En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 8 heures 19 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 9 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 18 heures 43 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 20 heures 42 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 22 heures 31 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 8 heures 48 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 10 heures 3 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 17 heures 53 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 22 heures 1 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 10 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
Pour le Premier ministre, les manifestations pro-Charlie n'étaient "pas une imposture".
© Reuters
Pour le Premier ministre, les manifestations pro-Charlie n'étaient "pas une imposture".
Optimisme contre pessimisme

Valls en guerre contre les intellectuels dépressifs : mais de Onfray à Todd en passant par Finkielkraut, comprend-il vraiment le reproche qui est fait aux élites politiques françaises ?

Publié le 08 mai 2015
Dans une tribune, le Premier ministre dénonce le "cynisme ambiant" et le "renoncement en règle" de la part d’intellectuels "qui ne croient plus en la France". Il aimerait "que plus de voix s’élèvent pour défendre notre pays, pour mieux en penser les défis, pour relever l’étendard de l’optimisme."
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe, épistémologue et logicien. Professeur des universités, agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d’État en science politique, docteur en philosophie (épistémologie), conférencier pour de grands groupes sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une tribune, le Premier ministre dénonce le "cynisme ambiant" et le "renoncement en règle" de la part d’intellectuels "qui ne croient plus en la France". Il aimerait "que plus de voix s’élèvent pour défendre notre pays, pour mieux en penser les défis, pour relever l’étendard de l’optimisme."

Atlantico : Manuel Valls a vivement réagi jeudi 7 mai, en réaction au dernier ouvrage d'Emmanuel Todd, dont l'objet est de dénoncer les "impostures" de l'après Charlie Hebdo. Il en a également profité pour mettre en garde contre le pessimisme de certains intellectuels. Pour autant, des intellectuels tels que Michel Onfray, Alain Finkielkraut, ou encore Emmanuel Todd, ne permettent-ils pas d'apporter une voix certes discordante, mais aussi lucide sur les maux de la société française ?

Yves Roucaute : La lucidité ne me paraît caractérisée ni les uns, ni les autres. Et l’honnêteté intellectuelle, moins encore.

Manuel Valls n’a pas saisi le problème né des manifestations, préférant plaquer une vision rassurante pour son gouvernement et sa vision restrictive  de la laïcité. Il n’a pas vu les effets pervers produits par le fameux « Je suis Charlie » sur lequel je m’étais autorisé un article de mise en garde dans Atlantico au lendemain des manifestation En particulier sur les effets d’exclusion des démocrates musulmans qui ne pouvaient évidemment manifester en disant « je suis Charlie », l’odieuse négation des meurtres des juifs qui ne pouvaient être réduits à un crime contre la liberté d’expression et le problème posé pour de nombreux citoyens, chrétiens ou athées, qui ne pouvaient accepter de réduire leur protestation à un soutien à un journal dont ils ne partagent pas les convictions.

Mais il n’a pourtant pas tort de dénoncer certains « intellectuels » qui vivent dans l’imposture en vendant des réflexions simplistes dignes du café du commerce. Ainsi, cette prétendue analyse de Emmanuel Todd sur sa « honte » des manifestations, sur « le catholicisme zombie », et les manifestations antimusulmanes et vichyste. A l’évidence, son livre est un gros article, bâclé en quelques jours pour faire « un coup » sans aucune étude de terrain. Comment est-ce possible ?

Imaginez en Allemagne ou aux États-Unis des « intellectuels » mis en avant par le choix des médias et du copinage politique ou bien un livre sorti à la va-vite en quelques semaines sur un phénomène social d’une telle ampleur, avec le seul objectif de l’éditeur, le Seuil, de gagner de l’argent en prenant de court les concurrents? C’est impossible. Les medias et le personnel politique vont chercher les vrais penseurs là où ils se trouvent, dans les universités, les laboratoires, les think tanks. Un auteur qui ferait cela serait dénoncé, si, improbable, il trouvait un éditeur. Dans l’hexagone, nous avons des « intellectuels » connus par leurs relations mondaines, dont le premier talent est de répondre aux demandes des marchands de livres et de courtiser la machine médiatique bien qu’ils ne soient en rien reconnus par le monde scientifique, universitaire et intellectuel. D’où ces débats qui tombent en quenouille.

Dans sa tribune, parue dans Le Monde, le Premier ministre dénonce notamment un Emmanuel Todd "qui voit dans les « élites » un groupe fondamentalement méprisant, « mondialiste », dont la seule motivation serait de trahir le peuple". Si ces auteurs peuvent jouir d'une certaine portée en France, n'est-ce pas aussi parce qu'ils font un diagnostic pertinent ?

A nouveau, il me paraît difficile de trancher entre ces deux camps qui me semblent d’ailleurs très éclatés.

Pour ce qui est de « trahir le peuple », il me semble en effet que le gouvernement actuel a trahi ses électeurs qui attendaient la fin du chômage, une France pacifiée,  une amélioration du niveau de vie et bien d’autres réalisations. Il a aussi trahi sa gauche. Cela fait beaucoup. Et il est autiste aux demandes du pays profond qui attend des solutions et non des slogans du type « Le changement c’est maintenant » ou des polémiques sans intérêt avec des intellectuels mondains. C’est d’ailleurs un facteur non négligeable d’explication du succès du F.N. dont le PS prépare le lit.

En face, je ne crois pas à un que les « intellectuels » des médias aient le même diagnostic, voire, pour certains, la moindre idée. Ils ont tout juste des opinions. Même si certains, je pense à Michel Onfray dont je ne partage pas les idées, travaillent et si  leur courage est réel.

