En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
"Sara", de Stefan Agopian, Actes Sud.
Atlanti-culture
"Sara" : lisez Stefan Agopian, vous ne le regretterez pas
Publié le 29 avril 2015
"Sara", de l'écrivain roumain Stefan Agopian, est un formidable roman historique, fantastique et ésotérique.
Thomas Boespflug est chroniqueur pour le site Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Boespflug pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Boespflug est chroniqueur pour le site Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Sara", de l'écrivain roumain Stefan Agopian, est un formidable roman historique, fantastique et ésotérique.

L'auteur

Stefan Agopian est né à Bucarest en 1947. Il est considéré comme l’un des plus éminents écrivains roumains contemporains. Il est l'auteur de huit romans. Sara, son premier livre traduit en français, est paru en Roumanie en 1987, après être tombé sous le coup de la censure communiste roumaine pendant deux années.

Thème

Dans les premières années du dix-huitième siècle, en Transylvanie, dans la ville de Sibiu, plusieurs peuples cohabitent tant bien que mal derrière des remparts par delà lesquels le climat politique est extrêmement agité. Dans cette communauté, le pressentiment que des événements dramatiques se préparent est omniprésent. Les trahisons, les meurtres et autres conflits dans un microcosme multi-ethnique – à l’image de l’empire des Habsbourg – dessinent le contexte historique du récit.

Tobie y rencontre l’ensorcelante Sara, une mystérieuse femme à la beauté redoutable. Une aventure stupéfiante se tisse alors sur fond de magie, d’hallucinations et de luttes intestines. On y rencontre l’ange Raphaël, un chat doué de la parole nommé Théopomp, un jeune garçon sachant voler, dans une Europe à la croisée des chemins, où les destins des hommes se mêlent à une spiritualité exaltée.

À mi-chemin entre l’interprétation libre d’un livre de l’Ancien Testament (le Livre de Tobie) et la peinture d’un univers historique vraisemblable sur fond d’alchimie, Stefan Agopian nous emmène dans un univers des plus troublant, aussi fantastique qu’ésotérique. On peut également voir comme l’un des principaux thèmes du roman, la critique, ou du moins le pessimisme de l’auteur face à une "Histoire cyclique", qui se répète toujours sans qu’il y ait jamais de réelles mutations.

Points forts

• Ce livre est une fabuleuse porte entrebâillée sur un des centres historiques de l’Europe : l’Europe centrale. Le lecteur peut entrevoir une communauté reflétant la mosaïque de peuples et de cultures cohabitant au sein du Saint-Empire romain germanique ou à ses marges (Germanophones calvinistes, Roumains orthodoxes, Hongrois catholiques etc) et les velléités guerrières de ces communautés. Par exemple, Stefan Agopian fait apparaître dans son récit des figures historiques, comme François Rackozi, figure nationale hongroise, menant une véritable guerre d’indépendance contre le pouvoir des Habsbourg, ou encore Constatin Brancovan, prince roumain de Valachie.

• La retranscription de l’ambiance d’une partie de l’Europe post-médiévale du milieu de la Renaissance – plus qu’elle ne rentre dans le siècle des Lumières, gagne le lecteur de façon brutale. L’exaltation littéraire d’Agopian, l’univers fantastique qu’il dessine rendent cette atmosphère encore plus contagieuse. La force de l’auteur est de transmettre, plus qu’une inquiétude, une véritable anxiété à son lecteur dans une sorte de huis clos surnaturel prenant place dans un univers historique extrêmement vraisemblable ; on penserait presque, par endroits, au réalisme magique de Garcia Marquez.

• À bien des égards ce roman fait penser à un tableau de la peinture flamande du seizième siècle. Les acteurs pourraient être des personnages de Brueghel, dans cette partie de l’Europe qui rentre à peine dans le dix-huitième siècle et qui n’évolue pas aussi rapidement que l’Europe de l’Ouest. La manière qu’a Stefan Agopian de décrire ses personnages est saisissante parfois, voire dérangeante. Il les montre toujours sous des traits de lumières étranges – vertes ou rouges – qui filtrent dans des intérieurs baroques et obscurs. On a parfois la sensation de voir le monde à travers un bocal au contenu étrange, comme dans un laboratoire d’alchimiste. Par la méticuleuse et lente description qu’en fait l’auteur, les visages de ses protagonistes – lorsqu’ils se nourrissent notamment – font penser aux faciès tors et inquiétants des tableaux de Jérôme Bosch. Souvent on a l’étrange impression que les corps ne se meuvent plus mais se contorsionnent, s’agitent comme s’ils étaient pris de convulsions ; on en serait presque mal à l’aise au moment de certaines descriptions.

• La remarquable traduction et la très éclairante préface de Laure Hinckel.

• L’écriture prolifique et riche, parfois truculente.

• Les quelques notes de bas de pages apportent un éclairage non négligeable au lecteur et facilitent rapidement la compréhension du contexte historique.

Points faibles

• On baigne ici dans une littérature presque expérimentale. Aussi, la narration non linéaire et le cadre temporel de l’histoire, savamment déstructuré, pourrait peut-être dérouter certains lecteurs.

En deux mots...

Un roman inclassable, troublant et envoûtant.

Une phrase “ La ville était gelée et déserte et, du haut d’une tour, une horloge aveugle les regardait, de l’air d’être leur camarade, et elle regardait aussi le monde et semblait en savoir autant qu’ils en savaient eux aussi, c’est-à-dire pas grand chose.” (p. 284).

Recommandation

En prioritéEn priorité

Tweet Culture-Tops

Un roman inclassable, troublant et envoûtant.

Informations

"Sara", de Stefan Agopian, Actes Sud.

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires