En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 4 min 29 sec
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Premier ministre face à la crise

Edouard Philippe joue la carte de l'humilité (et s'avère meilleur acteur qu'Emmanuel Macron)

il y a 1 heure 56 min
décryptage > High-tech
Confiance

Espionnage et renseignement par temps de Coronavirus (ou comment ne pas rater informations et matériels essentiels quand il faut même se méfier de ses alliés)

il y a 2 heures 28 min
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 12 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 14 heures 10 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 16 heures 59 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 18 heures 44 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 20 heures 15 min
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 45 min 45 sec
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 1 heure 22 min
décryptage > International
Règles strictes

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

il y a 2 heures 11 min
décryptage > France
Libertés publiques

Non la démocratie n’a pas été dissoute en France. Mais des questions sérieuses se posent sur l’État de droit

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 20 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 16 heures 44 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 17 heures 25 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 19 heures 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 20 heures 36 min
© Reuters
François Hollande et la directrice du FMI Christine Lagarde.
© Reuters
François Hollande et la directrice du FMI Christine Lagarde.
Droit dans le mur

Quand le FMI s’obstine à encourager François Hollande à baisser le coût du travail en France malgré le manque d’efficacité établi de cette politique

Publié le 21 mai 2015
Les recommandations du FMI se suivent et se ressemblent. Sans surprise, l’institution de Washington propose une nouvelle fois à la France de baisser ses salaires, et ce, malgré l'évidente inefficacité de cette mesure.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les recommandations du FMI se suivent et se ressemblent. Sans surprise, l’institution de Washington propose une nouvelle fois à la France de baisser ses salaires, et ce, malgré l'évidente inefficacité de cette mesure.

Le 19 mai, le FMI délivrait ses conclusions relatives à sa mission de consultation concernant la France, et avançait un résultat plutôt mitigé. Si le Fonds monétaire salue les différentes réformes déjà mises en place par François Hollande, comme le pacte de responsabilité ou le CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), et remarque ainsi "une reprise solide de l’activité économique à court terme", l’horizon inquiète encore : "mais les rigidités structurelles continuent de peser sur les perspectives à moyen terme". De fait, pour le FMI, la croissance potentielle  française ne serait plus que de 1.25% en moyenne au cours des cinq prochaines années.

En s’appuyant sur cette conclusion, et outre ses recommandations concernant les dépenses publiques, le FMI va s’intéresser plus directement au marché français de l’emploi. Ici, et toujours selon l’institution, c’est la compétitivité qui se doit d’être améliorée pour sortir le pays du chômage de masse. Ce qui nécessite la mise en place de mécanismes de baisse du coût du travail, recette pas franchement nouvelle mais qui semble toujours avoir les faveurs du FMI. Et cette proposition est présentée en trois phases :

"En s’appuyant sur les réformes récentes, il conviendrait d’étendre aux entreprises qui ne connaissent pas forcément des difficultés économiques, la possibilité pour les partenaires sociaux de négocier avec plus de flexibilité au niveau de l’entreprise le temps de travail et les salaires."

Ici, en ouvrant la voie de la flexibilité, l’objectif est de permettre aux entreprises de rallonger le nombre d’heures travaillées pour un salaire équivalent, afin d’aboutir à une baisse du salaire horaire. Puis, le FMI recommande un blocage relatif du SMIC :

"Le salaire minimum joue un rôle social important, mais son relèvement annuel devrait être limité au taux d’inflation tant que le chômage reste élevé, surtout parmi les jeunes et les travailleurs peu qualifiés.". Il est à noter que la recommandation de baisse pure et simple du SMIC n’a pas été retenue, Enfin, dans une dernière mesure, encore plus agressive, le FMI affronte le cas délicat des allocations chômage :

"Les allocations de chômage devraient inciter davantage leurs bénéficiaires à rechercher un emploi, notamment en durcissant les critères d’obtention de ces allocations et en les rendant dégressives. Le respect de l’obligation de recherche d’emploi devrait être pris en compte à la fois pour l’accès à l’assurance chômage et aux allocations sociales."

A nouveau, l’objectif est clair. En fragilisant la situation des chômeurs par la dégressivité des allocations et le durcissement des règles d’obtention, l’incitation pour les chômeurs à accepter un emploi à moindre salaire est renforcée.

Ces dispositions ont ainsi un seul et même objectif ; la baisse du coût du travail en France afin de restaurer la compétitivité perdue de l’économie française. Une tactique qui rappelle les propos de Christine Lagarde, qui déclarait en octobre 2012 :

"En faisant baisser les prix des facteurs de production, en particulier le prix du facteur travail, on espère rendre le pays plus compétitif et plus intéressant pour les investisseurs étrangers. On le voit déjà un peu au Portugal, en Espagne, et on commence à le voir un peu en Grèce "

Bien qu’une telle approche semble relever du bon sens, elle ne s’en heurte pas moins au mur de la réalité. Parce que le coût du travail n’est qu’une composante parmi d’autres du prix des biens et service. Une baisse, même significative du coût du travail, n’affectera donc que marginalement le coût total de production.

