En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 3 heures 4 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 3 heures 43 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 5 heures 9 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 11 heures 11 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 3 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 4 heures 55 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 11 heures 11 min
Sursaut démocratique

Introduction du "say on pay" : quand les actionnaires se rebiffent et font enfin entendre leur voix

Publié le 07 mai 2015
L’introduction récente du "say on pay" dans le code de régulation Afep-Medef conduit les assemblées générales à se prononcer sur la rémunération des dirigeants d’entreprise.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’introduction récente du "say on pay" dans le code de régulation Afep-Medef conduit les assemblées générales à se prononcer sur la rémunération des dirigeants d’entreprise.

Les capitalistes, c’est bien connu, sont une espèce de rapaces néfastes, qui a partie liée avec le grand patronat, dans une promotion éperdue des valeurs bassement matérielles et pécuniaires, dont la pire déclinaison se développe aux Etats-Unis. Il suffit d’allumer sa télévision ou de feuilleter les pages des meilleures publications françaises pour s’en rendre compte : la nuée capitaliste, motivée par son intérêt égoïste n’apporterait que souffrances et injustices si elle n’était pas maitrisée et régulée par le Saint Empire Etatique. De recherches de bonus en rémunérations faramineuses, les marchés donneraient ainsi régulièrement la nausée par leurs excès salariaux.

Le narratif est usé jusqu’à la corde, mais il prospère pourtant. En dépit des réalités. Car s’il est un mouvement significatif dans la gouvernance des entreprises ces dernières années, c’est la montée en puissance du pouvoir des actionnaires, scrutateurs sévères et avisés de la performance des entreprises, moteurs d’une autorégulation qui se révèle probablement plus puissante que de nombreuses réglementations absconses.

 

Les assemblées générales récentes ont donné lieu à de petites révolutions dans le capitalisme français : chez Sanofi, les rémunérations des dirigeants ont suscité quelques sifflets, chez Renault à peine 60% des actionnaires ont approuvé la rémunération de Carlos Goshn… Les actionnaires se rebiffent et ils font entendre leur voix.

 

A l’origine de ce sursaut démocratique dans le capitalisme : l’introduction récente du "say on pay" dans le code de régulation Afep-Medef, qui conduit les assemblées générales à se prononcer sur la rémunération des dirigeants d’entreprise. Cette pratique, venue de chez nos voisins anglo-saxons, a introduit un contrôle plus fort des PDG par leurs actionnaires, obligeant par le même mouvement à plus de transparence.

 

Ces nouveaux modes de gouvernance, qui renforcent la démocratie actionnariale, ont été promus par des groupes militants, notamment les fonds activistes. Regardés avec méfiance – si ce n’est hostilité – par une partie des entreprises, ces organisations – dont le dynamisme vire parfois à la croisade et engendre de lourdes batailles judiciaires – ont décidé de prendre le pouvoir et de mener la vie dure aux PDG, en renforçant sans cesse leurs exigences et le contrôle qu’elles exercent. Il s’agit d’un véritable bouleversement intellectuel qui s’est produit sur les dernières décennies outre-Atlantique et qui se développe désormais en Europe.

 

Dans un capitalisme français qui était habitué à une gestion traditionnelle, distante et pas nécessairement animée par la volonté de se dévoiler (parler de salaires, c’est vulgaire), c’est une révolution. Elle est profondément concurrentielle : c’est la logique de performance des marchés qui est à l’œuvre. Le PDG efficace est récompensé, le moins efficient remercié ou sanctionné. Le marché, c’est l’efficacité.

 

Car si les propriétaires atomisés des grandes entreprises protestent, ce n’est pas nécessairement par goût altruiste d’une arbitraire obligation morale, mais bien parce qu’ils jugent les résultats des dirigeants sensés les enrichir. C’est, pour simplifier à outrance, la logique de la main invisible d’Adam Smith qui est à l’œuvre : la conjugaison des intérêts personnels fait contrepoids au pouvoir des dirigeants et les soumet à une surveillance constante. Le marché, c’est la démocratie.

 

La logique du marché est participative et démocratique. C’est parce qu’ils pensent à leurs intérêts égoïstes (cette valeur que défendait Aynd Rand) que les actionnaires parviennent à promouvoir un résultat optimal pour la collectivité : soumis à leur contrôle, les PDG sont contraints à l’optimisation et la performance, laquelle doit engendrer un effet positif sur l’ensemble de l’économie. L’entreprise mieux gérée croît, crée de l’emploi. L’actionnaire enrichit investit, consomme. Le marché redistribue ainsi la richesse, en imposant des mécanismes de performance constants.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ex abrupto
- 07/05/2015 - 22:22
Il ètait temps
"Car s’il est un mouvement significatif dans la gouvernance des entreprises ces dernières années, c’est la montée en puissance du pouvoir des actionnaires,..." Ce qui veut dire que jusqu'ici ces messieurs dames faisaient ce que bon leur semble...
borissm
- 07/05/2015 - 20:48
Dans cet article sans grand intérêt...
... je suis, comme (trop) souvent sur Atlantico, effaré par le nombre de fautes d'orthographes rencontrées. N'y a-t-il plus personne qui sache encore écrire notre langue ?