En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Pixabay
Georges Fenech et Alain Tourret ont présenté mercredi 20 mai un rapport à l'Assemblée nationale sur la prescription en matière pénale.
Mémoire et responsabilité
Georges Fenech : "Nous devrions doubler les délais de prescription pénale pour répondre à l'attente des citoyens de ne pas laisser de crimes impunis"
Publié le 21 mai 2015
Georges Fenech et Alain Tourret ont présenté mercredi 20 mai un rapport à l'Assemblée nationale. Doublement de la durée de prescription, imprescriptibilité pour les crimes contre l'humanité, sanction contre l'inaction judiciaire... Le rapport parlementaire propose de chambouler le régime actuel.
Georges Fenech était député de la 11ème circonscription du Rhône et ancien juge d'instruction du procès lyonnais de l'Eglise de scientologie.Il est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Face aux sectes : Politique, Justice, Etat" (1999)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Fenech
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Fenech était député de la 11ème circonscription du Rhône et ancien juge d'instruction du procès lyonnais de l'Eglise de scientologie.Il est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Face aux sectes : Politique, Justice, Etat" (1999)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Fenech et Alain Tourret ont présenté mercredi 20 mai un rapport à l'Assemblée nationale. Doublement de la durée de prescription, imprescriptibilité pour les crimes contre l'humanité, sanction contre l'inaction judiciaire... Le rapport parlementaire propose de chambouler le régime actuel.

Atlantico : Vous avez présenté mercredi 20 mai un rapport à l'Assemblée natrionale sur la prescription en matière pénale. Selon vous, il serait souhaitable d'en doubler les durées. Comment en êtes-vous arrivé à cette conclusion ?

Georges Fenech : Le régime de prescription actuel nous est hérité de Napoléon, et en ce sens il est aujourd'hui incohérent, illisible, voire obsolète. La société d'alors était bien entendu différente, tout comme le rapport au temps judiciaire : l'espérance de vie était de 45 ans comparé à 80 aujourd'hui, et les moyens actuels bénéficient de méthodes de conservation des preuves qui permettent de les exploiter plus longtemps. Il y a des moyens comme la recherche d'ADN, de police scientifique… Et puis il y a la question du dépérissement des preuves. Plus le temps passe, plus les témoignages se fragilisent, et plus les preuves dépérissent. Aujourd'hui, avec les modes de preuves scientifiques, ce n'est plus le cas.

De même, ce qui fonde en réalité la prescription, c'est l'oubli. Pourtant aujourd'hui, nous sommes davantage dans une société de la mémoire, où tout se conserve très longtemps, plutôt que dans l'oubli. Et puis il y a une attente palpable chez les citoyens de ne pas laisser de crimes impunis.

Tout cela nous a amené à nous attaquer au régime de la prescription qui est aujourd'hui connu pour être un serpent de mer. Avec Alain Tourret, député de la majorité, nous montrons qu'il est pertinent d'allonger cette durée de prescription, et même de la doubler, et d'en harmoniser le régime. Contraventions, délits, crimes, passent ainsi à 2, 6, et 20 ans.

Deuxième proposition, qui effectivement n'est pas des plus neutres politiquement, est celle de consacrer par la loi la jurisprudence qui permet de faire courir la durée de prescription à partir du moment où les faits sont découverts, et non de leur commission. Cela concerne surtout les infractions occultes et dissimulées, dans le domaine économique et financier, comme les abus de biens sociaux par exemple. Cette proposition consacrerait donc la théorie de la révélation, et donnerait énormément plus de marges de manœuvre aux juges de la lutte anti-corruption, on pense notamment aux infractions complexes et internationales, les paradis fiscaux, les comptes off-shore… Toutes ces infractions qui nécessitent un temps incompressible pour remonter jusqu'aux responsables.

Comment peut-on légitimer la prescription ? S'agit-il d'une forme de "pardon" de la société, ou y a-t-il également une forme d'aveu d'échec de la part de la justice ?  Et comment la France se situe-t-elle par rapport à d'autres pays ?

Quand on observe ce qui se déroule à l'étranger, notamment dans les pays anglo-saxons, on remarque que la prescription relève davantage de l'exception. La règle demeure l'imprescriptibilité. Dans notre droit romain –des textes sur le sujet datant d'avant Jésus Christ ont été retrouvés sur le sujet-, il est vrai que l'idée selon laquelle le temps passant, l'oubli faisait son œuvre était considérée. De même, le droit considérait que l'auteur de l'infraction avait vécu dans l'idée qu'il pouvait être interpellé un jour, ce qui correspondait à une forme de punition.  

Nous sommes convaincus avec M Alain Tourret, le co-auteur du rapport, que c'est la dernière fois que l'on devra légiférer à ce propos. On peut penser que plus tard, il n'y aura plus du tout de prescription. Il faut allonger les délais, et permettre à la justice de passer, et ne pas laisser la possibilité à des grands criminels ou à des escrocs de ne pas répondre à la justice.

