sans chef qui synchronise le volume et la masse !

 

Tout le monde peut-il se poster devant un orchestre ?

Oui. J’ai fait l’expérience en plaçant plusieurs volontaires à tour de rôle sur scène devant les musiciens. Plusieurs –parmi lesquels des musicologues, des ingénieurs, des commerciaux - ont voulu diriger et la meilleure a été… une petite fille de neuf ans. C’était incroyable. Les candidats ont été surpris par la lourdeur d’un grand orchestre. Si vous battez la même mesure, avec le même morceau et le même orchestre : ça ne sonne pas d’une même façon. La musique n’est pas du tout mécanique. C’est organique.

Tout le monde peut donner le premier temps, le plus dur est donner le second temps ! Puis, il faut faire des couleurs, des nuances qui passent du forte, de la douceur à la violence à la force. Un forte, par exemple n’est pas le même pour tout le monde et c’est le chef qui le dose et l’indique pour que tout le monde l'exécute ensemble.

 

Pensez-vous qu’en période de crise, on pourrait envisager de généraliser des orchestres « auto-gérés » pour économiser le si coûteux poste du chef d’orchestre ?

Mais on n’y arriverait pas ! Pas pour l’essentiel des œuvres en tout cas. La musique est impossible sans chef. La musique est le seul domaine où on ne peut pas voter le tempo ! C’est forcément quelqu’un qui décide ! 

 

Et si on remplaçait le chef d’orchestre par un métronome ?

Mais le métronome donne le mouvement mais il ne donne pas la vie ! C’est comme si vous disiez à quelqu’un que pour faire l’amour, il faut rentrer et sortir… Sans sensations, ça ne marche pas !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
GPS
- 07/11/2011 - 00:23
Gendre ?
Qualifier Hans von Bülow de “gendre de Richard Wagner” est assez amusant. En réalité, comme on sait, la femme de ce malheureux wagnérophile l'a purement et simplement plaqué pour épouser le Maître. Pauvre Hans von Bülow : il y a toutes sortes de mots pour désigner sa cruelle aventure. Mais “gendre” n'est pas le bon.
Tan
- 06/11/2011 - 19:10
Il faut toujours
quelqu'un pour maintenir le rythme, marquer les nuances. Si ce n'est pas un individu spécialement désigné, ce sera un membre du groupe, de préférence dans le registre des basses, que ce soit pour une petite formation ou un groupe de chanteurs. Laissé à lui même, le groupe dérive très vite et devient cacophonique. A force de beaucoup de travail, on y arrive, mais à que coût et sans certitude.
Lézard florissant
- 06/11/2011 - 12:23
Et le persimfans des années 20 ?
Un orchestre sans chef a existé en URSS, le Persimfans (Perviy Simfonicheskiy Ansambl bez Dirizhora - Premier ensemble symphonique sans chef). Les musiciens formaient un cercle, certains tournant le dos au public. Enormément de répétitions nécessaires ! L’expérience a duré 10 ans.

Merci, Maestro, de vos précisions !