En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 22 min 43 sec
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 2 heures 25 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 12 heures 38 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 13 heures 51 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 16 heures 25 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 17 heures 33 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 56 min 1 sec
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 1 heure 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 2 heures 15 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 11 heures 53 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 23 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 15 heures 56 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 16 heures 57 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 18 heures 12 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 21 heures 7 min
© Marc Guyot
 Si vous n'assurez pas au niveau du style, vous êtes presque sûr de vous disqualifier en entretien d'embauche.
© Marc Guyot
 Si vous n'assurez pas au niveau du style, vous êtes presque sûr de vous disqualifier en entretien d'embauche.
C'est comme ça

Porter des vêtements de marque à un entretien d’embauche, ça paye

Publié le 28 avril 2015
En France, le CV est important, mais il n'y a pas que les mentions "HEC" ou "Polytechnique" qui importent. Aussi flamboyantes vos références soient-elles, si vous n'assurez pas au niveau du style, vous êtes presque sûr de vous disqualifier.
Vincent Grégoire est architecte d'intérieur de formation. Il est entré chez Nelly Rodi, où il travaille depuis plus de vingt ans. Il y occupe le poste de responsable "Art de vivre".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Grégoire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Grégoire est architecte d'intérieur de formation. Il est entré chez Nelly Rodi, où il travaille depuis plus de vingt ans. Il y occupe le poste de responsable "Art de vivre".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, le CV est important, mais il n'y a pas que les mentions "HEC" ou "Polytechnique" qui importent. Aussi flamboyantes vos références soient-elles, si vous n'assurez pas au niveau du style, vous êtes presque sûr de vous disqualifier.

Atlantico : Dans le cadre d’une étude réalisée par le "Journal of business research", des étudiants ont dû se prononcer sur les compétences d’une femme passant un entretien d’embauche. La première fois elle portait un chemisier de grande marque, la deuxième celui d’une compagnie de "fast fashion", la dernière un chemisier sans marque. Elle a été jugée plus apte lorsqu’elle portait un chemisier de grande marque. Quel est l'impact à la fois du type de vêtements portés mais aussi de leur marque sur la perception de nos compétences ? 

Vincent Grégoire : Quelqu’un qui porte un vêtement de marque, pour beaucoup de recruteurs, c’est quelqu’un qui fait attention à lui, qui entre dans une certaine notion de compétitivité, qui tend à l’excellence. L’élégance, le chic lors d’un premier entretien est un moyen de démontrer au recruteur que, si l’on est sélectionné, on  se donnera au maximum et que dans notre ascension on entrainera l’entreprise avec nous.

Bien s’habiller, s’est montrer que l’on prend soin de soi, qu’on est conscient des notions de pouvoir et d’autorité. C’est dire : je viens ici pour gagner de l’argent afin de conserver, voire d’améliorer, mon train de vie. Porter des vêtements de marque donne une image plus luxe, plus professionnelle.

Dès lors que l’apparence est soignée, le recruteur imagine l’individu comme étant quelqu’un de performant. C’est en réalité l’idée de l’élite qui parle à l’élite. Le recruteur a tout de suite l’impression d’embaucher quelqu’un qui vient de la même classe sociale que lui, il se sent valorisé.

A contrario, quelqu’un qui s’habille plus "normalement" renvoie l’image d’un individu qui se contente de peu, qui n’a ni l’intention de s’améliorer, ni de s’investir outre-mesure dans l’entreprise.

 

Qu'est-ce que le choix des vêtements et des marques dit de notre personnalité et de nos ambitions ? 

Le vêtement c’est un miroir. Porter un certain style revient à se fabriquer une image. Porter des vêtements chers, c’est donner l’impression que l’on cherche à s’élever socialement, à progresser. Si l’on porte des vêtements griffés, on montre que l’on appartient à une certaine culture de l’argent, de la réussite, du pouvoir. Ça rassure !

S’habiller tout en marques prouve à l’autre que l’on fait attention à son image, à son apparence. Toute cette logique est basée sur le constat même que chacun de nous se fie à sa première impression de l’autre. La société actuelle est une société du paraître, où les griffes sont sacrées.

