En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

Comment l’imaginaire occidental a réinventé la Rome antique

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 6 heures 29 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 7 heures 12 sec
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 7 heures 53 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 12 heures 52 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 14 heures 39 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 14 heures 41 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 6 heures 42 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 7 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 8 heures 20 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 8 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 14 heures 42 min
© Reuters
Le nucléaire français connait une crise sans précédent.
© Reuters
Le nucléaire français connait une crise sans précédent.
Refonte

Le gouvernement au chevet du nucléaire français : derrière les clash politiques, une guerre d’ego qui a plombé la filière

Publié le 03 juin 2015
François Hollande, Manuel Valls et les ministres concernés vont tenter de sauver Areva. Derrière les difficultés du nucléaire français se cachent notamment la concurrence opposant Areva et EDF ainsi que la guerre d'ego entre leurs anciens chefs respectifs, Anne Lauvergeon et Henri Proglio.
Expert en industrie nucléaire, Bertrand Barré est l'ancien vice-président du conseil scientifique et technique Communauté européenne de l'énergie atomique et ancien président du Standing Advising Group on Nuclear Energy (SAGNE) à l'Agence...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Perez est journaliste d'investigation politique. Il a réalisé durant dix ans de nombreux reportages pour l'agence CAPA avant de devenir réalisateur indépendant en 2010.Il est par ailleurs l'auteur de l'enquête "Anne Lauvergeon...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Barré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Expert en industrie nucléaire, Bertrand Barré est l'ancien vice-président du conseil scientifique et technique Communauté européenne de l'énergie atomique et ancien président du Standing Advising Group on Nuclear Energy (SAGNE) à l'Agence...
Voir la bio
Jean-Louis Pérez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Perez est journaliste d'investigation politique. Il a réalisé durant dix ans de nombreux reportages pour l'agence CAPA avant de devenir réalisateur indépendant en 2010.Il est par ailleurs l'auteur de l'enquête "Anne Lauvergeon...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, Manuel Valls et les ministres concernés vont tenter de sauver Areva. Derrière les difficultés du nucléaire français se cachent notamment la concurrence opposant Areva et EDF ainsi que la guerre d'ego entre leurs anciens chefs respectifs, Anne Lauvergeon et Henri Proglio.

Areva et le nucléaire français connaissent une crise sans précédent : 4,8 milliards de perte l’an dernier pour le groupe tandis qu'il a annoncé en mai dernier la suppression de 3 000 à 4 00 postes. Aujourd'hui l’Elysée est au chevet du nucléaire Français, comment expliquer qu’on en soit arrivé là alors qu’il s’agissait d’un fleuron de la France ?

Bertrand Barré : La crise qui affecte AREVA vient d'une combinaison redoutable de facteurs internes et externes.  Commençons par l'intérieur, en balayant rapidement l'acquisition de UraMin : désastreuse aux prix d'aujourd'hui, cette acquisition minière s'est faite à une période où les cours très élevés de l'uranium pouvaient sembler la justifier.  Il faut aussi raison garder : la perte correspondante est très inférieure, par exemple,  à la plus-value réalisée par AREVA lors de la revente forcée de sa Division T&D (Transmission et Distribution).

Le facteur principal est évidemment le contrat de fourniture d'une centrale nucléaire EPR à la Finlande. Construire un prototype dans un pays dont on ne comprend pas la langue, dont on ne connait pas le réseau de sous-traitants ni les méthodes des autorités de sûreté, alors qu'AREVA n'avait jamais exercé les métiers d'architecte-ensemblier et maître d'œuvre principal d'un grand chantier, s'est révélé dépasser très largement les risques commerciaux envisagés à l'époque pour acquérir une référence internationale. AREVA a sans doute aussi surestimé les capacités de son partenaire Siemens. L'histoire aurait sans doute été différente si la première commande EPR avait été française...

Mais il est un troisième facteur rarement évoqué dans les média.  AREVA a investi largement dans la nécessaire modernisation de son outil industriel : construction de l'usine d'enrichissement Georges Besse 2 en remplacement d'Eurodif, jouvence complète des usines de conversion de Malvézi et Pierrelatte, augmentation des capacités de forgeage.  A ce nécessaire programme d'investissement, l'Etat actionnaire n'a pas contribué, comme il aurait dû le faire ! Je ne commente pas la diversification dans les énergies renouvelables qui a coûté assez cher.

Tous ces facteurs n'auraient pas expliqué l'ampleur de la crise sans les conséquences de l'accident de Fukushima : disparition temporaire des gros clients japonais, fin des espoirs de redémarrage d'un gros programme nucléaire en Italie, sans parler de la mise sur étagère de l'EPR américain, due à l'irruption du gaz de schiste !

