En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 6 heures 44 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 8 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 16 heures 48 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 3 heures
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 7 heures 15 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 14 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 17 heures 32 sec
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 4 heures
© Wikipédia commons
 De Manuel Valls à Nicolas Sarkozy, les valeurs républicaines ont rarement été autant invoquées en si peu de temps.
© Wikipédia commons
 De Manuel Valls à Nicolas Sarkozy, les valeurs républicaines ont rarement été autant invoquées en si peu de temps.
Perte de sens

La douche : 65 % des Français ne sont plus sensibles aux termes "République" et "valeurs républicaines"

Publié le 15 mai 2015
Sondage exclusif Ifop pour Atlantico. De Manuel Valls à Nicolas Sarkozy, les valeurs républicaines ont rarement été autant invoquées en si peu de temps. A force d'entendre les élites politiques prononcer les mots qui se rattachent à cette notion, une majorité de Français montre des signes de lassitude.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sondage exclusif Ifop pour Atlantico. De Manuel Valls à Nicolas Sarkozy, les valeurs républicaines ont rarement été autant invoquées en si peu de temps. A force d'entendre les élites politiques prononcer les mots qui se rattachent à cette notion, une majorité de Français montre des signes de lassitude.

La première partie de cet article est consacrée au commentaire des résultats du sondage par Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l'Ifop. Vient ensuite l'analyse du politologue Vincent Tournier.

Atlantico : Dans la première question du sondage, la récurrence des termes "République" et "valeurs républicaines" dans le discours politique actuel est interrogée. Il s’agit de savoir si ces termes touchent encore les Français, or on dirait qu’aujourd’hui leur répétition est un peu usée.  Qu’en est-il ?

Jérôme Fourquet : Effectivement, on a constaté depuis un moment maintenant que le terme de « République », et les valeurs qui lui sont associées, était régulièrement invoqué et utilisé dans le vocabulaire politique. On pense à Manuel Valls, qui à un moment en a fait sa marque de fabrique quand il était place Bauveau et depuis qu’il est Premier ministre, et, plus récemment, à Nicolas Sarkozy qui est allé jusqu’à souhaiter que son parti s’appelle « Les Républicains ». Dans ce cadre-là, il était utile de voir si les Français étaient toujours sensibles à cette terminologie-là, ou si, au contraire, elle était un peu éculée et galvaudée. La question est d’autant plus légitime que la récurrence de ce terme s’est trouvée encore renforcée ces derniers mois suite aux attentats de janvier, avec la fameuse « marche républicaine » et la défense de ces valeurs, avec un consensus républicain contre le terrorisme et pour défendre les valeurs fondamentales, dont la liberté d’expression. On est vraiment dans une séquence où l’on emploie fréquemment ce terme, or force est de constater que pour deux tiers des Français (65%) ces termes ne parlent plus vraiment car ils ont été trop utilisés et ont perdu de leur force et de leur signification. Il n’y a qu’un tiers des Français, même si on peut se dire que ce n’est pas si mal finalement, qui se déclare encore sensibles à ces termes quand les politique les emploient, et qui possède une fibre républicaine très développée.

Quand on regarde comment cela se décline politiquement, on voit qu’il y a certes des différences, mais que la sensibilité ou l’insensibilité à la thématique républicaine n’est pas fortement structurée par le clivage gauche-droite. Si on prend les sympathisants socialistes, 47% disent que ça ne les touche plus vraiment, contre 53% qui y sont encore sensibles. A l’UMP on a la proportion inverse avec 53% d’insensibles contre 47%. On est sur des différences assez faibles (6 points), bien qu’on bascule d’un côté ou de l’autre de la majorité, avec donc une dimension symbolique importante. Cela veut dire que dans les deux grandes familles politiques aujourd’hui, il y a environ une personne sur deux qui est assez peu sensible à l’usage de ces termes par les politique, et inversement une autre moitié qui garde toujours la fibre républicaine bien chevillée au corps. C’est intéressant parce que l’UMP comme le PS emploient ces termes, or chacun dans leur camp ne touche que la moitié des sympathisants.

