En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
De nombreux couples "soignant-malade" apparaissent.
Nécessité fait loi
Lourde charge pour des vieux jours : forte hausse du nombre de personnes âgées confrontées au défi des soins à apporter à leur conjoint diminué
Publié le 12 mai 2015
Notre société commence à se rendre compte des enjeux posés par le vieillissement de la population. Parce qu'ils se sont unis pour le meilleur et pour le pire, ou parce qu'ils n'ont pas connaissance des aides dont ils pourraient bénéficier, de nombreux couples "soignant-malade" apparaissent.
Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Jaeger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Notre société commence à se rendre compte des enjeux posés par le vieillissement de la population. Parce qu'ils se sont unis pour le meilleur et pour le pire, ou parce qu'ils n'ont pas connaissance des aides dont ils pourraient bénéficier, de nombreux couples "soignant-malade" apparaissent.

Atlantico : Il semblerait que de plus en plus de conjoints de personnes âgées malades se retrouvent seuls à gérer la situation. Constatez-vous ce phénomène ? Quelle en est l'ampleur ?

Christophe de Jaeger : C’est un constat quasi quotidien. De nombreuses personnes âgées souffrant de troubles cognitifs (troubles de la mémoire) ne peuvent rester à domicile que parce qu’elles bénéficient de l’aide quotidienne de leur conjoint. Cette aide consiste à gérer le quotidien (faire les courses, payer les factures….), mais également rester en permanence ou quasiment en permanence avec la personne souffrant du handicap. Ces couples ne font appel aux systèmes de maintien à domicile (aide-ménagère, auxiliaire de vie…) que relativement tardivement, se mettant ainsi en danger de rupture.

Qu'est-ce qui pousse le conjoint valide à endosser une multitude de rôles ?

Le conjoint peut avoir de multiples raisons de continuer à aider la personne malade. Un authentique attachement à la personne malade et un sentiment de responsabilité vis-à-vis d’elle (ils sont mariés pour le meilleur et pour le pire) et ils ne cherchent pas à éluder leur responsabilité de vie. Parfois, c’est l’ignorance de l’existence des systèmes d’aides qui existent surtout dans les grandes agglomérations. Parfois encore, ce sont des problèmes financiers qui poussent les conjoints à assurer seuls leurs malades. Parfois, encore il peut y avoir un refus du patient ou de son entourage de voir de tierce personne entrer dans leur intimité. Parfois, encore, ils ne veulent pas « gêner » et décident de se débrouiller tout seuls.

L'entourage proche se rend-il généralement compte de la situation ?

L’entourage du couple est parfois totalement ignorant de la situation. Cela est particulièrement vrai dans les cas où il s’agit de troubles de mémoire, qui peuvent longtemps rester cachés, si le conjoint non malade assure tout et protège « son conjoint, son malade ». Enfin, il est vrai également que l’entourage n’a pas souvent envie de voir la réalité. Il préfère rester sur de fausses idées « tu as vu comme Pépé se souvient bien de la dernière guerre. Quelle mémoire tout de même », alors qu’il est incapable de se souvenir d’autre chose que « sa guerre », comme par exemple, ce qu’il a mangé au précédent repas, ou le nombre de ses petits enfants.

Le conjoint valide ne risque-t-il pas ainsi de mettre sa propre santé en danger ?

C’est le vrai problème. Certains conjoints vont vouloir à tout prix, et parfois au détriment de leur propre santé, gérer seul « leur malade ». C’est une situation dangereuse, car à vouloir trop en faire, à vouloir toujours être l’interlocuteur, 24h/24, 7 jours sur 7, il arrive que la personne tombe elle-même malade et ne peux plus, brutalement, gérer le patient, imposant alors en urgence une hospitalisation, voire une institutionnalisation… ce qui est toujours une mauvaise solution. A vouloir tout gérer, on aboutit à des catastrophes humaines.

Ces couples demandent-ils facilement de l'aide ? Comment serait-il possible de mieux les accompagner ?

Au début, ils ont énormément de mal à faire les démarches. Ils pensent toujours qu’ils vont pouvoir gérer à terme, sans se rendre compte que la maladie du patient va évoluer, jamais comme on le veut, les laissant le moment venu, totalement dépourvus. Un des rôles du médecin gériatre est de les prévenir le plus tôt possible pour leur permettre de comprendre l’évolution attendue de la maladie et de mettre en place, progressivement, tranquillement, les mesures nécessaires pour assurer un maintien à domicile dans de bonnes conditions, sauvegardant au maximum la santé du couple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
01.
Les forces antiterroristes désamorcent... un sex toy
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires