En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 38 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 15 heures 14 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 26 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 26 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 18 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 18 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 12 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 18 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 55 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 17 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 23 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 19 heures 53 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 19 min
© Reuters
Le nucléaire français connait une crise sans précédent.
© Reuters
Le nucléaire français connait une crise sans précédent.
Refonte

Le gouvernement au chevet du nucléaire français : derrière les clash politiques, une guerre d’ego qui a plombé la filière

Publié le 03 juin 2015
François Hollande, Manuel Valls et les ministres concernés vont tenter de sauver Areva. Derrière les difficultés du nucléaire français se cachent notamment la concurrence opposant Areva et EDF ainsi que la guerre d'ego entre leurs anciens chefs respectifs, Anne Lauvergeon et Henri Proglio.
Bertrand Barré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Expert en industrie nucléaire, Bertrand Barré est l'ancien vice-président du conseil scientifique et technique Communauté européenne de l'énergie atomique et ancien président du Standing Advising Group on Nuclear Energy (SAGNE) à l'Agence...
Voir la bio
Jean-Louis Pérez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Perez est journaliste d'investigation politique. Il a réalisé durant dix ans de nombreux reportages pour l'agence CAPA avant de devenir réalisateur indépendant en 2010.Il est par ailleurs l'auteur de l'enquête "Anne Lauvergeon...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, Manuel Valls et les ministres concernés vont tenter de sauver Areva. Derrière les difficultés du nucléaire français se cachent notamment la concurrence opposant Areva et EDF ainsi que la guerre d'ego entre leurs anciens chefs respectifs, Anne Lauvergeon et Henri Proglio.

Areva et le nucléaire français connaissent une crise sans précédent : 4,8 milliards de perte l’an dernier pour le groupe tandis qu'il a annoncé en mai dernier la suppression de 3 000 à 4 00 postes. Aujourd'hui l’Elysée est au chevet du nucléaire Français, comment expliquer qu’on en soit arrivé là alors qu’il s’agissait d’un fleuron de la France ?

Bertrand Barré : La crise qui affecte AREVA vient d'une combinaison redoutable de facteurs internes et externes.  Commençons par l'intérieur, en balayant rapidement l'acquisition de UraMin : désastreuse aux prix d'aujourd'hui, cette acquisition minière s'est faite à une période où les cours très élevés de l'uranium pouvaient sembler la justifier.  Il faut aussi raison garder : la perte correspondante est très inférieure, par exemple,  à la plus-value réalisée par AREVA lors de la revente forcée de sa Division T&D (Transmission et Distribution).

Le facteur principal est évidemment le contrat de fourniture d'une centrale nucléaire EPR à la Finlande. Construire un prototype dans un pays dont on ne comprend pas la langue, dont on ne connait pas le réseau de sous-traitants ni les méthodes des autorités de sûreté, alors qu'AREVA n'avait jamais exercé les métiers d'architecte-ensemblier et maître d'œuvre principal d'un grand chantier, s'est révélé dépasser très largement les risques commerciaux envisagés à l'époque pour acquérir une référence internationale. AREVA a sans doute aussi surestimé les capacités de son partenaire Siemens. L'histoire aurait sans doute été différente si la première commande EPR avait été française...

Mais il est un troisième facteur rarement évoqué dans les média.  AREVA a investi largement dans la nécessaire modernisation de son outil industriel : construction de l'usine d'enrichissement Georges Besse 2 en remplacement d'Eurodif, jouvence complète des usines de conversion de Malvézi et Pierrelatte, augmentation des capacités de forgeage.  A ce nécessaire programme d'investissement, l'Etat actionnaire n'a pas contribué, comme il aurait dû le faire ! Je ne commente pas la diversification dans les énergies renouvelables qui a coûté assez cher.

Tous ces facteurs n'auraient pas expliqué l'ampleur de la crise sans les conséquences de l'accident de Fukushima : disparition temporaire des gros clients japonais, fin des espoirs de redémarrage d'un gros programme nucléaire en Italie, sans parler de la mise sur étagère de l'EPR américain, due à l'irruption du gaz de schiste !