On s’aperçoit ensuite que la moindre sensibilité, du fait du recours à ce terme, est plus forte aux extrêmes : 57% d’insensibilité au Front de gauche, donc 10 points de plus qu’au PS, et 70% au Front national : là on est sur un vrai écart. Au FN, cela peut s’expliquer par le fait que dans cet électorat, quand on entend parler de « République », c’est souvent pour dénigrer ou disqualifier le parti dont on se sent proche, avec par exemple le fameux « front républicain » qui est régulièrement mis en pratique contre le FN dans les élections, ou bien la non-invitation de Marine Le Pen à la « marche républicaine du 11 janvier » car elle est considérée comme hors du cercle républicain. On pourrait multiplier les exemples, notamment avec les déclarations de Valls, du déni de brevet de républicanisme accordé au Front. Cela peut expliquer pourquoi une large majorité d’électeurs frontistes, quand ils entendent ce terme, se montrent insensibles.

On voit que, hormis pour le Front de gauche et le Front national, les choses ne sont pas vraiment tranchées politiquement. Y a-t-il donc d’autres clivages qui peuvent expliquer cela ? Sur l’âge de la personne interrogée, on voit que ce n’est pas très net, il y a un peu plus de personnes âgées que de très jeunes qui se montrent sensibles, mais sinon dans les tranches d’âges intermédiaires c’est très équilibré, il n’y a donc pas de logique claire. En revanche, il y en a une un peu plus manifeste en termes de catégorie socio-professionnelle : 49% des cadres et professions libérales se disent sensibles à cette thématique, contre seulement 29% des ouvriers et des employés. On retrouve ce que nous avons analysé dans notre livre intitulé « Janvier 2015, le catalyseur », c’est-à-dire que beaucoup de gens des milieux populaires n’ont pas défilé car ils ne sont pas sentis « Charlie », car la série de valeurs présentées comme attaquées ne leur parlaient forcément, contrairement à d’autres CSP. Il y a un clivage qui marche très bien et qui est lié au précédent, c’est celui du diplôme. Si on fait la moyenne d’éducation inférieure au bac jusqu’au bac, on est à 70% de gens qui disent que ça ne les touche plus vraiment, à bac +2 on est à 63%, et dans le supérieur 56%. On voit quand même que plus on est diplômé, plus on est sensible à cette thématique, et inversement. Néanmoins, une fois qu’on a vu ce clivage, il y a quand même un tiers des personnes qui ont un niveau d’éducation inférieur au bac qui y sont sensibles, et inversement 56% des diplômés du supérieur qui se montrent insensibles. Il y a donc une gradation, mais on n'est jamais à 90% contre 10% non plus. En termes de diplôme, comme en termes de CSP ou de proximité partisane, la fibre républicaine est quelque chose d’assez transversal, elle est un peu conditionné par ces éléments mais pas tant que ça.

 

Dans les débats politiques contemporains, on observe souvent une tension entre deux concepts : d’un côté la République et son universalisme, et de l’autre les problématiques d’identité nationale. Lorsqu’on demande aux Français laquelle de ces deux idées est la plus importante pour eux, ils sont assez partagés. Faut-il y voir une scission nette dans la société française ?

Jérôme Fourquet : La deuxième question était « quel terme vous touche d’avantage quand il est employé par les politiques ? ». On voit donc que c’est très clivé, il n’y en a pas un qui l’emporte clairement sur l’autre, avec une avance pour l’identité nationale avec 38%, contre 33% pour la République. Mais, élément non-négligeable, 29% ne se reconnaît ni dans l’un ni dans l’autre, ce qui fait du monde, et qui va à l’encontre de cette opposition binaire. Donc cela illustre également la crise du politique, certaines personnes en ont ras-le-bol que la République soit mise à toutes les sauces, et se tournent vers l’identité nationale, et au-delà de ça, d’autres ne sont même plus raccrochées par l’évocation d’un des deux concepts.

