En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 17 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 57 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 42 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 11 heures 2 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 43 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 5 heures 1 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 6 heures 8 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 32 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 10 heures 5 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 55 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 12 heures 8 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 50 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 27 min
© http://pixabay.com
La publication des dernières statistiques européennes sur le coût horaire du travail permet de recentrer ce faux débat.
© http://pixabay.com
La publication des dernières statistiques européennes sur le coût horaire du travail permet de recentrer ce faux débat.
Obsession de la compétitivité

Le coût du travail français trop élevé selon les Allemands : le retour d’un éternel faux débat

Publié le 06 mai 2015
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité". La publication des dernières statistiques européennes sur le coût horaire du travail permet de recentrer ce faux débat.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité". La publication des dernières statistiques européennes sur le coût horaire du travail permet de recentrer ce faux débat.

Ce 4 mai, l’organisme allemand des statistiques, Destatis, classait les pays européens en fonction du coût horaire du travail, laissant ainsi planer une sorte de classement au "mérite compétitif" au sein de la zone euro. Evidemment la France y fait figure de mauvais élève et peut ainsi faire valoir son bonnet d’âne habituel, avec un coût horaire supérieur à 20% à la moyenne de la zone euro. Ce qui serait une faute.

Le débat relatif au coût du travail en France est intarissable, il est source de toutes les préoccupations et prétexte à toutes les joutes politiques. Au cours de ces dernières années, la crispation semble s’être fixée sur le niveau de compétitivité des entreprises à l’exportation. Le travail est trop cher, ce qui provoque une moindre compétitivité, il faudrait donc baisser le coût du travail.

Le premier point à relever est que la France n’exporte que 28% de son PIB, ce qui tend à relativiser un peu le débat puisque la notion de compétitivité ne concerne donc qu’un quart de l’économie française. Puis, le second point, où il semble utile de décomposer les effets d’une baisse du coût du travail. L’hypothèse la plus probable serait d’intervenir par la voie d’une baisse des charges patronales. Disons 5%. Dans un tel cas, le coût de production du bien destiné à l’exportation ne baisse pas de 5%, la baisse sera fonction de la proportion de travail utilisée dans sa production. L’effet est donc réduit, marginal.

Puis, lorsque le coût de production baisse, il n’est pas acquis que cette baisse soit répercutée dans le prix de vente. L’entreprise dispose en effet de plusieurs choix. Soit de retrouver un peu de trésorerie en préservant ses marges, soit de répercuter cette baisse de coût en rehaussant les salaires, soit enfin de réduire le prix du bien. En l’état actuel des choses, lorsque les marges des entreprises sont faibles, c’est plutôt de ce côté que la répercussion aura lieu.

Des marges plus importantes qui permettront d’investir plus ? Pas forcément. En effet, dans un tel cas, il serait alors difficile d’expliquer pourquoi les investissements des sociétés non financières en Allemagne sont aujourd’hui inférieurs de plus de deux points à ceux de la France. Comme le démontre le graphique ci-dessous :

Investissements des sociétés non financières. En % du PIB. Données Eurostat.

Cliquez pour agrandir

Si les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après- demain, il semblerait que les profits allemands d’hier aient trouvé une autre destination.

Après le passage de ces multiples facteurs, il devient difficile d’imaginer comment une baisse de charges de 5% pourrait effectivement permettre un retour fort de la "compétitivité" du pays. Parce qu’il ne reste pas grand-chose à se mettre sous la dent. D’autant plus que la baisse de charges n’a pas lieu uniquement pour les entreprises exportatrices, mais pour l’ensemble de celles-ci. C’est-à-dire qu’il va falloir en financer le coût.

Financement qui, le plus souvent, est assuré par une hausse de la TVA. Impopulaire. Ou par une réduction des dépenses ? Mais pour ces deux solutions envisagées, le résultat à attendre est une contraction de l’activité. Le PIB tenant compte des dépenses publiques, toute baisse aurait un effet sur la croissance. L’hypothèse d’un retour de la "confiance" lorsque les dépenses publiques sont réduites tient plus de la fable que d’une quelconque réalité.

Mais le coût du travail peut également être envisagé sur un plan intérieur, plutôt que de percevoir le "problème" sous l’angle exclusif de l’exportation. En effet, l’économie française dépend bien plus de son marché intérieur que de ses exportations, le problème prend alors une toute autre ampleur. Et si pour tel ou tel  secteur, le coût du travail est jugé trop lourd, il reste à se demander par rapport à quoi. La réponse est simple : par rapport aux ventes. C’est-à-dire par rapport à la demande intérieure du pays. Et là, tout s’éclaire ; c’est la demande qui est insuffisante par rapport au coût du travail et non l’inverse. Mais alors pourquoi baisser les salaires plutôt que de "booster" la demande ? Ce qui peut être réalisé simplement par une intervention massive de la Banque centrale, surtout lorsque l’inflation est proche 0. Ce qui est encore le cas aujourd’hui, malgré la louable (mais trop timide) intervention de la Banque centrale européenne en janvier dernier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 07/05/2015 - 16:08
Les allemands, occupez vous de vos fesses
vous seriez un pays sous développé sous la Biélorussie si l'Europe ne vous avez pas gavé après la deuxième guerre que vous avez vous même contribué à établir dans toute l'Europe... ALORS SILENCE
Jardinier
- 07/05/2015 - 06:05
Il y a quand meme une certitude:
Quelque soit l'organisme, les courbes du cout du travail par pays vont dans le même sens, elles baissent depuis des années en Allemagne, et elles augmentent depuis des années en France, ET la situation économique des deux pays évolue absolument parallèlement.
Anouman
- 06/05/2015 - 23:51
Discours stérile
Non seulement d'après l'ocde l'écart entre le coût du travail n'est pas de 20% entre France et Allemagne mais plutôt 12%, mais de plus la productivité d'une heure travaillée est supérieure en France d'au moins 5 % et pour couronner le tout la durée annuelle moyenne du travail est plus faible en allemagne (1413 heure en 2011 pour 1476 en France selon l'OCDE). On voit donc bien qu'à la fin tout ce discours ne sert uniquement qu'au Medef pour apitoyer les naïfs et au gouvernement pour faire des petits cadeaux aux grosses entreprises (et de manière subsidiaire à masquer son incompétence en matière commerciale et industrielle). Car une petite baisse (même de 5% ) des charges sociales n'a aucun effet sur une entreprise de deux ou trois salariés. Chez Peugeot par contre c'est un pactole pour l'actionnaire.