En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 38 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 39 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 30 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 47 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 17 heures 9 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 42 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 7 heures 3 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 10 heures 5 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 33 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 31 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 16 heures 8 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 17 heures 5 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 18 heures 50 sec
© Reuters
Le brainstorming ne fonctionne pas.
© Reuters
Le brainstorming ne fonctionne pas.
Vue de l'esprit

Pourquoi le brainstorming ne fonctionne pas

Publié le 21 avril 2015
Le brainstorming, méthode inventée en 1939 par le publicitaire Alex Osborn, consistant à générer de nouvelles idées sur la base d'un travail en groupe dans lequel chacun est encouragé à faire toutes les suggestions qui lui passent par la tête sans avoir à subir les éventuelles critiques de ses comparses, ne serait pas aussi efficace qu'on le prétend. Un grand nombre d'études le montrent depuis longtemps, sans que cela n'affecte la popularité du procédé.
Mehdi Moussaïd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mehdi Moussaïd est chercheur en sociologie quantitative à l'institut Max Planck de Berlin.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le brainstorming, méthode inventée en 1939 par le publicitaire Alex Osborn, consistant à générer de nouvelles idées sur la base d'un travail en groupe dans lequel chacun est encouragé à faire toutes les suggestions qui lui passent par la tête sans avoir à subir les éventuelles critiques de ses comparses, ne serait pas aussi efficace qu'on le prétend. Un grand nombre d'études le montrent depuis longtemps, sans que cela n'affecte la popularité du procédé.

Atlantico : Une expérience menée dans le Minnesota avec les employés d'une agence publicitaire a mis en compétition des équipes de quatre avec des personnes isolées, sur un même problème. Ces dernières ont apporté deux fois plus de solutions que les groupes, et celles-ci ont été jugées plus "réalisables" et "effectives". D'autres études sont allées dans le même sens par la suite. Comment l'expliquer ?

Mehdi Moussaïd : L'expérience consistait à confronter deux types de groupes : d'un côté des groupes qui fonctionnaient selon les principes du brainstorming, de l'autre des personnes isolées dont les résultats ont ensuite été agrégés (une formule en deux étapes, donc, contrairement à la première). Les résultats de ces deux sortes de groupes ont ensuite été confrontés. La discussion et l'absence de discussion sont au cœur de cette expérience. Le résultat constaté est typique de ce que nous appelons les expériences de "tâche d'estimation", où l'on demande par exemple à des gens d'estimer le nombre de billes contenues dans un récipient. Ce procédé est révélateur en ce qu'il est détaché de toute considération culturelle. On demande à des groupes plus ou moins nombreux, de 4 à 12 personnes, de délibérer pour sortir un chiffre. Parallèlement, un même nombre de personnes doivent réaliser la même tâche, à la différence que celles-ci ne procèdent à aucune délibération. Elles ne sont d'ailleurs même pas au courant que d'autres doivent faire la même chose. On procède ensuite à une comparaison entre le résultat donné après concertation et celui obtenu à partir de la moyenne des estimations faites isolément. Quasi systématiquement, les 12 personnes isolées donnent une moyenne plus précise que l'estimation faite de manière concertée.

Le problème du processus de délibération tient dans les influences sociales que les uns auront sur les autres. En délibération, le groupe a tendance à suivre le même chemin. Le premier chiffre qui sera suggéré par l'un des membres du groupe influera de toute manière sur la suite des discussions. Petit-à-petit le même chemin de pensée va s'imposer à tous. Dans un groupe de 12 personnes isolées, l'indépendance de chacun est une force : tous auront une réflexion différente, avec des estimations qui pourront être totalement fausses dans un sens comme dans l'autre, mais qui seront extrêmement précises une fois la moyenne effectuée.

En outre, quasi systématiquement, se met en place une structure sociale dans la délibération. Si au début d'une discussion entre des personnes qui ne se connaissent pas tout le monde a la même "valeur" a priori, au bout de quelques minutes certains deviennent leader, tandis que d'autres seront plus éteints, ou suiveurs. Enormément de facteurs entrent en jeu, entre personnalité, temps de parole, fréquence… si bien que nous nous trouvons encore face à un certain nombre d'inconnues en la matière. Toujours est-il qu'une hiérarchie se met systématiquement en place, ce qui amène les décisions du groupe à reposer sur une seule personne, parce que les positions se seront ajustées en fonction des siennes. Beaucoup de processus sociaux se mettent donc en place, qui se révèlent néfastes.

