En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 20 min 13 sec
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 1 heure 30 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 2 heures 19 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 2 heures 48 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 18 heures 50 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 23 heures 4 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 1 heure 44 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 2 heures 10 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 2 heures 18 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 3 heures 2 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 22 heures 51 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 38 min
G20 de Cannes

Les paradis fiscaux ne sont plus ce qu'ils étaient

Publié le 05 novembre 2011
"Nous ne voulons plus de paradis fiscaux" : Nicolas Sarkozy a été clair en conclusion du G20 de Cannes. Retour sur les progrès réalisés en la matière, ces dernières années.
François d'Aubert est Magistrat à la Cour des comptes.Ancien député UMP.Président de la Cité des Sciences et de l'Industrie, il est élu en septembre 2009 secrétaire du Peer Review Group du Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François d'Aubert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François d'Aubert est Magistrat à la Cour des comptes.Ancien député UMP.Président de la Cité des Sciences et de l'Industrie, il est élu en septembre 2009 secrétaire du Peer Review Group du Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Nous ne voulons plus de paradis fiscaux" : Nicolas Sarkozy a été clair en conclusion du G20 de Cannes. Retour sur les progrès réalisés en la matière, ces dernières années.

La lutte contre les paradis fiscaux a été inscrite par le G20 de Londres d'avril 2009 comme une priorité. La France, avec l'Allemagne, a joué un rôle déterminant pour que ce sujet ultra sensible aux enjeux financiers considérables reste à l'agenda du G2O, avec un premier bilan  présenté à Cannes des actions menées pour davantage de transparence et de coopération en matière d'échange de renseignement, ceci sur des problématiques liées à la crise et d'autres, montées en puissance dans les années de folie financière précédent la crise.

Paradis fiscaux : des milliards de recettes perdues pour les États

Face à l'ampleur des déficits budgétaires des grands pays, l'"optimisation" comme l'évasion et la fraude fiscales représentent des milliards de recettes perdues pour les Etats, au travers de capitaux non déclarés transférés sur des comptes ouverts dans d'opaques structures offshore. Cette situation pose aussi une question d'équité par rapport à toux ceux qui, eux, paient des impôts ; injustice d'autant plus flagrante que ce sont les plus aisés - en jargon bancaire les "HNWI"(Heigh Net Worth Individuals/plus de 1 millions de $ d'actifs financiers, environ 12 millions de personnes dans le monde) - qui sont les principaux utilisateurs de paradis fiscaux. Soulignons l'actualité brulante de ce problème, symbolisé par les armateurs grecs dont les capitaux en Suisse évalués entre 24 et 240 mrds d'euros échappent à l'impôt. Idem pour les multinationales qui réussisent grâce à des montages sophistiqués et des prix de transfert souvent manipulés, en profitant des différences de législations fiscales, à échapper dans de larges proportions à l'impôt sur les sociétés ou sur les plus values, alors que la plupart des PME n'en ont pas les moyens. Le problème n'est d'ailleurs pas spécifiquement français, il est aussi américain, allemand, italien…

Lutte contre les paradis fiscaux : quels résultats ?

Depuis deux ans, des actions concrètes ont été engagées avec des résultats probants dans la lutte contre cette opacité juridique, comptable et bancaire qui facilite ces pratiques : la coopération entre administrations fiscales en matière d'échange de renseignements a progressé à grands pas avec des modifications importantes dans les législations nationales et surtout avec de nouvelles conventions bilatérales respectant les standards de l'OCDE : plus de 700 ont été signées avec des pays qualifiés récemment encore de paradis fiscaux ou de juridictions non coopératives. Celles-ci permettent en particulier d'identifier les propriétaires et bénéficiaires réels de structures offshore type trusts ou limited liabilitiy companies.

Même dans de grands centres financiers offshore, comme la Suisse ou Singapour, le secret bancaire recule : ainsi disparaissent les principaux obstacles juridiques qui entravaient la levée du secret bancaire pour raisons fiscales. A été aussi mis en place par le Forum Fiscal Mondial un dispositif permanent d'évaluation des législations anti-opacité  et de la coopération fiscale entre les 105 pays membres du Forum, lequel apprécie également l'effectivité de la coopération. 59 pays ont été déjà évalués et pour certains d'entre eux appelés avec insistance, 400 recommandations ont été émises publiquement pour démanteler des dispositifs encore trop opaques. Une dizaine de pays ont été recalés après examen approfondi et ne pourront être notés qu'après amendement de leurs législations ou de conventions d'échanges de renseignements non conformes.

Sur le front du blanchiment d'argent sale (drogue, corruption, contrefaçon, soit plus de 600 mrds $ de "chiffre d'affaires" illicites par an) - dont les paradis fiscaux et les centres financiers offshore sont les pricipaux supports - la lutte s'est également durcie avec la mise à jour permanente de listes grises et noires de pays ne respectant pas les recommandations du Groupe d'action financière (GAFI), appuyée par des sanctions financières de plusieurs dizaines de millions $ visant en particulier banques et  établissements financiers ne respectant non conformes.

Le "shadow banking" en question

Dernier front, celui du "Shadow Banking" ou banque  de l'ombre, c'est-à-dire toute une série de transactions, de produits et d'entités financières portés par des territoires non coopératifs, pesant aussi lourd que les transactions bancaires classiques, mais échappant pour une large part aux régulations prudentielles : la crise prouve tous les jours les risques qu'ils font courir aux investisseurs et surtout aux contribuables chargés bien malgré eux de payer les pots cassés. Les nouvelles régulations qui se mettent en place devront-elles aussi être respectées par les pays aujourd'hui récalcitrants.

La lutte contre les paradis fiscaux et les juridictions non coopératives requièrent un engagement permanent  des Etats, l'élimination des structures juridiques opaques et une coopération très forte des Etats à tous les niveaux, mais d'abord au plan européen ; des changements de comportements des nombreux acteurs impliqués dans ces opérations d'évitement, de fraude et de blanchiment sont également nécessaires : sans doute ont-ils plus conscience aujourd'hui qu'hier, au vu des mécanismes d'échanges de renseignements mis en place et des sanctions qui les accompagnent, que ces pratiques font courir des risques, non seulement au système financier, mais aussi aux investisseurs et à ceux qui sont tentés d'utiliser les juridictions non coopératives pour frauder ou blanchir de l'argent sale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
caod4444
- 06/11/2011 - 21:45
Encore un Haut fonctionnaire qui ne sait pas comment ça se passe
Ou qui nous prend pour des imbéciles, ou les deux...

Effectivement bcp de "paradis fiscaux" sont sous l'autorité UK et US, bizarre bref on va encore se couper quelques bras et se tirer qques balles dans le pied sur ordre des anglo saxons. Nous sommes gouvernés par les USA ...
Demystificateur
- 06/11/2011 - 11:07
Heureusement avec Hollande et les socialistes
les paradis fiscaux n'existeront plus !!!
Il n'y aura plus de voitures de fonction pour les ministres qui viendront à l'Elysée en vélibs....imposés par Delanoé ministre des transports...
Nous attendons avec impatience les '' mous '' les flambys '' les yakas faucons '' pour rigoler un peu !!
Déjà rien que de savoir qu'Harlem Désir serait le ministre de l'intérieur c'est désopilant !!

Eric-06
- 05/11/2011 - 23:51
Esbrouffe et nuage de fumée
Et pour Hong Kong, Singapour et le Delaware notre conducator à prévu quoi?
Le "Charles de Gaulle" devant Hong Kong et le "Triomphant", le "Bouleversant", et le "Ridicule" devant Dover au Delaware?

Et pendant ce temps toujours plus de voitures de fonction avec chauffeurs dans les conseils généraux/régionaux, de coaching d'images pour ministres, de pantouflages pour amis etc, etc, etc...