En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Lazy Sam
Bonnes feuilles

La loi Kafala, cette disposition juridique qui permet au Qatar d'interdire à toute personne de quitter son territoire de manière totalement arbitraire

Publié le 27 avril 2015
"Je suis arrivé en août 2007 pour travailler au Qatar ; j'ai dû payer 250 000 euros en octobre 2013 pour pouvoir en partir." Extrait de "Séquestré au Qatar", de Stéphane Morello, publié aux éditions Max Milo (2/2).
Stéphane Morello vit actuellement au Qatar avec femme et enfans mais il a changé d'employeur et de métier. Il est désormais Professeur des écoles.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Morello
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Morello vit actuellement au Qatar avec femme et enfans mais il a changé d'employeur et de métier. Il est désormais Professeur des écoles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Je suis arrivé en août 2007 pour travailler au Qatar ; j'ai dû payer 250 000 euros en octobre 2013 pour pouvoir en partir." Extrait de "Séquestré au Qatar", de Stéphane Morello, publié aux éditions Max Milo (2/2).

« À l’origine, la kafala est le nom donné à une procédure d’adoption particulière au droit musulman, procédure par lequel un enfant naturel peut être adopté. Il conserve son patronyme et ne bénéficie ni du nom de famille de son kafil, son parrain, ni des mêmes droits à l’héritage qu’un enfant légitime. Au Qatar, c’est le nom qui est donné à cette loi locale, quasi unique dans le monde et à laquelle est soumise toute personne venue résider au Qatar sans appartenir à la nation qatarie : elle protège la personne qui vous permet de venir résider sur le territoire qatari, en général l’employeur. En effet, le Qatar n’est pas, pour la majorité des expatriés, un pays où on envisage de s’installer définitivement. Les séjours de courte durée y sont fréquents. Ainsi, le kafil, le sponsor ou parrain étant responsable des éventuelles dettes que le sponsorisé aurait pu contracter lors de son séjour, est investi du pouvoir de vous interdire, à sa seule discrétion, de sortir du territoire tant qu’il n’a pas la certitude que vous êtes en règle. Et pour cela, nul besoin de démarche ni de justification.

>>>>>> A lire également : Stéphane Morello, entraîneur de foot séquestré au Qatar : comment l'émirat se débarrasse des étrangers qui ne lui sont plus utiles

 

C’est bien évidemment l’abus de ce pouvoir qui m’a conduit à rester prisonnier durant ces cinq années. Mais mon cas est loin d’être isolé. En même temps que ma situation, les médias ont mis en lumière celles d’autres Français. Des procédures judiciaires étant en cours en France et au Qatar, je ne peux, sans risque d’interférer avec les procédures d’instruction en dire tout ce que j’en sais. Mais nous ne sommes pas les seuls ! Loin de là.

J’ai pu rencontrer, au cours de réunions avec Human Rights Watch, des ressortissants d’autres nationalités qui se débattaient dans des situations similaires, comme ce haut responsable de la chaîne Al-Jazira et son épouse qui, au moment où je les ai rencontrés, étaient dans l’impossibilité de partir depuis de nombreux mois. Beaucoup n’osent pas se rebeller ou craignent d’en parler. Sans compter les centaines d’ouvriers venus d’Inde, du Bangladesh, du Népal, des Philippines… qui se voient délestés de leur passeport dès leur arrivée sur leur lieu de travail. Qui les entendra ? Qui les soutiendra ? Qui fera entendre leur voix ? Un journal anglais… Peut-être.

Les autorités qataries, conscientes du problème, ont assuré vouloir y remédier en assouplissant la kafala et en infligeant des sanctions à ceux qui en abusent pour servir leurs intérêts. Mais en attendant, chacun peut se retrouver entravé, incapable de quitter le pays pendant un temps indéfini par le seul fait du prince.

Comment en est-on arrivé à cette situation de perdant/perdant ? Qui en est responsable ? Où sont les coupables ? Au Qatar ? En France ? Des deux côtés ?

Voici les faits tels que je les ai vécus. Faites-vous une opinion… »

Extrait de "Séquestré au Qatar", de Stéphane Morello, publié aux éditions Max Milo, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 26/04/2015 - 17:16
SUITE
qui ne sera jamais le leur puisqu'il ne pourra jamais porter leur nom ou le prénom qu'ils auraient souhaité lui voir porter, mais pour lequel on les a obligés à se convertir à l'islam, et grâce auquel ils seront sous surveillance des services sociaux Espagnols (convention de l'état Espagnol pour complaire au Maroc) qui viendront vérifier si cet enfant est bien éduqué dans la religion musulmane, et elle uniquement. Dans le cas où il apparaîtrait que l'enfant aurait des influences religieusement pas correct , il est renvoyé dans un sinistre orphelinat Marocains sans autre forme de procès. Ils sont où les indignés chroniques?
MIMINE 95
- 26/04/2015 - 17:06
KAFALA
Si les français connaissaient les règles "d'adoption" Kafils des enfants marocains, et certainement d'autres pays musulmans, il pourraient mesurer le niveau de tolérance de certains pays musulmans dits modérés. L'espagne est même aller jusqu'à violer sa constitution pour permettre à ses parents de garder un enfant qui ne sera j