Ces facteurs néfastes seront amoindris si la constitution du groupe est pensée en amont : si les personnes sont choisies en fonction de qualités complémentaires, l'effet de leader nuira moins à la qualité du travail. Une délibération "sauvage" aura toujours des résultats beaucoup moins bons.

Une autre étude menée sur 168 personnes réparties en groupes de 5, 7 ou 9 a montré que plus un groupe de réflexion est nombreux, moins il est productif. Dans quelle mesure le groupe peut-il inhiber la force de proposition des individus, voire les pousser à une certaine paresse ?

Comme je le disais, une hiérarchie sociale se met naturellement en place : plus on est nombreux, plus il y aura de monde en bas de la pyramide, et par conséquent tout reposera sur ceux qui sont en haut. En outre la "pensée de groupe" conduit les membres à considérer qu'ils se trouvent dans une situation confortable, se disant que de toute façon la force du groupe sera nécessairement bonne. C'est ainsi que les gens ont tendance à produire moins  d'efforts lorsqu'ils sont au milieu d'un groupe que lorsqu'on leur demande de faire la même chose isolément. C'est la croyance naïve dans la "magie du groupe", qui conduit à penser que de toute façon le collectif corrigera tout. Une personne seule sera forcément plus impliquée. Et même si elle a faux, l'agrégation de son jugement à celui d'autres personnes isolées aura beaucoup plus de chances de donner un bon résultat.

Lever toute forme de jugement est l'un des piliers du brainstorming : là aussi une comparaison a été faite entre des groupes pratiquant un brainstorming habituel, et d'autres qui étaient encouragés à porter un jugement immédiat sur les idées émises. Les premiers produisaient plus d'idées, mais tous apportaient le même nombre d'idées de bonne qualité. Faut-il en déduire que de toute façon, le jugement interviendra bien à un moment ou un autre, et que le fait de le supprimer du processus créatif n'est pas gage de meilleures idées à l'arrivée ?

Le postulat de départ du brainstorming consiste à dire que comme le jugement est supprimé, cela augmentera le nombre d'idées, et donc mécaniquement, le nombre de "bonnes" idées. Sauf qu'à dire tout ce qui passe par la tête, à la fin il n'y a pas grand-chose à garder. Au contraire, un individu qui sait que ce qu'il va dire sera évalué de manière critique, contraindra ses propositions en fonction de ce qu'il considère être pertinent ou non. Le fait de ne pas émettre de critiques permet d'émettre plus d'idées, mais aussi plus de "bruit" : il y a beaucoup de déchets, au milieu desquels il faut être capables de retrouver les quelques bonnes idées.

Selon le co-fondateur d'Apple Steve Wozniak, il est préférable de travailler seul. Certaines personnes sont-elles faites pour travailler en solitaire, et d'autres, en groupe ?

En tant que chercheur, j'élabore mes idées seul, pour dans un second temps les confronter à l'avis d'autres personnes. Les deux processus n'ont pas la même fonction : le fait de réfléchir seul permet de produire une idée, qui va se former progressivement au fil de la réflexion, se solidifier. Ensuite la discussion de groupe permet de confronter cette idée qui est déjà solide à l'avis de personnes qui ont une perspective différente. Cette étape correspond à l'affinage des détails de l'idée de départ.

Le travail collectif n'est donc pas bon en soi ?

On ne peut pas dire qu'il en ressortira nécessairement quelque chose de bien. Cela peut générer des résultats intéressants, mais ce type de travail nécessite une structuration pensée en amont. La quantité ne fait pas tout ! Une étude menée par un chercheur de ma connaissance a mis en évidence que les gens sont incapables, dans un travail en groupe, de mettre toutes les informations nécessaires, et donc pertinentes, sur la table. Si un premier groupe commence à partager ses informations, les autres ont tendance à élaborer par rapport à ce qui vient d'être amené, plutôt qu'à apporter les informations complémentaires qui permettront de résoudre le problème. Le problème vient de l'ordre dans lequel les choses sont présentées : les premières inhibent celles qui devraient suivre logiquement.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 21/04/2015 - 20:03
Travail de groupe
C'est à la mode depuis des années mais c'est inefficace. C'est d'ailleurs sans doute pour ça qu'on tente de l'augmenter à l'école, pour avoir des résultats encore plus médiocres. Mais les modes ont la vie dure.