En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 heure 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 57 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 8 heures 7 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 11 heures 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 11 heures 33 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 16 heures 23 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 heure 46 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 6 heures 26 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 11 heures 18 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 13 heures 33 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 16 heures 40 min
Opinions publiques

"Il y a comme une contradiction à dénoncer l’abondance des sondages et à revendiquer en même temps le besoin de s’exprimer"

Publié le 05 novembre 2011
Après avoir épinglé l'Elysée il y a 2 ans, la Cour des Comptes vient de relever l'augmentation de 40% des dépenses d'études et de sondages du gouvernement entre 2006 et 2010 qui sont passées de 4,57 à 6,4 millions d'euros. De quoi alimenter bien des fantasmes sur un marché qui pourtant ne représente pas la majorité de l'activité des sondeurs.
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir épinglé l'Elysée il y a 2 ans, la Cour des Comptes vient de relever l'augmentation de 40% des dépenses d'études et de sondages du gouvernement entre 2006 et 2010 qui sont passées de 4,57 à 6,4 millions d'euros. De quoi alimenter bien des fantasmes sur un marché qui pourtant ne représente pas la majorité de l'activité des sondeurs.

Atlantico : Un récent rapport de la Cour des Comptes indique que les dépenses d'études et de sondages de Matignon et du gouvernement ont augmenté d'environ 40 % entre 2006 et 2010. Vous avez dirigé l'institut de sondages IFOP. En quoi consiste précisément le travail des sondeurs ? 

Alain Renaudin : Le sondage politique ne représente que 10 à 15% de l’activité des grands instituts de sondages, comme l’IFOP, IPSOS ou la Sofres. L’immense majorité de leur temps est consacré à des activités de sondages marketings, qui sont également bien plus rémunérateurs que les sondages politiques.

Les sondages qui ne sont pas publiés représentent la majeure partie du travail des instituts de sondage. Parmi ces sondages, il y a deux catégories :

  • Les enquêtes marketing qui font l’essentiel des activités économiques.  Notons aussi que beaucoup d’institut d’études ne font pas du tout d’enquête pol. Bien souvent, les enquêtes politiques sont nécessaires aux instituts de sondages, en termes de notoriété. 
  • Les enquêtes politiques non publiées commandées par les partis politiques ou les cabinets permettent d’avoir des indicateurs par exemple de notoriété ou de cote d’image pour un élu qui voudrait se lancer dans une campagne électorale locale.
    Cela peut aussi concerner des baromètres de suivi sur la satisfaction liée au système de santé. Ils peuvent aussi servir à guider les politiques sur des thèmes de campagne et mesurer la réaction des Français par des enquêtes quantitatives ou qualitatives sur leurs préoccupations. Les sondages peuvent aussi évaluer la pertinence ou pas de revendiquer telle ou telle filiation politique.

    Il faut démystifier tout cela, les sondages qui ne sont pas publiés n’ont rien à cacher, ils servent à évaluer l’opinion publique, comprendre quelles sont les attentes des Français avant de se lancer dans tel ou tel cheval de bataille. Parfois aussi, les commandes s'attaquent plus au fond et interrogent les traits d’images ou le caractère ou les qualités associées à tel candidat.

Ce sont des outils de pilotage, qui sont également commandés par des marques qui souhaitent connaître le degré de satisfaction de leurs clients, l’image qu’ils véhiculent etc.

Nous menons des enquêtes de satisfaction, d’image de marques, de tests de nouvelles offres, qui évaluent les positionnements des consommateurs.

Ne vous détrompez pas, l’essentielle de l’activité des instituts repose sur les enquêtes marketing, les équipes sont tout le temps à l’affût des tendances des consommateurs, de répondre à des briefs clients des clients, trouver la meilleure méthodologie pour offrir la meilleure réponse.

 

Comment expliquez-vous hausse des dépenses des cabinets qui commandent toujours plus de sondages ?