Récemment, le Cran a annoncé vouloir assigner en justice Ernest-Antoine Seillière, en motivant son action par le fait que ses ancêtres auraient bati leur fortune sur le commerce d'esclaves. Vous proposez dans votre rapport que les crimes contre l'humanité soient imprescriptibles.  N'y-a-t-il pas des situations incohérentes dans la prolongation de la responsabilité dans le temps ?

Oui, il y a une dimension politique importante sur ce point, vous avez tout à fait raison. Nous l'avons proposé car la France est signataire de la convention de Rome, qui a été à l'origine de la Cour pénale internationale, prévoyant dans ses statuts l'imprescriptibilité des crimes de guerre. Mais la convention laissait malgré tout la possibilité aux Etats de légiférer comme ils le voulaient.

Nous pensons qu'au contraire la France doit se mettre en conformité avec ses engagements internationaux, et appliquer l'imprescriptibilité des crimes de guerre qui sont souvent sous la double qualification.

La seule question qui se pose actuellement est de savoir si elle pourrait rétroagir, ou si elle ne se fera uniquement pour l'avenir.

Dans le cas du Cran, si l'esclavagisme est considéré comme un crime contre l'humanité, et est donc imprescriptible, permettant donc d'enquêter ou d'instruire,  je ne vois pas comment on pourrait assigner des descendants. L'imprescriptibilité ne concerne que les auteurs directs de l'infraction. 

Mais la question de l'opportunité serait aussi évaluée. Jugerait-on l'histoire ? Probablement pas sur autant d'années.

En quoi les durées de prescriptions actuelles posent-elles problème à la justice, et comment s'y adapte-t-elle ?

C'est précisément déjà le cas. Le fait que la prescription pour des crimes de sang ne soit plus toléré aujourd'hui témoigne de cette nécessité d'en revoir les règles. Les juges contournent régulièrement la loi pour pouvoir continuer les poursuites judiciaires. On se souvient par exemple de l'affaire Emile Louis et des "disparues de l'Yonne" : les faits étaient prescrits quand l'auteur a été découvert, mais pour éviter qu'il ne soit impuni, les juges se sont appuyés sur une simple demande administrative de la DDASS sur le sort des jeunes pensionnées. Or il s'agissait d'un acte administratif, et non interruptif. Et pourtant cela a été retenu. Avec la prolongation des délais, on sécurise juridiquement.

Ne doit-elle pas s'accompagner de mesures pour répondre au risque de classement sans suite des affaires, des années durant, ce qui peut finalement en soi correspondre à une injustice ? Comment vos propositions gèrent-elles ce risque ?

C'est pour cela que nous avons introduit une fonction très novatrice, c’est-à-dire que lorsqu'une information est ouverte, si aucun acte n'est accompli dans un délai de trois ans, l'extinction de l'action publique identifiée remettrait en cause la responsabilité professionnelle des acteurs de la justice.

Vous évoquiez le fait d'imprimer dans le droit la jurisprudence de la Cour de cassation qui fait partir ce délai de prescription à compter de la découverte des faits et non pas à compter du jour de leur commission. L'abus de bien social deviendra-t-il alors de facto imprescriptible, si seul le moment de sa découverte compte ?

C'est une question très ancienne. Mais elle est un peu caricaturale. Sur des ABS anciens, la question de l'opportunité sera comme aujourd'hui évaluée. Si le parquet constate que l'infraction est très ancienne, et que les preuves ne sont plus certaines, que le retour à l'ordre public n'existe plus, l'affaire sera classée. C'est d'ailleurs ce que font déjà les Anglais et les Américains. 

Quelles sont les prochaines étapes de ce rapport ?

La publication du rapport vient d'être adoptée à l'unanimité, nous allons donc procéder à la rédaction de la proposition de loi d'ici une quinzaine de jours. Jean-Jacques Urvoas, Président de la commission des lois s'est engagé à saisir le Président de l'Assemblée nationale, pour que lui-même saisisse le Conseil d'Etat. Cette PPL suivra donc le cheminement d'un projet de loi gouvernemental. On pourrait imaginer à l'automne une séance de l'Assemblée nationale pour adopter le texte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
06.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
07.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cpamoi
- 21/05/2015 - 22:56
A-t-il le droit moral de s'exprimer ?
Lors de son passage à la Miviludes, Fenech a montré un sens peu commun pour l’intolérance allant jusqu’à s’en prendre aux médecines douces ou à des congrégations chrétiennes. Ayant déjà été condamné à plusieurs reprises, il ne devrait plus être qualifié pour exercer le métier d’avocat ou tout autre lié à la justice. Car après tout n’est-ce pas ce que Fenech souhaite : une mémoire qui ne s’efface jamais et vous rappelle constamment vos péchés contre les lois républicaines ?
vangog
- 21/05/2015 - 00:29
Un encouragement à la lenteur de la justice?
Et si elle allait deux fois plus vite, il y aurait moins de prescriptions, non?