En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Pourquoi les Juifs survivants à la Shoah ne l'ont pas racontée à leurs enfants mais plutôt à leurs petits-enfants
Publié le 19 avril 2015
Ce bref essai éclaire avec intelligence ce qu'est en train de vivre la quatrième génération de Juifs après Auschwitz. Extrait de "La Shoah de Monsieur Durand", de Nathalie Skowronek (petite-fille de déporté), publié aux éditions Gallimard (2/2).
Nathalie Skowronek est une écrivain belge née en 1973 qui vit à Bruxelles. Elle collabore à différents projets éditoriaux et a notamment dirigé la collection La Plume & le Pinceau pour les éditions Complexe. Son roman, Karen et moi raconte la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Skowronek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Skowronek est une écrivain belge née en 1973 qui vit à Bruxelles. Elle collabore à différents projets éditoriaux et a notamment dirigé la collection La Plume & le Pinceau pour les éditions Complexe. Son roman, Karen et moi raconte la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce bref essai éclaire avec intelligence ce qu'est en train de vivre la quatrième génération de Juifs après Auschwitz. Extrait de "La Shoah de Monsieur Durand", de Nathalie Skowronek (petite-fille de déporté), publié aux éditions Gallimard (2/2).

Ils, nos parents, nos grands-parents, nous ont dit de nous taire puisque se taire assurait la survie. Plus exactement : on nous l’a fait comprendre, sans mots et sans bruit, comme le reste. Des injonctions silencieuses. Une question de vie ou de mort. Si bien que les oreilles, le cerveau, le ventre entendent ce qui n’a pas été prononcé. Cela remonte aux caves où l’on se cachait en 1942, aux couvents où ont été envoyés les jeunes enfants juifs pour se faire passer pour catholiques, aux placards refermés de l’intérieur dont on aurait voulu qu’ils aient le pouvoir d’engloutir. Oui, ne pas bouger, se rendre invisibles, transparents. Personne ne joue et pourtant on est bien dans une sinistre partie de cachecache. Cela remonte aux arrestations et aux déportations, au voyage sans retour vers l’est, entre Auschwitz et ses dépendances, et là encore la peur est connue, pas tout à fait étrangère et déjà inscrite dans les gènes, car la peur vient de plus loin et nous dépasse : elle remonte à avant nos naissances, aux souvenirs diffus des exodes, aux traces laissées dans nos consciences par les pogroms, aux récits de traques d’un autre temps.

On a beau se taire, ça crie tout seul. La loi du silence a ses limites. À côté d’elle, il y a les événements qui, peut-être, précipitent. Enfin « précipitent », nous sommes dans les années 1980. Surviennent les procès français de criminels de guerre, les théories négationnistes, l’installation des carmélites dans l’ancien petit théâtre d’Auschwitz qui servait aussi de lieu de stockage pour les boîtes de Zyklon B. Sur ce sujet, un de mes cousins est de ceux qui ameutent les populations. On sent une bascule du temps ; une bascule qui tombe au bon moment : elle ne peut plus rien faire dangereusement basculer. Les greffes ont pris. Les « petits » sont en route. La vie reprend ses droits, et avec elle cette idée, parfois embarrassante, que l’humanité n’est pas morte à Auschwitz.

Ce que les survivants n’ont pas dit à leurs enfants, ils le disent à la génération suivante, aux enfants de leurs enfants. J’en fais partie. Soudain les uns ont une bouche, les autres des oreilles. Cela se traduit par des livres, des films, des commémorations, des plaques, des monuments, des retours sur les traces de. On ne sait plus très bien si ça n’en finit plus, ou si seulement ça commence. Dans ce qui est dit, posé, montré, on est moins dans des découvertes pour « la première fois » — certains, sortons des généralités, ont entrepris de transmettre plus tôt — que dans une multiplication de signes et de voix qui font sens. On fouille, on enquête, on déterre. Comme jadis les déportés dans les camps, les récits s’organisent. Ils se répondent, se complètent, se soutiennent. Se cristallisent jusqu’à prendre la forme de mythes. Certaines images, iconiques, se détachent : le portail d’entrée d’Auschwitz et son inscription « Arbeit macht frei », le petit garçon aux bras prudemment levés du ghetto de Varsovie, les rails de train menant aux briques rouges des chambres à gaz de Birkenau. On relègue des dizaines de noms de camps au second plan au profit du plus célèbre : le nommer, c’est citer implicitement les autres. Si bien qu’émergent du brouillard les contours prégnants et douloureux d’une forme d’imaginaire, l’imaginaire de la Shoah.

Extrait de "La Shoah de Monsieur Durand", de Nathalie Skowronek (petite-fille de déporté), publié aux éditions Gallimard, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
04.
Iran-États-Unis : la tension est à son comble
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 20/04/2015 - 10:43
SUITE MAUVAISE MANIP
les nazis pensaient "une race" et pas une religion et voulaient les détruire.
Une usine telle n'a jamais existé ailleurs.
ISABLEUE
- 20/04/2015 - 10:42
aNGUERRAND c'est vous l'overdose de bêtise
Ne savez-vous pas faire la différence entre une usine pensée et contruite par l'homme pour tuer des gens pour leur religion et encore, ce n'est pas ce que pensaient les na
Anguerrand
- 19/04/2015 - 11:45
Les soldats français de 14/18 ont vécu un enfert
Ils avaient a affronter la guerre, les sorties des tranchées, les rats, la peur, la boue, le froid, les puces, etc. La réaction de ceux qui s'en sont sortis a été de ne pas en parler, et une certaine honte de ne pas avoir été tué par opposition aux millions de leurs camarades morts. Tous les gros traumatismes créent les mêmes réactions. Qui parlent encore des " poilus"?