En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 14 heures 52 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 19 heures 44 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 20 heures 53 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 22 heures 32 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 14 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 15 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 15 heures 10 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 15 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 19 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 20 heures 6 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 20 heures 57 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 23 heures 6 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 14 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 15 heures
Cuisine au hareng

Les recettes pour sauver l'Euro viendront-elles de la Baltique ?

Publié le 04 novembre 2011
Dans leur bataille pour consolider leurs finances et sauver la monnaie unique, les pays européens en difficulté -au premier rang desquels la Grèce- pourraient s’inspirer des mesures explorées avec succès sur les rivages de la Baltique.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans leur bataille pour consolider leurs finances et sauver la monnaie unique, les pays européens en difficulté -au premier rang desquels la Grèce- pourraient s’inspirer des mesures explorées avec succès sur les rivages de la Baltique.

Alors que les Grecs voient leur souveraineté se réduire comme peau de chagrin sous la pression des grands pays de la zone euro qui exigent des mesures radicales de réforme de l'économie du pays méditerranéen, les meilleures recettes pour s'en sortir sont-elles celles préconisées par Berlin, Paris ou le FMI ? Et si les Grecs avaient tout intérêt à regarder du côté de la Baltique ? Ce jeudi au G20, un responsable de la commission européenne vantait l'exemple du sauvetage de la Lettonie après la crise de 2008 et ces dernières années ont vu des pays aussi différents que la Suède, l'Estonie ou la Lituanie réussir à renouer avec la croissance, chacun à sa manière. Petit tour d'horizon.

Pas de privatisations pour la Suède ni la Lituanie mais des entreprises publiques mieux gérées

La privatisation comme seul moyen de sauver l’économie ? Pas si sûr. Certains économistes préconisent de se concentrer sur les bénéfices qui peuvent être tirés des biens de l’Etat, plutôt que de les vendre pour une bouchée de pain. " La réaction pavlovienne des hommes politiques est de vendre ces biens, alors qu’on peut les rendre plus rentables en les gérant mieux ", affirme Stéphane Deo, économiste à la Banque UBS. Selon lui, les gouvernements de la zone euro détiennent 2350 trillions d'euros (milliards de milliards) en actifs financiers et environ 4000 trillions en biens matériels, comme les bâtiments ou les routes.

C'est la solution choisie par la Suède en lançant dans les années 1990 une réforme des entreprises publiques. Le succès ne s’est pas fait attendre : en 2010 les quelques 60 grandes entreprises publiques suédoises ont généré des dividendes de 4,3 milliards d’euros soit une augmentation de 82% par rapport à l’année précédente et la moitié du surplus budgétaire de Stockholm sur l'année.

En Lituanie, des directeurs issus du privé ont été placés dans les conseils d’administration des entreprises dépendant du gouvernement.La mesure permet une surveillance accrue de ces entreprises et une séparation plus nette entre la propriété et la gestion.  En d’autres termes, " nous voulons que les ministres arrêtent de jouer sur le terrain et qu’ils aient un rôle d’entraîneur hors du terrain de jeu ", explique le Premier ministre lituanien Rimantas Zylius.

L’Espagne s'est déjà inspiré de ces exemples venus du Nord en choisissant le mois dernier de suspendre la privatisation de ses deux plus grands aéroports et en repoussant la vente partielle de sa loterie nationale.

A l’inverse, la Grèce a privilégié la privatisation et a récolté 1,7 milliard d’euros, contre une prévision de 5 milliards d’euros, suite à l’effondrement des marchés financiers. 