Ici, on a un clivage qui est beaucoup plus marqué politiquement. Plus on va vers la droite, plus on a tendance à privilégier l’identité nationale. On culmine à 64% au Front national, et à 47% à l’UMP. Cependant, là aussi, un bon quart de l’électorat de gauche se dit plus sensible à l’identité nationale qu’à la République, ce qui n’est pas rien. Si on se concentre uniquement sur l’UMP, désormais appelée « Les Républicains », on voit pourtant que ce qui fait le plus recette est l’identité nationale, avec 47% contre 37%. Il y a ici quelque chose d’intéressant, c’est que Nicolas Sarkozy est sans doute conscient de cette forte attente identitaire qu’il a ressentie dans son électorat, mais que pour pouvoir parle d’identité nationale il doit se distinguer de Marine Le Pen, pour ne pas lui être associé, et doit pouvoir parler d’identité au nom de la République. D’où le choix du nom du parti. Dans son interview au Figaro, Sarkozy annonçait les thématiques futures en disant que la République a « trop reculé » : cela ne veut pas dire qu’elle a trop reculé face aux inégalités sociales, ou à d’autres éléments comme l’inégalité hommes-femmes, mais qu’elle a reculé face au communautarisme, la manifestation de signes d’appartenance religieuse dans l’espace public. Il parle de la République, mais pour, in fine, aller sur le terrain de l’identité nationale, et cela correspond à une attente qui est majoritaire dans son électorat, bien que celui-ci ne soit pas homogène. Il y a davantage de gens sur ce créneau-là que sur d’autres.

Là aussi, on a un beau dégradé dans les diplômes, et moins on est diplômé plus on est sensible à la question de l’identité nationale. Et plus on l’est, plus on souhaite parler de la « République ». Pour ce qui est de l’âge ou du genre, la différence n’est pas très marquée. Par contre, concernant les CSP, on voit que les cadres et les professions intermédiaires sont les seuls qui souhaitent qu’on leur parle plus de République que d’identité nationale, alors que la bascule devient très majoritairement pour l’identité nationale dans les milieux populaires. C’est intéressant, et cela renvoie encore une fois à notre dernier livre mais aussi à celui d’Emmanuel Todd, car ceux qui ont défilé au nom de la République sont les classes moyennes et classes moyennes-supérieures se disant sensibles à la République, contrairement aux classes populaires se disant sensibles à l’identité nationale, qui ont assez peu manifesté.

 

Ces thématiques de valeurs républicaines, de République, étaient vraiment mises en avant dans les années passées. Aujourd’hui, est-on face à un recul irréversible ?

Jérôme Fourquet : Tant que le discours politique n’est pas régénéré et tourne à vide, c’est une hypothèse qu’on peut faire. En même temps, les évènements de janvier ont un peu régénéré ce sentiment-là. Mais on voit bien que les classes moyennes et supérieures y sont majoritairement plus sensibles, alors que le prisme dominant dans les milieux populaires est celui de l’identité nationale.

65% des Français affirment ne plus être touchés par les termes "République" et "valeurs républicaines" lorsqu'ils sont employés par les politiques, car ils jugent que ces derniers les ont trop "usés" à force. Doit-on en déduire que ces mots n'ont plus de résonance dans la société ? Qu'ils ne sont plus qu'une coquille vide et que l'idéal issu de 1789 s'est dilué ?

Vincent Tournier : Ce résultat s’explique d’abord par le manque de crédibilité de la parole politique. Les électeurs sont devenus très méfiants. Il faut donc s’attendre à ce qu’ils soient encore plus sceptiques lorsque les responsables politiques font appel aux grands principes.

Mais il faut aussi tenir compte du fait que, au fil du temps, le terme de République a perdu de sa substance. Que signifie-t-il aujourd’hui ? Qui est en mesure de dire aujourd’hui à quoi correspondent les valeurs républicaines ? Les notions sont assez floues. Cela tient notamment au fait qu’il n’y a plus de conflit sur la nature républicaine des institutions. La République est devenue une notion consensuelle : tout le monde ou presque est républicain, que ce soit à gauche ou à droite. Il n’en a pas toujours été ainsi : autrefois, la République polarisait les clivages. Mais trois moments ont permis à la République de l’emporter : le ralliement des catholiques à la fin du XIXème siècle, l’Union sacrée de 1914-1918 et le discrédit du régime de Vichy. La Vème République a achevé cette évolution en instaurant une « monarchie républicaine », ce qui a eu pour effet de rendre définitivement obsolètes les prétentions du courant monarchiste. D’une certaine façon, la République est victime de son succès. La contrepartie de ce succès, c’est que la notion n’a plus beaucoup de sens. Elle fait désormais partie du décor, du patrimoine culturel. C’est une référence que l’on mobilise rituellement dans les discours. Cela dit, le fait que celle-ci se retrouve aujourd’hui de nouveau dans le débat politique, avec notamment le changement de nom à l’UMP, n’est pas sans signification.

Aujourd'hui il n'y a plus une thématique globale que peuvent utiliser les politiques pour toucher tous les Français. En effet un tiers se dit sensible à la thématique républicaine, un tiers à celle de l'identité, le dernier tiers ne sait pas. Doit-on voir ici la totale dévaluation du langage des politiques ou bien la disparition pure et simple d'une idée capable de mobiliser le pays entier ?

Vincent Tournier : La question du sondage n’est pas très claire. Elle demande si les responsables politiques « touchent davantage » lorsqu’ils parlent de l’identité nationale ou de la République. Que signifie « toucher davantage » ? Je remarque d’ailleurs que 29% des personnes interrogées n’ont pas donné de réponse, ce qui est le signe que cette question n’est pas bien formulée.

Il y a quand même un résultat intéressant : les sympathisants de droite se disent plus sensibles à l’identité nationale, tandis que les sympathisants de gauche réagissent plus volontiers à la République. Cela semble indiquer que les anciens clivages n’ont pas totalement disparu : la dimension identitaire est plus présente à droite, alors que la gauche privilégie plus facilement les principes ou les valeurs. On voit aussi qu’il y a toujours un vieux fond anti-républicain chez les sympathisants du Front National qui continue de le différencier des autres électorats.

Néanmoins, je suis frappé par la proportion importante de sympathisants de gauche qui se disent sensibles à l’identité nationale : 28% au Front de gauche et 27% au Parti socialiste. C’est loin d’être négligeable, surtout après les polémiques sur le « ministère de l’identité nationale » créé par Nicolas Sarkozy au début de son quinquennat. Cet intitulé avait fait l’objet d’un puissant rejet de la part des intellectuels et des journalistes de gauche. On pouvait donc s’attendre à ce que cette formule constitue un repoussoir. Or, ce n’est pas le cas. Faut-il en conclure que l’on assiste à un regain d’intérêt pour l’identité nationale, dans un contexte de crainte face à la mondialisation ? Il faut être prudent car la nation reste peu valorisée dans l’opinion publique. Néanmoins, le dernier sondage IPSOS sur les fractures françaises indique que la volonté de protéger la France face à la mondialisation l’emporte sur le désir d’ouvrir davantage le pays avec un rapport 60/40.

Doit-on voir dans ces évolutions de la perception de la thématique républicaine par les Français le résultat de certaines manœuvres entreprises par les partis politiques ? Ou bien un processus plus large ?

Vincent Tournier : La question est : pourquoi Nicolas Sarkozy décide-t-il d’appeler son parti « Les Républicains » ? Il y a certainement une part de communication dans ce changement. Toutefois, la mise en avant de la thématique républicaine renvoie à une logique plus profonde. Ce que l’on voit se dessiner depuis quelques années, c’est un basculement de la laïcité de la gauche vers la droite. Rappelons par exemple que c’est la droite qui a adopté la loi de 2004 sur le voile à l’école, ou celle de 2010 sur la burqa, alors que la gauche a refusé de légiférer en 1989 et qu’elle s’est abstenue sur la burqa en 2010. Cette évolution se poursuit aujourd’hui parce que la gauche est gênée par la laïcité. On ne compte plus les tribunes et les ouvrages qui essaient d’expliquer que la laïcité constitue un problème parce qu’elle ne permet pas d’assurer la pleine reconnaissance du culte musulman. Certains vont même soutenir que la laïcité est une forme de racisme, comme le fait Emmanuel Todd dans son dernier livre.

Du coup, la laïcité se trouve en déshérence idéologique, alors même qu’elle est plébiscitée par l’opinion publique puisque, d’après le sondage IPSOS cité précédemment, 74% des Français jugent que la laïcité est en danger. 

Faiblement défendue par les intellectuels, hormis ceux qui sont considérés comme des « néo-réac », la laïcité peut donc aisément être récupérée par la droite, voire par le Front National. Certes, la droite gouvernementale n’est pas très à l’aise avec la laïcité parce que celle-ci ne fait pas partie de son logiciel politique. Il y a d’ailleurs des tiraillements, par exemple lorsque Benoist Apparu, un proche d’Alain Juppé, dénonce un « totalitarisme laïcard ». Mais le pari de Nicolas Sarkozy est que, en jouant cette carte de la République et de la laïcité, il va pouvoir récupérer une partie des électeurs frontistes. Cette stratégie va sans doute faire fuir une partie des électeurs centristes, mais il sera toujours possible de les faire revenir avec un programme libéral sur le plan économique.

