En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 1 heure 34 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 4 heures 4 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 8 heures 38 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 2 heures 1 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 7 heures 27 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 7 heures 47 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 7 heures 58 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 8 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 8 heures 38 min
© Reuters
Alexis Tsipras et Vladimir Poutine se sont mis d'accord sur un certain nombre de sujets ce mercredi 8 avril.
© Reuters
Alexis Tsipras et Vladimir Poutine se sont mis d'accord sur un certain nombre de sujets ce mercredi 8 avril.
Emprunts russes

Indignations de crocodile en Europe : Tsipras à Moscou ou la preuve que la construction européenne est beaucoup plus morte que vivante

Publié le 09 avril 2015
Alexis Tsipras et Vladimir Poutine se sont mis d'accord sur un certain nombre de sujets ce mercredi 8 avril. "La Grèce est un pays souverain", a-t-il déclaré à l'issue de l'entretien : une remarque qui sonne comme un défi à ses partenaires européens.
Gérard Bossuat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Bossuat est professeur à l'Université de Cergy-Pontoise, titulaire de la chaire Jean Monnet ad personam.Il est l'auteur de Histoire de l'Union européenne : Fondations, élargissements, avenir (Belin, 2009) et co-auteur du Dictionnaire historique...
Voir la bio
Pierre Verluise
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en géopolitique de l’Université de Paris IV – Sorbonne, Pierre Verluise est fondateur du premier site géopolitique francophone, Diploweb.com. Il en est le directeur des publications. Producteur géopolitique (articles, études, livres, conférences...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Tsipras et Vladimir Poutine se sont mis d'accord sur un certain nombre de sujets ce mercredi 8 avril. "La Grèce est un pays souverain", a-t-il déclaré à l'issue de l'entretien : une remarque qui sonne comme un défi à ses partenaires européens.

Atlantico : Alexis Tsipras et Vladimir Poutinese ont signé plusieurs accords, au grand dam de l'UE. Au programme : des accords sur le gaz, et une aide financière. Le fait que la Grèce se tourne vers la Russie est-il le symptôme d'un affaiblissement de l'idée initiale de la construction européenne ?

Gérard Bossuat : Que vont-ils négocier ? La Grèce n’est pas dépendante du gaz russe, une aide financière serait une déclaration de guerre à l’Union européenne, entendons une défiance en forme de gifle pour les pays membres de l’Union. Tsipras semble vouloir forcer les Russes à accepter les produits agricoles grecs qu’ils bloquent comme les autres produits agricoles de l’Union en rétorsion aux sanctions prises contre la Russie en raison de son soutien aux rebelles ukrainiens. Il est trop tôt pour connaître les arrière-pensées des deux hommes. Observons que la fraternité russo-grecque, scellée par la religion, est une réalité culturelle qui compte.  Est-ce un moyen pour Poutine et Tsipras de faire pression sur les pays membres de l’Union afin qu’ils consentent à la Grèce des avantages financiers à moindre coût?

Les historiens se rappelleront aussi que la Russie a toujours voulu accéder aux mers chaudes. Actuellement, elle soutient le Syrien Bachar El Hassad et cherche un point d’appui pour sa flotte de guerre et de commerce en Méditerranée orientale. Poutine peut-il l’obtenir de Tsipras et en échange de quoi ? Une aide économique serait particulièrement osée. Elle condamnerait les négociations entre la Grèce et L’Union sur sa dette et ouvrirait la porte à un  « grexit » et conduirait donc à une crise grave au sein de l’Union. Il ne faut pas l’écarter car le comportement de l’Islande illustre l’intérêt que peut avoir un petit pays à renoncer à l’Union et à l’euro pour protéger ses intérêts économiques et financiers.