Jean-Louis Pérez : La principale responsable de la mauvaise situation d’Areva aujourd’hui c’est Anne Lauvergeon, tout simplement parce qu’elle l’a dirigé pendant 10 ans (2001-2011). Elle a créé cette entreprise au sens où elle a ressemblé plusieurs entités qui formaient auparavant le nucléaire français à savoir la Cogema, Framatome et une partie du CEA Industrie. Cette fusion avait pour objectif de faire ce qu’elle a appelé le « modèle intégré » ; c‘est à dire une entreprise qui propose des offres au client allant de l’extraction d’uranium au traitement des déchets en passant par la fabrication des réacteurs. C’est avec ce concept qu’Anne Lauvergeon a fondé la marque Areva qui a compté jusqu’à 75 000 salariés. Sur le papier au départ, c’était une bonne idée. D’ailleurs, il faut rappeler qu’elle était considérée à sa prise de fonction comme compétente. Passée par l’Ecole des mines, elle avait un vrai profil d’ingénieur.  Mais il y a eu ensuite une série d’erreurs qui ont été commises et qui sont dues à la personnalité de l’ancienne patronne d’Areva.

La première a été de vouloir fabriquer des centrales nucléaires. Or en France il y a un constructeur historique qui est EDF. En l’occurrence Electricité de France a un vrai savoir-faire en termes de construction de centrales que n’avait pas Areva au début. Areva fournissait des réacteurs et de l’uranium qu’il retraitait mais ne construisant pas de centrales. Et sous l’impulsion d’Anne Lauvergeon, Areva a voulu en concevoir. C’est pour cela qu’Areva est allé vendre une centrale nucléaire de type EPR en Finlande à Olkiluoto en 2003. Mais cette opération s’avère être une catastrophe financière parce que le chantier a pris beaucoup de retard. Et les pertes se comptent en milliards pour Areva. Sur ce point l’erreur est simple : Areva a voulu y aller tout seul et construire des centrales sans EDF. Quand on voit par ailleurs qu’en France l’EPR de Flamanville construit par EDF prend aussi beaucoup de retard, on se dit qu’il y a aussi un problème sur le réacteur ultrasécurisé pensé par Areva qui s’avère être une catastrophe financière. Il s’agit là d’erreurs industrielles.

Peut-on parler d’une guerre d’égo entre les patrons d’Areva et d’EDF ? En quoi les relations entre Anne Lauvergeon et Henri Proglio ont-elles eu un impact sur la bonne santé du nucléaire Français ?

Bertrand Barré : Les relations entre EDF et AREVA n'étaient déjà pas bonnes du temps du prédécesseur d'Henri Proglio. Son refus de participer à l'offre aux Emirats Arabes Unis est sans doute la raison principale, pas la seule, de l'échec de celle-ci. Mais il est sûr que la déclaration de guerre du nouveau président d'EDF lors de sa prise de fonction n'a rien arrangé. Cette guerre fratricide a vraiment été déplorable : on peut le voir "en négatif" dans les succès remportés en Chine et - je croise les doigts - au Royaume Uni, quand EDF et AREVA ont su coopérer.

Jean-Louis Pérez : Il y a eu un combat entre des personnalités très affirmées, avides de pouvoir, et les conséquences de cette guerre d’ego se sont manifestées sur le plan international. Le marché français est saturé au niveau des centrales donc la croissance du secteur est lié aux exportations que ce soit en Chine ou dans les pays du Golfe qui sont déjà dans l’après-pétrole. L’erreur d’Areva a été de vouloir concurrencer EDF à l’export. Là encore c’est en partie lié à la personnalité d’Anne Lauvergeon et à celle d’Henri Proglio qui avait aussi un certain ego. Ces deux-là ne se sont pas du tout entendu tout comme l’ex-patronne d’Areva ne s’entendait déjà pas non plus avec Pierre Gadonneix, le prédécesseur de Proglio chez EDF. Le problème c’est que cette concurrence à l’export n’a pas du tout plu aux clients.

A quel moment cette guerre d’ego a-t-elle pu avoir des conséquences sur les intérêts de la filière française du nucléaire ?