Pour l'Estonie et la Lettonie, l’austérité a payé

Autre mesure plus draconienne : la rigueur

En visite ce jeudi à Riga, Gabriele Giudice, un responsable de la commission européenne vantait l'exemple du sauvetage de la Lettonie confrontée après 2008 à la récession la plus sévère au monde avec un effondrement de son PIB de 25% entre 2008 et 2009 et de retour sur les rails de la croissance en 2011. Le gouvernement letton avait appliqué en 2009 un plan d'austérité extrêmement sévère (en coupant les dépenses à hauteur de 15% du PIB letton) pour assainir les finances publiques du pays. Ce plan choc avait permis le déblocage par le FMI et l'Union européenne d'une somme de 7,5 milliards d'euros sur laquelle Riga n'avait finalement emprunté que 4,36 milliards d'euros avant d'indiquer que la Lettonie n'aurait pas recours au reste de l'argent mis à sa disposition. Le pays -qui ne fait pas partie de la zone euro mais y postule- a vu ses investissements repartir et le chômage diminuer montrant qu'un ajustement de cette ampleur peut se faire sans dévaluation, sans tuer la croissance et avec un bénéfice politique pour ses promoteurs. 

En Estonie, le premier ministre Andrus Ansip avait pour sa part mené en 2009 une sévère politique d’austérité budgétaire pour se conformer aux critères de Maastricht : réduction salariale de 10% dans la fonction publique, de  20% pour les ministres, hausse de la fiscalité sur la consommation, gel des dépenses publiques, maintien d’un taux d’imposition unique, réforme des retraites et réduction du nombre de fonctionnaires. Le congé maternité a été raccourci, et même les éclairages publics fonctionnent moins longtemps.

Mais dans un pays où 10% de la population a été déportée dans les goulags soviétiques, ces mesures n’ont pas provoqué un tollé dans la population.  " Nous avons connu des temps plus durs ", résume Jurgen Ligi, le ministre des Finances du pays. Ainsi, le Premier ministre Andrus Ansip a été réélu en mars dernier.

Le pays balte est le 17ème et dernier pays à avoir adopté l’euro en janvier dernier et prévoit déjà  une croissance de 7% en 2011, contre 4% l’an dernier. L’Estonie a réussi à rebondir après deux années de sévère récession. Le taux de chômage est  passé de 18,8% à 13,8%, soit la baisse la plus importante dans l’Union européenne. La dette estonienne est également la plus basse de l’Union, elle représente 6,6% du PIB. L’agence de notation Fitch a remonté la note du pays à A+.

Ce choix d'une véritable dévaluation interne réalisée en coupant dans les salaires génère un coût assez lourd à l'austérité : un abaissement sévère du niveau de vie des Estoniens que la croissance ne compensera que dans le temps. En Lettonie, et bien que réélu après son plan d'austérité, le premier ministre Valdis Dombrovskis estimait de son côté en février dernier qu'il "ne recommanderait à aucun pays d'infliger pareil remède", la population ayant dû accepter des baisses de salaires allant jusqu'à 80%.

Fort de son bilan prometteur néanmoins, le premier ministre estonien Andrus Ansip a appelé mardi ses homologues européens à prendre des mesures fortes : " Les problèmes actuels ont été engendrés par les négligences du passé. Nos succès seront limités et de courte durée si nous ne cernons pas les problèmes structurels, à la fois dans l'économie et la gestion " Et de marteler : " Les efforts de l'UE destinés à résorber la crise de la dette seront insuffisants sans une action musclée pour abolir les barrières et harmoniser les politiques économiques ".

La privatisation comme seul moyen de sauver l’économie ? Pas si sûr. Certains économistes préconisent de se concentrer sur les bénéfices qui peuvent être tirés des biens de l’état plutôt que de les vendre pour une bouchée de pain. « La réaction des hommes politiques est de vendre ces biens, alors qu’on peut les rendre plus rentables en les gérant mieux », affirme Stéphane Deo, économiste à la Banque UBS. Selon lui, les gouvernements de la zone euro détiennent 2,35 billions d’euros en actifs financiers et environ 4 billions en biens matériels comme les bâtiments ou les routes.

Pas de privatisation pour la Suède

La Suède a choisi cette solution en lançant dans les années 90 une réforme des entreprises publiques. Le succès ne s’est pas fait attendre : ces entreprises ont généré des dividendes de 4,3 milliards d’euros soit une augmentation de 82% par rapport à l’année précédente.

