En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

06.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 6 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 7 heures 27 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 10 heures 33 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 15 heures 44 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 16 heures 24 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 6 heures 59 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 7 heures 53 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 10 heures 24 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 12 heures 25 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 16 heures 39 min
© Pixabay
La France est au même niveau d’emploi qu’il y a 10 ans.
© Pixabay
La France est au même niveau d’emploi qu’il y a 10 ans.
Impuissance

La France au même niveau d’emploi qu’il y a 10 ans : pourquoi le 1% de croissance molle sur 2015 ne fera pas le poids face aux 20% perdus depuis 2008

Publié le 15 mai 2015
Alors que l’exécutif ne cesse de se féliciter d’une croissance plus forte que prévue pour le premier trimestre 2015, le bilan total de la crise démontre l’insuffisance des remèdes proposés. Pour rattraper les 20% de croissance perdue et la stagnation des emplois marchands depuis 10 ans, la France ne pourra se contenter de cette reprise en demi-mesure.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l’exécutif ne cesse de se féliciter d’une croissance plus forte que prévue pour le premier trimestre 2015, le bilan total de la crise démontre l’insuffisance des remèdes proposés. Pour rattraper les 20% de croissance perdue et la stagnation des emplois marchands depuis 10 ans, la France ne pourra se contenter de cette reprise en demi-mesure.

La reprise économique est en marche et chacun semble s’en féliciter. Avec 0.6% de croissance pour le premier trimestre 2015, la France figure même parmi les bons élèves de la zone euro, qui progresse pour sa part de 0.4%. Sur cette base, l’INSEE indique "Le PIB croît fortement au premier trimestre 2015 : +0.6% après 0.0%". L’envie de partager la bonne nouvelle ne manque pas, mais la dose de résignation que suppose le contentement est douloureuse à assumer. Car 0.6% de progression ne fait que correspondre à la moyenne trimestrielle de la croissance française entre 1997 et 2007, c’est-à-dire tout au long des 40 trimestres qui ont précédé la crise.

En réalité, se contenter d’un tel chiffre revient donc à accepter de ne pas combler la plaie ouverte de l’économie française. Car depuis l’année 2008, la France a été déviée de sa trajectoire de croissance, qui s’établissait à un rythme moyen de 3.9% entre 1994 et 2007. (En termes nominaux, c’est-à-dire en tenant compte de l’inflation). En perdant cette trajectoire depuis maintenant 7 années, la France a donc perdu un total de 20% de son PIB potentiel (19.58% pour être précis) :

Graphique : croissance nominale (rouge) contre tendance (3.9% entre 1994-2007). France. (source : INSEE)

En termes réels, le bilan n’est pas plus glorieux, car la perte de PIB par rapport au potentiel de croissance atteint 14.98%. Ceci si on la compare à sa tendance pré-crise, c’est-à-dire toujours entre 1994 et 2007, pour une moyenne de 2.3% de croissance annuelle.

Graphique : croissance réelle (rouge) contre tendance (2.3% entre 1994-2007). France. (source : INSEE)

Et cette  lourde perte subie sur le terrain de la croissance a provoqué de sérieux dégâts sur le front de l’emploi. Car sans croissance, pas de créations d’emplois. Ce qui peut se vérifier en constatant l’évolution du nombre d’emplois du secteur marchand au cours des 10 dernières années :

Graphique : nombre d’emplois du secteur marchand. T1 2005 – T1 2015. En milliers. (source : INSEE)

Au premier trimestre 2015, la France compte 64 200 emplois de moins qu’au premier trimestre 2005, il s’agit d’une décennie blanche sur le front de l’emploi marchand. Et cette stagnation décennale se décompose en deux secteurs. D’une part, l’effondrement continu de l’emploi manufacturier, qui perd 632 000 postes en 10 années :

Graphique : nombre d’emplois du secteur manufacturier. T1 2005 – T1 2015. En milliers. (source : INSEE)

Et d’autre part, un secteur tertiaire qui subit un coup d’arrêt, après avoir connu une belle progression de 623 000 emplois qui a au moins permis de compenser les destructions d’emplois industriels.

Graphique : nombre d’emplois du secteur tertiaire marchand. T1 2005 – T1 2015. En milliers. (source : INSEE)

Dans un pays sans croissance et sans création d’emplois, la problématique majeure repose sur la dynamique démographique. Car le nombre de personnes qui souhaitent participer au marché du travail a bien continué d’augmenter tout au long de cette période. Entre 2004 et 2012, la croissance annuelle de la population active française a été proche de 0.6%. En extrapolant jusqu’à 2014, l’augmentation de la population active a donc été de 1.7 millions de personnes.

Graphique : population active. France. En milliers. (source : INSEE)

Cette croissance de la population active repose sur deux causes; la simple augmentation de la population en âge de travailler et la volonté de plus en plus forte pour les personnes de plus de 50 ans de participer au marché du travail. Ainsi, en 1995, 31.1% des hommes étaient actifs, contre 38.3% en 2012.

L’effet ciseau se produit à plein. Le nombre de postes du secteur privé stagne ou diminue sur 10 années, alors que le nombre de personnes souhaitant un emploi continue d’augmenter. Et la croissance de 0.6% enregistrée au cours de ce premier trimestre 2015 n’est pas un rythme qui permet de colmater cette brèche. Au mieux, ce chiffre permet de revenir sur des bases moyennes d’avant la crise, c’est-à-dire proche de 2.3% de croissance annuelle :

Graphique : croissance réelle. France. 2004-2014. (source : INSEE)

Mais pour combler le trou qui a été généré par la crise, c’est-à-dire 20% de croissance nominale, 15% de croissance réelle, et une stagnation décennale de ses emplois marchands, la France devra trouver autre chose qu’une simple amélioration marginale de sa situation. Et tous les pactes de responsabilité n’y suffiront pas.

L’enjeu est ailleurs. Il ne s’agit donc plus de se conformer aux règles européennes en attendant que ça se passe, il s’agit de modifier les règles elles-mêmes pour permettre un nouveau calibrage de la croissance européenne.

Depuis la fin 2010, les Etats-Unis sont parvenus à créer plus de 10 millions d’emplois, en enchainant des rythmes de croissance de type 4.6% ou 5%, (respectivement pour le deuxième et le troisième trimestre 2014). Pour en arriver là, la modération a été laissée de côté. Au même moment, les européens, et la France avec eux, ont estimé pouvoir répondre à une crise majeure en utilisant les moyens du bord, c’est-à-dire l’attente de lendemains qui chantent. Les Etats-Unis sont allés chercher la croissance en usant largement de leur banque centrale, comme ils l’avaient fait durant la crise de 1929. Symétriquement, les continentaux européens sont restés les bras croisés, comme ils l’avaient fait pendant la grande dépression.

Si les responsables politiques acceptent le retour d’une croissance molle, c’est-à-dire moyenne, sans se donner les moyens d’aller plus loin, pour corriger en profondeur le manque provoqué par la crise, alors une génération entière aura été sacrifiée, pour rien. La leçon des années 2008-2015 est que la jeune zone euro n’était pas armée pour faire face à une crise d’une telle ampleur. La moindre des choses serait de corriger ce qui peut l’être, et de donner un mandat de recherche du plein emploi à la Banque centrale européenne. Ce qui permettrait de soutenir l’activité économique, sans relâche, jusqu’à l’obtention de l’emploi maximum. Comme l’ont fait les Etats Unis. Accepter les 0.6% de croissance et s’en réjouir, c’est accepter définitivement la défaite de l’Europe, continent du chômage de masse.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

06.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 16/05/2015 - 06:45
À Vincennes
Vous avez raison, il faut dire que Cohen est un " économiste de gauche, conseiller de Hollande" et Cayrol de gauche, et oui il y a des économistes a gauche, un temps sympathisant de grades oreilles, Bayrou. quand a Terra Nova c'est la" boîte à penser du PS" le PS sans eux ne pourrait pas penser! Et oui il y a des gens qui se disent économistes au PS, les mêmes qu'au FN, AGNÈS MOLINIÉ est remarquable, claire et d'une logique implacable. Ayant lu l'un de ses livres, je peux vous dire que c'est remarquable. C'est une femme comme elle, jolie ce qui ne gâte rien, qui devrait être ministre des finances, voire Présidente, ce n'est pas avec les théories économiques fumeuses de nos partis que nous en sortirons. Notre pays pourrait enfin se relever et pas avec des " 0.4% par an", en nous expliquant que ça aurait pu être pire! Il y a fort à parier que les 0,6% qui font le bonheur de Sapin n'auront pas de suite malgré un contexte favorable.
Vincennes
- 16/05/2015 - 00:58
j'ajoute qu'Agnès MOLINIE est directrice de l'IFRAP et que
Calvi serait inspiré de l'inviter bien plus souvent plutôt que ses comparses genre Cayrol, Cohen, Terra Nova et tous les journaleux du Monde et de l'OBS qui nous ont ENFUMES pendant toute la campagne présidentiel et qui, depuis, ne cessent de "défendre le soldat Hollande" pour mieux garder leur "niche fiscale" que MOI/JE s'est empressé de leur octroyer, à peine sur le trône, pour les avoir à sa botte
Vincennes
- 16/05/2015 - 00:53
L'exécutif et surtout SAPIN devraient lire "ON VA DROIT DANS LE
MUR" d'Agnès VERDIER MOLINIE chez Albin Michel, précisant qu'il faut agir d'urgence ainsi que dernier numéro de l'OPINION qui révèle : "qu'en cas de FUITES REPETEES, l'INSEE pourrait cesser de transmettre, par avance, ses publications au Gouvernement" précisant qu'il a l"art de présenter les données qui lui sont transmises et qu'il met à SA SAUCE .......j'ajoute sauce Hollandaise comme tout ce qu'il fait car "rien ne justifie un monopole naturel de l'Etat dans ce domaine