Jean-Louis Pérez : La principale responsable de la mauvaise situation d’Areva aujourd’hui c’est Anne Lauvergeon, tout simplement parce qu’elle l’a dirigé pendant 10 ans (2001-2011). Elle a créé cette entreprise au sens où elle a ressemblé plusieurs entités qui formaient auparavant le nucléaire français à savoir la Cogema, Framatome et une partie du CEA Industrie. Cette fusion avait pour objectif de faire ce qu’elle a appelé le « modèle intégré » ; c‘est à dire une entreprise qui propose des offres au client allant de l’extraction d’uranium au traitement des déchets en passant par la fabrication des réacteurs. C’est avec ce concept qu’Anne Lauvergeon a fondé la marque Areva qui a compté jusqu’à 75 000 salariés. Sur le papier au départ, c’était une bonne idée. D’ailleurs, il faut rappeler qu’elle était considérée à sa prise de fonction comme compétente. Passée par l’Ecole des mines, elle avait un vrai profil d’ingénieur.  Mais il y a eu ensuite une série d’erreurs qui ont été commises et qui sont dues à la personnalité de l’ancienne patronne d’Areva.

La première a été de vouloir fabriquer des centrales nucléaires. Or en France il y a un constructeur historique qui est EDF. En l’occurrence Electricité de France a un vrai savoir-faire en termes de construction de centrales que n’avait pas Areva au début. Areva fournissait des réacteurs et de l’uranium qu’il retraitait mais ne construisant pas de centrales. Et sous l’impulsion d’Anne Lauvergeon, Areva a voulu en concevoir. C’est pour cela qu’Areva est allé vendre une centrale nucléaire de type EPR en Finlande à Olkiluoto en 2003. Mais cette opération s’avère être une catastrophe financière parce que le chantier a pris beaucoup de retard. Et les pertes se comptent en milliards pour Areva. Sur ce point l’erreur est simple : Areva a voulu y aller tout seul et construire des centrales sans EDF. Quand on voit par ailleurs qu’en France l’EPR de Flamanville construit par EDF prend aussi beaucoup de retard, on se dit qu’il y a aussi un problème sur le réacteur ultrasécurisé pensé par Areva qui s’avère être une catastrophe financière. Il s’agit là d’erreurs industrielles.

Peut-on parler d’une guerre d’égo entre les patrons d’Areva et d’EDF ? En quoi les relations entre Anne Lauvergeon et Henri Proglio ont-elles eu un impact sur la bonne santé du nucléaire Français ?

Bertrand Barré : Les relations entre EDF et AREVA n'étaient déjà pas bonnes du temps du prédécesseur d'Henri Proglio. Son refus de participer à l'offre aux Emirats Arabes Unis est sans doute la raison principale, pas la seule, de l'échec de celle-ci. Mais il est sûr que la déclaration de guerre du nouveau président d'EDF lors de sa prise de fonction n'a rien arrangé. Cette guerre fratricide a vraiment été déplorable : on peut le voir "en négatif" dans les succès remportés en Chine et - je croise les doigts - au Royaume Uni, quand EDF et AREVA ont su coopérer.

Jean-Louis Pérez : Il y a eu un combat entre des personnalités très affirmées, avides de pouvoir, et les conséquences de cette guerre d’ego se sont manifestées sur le plan international. Le marché français est saturé au niveau des centrales donc la croissance du secteur est lié aux exportations que ce soit en Chine ou dans les pays du Golfe qui sont déjà dans l’après-pétrole. L’erreur d’Areva a été de vouloir concurrencer EDF à l’export. Là encore c’est en partie lié à la personnalité d’Anne Lauvergeon et à celle d’Henri Proglio qui avait aussi un certain ego. Ces deux-là ne se sont pas du tout entendu tout comme l’ex-patronne d’Areva ne s’entendait déjà pas non plus avec Pierre Gadonneix, le prédécesseur de Proglio chez EDF. Le problème c’est que cette concurrence à l’export n’a pas du tout plu aux clients.

A quel moment cette guerre d’ego a-t-elle pu avoir des conséquences sur les intérêts de la filière française du nucléaire ?

Jean-Louis Pérez : On peut citer en 2009 l’affaire d’Abu Dhabi où Anne Lauvergeon et Pierre Gadonneix se sont tirés la bourre. Ils refusaient de travailler ensemble. C’est assez grave à ce niveau de capitaine d’industrie de se retrouver dans une situation où deux entreprises françaises, avec des milliers d’emplois en jeu, ne coopèrent pas simplement parce qu’ils ne veulent pas se voir. Au final à Abu Dhabi, la France a laissé filer un contrat de 20 milliards d’euros que les Coréens ont récupéré. Les Emirats Arabes Unis n’étaient pas contre acheter Français, bien au contraire, mais ils voulaient qu’EDF soit le chef d’équipe et qu’Areva fournisse le matériel. Les Français n’ont jamais réussi à s’entendre entre eux, ce qui a donné un spectacle abominable aux Emiriens et fait perdre le contrat aux Français. En conclusion cette erreur est liée à l’égo d’Anne Lauvergeon qui a gonflé petit à petit. Il faut dire que le niveau de pouvoir quand on dirige le nucléaire français c’est un niveau de chef d’Etat. Et au fur et à mesure elle s’est perdue et elle s’est crue plus forte que tout le monde donc elle s’est dit qu’elle allait devenir avec son entreprise plus forte qu’EDF. Et cette stratégie a fait beaucoup de mal au nucléaire français. Entre Henri Proglio et Anne Lauvergeon c’était la guerre. Dans cette situation, on s’est éloigné de l’intérêt général, de l’intérêt des salariés mais aussi de l’intérêt de la société française.

Il ne faut pas oublier dans les difficultés que connait Areva aujourd’hui l’effet Fukushima ou encore l’affaire de l’achat d’UraMin, cette société qui possédait trois gisements d’uranium en Afrique du Sud en Namibie et en République centrafricaine. Anne Lauvergeon a décidé de dépenser 3 milliards d’euros entre l’achat et les investissements réalisés dans ces mines et finalement il s’avère que celles-ci ne contiennent au final pas beaucoup d’uranium. La perte nette est estimée à 4,9 milliards d’euros. Cette affaire a fait beaucoup de mal à Areva.

En termes de stratégie de développement de la filière nucléaire français, quelles décisions des dirigeants se sont révélées mauvaises ?

Bertrand Barré : Je crois d'abord que la création d'AREVA par Anne Lauvergeon était une excellente chose.  Face à des concurrents géants comme Rosatom, General Electric ou Toshiba, il fallait à l'industrie nucléaire française un facteur de différenciation : la possibilité d'offrir simultanément des services dans les domaines des réacteurs et du cycle de combustible. Mais il est clair que le métier dont AREVA a hérité de Framatome est la conception et la réalisation d'un îlot nucléaire, ce qui ne constitue qu'une partie d'une centrale.  Le reste de la centrale, c'était EDF. Cette formule a permis le succès du programme français mais aussi des exportations en Afrique du Sud, Corée du Sud et Chine.

Au début du siècle, la configuration des deux entreprises avait changé : chacune réalisait plus de la moitié de son chiffre d'affaires hors de France. C'est la mauvaise gestion de cette configuration nouvelle, vécue, sans doute à tort, comme une concurrence, qui me semble la raison principale de nos problèmes actuels. Le programme nucléaire français reste un atout essentiel de notre politique énergétique et AREVA reste un fleuron industriel envié internationalement : espérons que l'Etat, actionnaire principal d'EDF et d'AREVA jouera bien son rôle d'Etat et son rôle d'actionnaire !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

Comment l’imaginaire occidental a réinventé la Rome antique

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 03/06/2015 - 16:37
Voilà le résultat de sociétés gérées par des politiques de gauch
incompétents. Une gestion politique et idéologique de gauche et c'est la faillite assurée. Pour eux ce n'est pas un problème le contribuable sera la pour payer la facture. Dans le cas d'Areva c'est EDF qui paiera, donc l'usager via sa facture d'électricité. Quand je vois que certains voudraient la nationalisation des autoroutes, ils oublient que quand ces sociétés étaient gérées par des fonctionnaires elles perdaient de l'argent et n'investissaient pas. Gérées par le privé elle font du bénéfice, investissent dans de nouveaux tronçons, et on crie au scandale alors que l'état, comme sur le carburant se sert copieusement en taxes diverses et en impôt sur les sociétés soit plus de 50% du péage. ( les tarifs sont imposés par l'état)
Pourquoi-pas31
- 03/06/2015 - 11:50
Gageons que pour faire plaisir aux ecologistes
nos gouvernants vont vendre l'ensemble à la Chine.
Ils n'ont qu'une chose à faire, c'est nommer un patron commun aux deux entreprises, mais surtout pas un énarque. Et lui allonger une enveloppe de 5 milliards pour faire le nécessaire.