Considérant le fait que la Grèce a été choyée au moment de son adhésion afin que la cure européenne la purge de ses tendances dictatoriales dans les années 60, qu’elle a demandé ardemment à adhérer à l’Union en vue de se protéger de la Turquie, l’éternel adversaire/ partenaire au sein de l’OTAN, il est choquant de la voir ainsi mettre en cause sa relation avec l’Union et sembler, par provocation peut-être, séduire Poutine qui est dès lors satisfait de cette affaiblissement de l’Union. Chypre s’est déjà tournée vers la Russie et le  président tchèque Miloš Zeman s’apprête à célébrer à Moscou la libération du pays en 1945, tout en manifestant ses réticences, tout comme Tsipras, à propos des sanctions contre la Russie.   

Ces vicissitudes traduisent-elles  un affaiblissement de l’idée initiale de la construction européenne ? Monnet, Adenauer et Schuman n’ont pas proposé de faire une politique étrangère commune. C’est le traité de Maastricht de 1992 qui l’a créée. Elle est intergouvernementale et donc dépend du consensus entre les 28. Il n’y a donc pas d’affaiblissement de l’idéal initial, mais retard dans l’élaboration d’institutions communes capables de porter la voix de l’Union et de modifier les relations internationales. Peut-on espérer créer une gouvernance fédérale européenne pour la politique étrangère et de sécurité alors que les gouvernements et les opinions publiques n’y sont pas encore prêts ?

Pierre Verluise : La Russie tente de nouer avec certains pays d'Europe des relations privilégiées pour défendre ce qu'elle pense être ses intérêts. On observe des proximités fortes entre peuples orthodoxes. Comme avec la Serbie, candidate à l'adhésion, il y a des proximités culturelles, qui se transforment parfois en connexions stratégiques. Dans le cas de la Serbie, la Russie a cherché à instrumentaliser cette fenêtre d'opportunité dans le cadre de sa stratégie gazière à l'égard de l'UE. Je ne saurais trop conseiller à la presse de s'intéresser aux investissements russes dans les régions de culture orthodoxe de l'UE et de ses frontières. On s'apercevrait ainsi notamment d'une grande activité russe en Bulgarie. Ces éléments de lecture stratégique sont connus par la Commission européenne, qui d'ailleurs s'en inquiète.

Elle n'a pas tort, car il est écrit dans le traité de Maastricht, revu par le Traité de Lisbonne, qu'il existe une politique étrangère et de sécurité commune, et des engagements partagés entre pays membres de l'UE. En l'occurrence quand l'UE est en froid avec la Russie, aller s'acoquiner avec cette dernière n'est pas d'une très grande élégance de la part de la Grèce. On observe donc une rupture de la solidarité de la Grèce à l'égard de l'UE, qui est favorisée par une proximité orthodoxe avec la Russie. Il en va d'ailleurs de même avec Chypre : après la Guerre froide, le nombre de vols  entre la Russie et Chypre a explosé, car ce pays, lui aussi orthodoxe, était la lessiveuse à argent idéale pour les nouveaux riches russes. Sans parler des activités de prostitution.

Cette situation n'a selon moi rien à voir avec la perte de repères qui a pu se produire après la création de la CEE en 1957. Cette dernière a rempli son contrat, qui était de faire la paix entre les Etats d'Europe. La deuxième partie du contrat consistait à créer un marché commun, chose qui a également été réalisée. Ce qui est vrai, c'est que désormais ces arguments n'emportent plus suffisamment l'adhésion. Pour un jeune européen d'aujourd'hui, la paix est une donnée banale. La Commission européenne aurait intérêt à changer de slogan, c'est-à-dire passer de "l'Europe c'est la paix" à "l'Europe c'est l'emploi". Si l'UE arrivait à prouver qu'elle est non seulement un acteur de paix mais de création d'emplois, particulièrement pour les jeunes, qui sont exclus du marché du travail, alors les gens se remettraient à croire à l'Europe.

Quels étaient les objectifs initiaux de la communauté européenne ? Dans quelle mesure le marché commun en était-il l'outil ?

