En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 6 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 8 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 9 heures 59 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 10 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 12 heures 27 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 15 heures 26 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 6 heures 22 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 7 heures 1 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 9 heures 35 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 10 heures 17 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 10 heures 47 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 13 heures 35 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 14 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 16 heures 6 min
© Pixabay
La France est au même niveau d’emploi qu’il y a 10 ans.
© Pixabay
La France est au même niveau d’emploi qu’il y a 10 ans.
Impuissance

La France au même niveau d’emploi qu’il y a 10 ans : pourquoi le 1% de croissance molle sur 2015 ne fera pas le poids face aux 20% perdus depuis 2008

Publié le 15 mai 2015
Alors que l’exécutif ne cesse de se féliciter d’une croissance plus forte que prévue pour le premier trimestre 2015, le bilan total de la crise démontre l’insuffisance des remèdes proposés. Pour rattraper les 20% de croissance perdue et la stagnation des emplois marchands depuis 10 ans, la France ne pourra se contenter de cette reprise en demi-mesure.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l’exécutif ne cesse de se féliciter d’une croissance plus forte que prévue pour le premier trimestre 2015, le bilan total de la crise démontre l’insuffisance des remèdes proposés. Pour rattraper les 20% de croissance perdue et la stagnation des emplois marchands depuis 10 ans, la France ne pourra se contenter de cette reprise en demi-mesure.

La reprise économique est en marche et chacun semble s’en féliciter. Avec 0.6% de croissance pour le premier trimestre 2015, la France figure même parmi les bons élèves de la zone euro, qui progresse pour sa part de 0.4%. Sur cette base, l’INSEE indique "Le PIB croît fortement au premier trimestre 2015 : +0.6% après 0.0%". L’envie de partager la bonne nouvelle ne manque pas, mais la dose de résignation que suppose le contentement est douloureuse à assumer. Car 0.6% de progression ne fait que correspondre à la moyenne trimestrielle de la croissance française entre 1997 et 2007, c’est-à-dire tout au long des 40 trimestres qui ont précédé la crise.

En réalité, se contenter d’un tel chiffre revient donc à accepter de ne pas combler la plaie ouverte de l’économie française. Car depuis l’année 2008, la France a été déviée de sa trajectoire de croissance, qui s’établissait à un rythme moyen de 3.9% entre 1994 et 2007. (En termes nominaux, c’est-à-dire en tenant compte de l’inflation). En perdant cette trajectoire depuis maintenant 7 années, la France a donc perdu un total de 20% de son PIB potentiel (19.58% pour être précis) :

Graphique : croissance nominale (rouge) contre tendance (3.9% entre 1994-2007). France. (source : INSEE)

En termes réels, le bilan n’est pas plus glorieux, car la perte de PIB par rapport au potentiel de croissance atteint 14.98%. Ceci si on la compare à sa tendance pré-crise, c’est-à-dire toujours entre 1994 et 2007, pour une moyenne de 2.3% de croissance annuelle.

Graphique : croissance réelle (rouge) contre tendance (2.3% entre 1994-2007). France. (source : INSEE)

Et cette  lourde perte subie sur le terrain de la croissance a provoqué de sérieux dégâts sur le front de l’emploi. Car sans croissance, pas de créations d’emplois. Ce qui peut se vérifier en constatant l’évolution du nombre d’emplois du secteur marchand au cours des 10 dernières années :

Graphique : nombre d’emplois du secteur marchand. T1 2005 – T1 2015. En milliers. (source : INSEE)

Au premier trimestre 2015, la France compte 64 200 emplois de moins qu’au premier trimestre 2005, il s’agit d’une décennie blanche sur le front de l’emploi marchand. Et cette stagnation décennale se décompose en deux secteurs. D’une part, l’effondrement continu de l’emploi manufacturier, qui perd 632 000 postes en 10 années :

Graphique : nombre d’emplois du secteur manufacturier. T1 2005 – T1 2015. En milliers. (source : INSEE)

Et d’autre part, un secteur tertiaire qui subit un coup d’arrêt, après avoir connu une belle progression de 623 000 emplois qui a au moins permis de compenser les destructions d’emplois industriels.

Graphique : nombre d’emplois du secteur tertiaire marchand. T1 2005 – T1 2015. En milliers. (source : INSEE)

Dans un pays sans croissance et sans création d’emplois, la problématique majeure repose sur la dynamique démographique. Car le nombre de personnes qui souhaitent participer au marché du travail a bien continué d’augmenter tout au long de cette période. Entre 2004 et 2012, la croissance annuelle de la population active française a été proche de 0.6%. En extrapolant jusqu’à 2014, l’augmentation de la population active a donc été de 1.7 millions de personnes.

Graphique : population active. France. En milliers. (source : INSEE)

Cette croissance de la population active repose sur deux causes; la simple augmentation de la population en âge de travailler et la volonté de plus en plus forte pour les personnes de plus de 50 ans de participer au marché du travail. Ainsi, en 1995, 31.1% des hommes étaient actifs, contre 38.3% en 2012.