De plus, et par exemple, une baisse des charges patronales ne se traduit pas automatiquement par une baisse du prix du bien ou du service en question. En effet, cette baisse ne relève que du choix de l’entreprise concernée. Face à un allègement fiscal, l’entreprise peut préférer  de relever son niveau de marge plutôt que de gagner en compétitivité, ou même d’augmenter les salaires de ses employés. Le résultat est donc marginal, si ce n’est hypothétique.

Mais il suffit de constater les derniers développements des exportations françaises pour se rendre compte de ces résultats. Selon les chiffres publiés par Eurostat, les exportations françaises à destination de la zone euro ont progressé de 1% au cours de la dernière année, c’est-à-dire entre le 1er trimestre 2014 et le 1er trimestre 2015, et ce, malgré la mise en place des réformes françaises. A l’inverse, les exportations extracommunautaires ont progressé de 6%. Ce qui signifie que la baisse de l’euro semble avoir eu un effet bien plus significatif sur la croissance des exportations que la baisse du coût du travail en France. Ceci en toute logique puisque la baisse de l’euro affecte le prix des biens et services dans son ensemble, au contraire du coût du travail. Il est également à noter que l’Espagne, pourtant classée au premier rang des bons élèves de la compétitivité (notamment grâce à son chômage de 23.8% qui pèse lourdement sur les salaires…), ne voit ses exportations croître que de 1% en intracommunautaire. Soit le même résultat que la France. Pire encore, la France fait mieux que l’Espagne en ce qui concerne la progression des exportations extracommunautaires, soit respectivement 5% de hausse contre 2%. De quoi démoraliser les fans de la baisse des salaires.

Mais cette inefficacité relative n’est pas tout. Car la baisse du coût du travail a également un coût pour l’économie française. Si la baisse de la pression fiscale sur les salaires permet de faire baisser le coût du travail, un tel dispositif doit quand même être financé. Soit par une hausse alternative de la pression fiscale, soit en réduisant les dépenses publiques. C’est à dire deux choix dont le résultat à terme est connu : une baisse du PIB.

En conclusion, il apparaît qu’une telle mécanique est aussi improbable que dangereuse. Car une baisse relative du coût du travail ne s’obtient pas en baissant les salaires mais en augmentant le PIB, c’est-à-dire en soutenant la demande. En effet, il suffit de prendre un peu de recul pour se rendre compte que lorsque le coût du travail est considéré comme "trop" cher, la question subsidiaire est de savoir "trop cher" par rapport à quoi ? Par rapport au PIB. Comme l’indique l’économiste américain Scott Sumner : "Cela n’a tout simplement aucun sens. Si c’est un meilleur ratio -salaires sur PIB nominal -que vous recherchez, alors boostez votre PIB nominal!".  Et de poursuivre :

«C’est le genre de politique qui a un sens si vous avez une banque centrale qui dysfonctionne et qui refuse de faire ce qu’elle a à faire". La France ne souffre pas de salaires trop élevés, elle souffre d’une trop faible croissance en raison d’une Banque Centrale européenne trop timide. Et donc d’une faible demande. La cause du chômage français est là ; évidente.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fredja
- 22/05/2015 - 16:18
Nico, on t'a reconnu
c'est rigolo, je n'ai pas regardé le titre de l'auteur avant de lire l'article, et j'ai deviné en cours de lecture... Sacré Nico ! Impayable, mais on n'est jamais trompé sur la conclusion : c'est la faute à la banque Centrale Européenne. Sauf qu'en ce moment, elle fait tourner la planche à billet, et ça ne change rien pour la France... Peut-être aura-t-on droit un jour à quelques billets constructifs de sa part, expliquant les réformes économiques que la FRANCE doit faire, avant de critiquer l'EUROPE ?
Anouman
- 21/05/2015 - 20:47
FMI
Le FMI n'est pas là pour réfléchir, sinon il n'aurait pas C. Lagarde à sa tête. IL ne fait que relayer des théories "à la mode" qui ne sont jamais justifiées (pas plus que les autres d'ailleurs). L'économie est comme la religion, il n'y a pas de vérité et on peut croire à celle qu'on veut. Le plus difficile étant de faire "plier" les chiffres à votre analyse. Mais c'est bien connu les "les chiffres sont des innocents qui parlent facilement sous la torture".
MONEO98
- 21/05/2015 - 11:19
Goetzmann/ Van gog même combat
Pour gagner aux jeux olympiques commercial et industriel il ne faut pas surtout enlever des poids aux pieds de nos athlètes tricolores mais en rajouter.
De plus il faut que l''Etat (qui pourtant ne trouve cet argent que dans nos poches donc nous enlève du pouvoir d'achat) donne du pouvoir d'achat en augmentant les salaires publics et obligent le privé via le smic
le mythe revisité de la Bible , la manne céleste est de nouveau au gout du jour. et c'est normal nous touchons le religieux
je vous laisse lire ce lien http://www.contrepoints.org/2014/01/24/154378-reduction-de-la-pauvrete-les-philosophes-et-les-croyants