En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 3 min 54 sec
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 15 heures 11 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 16 heures 36 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 17 heures 43 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 18 heures 19 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 19 heures 46 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 21 heures 16 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Société
Crise sanitaire

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

il y a 12 min 24 sec
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 15 heures 54 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 17 heures 3 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 18 heures 3 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 18 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 21 heures 31 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 22 heures 3 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 22 heures 19 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 22 heures 32 min
© Pixabay
Pourquoi il faut interdire le voile islamique à l’université (adultes ou pas).
© Pixabay
Pourquoi il faut interdire le voile islamique à l’université (adultes ou pas).
Le pour

Pourquoi il faut interdire le voile islamique à l’université (adultes ou pas)

Publié le 27 avril 2015
Depuis plusieurs mois, la question du voile islamique - non intégral - à l'université a fait son entrée dans le débat public. Et si être libéral signifie respecter les libertés individuelles, le port du voile, sur-interprétation rigoriste du Coran, est loin de symboliser l'émancipation des femmes.
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs mois, la question du voile islamique - non intégral - à l'université a fait son entrée dans le débat public. Et si être libéral signifie respecter les libertés individuelles, le port du voile, sur-interprétation rigoriste du Coran, est loin de symboliser l'émancipation des femmes.

Être libéral et favorable à l’interdiction du voile dans les universités peut sembler paradoxal. J’entends déjà mes détracteurs : "Comment ? Mais les femmes qui vont voilées dans ces établissements sont des adultes, cher ami ! Elles ont le droit de faire un choix, elles sont libres. Au nom de quoi les en empêcher ? N’est-ce pas de la laïcité punitive, comme le disent Jean-Louis Bianco et son Observatoire sur le sujet ; de l’islamophobie, donc du racisme?"

Et bien non, messieurs les faux laïcs, votre sophisme n’est que reductio ad lepenum.

Sur un sujet aussi sensible et qui va s’inviter de plus en plus durement dans le débat public, il faut en effet raisonner avec rigueur. Le voile ne concerne pas uniquement celles qui le portent, c’est là tout le problème.

>>> A lire également : Pourquoi ne pas interdire le voile à l'université est aussi logique que de l'interdire à l'école

Ceux qui fréquentent l’université, comme les autres lieux d’éducation ou comme l’hôpital, entrent nécessairement, par nature et par usage, en contact les uns avec les autres et doivent communiquer entre eux. Un élève parle aux autres élèves et à ses professeurs, un malade à ses soignants, des patients occupent parfois les mêmes chambres, etc. Ils n’ont pas le libre choix de leurs relations, la possibilité de les éviter s’ils le souhaitent. Le principe de la laïcité est alors simple : dans ce type d’endroits, pour que les convictions de chacun soient respectées, nul ne doit arborer de signes extérieurs de ralliement à une foi, une croyance, un parti, un syndicat, etc.

Aller dans l'amphithéâtre d'une université pour suivre ou donner un cours et devoir côtoyer, questionner ou entreprendre des travaux dirigés avec quelqu’un qui porterait un maillot orné de la rose socialiste ou du logo de l’UMP pourrait légitimement heurter ceux qui ne sont pas leurs partisans. Ce qui vaut pour le politique au sens strict vaut aussi pour le religieux.

Ceux qui sont gênés par le spectacle d’une femme voilée, qu’ils jugent sexiste et régressif, doivent voir leurs convictions préservées dans l'espace même où ils ne peuvent se soustraire à sa présence et éviter d’entrer en relation avec elle. La liberté d’expression ne concerne pas que ceux qui s’expriment, elle doit être conciliée avec les droits de ceux qui sont nécessairement confrontés à cette expression.

Car le port du voile est un acte qui ne relève pas de la seule foi abstraite et personnelle mais de l’adhésion au principe que la femme doit se vêtir avec modestie pour ne pas attiser le désir masculin. "Dis aux croyantes de baisser leurs regards, d’être chastes, de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît. Qu’elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines ! Qu’elles montrent seulement leurs atours à leurs époux, ou à leurs pères ... ou à leurs frères.." (Coran, XXIV,31) On remarquera qu’il est question de poitrine et non de cheveux et que la lecture rigoriste du Coran est une surinterprétation donnée par des dévots pudibonds. La Turquie d’Ataturk a interdit le port du voile en 1925 en même temps que la polygamie. L’Iran lui emboîta le pas une dizaine d’années plus tard avant malheureusement que le régime des mollahs ne mît fin à cette libéralisation.

Il s’agit donc de savoir si, à l’université ou à l’hôpital, nous laisserons s’imposer une orientation proprement politique dans l’interprétation du Coran, celle qu’en font des rétrogrades. Elle infantilise également l'homme, jugé incapable de résister aux pulsions que suscite une femme aguicheuse et coupable par essence.

Du reste, cette question n’est pas propre à l’islam puisque Saint Paul dans son épître aux Corinthiens suggère que, pendant la prière : " L’homme ne doit pas se couvrir la tête, parce qu’il est l’image de la gloire de dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme et l’homme n’a pas été créé pour la femme mais la femme pour l’homme ... C’est pourquoi la femme doit, à cause des anges, avoir sur la tête un signe de sujétion."

Le combat contre le sexisme et la pudibonderie dépasse donc le seul islam même si aujourd’hui ce dernier en est le plus virulent vecteur. On notera enfin que, voile ou pas voile, les femmes peuvent se faire agresser exactement de la même manière, comme ce fut observé en Egypte lors des troubles qui mirent fin au pouvoir des Frères musulmans il y a deux ans.

Il nous appartient donc, appuyés sur les principes de la laïcité, de favoriser une lecture modérée plutôt que fondamentaliste du Coran, compatible avec l’esprit de la République. En 1897, le réformiste égyptien Qâsim Amîn publia un ouvrage essentiel : "Tahrîr al-mar’a" ou "Libération de la femme" qui affirmait l’égalité entre les sexes contre une interprétation selon lui erronée du Coran. Il prônait l’éducation des femmes et leur recommandait d’abandonner le voile. Mais, on l'a constaté désormais, instruction n’est pas synonyme d'émancipation. Le retour du voile à l’université est même le symbole du contraire.

L’y laisser prospérer, comme le font actuellement par lâcheté ou mauvaise compréhension des termes du débat une grande partie des politiques, est très périlleux. Le jour viendra plus vite qu’on l’imagine où le nombre de femmes voilées alimentera une revendication pour des bancs ou des amphithéâtres séparés, puis une ségrégation des enseignants par genre et enfin une contestation du contenu même des enseignements. La démission actuelle est la voie ouverte à un conflit beaucoup plus dur dans quelques années.

Comme l’écrivait élégamment Abu Shakour, poète persan du 10ème siècle : "Quand l’arbre est petit, le jardinier peut encore le manipuler mais quand il est grand, il ne pourra plus le redresser".

Serge Federbusch est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, à paraître le 6 mai aux éditions Ixelles

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
genbea75018
- 30/04/2015 - 10:44
POURQUOI TANT D'HESITATION ?
Il serait grandement souhaitable que nous ayons des politiques suffisamment courageux pour dire qu'aucune appartenance religieuse quel qu'elle soit ne peut être tolérée dans l'espace public : pas de kippa, pas de burka, pas de revêtement intégral, pas de croix, etc...
Pour que musulmans, juifs, chrétiens se fondent et ne puissent être identifiés comme appartenant à telle ou telle religion.
Je suis persuadée que si une telle décision était prise, elle permettrait une assimilation beaucoup plus facile de tous les individus ainsi que leur sécurité.
Anguerrand
- 27/04/2015 - 15:21
Une loi pour tous
Dans un pays laïque, la religion reste à la maison ou sur le lieu de culte, un point c'est tout. Toute tenue prosélytiste vestimentaire doit donc rester à la maison, un immigrant qui vient en France doit respecter les lois de notre pays, mais aussi ses coutumes. Dans un pays de tradition judeo- chrétienne, ils doivent admettre ces traditions comme les crèches, ou manifestations chrétiennes de toute façon autrement plus discrètes que les prières de rues ou le niqab qui met le femme au rang d'objet. On respect la loi qui évite la souffrance animale, donc on s'interdit de martyriser les animaux comme l'abattage Hallal ou Cacher. Le respect de l'animal est une avancée de notre civilisation, le moyen âge est fini. Les religions s'en remettront.
JonSnow
- 27/04/2015 - 15:05
Excellent article!
J'adhère à tous les arguments ici exposés.