L’effet ciseau se produit à plein. Le nombre de postes du secteur privé stagne ou diminue sur 10 années, alors que le nombre de personnes souhaitant un emploi continue d’augmenter. Et la croissance de 0.6% enregistrée au cours de ce premier trimestre 2015 n’est pas un rythme qui permet de colmater cette brèche. Au mieux, ce chiffre permet de revenir sur des bases moyennes d’avant la crise, c’est-à-dire proche de 2.3% de croissance annuelle :

Graphique : croissance réelle. France. 2004-2014. (source : INSEE)

Mais pour combler le trou qui a été généré par la crise, c’est-à-dire 20% de croissance nominale, 15% de croissance réelle, et une stagnation décennale de ses emplois marchands, la France devra trouver autre chose qu’une simple amélioration marginale de sa situation. Et tous les pactes de responsabilité n’y suffiront pas.

L’enjeu est ailleurs. Il ne s’agit donc plus de se conformer aux règles européennes en attendant que ça se passe, il s’agit de modifier les règles elles-mêmes pour permettre un nouveau calibrage de la croissance européenne.

Depuis la fin 2010, les Etats-Unis sont parvenus à créer plus de 10 millions d’emplois, en enchainant des rythmes de croissance de type 4.6% ou 5%, (respectivement pour le deuxième et le troisième trimestre 2014). Pour en arriver là, la modération a été laissée de côté. Au même moment, les européens, et la France avec eux, ont estimé pouvoir répondre à une crise majeure en utilisant les moyens du bord, c’est-à-dire l’attente de lendemains qui chantent. Les Etats-Unis sont allés chercher la croissance en usant largement de leur banque centrale, comme ils l’avaient fait durant la crise de 1929. Symétriquement, les continentaux européens sont restés les bras croisés, comme ils l’avaient fait pendant la grande dépression.

Si les responsables politiques acceptent le retour d’une croissance molle, c’est-à-dire moyenne, sans se donner les moyens d’aller plus loin, pour corriger en profondeur le manque provoqué par la crise, alors une génération entière aura été sacrifiée, pour rien. La leçon des années 2008-2015 est que la jeune zone euro n’était pas armée pour faire face à une crise d’une telle ampleur. La moindre des choses serait de corriger ce qui peut l’être, et de donner un mandat de recherche du plein emploi à la Banque centrale européenne. Ce qui permettrait de soutenir l’activité économique, sans relâche, jusqu’à l’obtention de l’emploi maximum. Comme l’ont fait les Etats Unis. Accepter les 0.6% de croissance et s’en réjouir, c’est accepter définitivement la défaite de l’Europe, continent du chômage de masse.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 16/05/2015 - 06:45
À Vincennes
Vous avez raison, il faut dire que Cohen est un " économiste de gauche, conseiller de Hollande" et Cayrol de gauche, et oui il y a des économistes a gauche, un temps sympathisant de grades oreilles, Bayrou. quand a Terra Nova c'est la" boîte à penser du PS" le PS sans eux ne pourrait pas penser! Et oui il y a des gens qui se disent économistes au PS, les mêmes qu'au FN, AGNÈS MOLINIÉ est remarquable, claire et d'une logique implacable. Ayant lu l'un de ses livres, je peux vous dire que c'est remarquable. C'est une femme comme elle, jolie ce qui ne gâte rien, qui devrait être ministre des finances, voire Présidente, ce n'est pas avec les théories économiques fumeuses de nos partis que nous en sortirons. Notre pays pourrait enfin se relever et pas avec des " 0.4% par an", en nous expliquant que ça aurait pu être pire! Il y a fort à parier que les 0,6% qui font le bonheur de Sapin n'auront pas de suite malgré un contexte favorable.
Vincennes
- 16/05/2015 - 00:58
j'ajoute qu'Agnès MOLINIE est directrice de l'IFRAP et que
Calvi serait inspiré de l'inviter bien plus souvent plutôt que ses comparses genre Cayrol, Cohen, Terra Nova et tous les journaleux du Monde et de l'OBS qui nous ont ENFUMES pendant toute la campagne présidentiel et qui, depuis, ne cessent de "défendre le soldat Hollande" pour mieux garder leur "niche fiscale" que MOI/JE s'est empressé de leur octroyer, à peine sur le trône, pour les avoir à sa botte
Vincennes
- 16/05/2015 - 00:53
L'exécutif et surtout SAPIN devraient lire "ON VA DROIT DANS LE
MUR" d'Agnès VERDIER MOLINIE chez Albin Michel, précisant qu'il faut agir d'urgence ainsi que dernier numéro de l'OPINION qui révèle : "qu'en cas de FUITES REPETEES, l'INSEE pourrait cesser de transmettre, par avance, ses publications au Gouvernement" précisant qu'il a l"art de présenter les données qui lui sont transmises et qu'il met à SA SAUCE .......j'ajoute sauce Hollandaise comme tout ce qu'il fait car "rien ne justifie un monopole naturel de l'Etat dans ce domaine