Plusieurs éléments expliquent ce phénomène. Le premier c’est l’actualité, qui joue sur la commande de sondages. Ces derniers mois, l’actualité a été très dense, et très consommatrice de sondages. Je pense notamment à l’affaire Strauss Kahn et à la primaire socialiste, deux événements très médiatisés. Dans ces moments-là, les leaders politiques ont besoin de savoir comment l’opinion réagi, pour se positionner par rapport à elle.

La chute du prix des sondages est le deuxième facteur explicatif : si on compare les deux périodes pré électorales de 2007 et d’aujourd’hui, les sondages coûtent également moins chers qu’il y a cinq ans. Le développement du « online », c’est-à-dire la possibilité de sonder les internautes en quelques minutes a permis de baisser les coûts des sondages. Le fait de travailler sur Internet a également permis une plus grande réactivité de la part des sondeurs.

Enfin,la presse est également très friande de sondages, parce que les médias cherchent bien souvent le scoop et que certains sondages représentent des informations exclusives. Je crois que cette quête s’est même intensifiée ces derniers temps. Je pense notamment au sondage qui donnait Marine Le Pen en deuxième au premier tour de la présidentielle, cette information a fait les choux gras de la presse quotidienne et a suscité beaucoup de réactions. Les sondages sont donc un outil supplémentaire à la disposition des médias qui en consomment beaucoup. 

Les instituts de sondage évoluent dans un univers ultra concurrentiel, comparable à celui des médias. C’est à celui qui aura la question la plus originale, la première réaction à tel événement etc.

Je crois que cette tendance ne va pas s’arrêter là, je suis à peu près certain qu’il y aura encore plus de commande de sondages lors de la prochaine élection présidentielle dans 5 ans.

 

Que répondez-vous aux critiques qui s'agacent de la multiplication des sondages ?

Il y a comme une contradiction à dénoncer l’abondance des sondages et à revendiquer en même temps le besoin de s’exprimer. Pour moi le sondage est ni plus ni moins qu’un outil d’intermédiation, d’interface entre l’opinion et les hommes politiques. Nous ne devrions pas nous plaindre que les hommes politiques recourent trop au sondage parce que ce sont des thermomètres de l’opinion qui ne sont pas inutiles. Cependant, la politique ne doit pas naviguer à vue en mettant les sondages à la barre de leurs convictions politiques.

Cette démocratie participative ouvre le risque d’une opinion publique défavorable à une décision politique qui s’impose. L’ensemble des partenaires européens a tremblé quand le premier ministre Grec, George Papandréou a annoncé son projet de référendum, qui est une sorte de sondage grandeur nature, parce que cela a rappelé à tout le monde que cette décision politique nécessaire est impopulaire. Et l’opinion publique ne doit pas dicter le politique. Pour moi, le problème ce n’est pas la sur utilisation des sondages mais le fait que les hommes politiques veuillent mesure l’opinion publique trop « à chaud » sur tous les sujets d’actualité.

Relativisons tout de même, les sondages commandés par les politiques et les médias, qui représentent la partie immergée de l’iceberg représente une activité économiques qui a plutôt moins augmenté que la moyenne des autres activités des instituts de sondage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gaëtan Tremoine
- 06/11/2011 - 08:31
Il y a comme une
Il y a comme une contradiction à prétendre mener une politique économe des deniers publics par temps de déficits et s'octroyer d'exhorbitants budgets de communication ! Tous à la diète sauf M. Thierry Saussez ?
ADD
- 05/11/2011 - 16:55
Les sondages comme moyen de s'exprimer ?
Désolé mais je ne vois aucune contradiction.
Les sondages ne sont pas des outils d'expression libre mais des outils qui servent à évaluer l'opinion. A sens unique ou presque donc ...
GBCKT
- 05/11/2011 - 12:14
Qu'a écrit la cours des comptes?
Constat d'une augmentation des dépenses? Ce qui est de son rôle, ou avis défavorable sur l'opportunité? Et la elle sortirait de son rôle. Une augmentation de 40% du besoin en information en situation de crise n'est pas choquant.