Jean-Louis Pérez : On peut citer en 2009 l’affaire d’Abu Dhabi où Anne Lauvergeon et Pierre Gadonneix se sont tirés la bourre. Ils refusaient de travailler ensemble. C’est assez grave à ce niveau de capitaine d’industrie de se retrouver dans une situation où deux entreprises françaises, avec des milliers d’emplois en jeu, ne coopèrent pas simplement parce qu’ils ne veulent pas se voir. Au final à Abu Dhabi, la France a laissé filer un contrat de 20 milliards d’euros que les Coréens ont récupéré. Les Emirats Arabes Unis n’étaient pas contre acheter Français, bien au contraire, mais ils voulaient qu’EDF soit le chef d’équipe et qu’Areva fournisse le matériel. Les Français n’ont jamais réussi à s’entendre entre eux, ce qui a donné un spectacle abominable aux Emiriens et fait perdre le contrat aux Français. En conclusion cette erreur est liée à l’égo d’Anne Lauvergeon qui a gonflé petit à petit. Il faut dire que le niveau de pouvoir quand on dirige le nucléaire français c’est un niveau de chef d’Etat. Et au fur et à mesure elle s’est perdue et elle s’est crue plus forte que tout le monde donc elle s’est dit qu’elle allait devenir avec son entreprise plus forte qu’EDF. Et cette stratégie a fait beaucoup de mal au nucléaire français. Entre Henri Proglio et Anne Lauvergeon c’était la guerre. Dans cette situation, on s’est éloigné de l’intérêt général, de l’intérêt des salariés mais aussi de l’intérêt de la société française.

Il ne faut pas oublier dans les difficultés que connait Areva aujourd’hui l’effet Fukushima ou encore l’affaire de l’achat d’UraMin, cette société qui possédait trois gisements d’uranium en Afrique du Sud en Namibie et en République centrafricaine. Anne Lauvergeon a décidé de dépenser 3 milliards d’euros entre l’achat et les investissements réalisés dans ces mines et finalement il s’avère que celles-ci ne contiennent au final pas beaucoup d’uranium. La perte nette est estimée à 4,9 milliards d’euros. Cette affaire a fait beaucoup de mal à Areva.

En termes de stratégie de développement de la filière nucléaire français, quelles décisions des dirigeants se sont révélées mauvaises ?

Bertrand Barré : Je crois d'abord que la création d'AREVA par Anne Lauvergeon était une excellente chose.  Face à des concurrents géants comme Rosatom, General Electric ou Toshiba, il fallait à l'industrie nucléaire française un facteur de différenciation : la possibilité d'offrir simultanément des services dans les domaines des réacteurs et du cycle de combustible. Mais il est clair que le métier dont AREVA a hérité de Framatome est la conception et la réalisation d'un îlot nucléaire, ce qui ne constitue qu'une partie d'une centrale.  Le reste de la centrale, c'était EDF. Cette formule a permis le succès du programme français mais aussi des exportations en Afrique du Sud, Corée du Sud et Chine.

Au début du siècle, la configuration des deux entreprises avait changé : chacune réalisait plus de la moitié de son chiffre d'affaires hors de France. C'est la mauvaise gestion de cette configuration nouvelle, vécue, sans doute à tort, comme une concurrence, qui me semble la raison principale de nos problèmes actuels. Le programme nucléaire français reste un atout essentiel de notre politique énergétique et AREVA reste un fleuron industriel envié internationalement : espérons que l'Etat, actionnaire principal d'EDF et d'AREVA jouera bien son rôle d'Etat et son rôle d'actionnaire !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 03/06/2015 - 16:37
Voilà le résultat de sociétés gérées par des politiques de gauch
incompétents. Une gestion politique et idéologique de gauche et c'est la faillite assurée. Pour eux ce n'est pas un problème le contribuable sera la pour payer la facture. Dans le cas d'Areva c'est EDF qui paiera, donc l'usager via sa facture d'électricité. Quand je vois que certains voudraient la nationalisation des autoroutes, ils oublient que quand ces sociétés étaient gérées par des fonctionnaires elles perdaient de l'argent et n'investissaient pas. Gérées par le privé elle font du bénéfice, investissent dans de nouveaux tronçons, et on crie au scandale alors que l'état, comme sur le carburant se sert copieusement en taxes diverses et en impôt sur les sociétés soit plus de 50% du péage. ( les tarifs sont imposés par l'état)
Pourquoi-pas31
- 03/06/2015 - 11:50
Gageons que pour faire plaisir aux ecologistes
nos gouvernants vont vendre l'ensemble à la Chine.
Ils n'ont qu'une chose à faire, c'est nommer un patron commun aux deux entreprises, mais surtout pas un énarque. Et lui allonger une enveloppe de 5 milliards pour faire le nécessaire.