L’Espagne a choisi de suivre cet exemple le mois dernier en suspendant la privatisation de ses deux plus grands aéroports et en repoussant la vente partielle de sa loterie nationale.

A l’inverse, la Grèce a privilégié la privatisation, et a récolté 1,7 milliard d’euros contre une prévision de 5 milliards d’euros suite à l’implosion des valeurs marchandes.

De l’autre côté de la Baltique, en Lituanie, des directeurs issus du privé ont été placés dans les conseils d’administration des entreprises dépendant du gouvernement. La mesure permet une surveillance plus accrue de ces entreprises et une séparation plus nette entre la propriété et la gestion.  En d’autres termes, « nous voulons que les ministres arrêtent de jouer sur le terrain et qu’ils aient un rôle d’entraineur hors du terrain de jeu », explique le Premier ministre lituanien Rimantas Zylius.

L’Estonie a choisi l’austérité

Autre mesure plus draconienne : la rigueur.  En Estonie, le premier ministre Andrus Ansip a mené en 2009 une sévère politique d’austérité budgétaire pour se conformer aux critères de Maastricht : réduction salariale de 10% dans la fonction publique, de  20% pour les ministres, hausse de la fiscalité sur la consommation, gel des dépenses publiques, maintien d’un taux d’imposition unique, réforme des retraites et réduction du nombre de fonctionnaires. Le congé maternité a été raccourci, et même les éclairages publics fonctionnent moins longtemps.

Mais dans un pays où 10% de la population a été déportée dans les goulags soviétiques, ces mesures n’ont pas provoqué un tollé dans la population.  « Nous avons connu des temps plus durs », résume Jurgen Ligi, le ministre des Finances du pays. Ainsi le premier ministre Andrus Ansip a été réélu en mars dernier.

Le pays balte est le 17ème et dernier pays à avoir adopté l’euro en janvier dernier et prévoit déjà  une croissance de 7% en 2011 contre 4% l’an dernier. L’Estonie a réussi à rebondir après deux années de sévère récession. Le taux de chômage est  passé de 18,8% à 13,8%, soit la baisse la plus importante de l’Union européenne . La dette estonienne est également la plus basse de l’Union, elle représente 6,6% du PIB. L’agence de notation Fitch a remonté la note du pays à A+.

Fort de ce bilan prometteur, Andrus Ansip a appelé mardi ses homologues européens à prendre des mesures fortes : « « Les efforts de l'UE destinés à résorber la crise de la dette seront insuffisants sans une action musclée pour abolir les barrières et harmoniser les politiques économiques ». Et de marteler : « Les problèmes actuels ont été engendrés par les négligences du passé. Nos succès seront limités et de courte durée si nous ne cernons pas les problèmes structurels, à la fois dans l'économie et la gestion ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 06/11/2011 - 22:48
On peut relancer la croissance en France sans tomber dans les
délires Socialistes (fonctionnaires, emplois jeunes etc...), mais il faudrait avoir le courage de revenir sur les erreurs du passé . remettre à l'honneur le travail manuel, méprisé dans les années 80, répartir la fiscalité vers les grands groupes plutôt que vers les PMI, introduire la cogestion refusée par la gauche autrefois, réformer un système de SS digne d'une dictature Socialiste, bref agir!
D.T
- 05/11/2011 - 12:24
C'est un peu juste.
La situation de l 'Estonie et de la Lettonie est loin d'être glorieuse. C'est un peu juste pour prendre ces politiques en exemple.
Quand a la Suède elle a connu de fortes dévaluations depuis la crise.
PASCONTENT
- 04/11/2011 - 17:42
Rigolade
Les grecs (en majorité) veulent conserver leurs privilèges et ne veulent recevoir de leçons de personne . Ils trouvent normal qu'on emprunte pour eux et leur rembourse;