En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Mémoricide
Retour sur la Terreur qui conduisit au génocide vendéen
Publié le 01 novembre 2011
Vingt-cinq ans après la publication de son livre, Le Génocide franco-français : la Vendée-Vengé, Reynald Secher, démontre, preuves à l'appui, que le génocide de la Vendée a bien été conçu, voté et mis en œuvre personnellement par les membres du Comité de salut public et par la Convention. Extraits de "Vendée : du génocide au mémoricide" (1/2).
Reynald Secher, docteur ès lettres, écrivain, scénariste, est l'auteur du concept de mémoricide, quatrième crime de génocide.Il est l'auteur, entre autres, de La Vendée-Vengé : Le génocide franco-français, Librairie Académique Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Reynald Secher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Reynald Secher, docteur ès lettres, écrivain, scénariste, est l'auteur du concept de mémoricide, quatrième crime de génocide.Il est l'auteur, entre autres, de La Vendée-Vengé : Le génocide franco-français, Librairie Académique Perrin
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vingt-cinq ans après la publication de son livre, Le Génocide franco-français : la Vendée-Vengé, Reynald Secher, démontre, preuves à l'appui, que le génocide de la Vendée a bien été conçu, voté et mis en œuvre personnellement par les membres du Comité de salut public et par la Convention. Extraits de "Vendée : du génocide au mémoricide" (1/2).

Il est toujours extrêmement difficile et délicat en France de parler de la Révolution de 1789 sans déchaîner les passions. Pourtant, dans l’histoire de l’Europe contemporaine, c’est elle qui, la première, a fait passer dans la réalité l’idée du meurtre de masse et sa justification dans un système construit à cet effet.

D’emblée, les tenants du pouvoir révolutionnaire ont une approche catégorielle de la population française et la divisent en deux groupes : les révolutionnaires et les contre-révolutionnaires, selon le principe du « avec moi ou contre moi ». Robespierre affine cette distinction et identifie quatre grands groupes d’individus : les ultra-révolutionnaires, les purs révolutionnaires – ceux de la majorité morale, modérés et indulgents –, les « citra » et les contre-révolutionnaires, ces derniers étant de facto considérés comme idéologiquement irrécupérables et dangereux pour le devenir de la Nation. La dictature qu’il instaure systématise cette vision intellectuelle et, en ce sens, Robespierre est le premier des dictateurs à faire passer la ligne de partage entre le bien et le mal, non plus à l’intérieur du cœur de chaque homme, mais entre les hommes. Dès lors, le détenteur de la vérité et du bien se doit d’éliminer l’autre qui incarne le mal et qui est, par nature, irrécupérable d’autant qu’il ne peut changer :

La terreur n’est autre chose que la justice prompte, sévère, inflexible ; elle est donc une émanation de la vertu ; elle est moins un principe particulier qu’une conséquence du principe général de la démocratie appliquée aux plus pressants besoins de la patrie[1].

En clair, il ne peut y avoir de rédemption d’où les slogans : « Point de salut pour les ennemis de la liberté », « La liberté ou la mort ». Il faut donc « régénérer », « humaniser », « républicaniser » le peuple selon le principe qu’il faut créer « l’homme nouveau » – l’expression est aussi d’époque – selon un modèle idéal. Le Conventionnel Jean-Baptiste Carrier[2] ne dit rien d’autre lorsqu’il déclare : « Nous ferons un cimetière de la France plutôt que de ne pas la régénérer à notre manière et de manquer le but que nous nous sommes proposé[3]. »

L’historien Hippolyte Taine, dans Les Origines de la France contemporaine, explicite avec intelligence les finalités de cette ambition des Conventionnels : « En quoi consistait cette régénération de l’homme. [...]. La tâche était double : il fallait démolir puis construire en dégageant d’abord l’homme naturel pour édifier ensuite l’homme social[4]. »

L’entreprise est immense. Billaud-Varenne déclare :

Il faut [...] recréer en quelque sorte le peuple qu’on veut rendre à la liberté puisqu’il faut détruire d’anciens préjugés, changer d’antiques habitudes, perfectionner des affections dépravées, restreindre les besoins superflus, extirper des vices invétérés[5].