Gérard Bossuat : Un peu d’histoire est en effet utile ici. La Communauté européenne est née le 9 mai 1950 avec la Déclaration Schuman qui proposait de placer sous une autorité commune, non gouvernementale, les secteurs du charbon et de l’acier en Europe. On cherchait alors à empêcher l’Allemagne de devenir à nouveau dangereuse pour ses voisins car ses industries de base, indispensables à la guerre, seraient placées sous une administration commune et supranationale. Monnet et Schuman avaient inscrit aussi l’espoir d’arriver à une fédération européenne, capable de réunir tous les pays européens consentants. De plus, ils y voyaient un modèle d’unité souple capable de s’étendre à d’autres secteurs : on parlait alors de l’agriculture (pool vert), des transports (compagnie européenne d’aviation), de la défense (CED) et de l’armement, de la santé (pool bleue), de l’énergie (Euratom), de l’union douanière. Ils espéraient ainsi placer ces divers pools sous l’autorité d’une Communauté politique européenne. Mais la France fit capoter le projet de Communauté européenne de défense (CED) le 30 août 1954.

Malgré cet échec de 1954, les nécessités économiques portées par les milieux d’affaires européens, la prise de conscience en faveur de l’unité de Guy Mollet leader socialiste et chef du gouvernement français, de Paul-Henri Spaak, ministre des Affaires étrangères, de Konrad Adenauer, chancelier de RFA, du Néerlandais Jan Beyen, de Joseph Bech, chef du gouvernement luxembourgeois, incita les Etats du plan Schuman à élargir leur union à l’économie et aux énergies nouvelles (Union douanière, politique agricole commune, tarif extérieur commun, Euratom). Ils signèrent les deux traités de Rome du 25 mars 1957, créant une Communauté économique européenne (Marché commun) et une Communauté européenne de l’énergie nucléaire (Euratom). Ainsi satisfaisant les acteurs de l’économie de marché, renforçant la cohésion de 6 pays européens de l’Ouest, et par là aussi des pays libéraux du monde occidental, le marché commun, dont l’objectif dépasse le strict plan économique, puisque les pays signataire sont invités dans le Préambule à approfondir sans cesse leur union, et donc à aller vers une communauté plus politique, est devenu un élément de cohésion des pays européens libéraux et démocratiques dans le contexte de la concurrence entre l’Est et l’Ouest.

Qui est responsable de l'effritement de l'objectif initial ? Comment en est-on venu à cette situation où le marché commun n'est plus qu'une fin en soi ?

Gérard Bossuat : Qui pouvait croire que l’unité européenne autour d’institutions totalement ou partiellement fédérales se ferait rapidement ?  N’est-il pas étonnant de constater que des institutions d’unité sont nées quelques années après la fin de la guerre, des institutions originales susceptibles de s’étendre au-delà des secteurs économiques initiaux ? Le choc de la guerre a eu un effet sur les vieux Etats européens attachés à leur souveraineté. Ils ont même profité de la prospérité qui a découlé du marché commun pour s’affermir à nouveau.

Le marché commun est-il une fin en soi ? Nous pensons qu’il portait d’autres ambitions quoique dissimulées. Il assurait une longue vie au capitalisme libéral et à l’économie de marché dont les séductions se sont répandues dans les sociétés occidentales. Si la mutation est incomplète, en effet, pour les partisans de l’idée fédérale, la raison en est que les collectivités nationales en Europe sont restées fortes, fondées sur des siècles d’originalité, voire de guerre entre elles, sur une culture nationale que rien n’a remplacée, que rien ne peut remplacer actuellement. Une fédération signifierait la disparition des structures mentales et culturelles nationales qui rassemblent les citoyens de chaque Etat européen. La loyauté envers sa nation reste active, ce qui pourtant, n’a pas empêché certains partages de souveraineté. Peut-on aller plus loin ? Peut-on mettre en commun pour le bien général européen autres chose que l’économie ? peut-on partager un idéal, un avenir commun et avoir des institutions communes fortes de façon à compter dans les relations internationales, de façon à pouvoir surmonter les crises en tout genre, de façon à protéger les citoyens européens, chaque génération doit prendre ses responsabilités, celle des petits enfants des fondateurs envoie, de ce point de vue, des signaux contradictoires ; Faudra-t-il une catastrophe pour bâtir enfin une forte Union politique européenne ?

