En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

06.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 6 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 7 heures 40 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 10 heures 46 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 15 heures 57 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 16 heures 37 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 7 heures 11 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 8 heures 6 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 10 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 12 heures 38 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 16 heures 52 min
© Pixabay
Pourquoi il faut interdire le voile islamique à l’université (adultes ou pas).
© Pixabay
Pourquoi il faut interdire le voile islamique à l’université (adultes ou pas).
Le pour

Pourquoi il faut interdire le voile islamique à l’université (adultes ou pas)

Publié le 27 avril 2015
Depuis plusieurs mois, la question du voile islamique - non intégral - à l'université a fait son entrée dans le débat public. Et si être libéral signifie respecter les libertés individuelles, le port du voile, sur-interprétation rigoriste du Coran, est loin de symboliser l'émancipation des femmes.
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs mois, la question du voile islamique - non intégral - à l'université a fait son entrée dans le débat public. Et si être libéral signifie respecter les libertés individuelles, le port du voile, sur-interprétation rigoriste du Coran, est loin de symboliser l'émancipation des femmes.

Être libéral et favorable à l’interdiction du voile dans les universités peut sembler paradoxal. J’entends déjà mes détracteurs : "Comment ? Mais les femmes qui vont voilées dans ces établissements sont des adultes, cher ami ! Elles ont le droit de faire un choix, elles sont libres. Au nom de quoi les en empêcher ? N’est-ce pas de la laïcité punitive, comme le disent Jean-Louis Bianco et son Observatoire sur le sujet ; de l’islamophobie, donc du racisme?"

Et bien non, messieurs les faux laïcs, votre sophisme n’est que reductio ad lepenum.

Sur un sujet aussi sensible et qui va s’inviter de plus en plus durement dans le débat public, il faut en effet raisonner avec rigueur. Le voile ne concerne pas uniquement celles qui le portent, c’est là tout le problème.

>>> A lire également : Pourquoi ne pas interdire le voile à l'université est aussi logique que de l'interdire à l'école

Ceux qui fréquentent l’université, comme les autres lieux d’éducation ou comme l’hôpital, entrent nécessairement, par nature et par usage, en contact les uns avec les autres et doivent communiquer entre eux. Un élève parle aux autres élèves et à ses professeurs, un malade à ses soignants, des patients occupent parfois les mêmes chambres, etc. Ils n’ont pas le libre choix de leurs relations, la possibilité de les éviter s’ils le souhaitent. Le principe de la laïcité est alors simple : dans ce type d’endroits, pour que les convictions de chacun soient respectées, nul ne doit arborer de signes extérieurs de ralliement à une foi, une croyance, un parti, un syndicat, etc.

Aller dans l'amphithéâtre d'une université pour suivre ou donner un cours et devoir côtoyer, questionner ou entreprendre des travaux dirigés avec quelqu’un qui porterait un maillot orné de la rose socialiste ou du logo de l’UMP pourrait légitimement heurter ceux qui ne sont pas leurs partisans. Ce qui vaut pour le politique au sens strict vaut aussi pour le religieux.

Ceux qui sont gênés par le spectacle d’une femme voilée, qu’ils jugent sexiste et régressif, doivent voir leurs convictions préservées dans l'espace même où ils ne peuvent se soustraire à sa présence et éviter d’entrer en relation avec elle. La liberté d’expression ne concerne pas que ceux qui s’expriment, elle doit être conciliée avec les droits de ceux qui sont nécessairement confrontés à cette expression.

Car le port du voile est un acte qui ne relève pas de la seule foi abstraite et personnelle mais de l’adhésion au principe que la femme doit se vêtir avec modestie pour ne pas attiser le désir masculin. "Dis aux croyantes de baisser leurs regards, d’être chastes, de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît. Qu’elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines ! Qu’elles montrent seulement leurs atours à leurs époux, ou à leurs pères ... ou à leurs frères.." (Coran, XXIV,31) On remarquera qu’il est question de poitrine et non de cheveux et que la lecture rigoriste du Coran est une surinterprétation donnée par des dévots pudibonds. La Turquie d’Ataturk a interdit le port du voile en 1925 en même temps que la polygamie. L’Iran lui emboîta le pas une dizaine d’années plus tard avant malheureusement que le régime des mollahs ne mît fin à cette libéralisation.