Naturellement, cette tentative de captation de l’héritage républicain fait hurler la gauche. L’appellation « Les Républicains » a été violemment dénoncée par des personnalités comme Jean-Louis Bianco, l’actuel président de l’Observatoire de la laïcité, qui a annoncé qu’il allait engager une procédure judiciaire. C’est assez ironique quand on se rappelle que celui-ci est à la tête d’une institution qui a eu pour mission d’enterrer les propositions jugées trop laïques de l’ex-Haut conseil à l’intégration, notamment l’interdiction du voile à l’université. Dès sa nomination à la tête de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco s’était d’ailleurs empressé de déclarer « La France n’a pas de problème avec sa laïcité » (Le Monde, 26 juin 2013). En somme, la gauche se plaint d’être doublée par la droite, alors qu’elle a elle-même déserté le terrain de la laïcité. Mais cela se comprend : il existe à gauche un pôle laïque encore très vivace, par exemple chez les Radicaux de gauche, qui reproche au Parti socialiste de renoncer à ses valeurs. La stratégie de Nicolas Sarkozy gêne la gauche parce qu’il la place face à ses propres contradictions. En somme, il fait coup double : d’un côté il peut espérer capter l’électorat frontiste, de l’autre il sème la zizanie au sein de la gauche.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/05/2015 - 00:17
La République s'est construite sur la patrie.
Les gauchistes ( UMPUDIMODEM inclus) ont profané les valeurs de la République, aboutissant à toujours moins de Liberté, toujours moins d'égalité et toujours moins de Fraternité. Avec Flamby, la France est au bout de ce processus destructeur qui menace aujourd'hui la patrie d'implosion. La solution ne peut plus venir des politiciens, qui feront tout pour garder leurs postes et prébendes et empêcher les patriotes de rendre son pouvoir aux Français. Voilà pourquoi le pouvoir gauchiste s'est servi des lois anti-terroristes pour mettre en place son système de surveillance des mails des patriotes, des comptes Facebook, échanges téléphoniques, courrier etc...la deuxième étape sera probablement celle de toutes les dictatures socialistes: des pressions et des menaces contre ceux qui menacent le pouvoir gauchiste. Les instruments? Le fisc, la Rééducation nationale, les subventions aux bons élèves, le pouvoir policier, les juges rouges et roses...pourquoi croyez-vous que la première étape du gauchisme était le noyautage de l'Education Nationale et de la Justice? Les deux instruments de la propagande PS, avant même d'avoir contaminé les médias...
hibernato
- 11/05/2015 - 20:06
L'avenir de la patrie est clairement au cœur des inquiétudes
Notre V république est un système politique à défendre mais elle n'a pas 60 ans d'existence alors qu'aujourd'hui c'est l'essence même de notre nation plus que millénaire qui peut être menacée en une génération.

Pour la droite quelle maladresse de mettre en avant les "républicains" et de laisser au FN les "patriotes" cela revient à mettre la primauté sur le système politique (et son personnel politique) plus que sur la nation au moment même où l'inquiétude porte sur la remise en cause de notre mode de vie

En Europe on a connu des républiques populaires ou démocratiques par le nom, et demain islamique. Est ce le bon combat ?
lafronde
- 11/05/2015 - 12:52
La République pour qui ?
Lorsqu'un politicien parle de la République et de ses valeurs, il est utile de se demander si c'est au profit de la société civile, ou au profit de la société des politiciens.
Pour la société civile, les valeurs suprêmes ont été écrites dans la Déclaration de 1789.Liberté, sûreté, propriété et résistance à l'oppression, avec bien sur l'égalité en droit. La République devrait avoir pour but de défendre ces valeurs.

Ce qu'elle a rarement fait. La Ve avait bien démarré avec De Gaulle et Pompidou, l'installation d'un Conseil Constitutionnel, et une Union Européenne qui exige la concurrence en matière économique. Mais la prise de pouvoir des énarques, les métastases du Programme commun de la gauche collectiviste, suivi de la rente électorale du Front républicain ont réduit la liberté des français dans les domaines économique, caritatif associatif, politique, identitaire, mediatique, scolaire et universitaire. L'Etat prend tout votre argent, vous ne pouvez plus donner ou contracter avec qui vous voulez, l'Etat vous interdit vos prises de position identitaires pour vous dicter son universalisme.

Or pendant ce temps dans le monde compétitif toutes ces libertés ont pu s'épanouir.