​Pierre Verluise : L'attachement des citoyens européens à l'Union européenne a été questionné par les élargissements post guerre froide. Les élites européennes n'ont pas su animer le débat sur les élargissements pour justifier ces derniers. Ces élites qui vivent dans l'aisance ne se rendent pas compte que les gens plus modestes ont peur de cette union sans limites, qui n'a pas dit jusqu'où elle allait. Cela crée une inquiétude : la mise en concurrence des territoires et des personnes pose problème. Jamais les individus au sein de l'UE n'ont été à ce point mis en concurrence. Même si l'électeur moyen n'est pas capable de donner des chiffres, le bon sens l'amène à comprendre que quelque chose ne fonctionne plus comme avant.

Cela a-t-il encore du sens aujourd'hui d'invoquer l'idéal européen des débuts ?

​Pierre Verluise : Plus personne ne fait encore référence à cet esprit. Que la CEE devenue UE ait changé de nature, c'est une évidence. Ce qui est dommage, c'est que les politiques n'osent pas le dire. On ne fait pas la même chose à 6, 12, 25 ou 28 ! On a essayé de nous faire croire que ces changements ne changeraient rien, ce qui relève d'une malhonnêteté intellectuelle prononcée. L'espace des 28 d'aujourd'hui représentait en 1960 13% de la population mondiale. Aujourd'hui ce même ensemble représenté 7,3 % de la population mondiale. En 2050 nous devrions arriver à 5 %... La désunion n'est pas forcément la meilleure solution face au monde de demain. Encore faut-il avoir le courage de débattre et d'oser se réinventer.

Autour de quelle idée forte faudrait-il remobiliser les gens ?

​Pierre Verluise : L'emploi est un argument très fort. Les citoyens sont tous les jours confrontés à cet enjeu. C'est un vrai challenge, car cette donnée est évaluée tous les mois par des chiffres. Il faut partir de ce qui intéresse les gens directement, et qui traverse tous les partis : que l'on soit de droite ou de gauche, tout le monde est préoccupé par l'emploi. L'Union européenne pourrait se refaire une légitimité si elle prouvait qu'elle apporte une véritable valeur ajoutée pour l'emploi et l'employabilité. Voilà un challenge à la hauteur des transferts de souveraineté déjà consentis. Nous pourrions dire aux institutions : "Faites vos preuves !"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Kaliste
- 09/04/2015 - 22:48
Juste retour des choses
Cela fait plusieurs années que l'UE a laissé tomber la Grèce où des parents abandonnent leurs enfants car ils n'ont rien à leur donner à manger, où des gens ne se soignent plus car le système de santé a explosé...On ne lâche rien sur la dette qu'on compte faire payer jusqu'au dernier euro, que dis-je jusqu'à la dernière goutte de sang. Et on s'étonne d'inélégances de la Grèce ? Quelle tartufferie ! Si on veut une Grèce solidaire, il faut être solidaire de la Grèce. Je précise que je ne suis pas du tout grec.
Texas
- 09/04/2015 - 19:31
Que fallait-il faire ?
Laisser les pays d' Europe Centrale , anciens satellites de l' Union Soviètique , gérer seuls 70 ans d' un Communisme dévastateur , après la chute du Mur de Berlin ? . La nature a horreur du vide , et les géographes le savent . Manier le proverbe Esquimau a posteriori , est à la portée du Pecus Vulgum .
MC
- 09/04/2015 - 13:22
Domino...
La Grèce pourrait devenir l' élément déclencheur de l' implosion de la zone euro.Que nous a amené l' € ? D'autres pays ( UK, Danemark, s' en sortent pas trop mal) en ayant conservé leur devise. Ne serait-il pas plus sage de s'en tenir à une simple zone de libre échange favorisant le commerce et l' industrie ? Le reste n'est que de la daube (et je suis poli !)
Un solide partenariat Europe/Russie serait bénéfique (compte-tenu de la richesse du sous-sol russe). Dans ce cas de figure, nous nous retrouverions dans un monde tripolaire (US - Chine - Europe/Russie).
A priori, cela ne ferait pas l' affaire des U.S., en premier lieu...