Il s’agit donc de savoir si, à l’université ou à l’hôpital, nous laisserons s’imposer une orientation proprement politique dans l’interprétation du Coran, celle qu’en font des rétrogrades. Elle infantilise également l'homme, jugé incapable de résister aux pulsions que suscite une femme aguicheuse et coupable par essence.

Du reste, cette question n’est pas propre à l’islam puisque Saint Paul dans son épître aux Corinthiens suggère que, pendant la prière : " L’homme ne doit pas se couvrir la tête, parce qu’il est l’image de la gloire de dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme et l’homme n’a pas été créé pour la femme mais la femme pour l’homme ... C’est pourquoi la femme doit, à cause des anges, avoir sur la tête un signe de sujétion."

Le combat contre le sexisme et la pudibonderie dépasse donc le seul islam même si aujourd’hui ce dernier en est le plus virulent vecteur. On notera enfin que, voile ou pas voile, les femmes peuvent se faire agresser exactement de la même manière, comme ce fut observé en Egypte lors des troubles qui mirent fin au pouvoir des Frères musulmans il y a deux ans.

Il nous appartient donc, appuyés sur les principes de la laïcité, de favoriser une lecture modérée plutôt que fondamentaliste du Coran, compatible avec l’esprit de la République. En 1897, le réformiste égyptien Qâsim Amîn publia un ouvrage essentiel : "Tahrîr al-mar’a" ou "Libération de la femme" qui affirmait l’égalité entre les sexes contre une interprétation selon lui erronée du Coran. Il prônait l’éducation des femmes et leur recommandait d’abandonner le voile. Mais, on l'a constaté désormais, instruction n’est pas synonyme d'émancipation. Le retour du voile à l’université est même le symbole du contraire.

L’y laisser prospérer, comme le font actuellement par lâcheté ou mauvaise compréhension des termes du débat une grande partie des politiques, est très périlleux. Le jour viendra plus vite qu’on l’imagine où le nombre de femmes voilées alimentera une revendication pour des bancs ou des amphithéâtres séparés, puis une ségrégation des enseignants par genre et enfin une contestation du contenu même des enseignements. La démission actuelle est la voie ouverte à un conflit beaucoup plus dur dans quelques années.

Comme l’écrivait élégamment Abu Shakour, poète persan du 10ème siècle : "Quand l’arbre est petit, le jardinier peut encore le manipuler mais quand il est grand, il ne pourra plus le redresser".

Serge Federbusch est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, à paraître le 6 mai aux éditions Ixelles

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

06.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
genbea75018
- 30/04/2015 - 10:44
POURQUOI TANT D'HESITATION ?
Il serait grandement souhaitable que nous ayons des politiques suffisamment courageux pour dire qu'aucune appartenance religieuse quel qu'elle soit ne peut être tolérée dans l'espace public : pas de kippa, pas de burka, pas de revêtement intégral, pas de croix, etc...
Pour que musulmans, juifs, chrétiens se fondent et ne puissent être identifiés comme appartenant à telle ou telle religion.
Je suis persuadée que si une telle décision était prise, elle permettrait une assimilation beaucoup plus facile de tous les individus ainsi que leur sécurité.
Anguerrand
- 27/04/2015 - 15:21
Une loi pour tous
Dans un pays laïque, la religion reste à la maison ou sur le lieu de culte, un point c'est tout. Toute tenue prosélytiste vestimentaire doit donc rester à la maison, un immigrant qui vient en France doit respecter les lois de notre pays, mais aussi ses coutumes. Dans un pays de tradition judeo- chrétienne, ils doivent admettre ces traditions comme les crèches, ou manifestations chrétiennes de toute façon autrement plus discrètes que les prières de rues ou le niqab qui met le femme au rang d'objet. On respect la loi qui évite la souffrance animale, donc on s'interdit de martyriser les animaux comme l'abattage Hallal ou Cacher. Le respect de l'animal est une avancée de notre civilisation, le moyen âge est fini. Les religions s'en remettront.
JonSnow
- 27/04/2015 - 15:05
Excellent article!
J'adhère à tous les arguments ici exposés.