L’œuvre est sublime car il s’agit de « remplir les vœux de la nature, d’accomplir les desseins de l’humanité, de tenir les promesses de la philosophie », comme l’explique Robespierre :

Nous voulons substituer la morale à l’égoïsme, la probité à l’honneur, les principes aux usages, les devoirs aux bienséances, l’empire de la raison à la tyrannie de la mode, le mépris du vice au mépris du malheur, la fierté à l’insolence, la grandeur d’âme à la vanité, l’amour de la gloire à l’amour de l’argent, les bonnes gens à la bonne compagnie, le mérite à l’intrigue, le génie au bel esprit, le charme du bonheur aux ennuis de la volupté, la grandeur de l’homme à la petitesse des grands, un peuple magnanime, puissant, heureux à un peuple aimable, frivole et misérable, c’est-à-dire toutes les vertus et tous les miracles de la République à tous les vices et à tous les ridicules de la monarchie[6].

L’objectif doit être atteint quel qu’en soit le prix humain pour la France, car les révolutionnaires travaillent pour les générations futures au risque de sacrifier leur vie : « Ce que j’ai fait dans le midi, dit Baudot, je le ferai dans le sud. Je les rendrai patriotes, ou ils mourront ou je mourrai[7]. »

_________________________________________

Extraits de Vendée : du génocide au mémoricide : Mécanique d'un crime légal contre l'humanité, Cerf (octobre 2011)



[1] Maximilien DE ROBESPIERRE, Discours et rapports a` la Convention, Paris, E ́ d. « 10-18 », 1965. Discours du 5 février 1794, p. 222-223.

[2] Jean-Baptiste Carrier (1756-1794) est un des commissaires de la Convention envoyé en mission le 14 août 1793 à Nantes pour réprimer la Vendée. « Ce missionnaire de la Terreur », selon l’expression de Jules Michelet, exhorte à la répression la plus extrême. Ayant demandé son rappel à Paris, il est nommé secrétaire à la Convention et prend part à la chute de Robespierre. Arrêté le 3 septembre 1794, mis en accusation le 27 novembre, il est guillotiné le16 décembre. Son procès a été publié par l’avocat Guillaume- Alexandre TRONSON-DUCOUDRAY (1750-1798) sous le titre : La Loire vengée ou recueil historique des crimes de Carrier et du comité révolutionnaire de Nantes, Paris, an III de la République (coll. « Hervé de Bélizal »). Comte FLEURY, Carrier a` Nantes, p. 454. De ́ position de Lamarié.

[3] G.-A. TRONSON-DUCOUDRAY, La Loire vengée, p. 232.

[4] Hippolyte TAINE, Les Origines de la France contemporaine, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1986, t. II, p. 53.

[5] Jacques-Nicolas Billaud-Varenne (1756-1819). Député montagnard, farouche partisan de la Terreur, membre du Comité de salut public. H. TAINE, Les Origines de la France contemporaine, p. 53, « Rapport a` la Convention sur la théorie du gouvernement démocratique ».

[6] M. DE ROBESPIERRE, Discours et rapport a` la Convention. H. TAINE, Les Origines de la France contemporaine, p. 53.

[7] Marc-Antoine Baudot (1765-1837). Député envoyé en mission dans le sud-ouest et près de l’armée des Pyrénées d’avril 1793 à mars 1794. H. TAINE, Les Origines de la France contemporaine, p. 53.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rosine
- 02/11/2011 - 20:19
eh bien, vive le roi
à lire les commentaires ce n'est plus les Camelots du Roi mais la camelote du rouai. ... nous sommes mûrs pour les oubliettes de l'histoire...
labernerie
- 02/11/2011 - 18:01
suite et certainement pas fin
pire que le genocide ,le memoricide ,cette volonté affirmée de negation historique ,de nier au nom de je ne sais qu el principe la verite, d avoir occulter l assassinat collectif de toute une region ,de nier un genocide inconteste,pas facile d admettre d etre les descendants de criminels ,meme a l ecole en vendee on ne nous enseignait pas notre propre histoire,c est pour dire.
labernerie
- 02/11/2011 - 17:37
la gueuse
bientot la fin de la republique ? pourquoi pas,devant le delittement de l etat francais,son manque de perspective face aux gachis et pillages organises par nos elites republicaines, cela sent la fin,que la gueuse creve et que justice soit rendue au peuple vendeen au nom de tous nos morts