Mais, puisque être intellectuel historiquement, depuis l’affaire Dreyfus, c’est porter le débat dans la Cité à partir d’idées, les deux camps ne présentent pas une alternative. À moins d’imaginer la scène politique comme une commedia dell’arte.

Quand on aime la France et que l’on est un politique, il faut écouter le pays et lui proposer une alternative en tenant ensemble la puissance de la France, son mode de vie, ses valeurs universelles d’origine judéo-chrétiennes, n’en déplaise à Emmanuel Todd et aux islamistes. Pour cela, il faut appeler de véritables intellectuels pour apporter une vision du monde et des solutions, loin des pollutions mondaines.

En quoi les élites politiques françaises, en tout cas certaines d'entre-elles ont-ils également leur part de responsabilité dans cette "tentation populiste" que le Premier ministre évoque ?

Oui, cela tient en un mot: l’incapacité de penser et le recrutement des élites. Venues souvent de la haute bureaucratie, les élites politiques ne sont pas formatées pour produire des stratèges mais des gestionnaires. Il n’y a pas un seul pays démocratique au monde où la haute administration tient tous les pouvoirs, exécutif, législatif et judicaire, avec cette incroyable séparation de la justice administrative et de la justice ordinaire destinée à protéger l’administration. Aucune démocratie véritable ne l’accepte. Le premier corolaire, c’est que des faiseurs peuvent aisément passer pour des penseurs auprès de ces politiques sans armature théorique. Le second corolaire, c’est que les élites, se pensent au dessus du monde ordinaire sous l’idéologie de la compétence, et se coupent mécaniquement de la population. Le troisième corolaire, c’est que le populisme n’a plus d’obstacle en face de lui et il peut séduire facilement l’imaginaire de ceux qui ont de l’ambition mais pas d’idées et de la population qui souffre mais ne trouve que la démagogie comme alternative politique.

D’où la médiocrité des élites, comme le notait Christian Saint-Etienne. D’où le projet gouvernemental sur l’éducation, symptôme de cette violence politique faite par une élite socialiste sûre d’elle et de ses droits, à laquelle de vrais intellectuels, tels Marc Fumaroli ou Régis Debray essayent de s’opposer. D’où l’attirance pour le F.N. de la population.

Quand on voit la qualité du débat politique au Royaume-Uni, sur les questions de l’Ecosse ou de l’Europe, il est difficile de ne pas souhaiter la réforme du recrutement politique. Il faut recoller les élites politiques au local en mettant à plat tous les problèmes, sans tabou, et donner le pouvoir à ceux qui ont une pensée stratégique. Peut-être Nicolas Sarkozy sera-t-il une chance pour sortir le pays de cette ornière? On le saura bientôt. Parmi les prétendants sérieux, il est le seul qui ne soit pas issu de l’ENA.

Sur quels sujets, thèmes les élites politiques ne reflètent-elles pas les craintes et les aspirations de la société française globalement ?

Il y en a tant (rires). Les élites politiques ne saisissent pas le désarroi d’une population qui croit encore en la politique. Car les Français croient en la politique et ils croient en leur pays. L’Europe ? Pourquoi pas, mais pas celle des gestionnaires. Ils veulent une France puissante donc lucide sur les rapports de forces européens et mondiaux, y compris avec nos alliés. Identité ? Ni laxisme, ni droit à la différence, mais une assimilation sur une base commune et tolérante du vivre ensemble et sur les valeurs universelles non négociables, comme la dignité de la femme. Chômage ? Fi des recettes de partage du travail, d’augmentation des impôts et charges, des réformes de bric et de broc qui profitent à la bureaucratie. A la place, une réfelxion générale pour la libération des énergies et les aides à la créativité qui produit des brevets et des emplois, avec la recomposition d’une politique réellement solidaire, car telle est la culture généreuse et chrétienne de la France en cette période de crise. Education, famille, culture, régions d’outre-mer, francophonie, environnement, pouvoir local, monde agricole, les demandes des Français sont multiples. Il reste à organiser les moyens de les entendre et de choisir ensuite la bonne politique. Quand elle sera mise en œuvre, gageons que les intellectuels de Cour eux-mêmes accourront pour s’en attribuer les mérites.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 09/05/2015 - 10:21
rectif
parti politique et non article politique !
cloette
- 09/05/2015 - 10:20
je conteste le terme d'élite politique
Prenons l'exemple d'un quidam muni d'un diplôme sans importance à la portée de beaucoup : il s'inscrit à 20 ans dans un article politique il se dévoue il milite , élu sur des listes il n'a jamais travaillé et 30 ans après devient. élite mais non , une élite c'est autre chose , et en général ce n'est pas un fonctionnaire même si c'est possible , en tout cas ce ne peut pas être la personne ainsi décrite !
Benvoyons
- 09/05/2015 - 10:13
Olivier K. - 09/05/2015 - 09:54 TU as parfaitement raison
En effet dans les entreprises UK, ou Germaniques, et bien c'est d'abords l'esprit conquérant, la dynamique positive,la conscience de la réussite de l'entreprise qui priment sur les diplômes. C'est pour cela que dans ces pays et bien les Fonctionnaires n'ont pas le droit d'être des élus et même s'ils démissionnent et bien s'ils ne sont pas réélus ils n'ont pas le droit de revenir dans la Fonction Publique. C'est pour cela aussi que les politiques dans ces pays représentent sont des gens de la société civile, l'inverse de la France.