Ce rôle majeur joué par l’apparence évolue en fonction des sociétés : en Asie ou aux Etats- Unis par exemple, le look est encore plus important !  

A l’inverse, porter des vêtements mignons mais peu chers, revient à donner de nous l’image de quelqu’un sans aspérités, sans relief, simple, normal et qui se fond dans la masse.

 

Les vêtements auraient également un impact sur le salaire que l'on parvient à négocier. Notre tenue vestimentaire peut-elle également impacter notre capacité de conviction ?

Oui, bien sûr. Par exemple, parfois, quelqu’un qui ne possède pas forcément de gros moyens financiers investira dans des vêtements de luxe. D’une part ceci le dopera, lui donnera envie de réussir, pour pouvoir se faire plaisir plus souvent ; d’autre part c’est une façon de montrer au recruteur que l’on veut réussir et que l’on se battra pour continuer à assurer son train de vie.

L’impact de la tenue sur le salaire est aussi existant. Bien s’habiller, s’est montrer que l’on cherche à assurer un certain train de vie. Le recruteur aura donc tendance à se dire que la personne mérite un bon salaire : si elle peut se payer de jolies fringues, c’est qu’elle le mérite !

 

A porter des marques apparentes, ne risque-t-on pas de tomber dans le tape-à-l'œil, voire le vulgaire ? 

Il faut toujours faire attention à la personne que l’on a en face nous. Certains seront très "contents", flattés de voir quelqu’un arriver à un entretien d’embauche vêtu de marques. Il faut choisir la bonne mise en scène, fournir les bonnes réponses aux différentes attentes. On ne s’habille pas n’importe comment en face de n’importe qui.  

Néanmoins, s’habiller avec des marques fait rarement peur au recruteur, c’est un phénomène d’imitation. En se valorisant soi-même on valorise l’autre. En portant des habits de marque, on a l’impression de faire partie de la même bande, ce qui est valable pour nous comme pour le recruteur.

 

L'influence de la tenue vestimentaire est-elle la même dans tous les secteurs et à tous les âges ?

Non, l’influence de la tenue vestimentaire varie selon son âge et le secteur dans lequel on travaille. Selon l’univers on doit exprimer l’humilité, l’honnêteté, la créativité…. Par exemple, quelqu’un qui travaille au sein d’une banque a peu de marge de manœuvre, il doit adopter un look sobre, chic. Il pourra difficilement se montrer créatif dans ses choix vestimentaires, ce qui ne veut pas dire qu’il ne devra pas porter de marques. Simplement, il devra respecter des codes "classiques" qui sont souvent stéréotypés (en Asie par exemple, la marge de manœuvre est faible alors qu’en Italie l’innovation est encouragée).Les marques portées doivent s’accorder avec l’endroit dans lequel on travaille, il faut savoir choisir entre vêtements "bling bling" et vêtement simples mais chics, élégants. Souvent, les marques qui expriment le classicisme sont mieux perçues que celles qui expriment la créativité. Chaque profession vient avec son quota d’exigences. L’attention se porte souvent sur les accessoires choisis. Pour une femme c’est le sac qui compte (une femme d’affaires se doit d’avoir un sac Celine alors qu’une assistante marketing doit détenir un sac Coach par exemple) alors que pour un homme ce sont les chaussures (un beau costume avec de vieilles chaussures, c’est rédhibitoire !).

Ensuite selon l’âge les exigences se font de plus en plus grandes. Un jeune qui arrive à un entretien d’embauche en portant des vêtements chics, chers : ça surprend, ça suscite une part d’admiration et immédiatement ça fonctionne. D’autant plus que l’on attend plutôt de quelqu’un de jeune qu’il refuse de se plier aux règles, l’inverse est donc forcément un atout !

Pour quelqu’un de plus âgé, l’enjeu c’est de montrer que l’on est encore jeune, que l’on est "in" et surtout pas ringard. C’est bien plus compétitif avec l’âge : tout est dans le dosage, on doit rassurer tout en montrant que l’on est toujours dans le coup.

En vérité, c’est un éternel paradoxe : un jeune doit savoir paraître plus vieux alors que quelqu’un de plus âgé doit "faire jeune" sans pour autant être ridicule !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires