En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

06.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

07.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La clé de la réussite pour une stratégie efficace face à la radicalisation : la nécessité de lutter contre la source du recrutement djihadiste

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 11 heures 7 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 13 heures 5 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 23 heures 35 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 1 jour 1 heure
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 9 heures 45 min
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 10 heures 42 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 23 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 23 heures 46 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 1 jour 5 heures
"A la guerre comme à la guerre !", d'Aleksandar Gatalica. Ed. Belfond. 535 pages. 22.50 €.
"A la guerre comme à la guerre !", d'Aleksandar Gatalica. Ed. Belfond. 535 pages. 22.50 €.
Atlanti-culture

"A la guerre comme à la guerre !" : un superbe roman qui mérite que l'on s'accroche

Publié le 02 juin 2015
D'une lecture parfois difficile, le roman historique de Gatalica est superbement original, délirant et magnifiquement écrit. Vaut vraiment le détour.
Isabelle De Laroque Latour est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle De Larocque Latour pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle De Laroque Latour est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'une lecture parfois difficile, le roman historique de Gatalica est superbement original, délirant et magnifiquement écrit. Vaut vraiment le détour.

L’auteur

Né en 1954 à Belgrade, Aleksandar Gatalica a traduit de nombreux auteurs grecs classiques (Eschyle, Sophocle, Euripide…). Il a publié six romans dont celui-ci (Veliki Rat, initialement intitulé La Grande Guerre, sans doute pour éviter l’amalgame avec le livre de Tomi Ungerer) est le premier à paraître en français et lui a valu le prestigieux prix NIN Literary Awards, sorte de prix Goncourt local, en 2012. Il est aussi critique musical, producteur à la radio nationale serbe et dirige aujourd’hui la Fondation de la Bibliothèque Nationale de Serbie.

Thème

La Grande Guerre, de l’attentat de Sarajevo à l’armistice, et l’écroulement de la Belle Epoque à travers les destins de quatre-vingt personnages réels ou fictifs. Leurs histoires, héroïques ou cocasses, cernées des phrases récurrentes ("Pour lui, la grande guerre commença par… Pour lui la Grande Guerre se termina lorsque…")  débouchent sur la mort, l’exil ou le déclin.

Les rois, les empereurs, les généraux, les savants, les médecins, les artistes côtoient les espions, les psychanalystes, les occultistes, les cocottes, les bistrotiers…

Le récit est ponctué de rêves prémonitoires, d’hallucinations, de brefs sauts dans le temps. Il évoque aussi bien les tranchées, les combats, les blessés, les traités, que les amourettes, les beuveries, le quotidien des petites gens. Apollinaire et Breton inventent le surréalisme, Lénine et Hitler sont encore jeunes. Le criminologue Archibald Reis qui "espère toujours que le monde à venir sera plus juste que l’ancien" sait bien au fond "qu’aucune épreuve, aucun désastre n’a eu le pouvoir de produire le moindre changement dans l’âme humaine".

Points forts

1- Ce roman-choral horizontal est beaucoup plus classique dans sa composition que le "Confiteor" de Jaume Cabré auquel on a voulu le comparer (roman-corolle vertical qui transcende les siècles et les contrées, parfois dans une même phrase, par petites touches subtiles dont se dégage peu à peu l’histoire d’un violon d’exception révélée à un surdoué qui perd progressivement la mémoire). S’il ne se plie pas à l’unité d’action (les intrigues secondaires sont multiples) ni à l’unité de ton (la tragédie se mêle sans cesse à la comédie) ce roman respecte au moins l’unité de temps en suivant la chronologie des années de guerre. Seul le foisonnement des personnages en une fantaisie dévastatrice prend le lecteur à contre-pied. L’humour ravageur allié au tragique des situations évoquerait plutôt l’Underground de Kusturika, comme l’amour déchirant que porte l’auteur à la Serbie.

2 - Un style superbe, tantôt répétitif à la limite du lamento, tantôt enlevé et fantasque.

3 - Les principaux protagonistes, que l’auteur convoque au terme de chaque année de guerre pour un rapide bilan, sont répertoriés en début d’ouvrage selon les pays engagés. On en perd pas mal en route : le psychanalyste qui développe une "maladie totémique" à chaque rencontre avec un confrère et finit rongé par le cancer de la gorge de Freud, le journaliste serbe poignardé par son stylo, le peintre-aviateur qui poursuit Picasso de sa hargne, le Baron Rouge que les avions à croix gammée de l’avenir accompagnent dans sa dernière descente, le commandant de sous-marin parti rejoindre les monstres terrifiants qui le hantent, toute la famille Romanov… D’autre survivront : à 48 % pour Fritz Haber, prix Nobel de chimie en 1930 et inventeur du gaz moutarde qui a tué son épouse ; Hans Dieter Huis, dont la voix de baryton a mué au-delà du contre-ténor après avoir chanté Don Giovanni pour les héros des tranchées, les démobilisés,"la lie artistique parisienne" qui partagent leur temps entre la Closerie des Lilas et le Dôme, "les embusqués d’une nation guerrière et héroïques", les députés serbes réfugiés à Nice, "les planqués, les socialistes, les lâches", l’entourage de Lénine à Genève, le vieux Kaiser déchu…

4 - Les objets "magiques" font partie intégrante du récit : les lettres trahissent ou non la pensée de leur auteur selon le l’encre utilisée, les cartes postales s’écrivent toutes seules après la mort de leurs expéditeurs, le parapluie- dispensaire du docteur Simonovic s’emplit d’antibiotiques dont il ne sait que faire, les montres s’arrêtent pour annoncer l’heure de la mort de leurs propriétaires, le miroir s’approprie la peur du héros à la façon du portrait de Dorian Gray…

Points faibles

1 - Des longueurs. Certaines répétitions voulues sont pleines de charme, d’autres s’apparentent à des doublons.

2 - Le mélange des genres est parfois déconcertant : alternance d’historiettes minuscules et d’authentiques épopées.

3 - Gatalica n’évite pas toujours la sensiblerie et même un zeste de bien pensance, notamment lorsqu’il évoque les fraternisations et les tribunaux d’exception.

En deux mots...

Comme "Les Bienveillantes" de Littell, "A la guerre comme à la guerre !" est un roman de compilation (l'humour en plus) et cela se sent parfois.

Mais il est magnifiquement écrit et magistralement pimenté d'éléments relevant du surréalisme, de la schizophrénie, de l'irrationnel et du prémonitoire, ce qui en fait une oeuvre totalement originale.

Une phrase

Pages 266/ 272 : "Après la chute de Belgrade le 8 septembre1915, les Serbes se replient sur Salonique. Parmi eux, le roi Pierre 1er de Serbie. Un correspondant de guerre français raconte : « Le peuple serbe est le seul qui dans cette Grande Guerre a perdu sa patrie et a été condamné à l’exil. Nos journaux ont beaucoup écrit sur ce chemin de croix sans pareil d’un peuple en errance (…) Avec ce peuple, avec le dernier noyau dur de l’armée défaite, marchait à travers les Dardanelles un monarque, un vieillard aux muscles desséchés, aux jambes vacillantes. Le roi Pierre Karadjordjevic n’avait demandé ni aéroplane ni train, mais, comme un simple soldat, s’était mis en route à pied, titubant de village en village à travers les rudes montagnes albanaises."

En deux mots

Comme "Les Bienveillantes de Littell," "A la guerre comme à la guerre !" est un roman de compilation (l’humour en plus) et cela se sent parfois. Mais il est magnifiquement écrit et magistralement pimenté d’éléments relevant du surréalisme, de la schizophrénie, de l’irrationnel et du prémonitoire, ce qui en fait une œuvre totalement originale.

Recommandation

Excellent (à condition de s’accrocher).

Excellent

Tweet Culture-Tops

Superbement original, délirant et magnifiquement écrit.

Suivre @culturetops sur Twitter

Informations

"A la guerre comme à la guerre !", d'Aleksandar Gatalica. Ed. Belfond. 535 pages. 22.50 €.

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

06.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

07.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires