En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

07.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 1 heure 10 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 6 heures 57 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 8 heures 31 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 9 heures 28 sec
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 9 heures 51 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 12 heures 46 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 6 heures 13 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 8 heures 25 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 8 heures 43 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 9 heures 31 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 10 heures 20 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 11 heures 43 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 12 heures 14 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 13 heures 11 min
© Reuters
Les syndicats (CGT, FO, FSU) ont appelé à manifester aujourd'hui contre "l'austérité" .
© Reuters
Les syndicats (CGT, FO, FSU) ont appelé à manifester aujourd'hui contre "l'austérité" .
Obstination dans l’erreur

Journée nationale contre l'austérité, mais quelle austérité ? Rappel élémentaire sur une réalité tout aussi têtue que les syndicats (ou le gouvernement)

Publié le 10 avril 2015
Mercredi 8 avril, à la veille de la manifestation organisée par plusieurs syndicats contre "l'austérité", François Rebasmen a déclaré que le gouvernement n'en avait jamais faite... En prenant à l'appui les évolutions du pouvoir d'achat. Des positions qui en disent long sur les connaissances du gouvernement en matière économique.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mercredi 8 avril, à la veille de la manifestation organisée par plusieurs syndicats contre "l'austérité", François Rebasmen a déclaré que le gouvernement n'en avait jamais faite... En prenant à l'appui les évolutions du pouvoir d'achat. Des positions qui en disent long sur les connaissances du gouvernement en matière économique.

Atlantico : Les syndicats (CGT, FO, FSU) ont appelé à manifester aujourd'hui contre "l'austérité" et ses "effets destructeurs". Peut-on objectivement parler d'austérité en France ?

Nicolas Goetzmann : Ce que les syndicats appellent austérité en France, c’est plutôt l’absence de relance. Les politiques d’austérité sont celles qui ont pour objectif la réduction des déficits d’un Etat, la réduction de l’endettement public. Pour arriver à un tel résultat, il s’agit soit de réduire drastiquement les dépenses publiques soit d’augmenter les revenus à travers les impôts. Ou les deux. Mais lorsque les syndicats français appellent à lutter contre l’austérité, ils le font en extrapolant à la France ce qui a eu lieu en Espagne ou en Grèce par exemple, ce qui est véritablement abusif. Parce que l’austérité à la grecque, ce sont des salaires de fonctionnaires qui baissent de 20 à 30%, alors que le nombre total de fonctionnaires dans le pays était réduit de 200 000 personnes, soit un quart du total. En France, une telle mesure correspondrait à 1.3 millions de personnes. Sans oublier, la baisse du SMIC de plus de 22 %, pour arriver à 683 euros, et plus de 30% pour les moins de 25 ans. De la même façon, les retraites supérieures à 1200 euros ont été réduites de 20%. Ce sont des mesures extrêmement lourdes. La Grèce a vu son PIB baisser de 25% sur cette période et le pays connait un chômage également proche de 25%, tout comme l’Espagne. Si la situation de la France n’est pas flamboyante, la comparaison avec les politiques d’austérité des pays du sud est réellement inappropriée.

>> Lire aussi Le patron de la CFDT aimerait voir les études qui prouvent que la flexibilité est bonne pour l’emploi ? Les voici

Le gouvernement et les syndicats se trompent-ils dans l'appréciation qu'ils font de l'austérité ?

Nicolas Goetzmann : François Rebsamen évoque la hausse du pouvoir d’achat des Français pour mettre en avant l’absence d’austérité en France. Mais la hausse du pouvoir d’achat qui a eu lieu en France au cours de la dernière année ne provient pas de la hausse des revenus mais de la baisse de l’inflation. Les revenus stagnent ou progressent lentement, et la baisse du pétrole, la baisse des prix, permettent de faire apparaître cette stagnation comme une progression relative. C’est évidemment un jeu de dupes. Sur cette même base, on pourrait tout aussi bien dire que la baisse des prix en Grèce, qui est la conséquence de l’effondrement de la demande, est une "super bonne nouvelle". C’est absurde. Mais s’il n’existe pas de politique d’austérité à proprement parler en France, la stagnation économique est réelle. A moins que le ministre ne souhaite se féliciter des 0.3% de croissance des années 2012, 2013 et 2014, et de la hausse du chômage. Ce n’est pas l’austérité, mais la médiocrité.

Pour les syndicats, il y a une part d’indécence, car il s’agit de surfer sur le drame des pays du sud, pour mobiliser en France. La stagnation économique est un argument suffisant pour critiquer le gouvernement, ce n’est pas la peine d’aller revendiquer une quelconque similitude avec ce qui se passe ailleurs. La ficelle est si grosse que le gouvernement peut répondre assez tranquillement en montrant les différences entre la France et les pays qui subissent ce régime.

Pourquoi est-il préférable que le gouvernement n'ait pas mis en oeuvre cette conception hasardeuse de l'austérité ? Qu'est-ce que cela aurait donné ?

Nicolas Goetzmann : On peut reprendre l’exemple grec pour se faire une idée. On baisse le SMIC de 20 à 30%, on baisse les retraites de 20%, on licencie plus de 1.3 millions de fonctionnaires, et on attend de voir ce qui se passe. La Grèce a perdu un quart de sa richesse nationale avec ses mesures, pour la France, cela représente 525 milliards d’euros environ. Le résultat est donc un drame absolu qui, de plus, rate sa cible. Car l’objectif de départ est quand même de permettre un meilleur ratio de dette sur PIB. Mais puisque le PIB chute aussi vite, voire plus vite, que les dépenses, il n’existe aucune amélioration de la situation budgétaire du pays. On appauvrit la population de 25% et on se rend compte, a posteriori, que cela ne fonctionne pas. Il n’est pas nécessaire d’être devin pour imaginer que la population française, plutôt éruptive, n’aurait pas toléré un tel traitement. Il suffit de se souvenir des premiers mois de François Hollande pour le comprendre (bonnets rouges, etc..) Le pays aurait certainement basculé dans le chaos, pour rien. Parce que ces politiques sont aussi néfastes que contre-productives. Les seuls exemples de baisse relative des dépenses publiques ont été permis par le mixe suivant : stagnation ou baisse des dépenses budgétaires accompagnée d’une relance monétaire. Pour compenser. Les exemples de la Suède et du Canada, ou du Royaume-Uni le démontrent. Mais l’austérité "à sec", c’est une politique à oublier.

Quelles ont été les vraies mesures d'austérité ? Et quels en ont été les effets sur l'économie ?

Philippe Crevel : Si l’on regarde sur les périodes allant de 2012 à 2014, le pouvoir d’achat par unité de consommation est resté très "flat", avec des croissances extrêmement faibles, voire en recul si l’on considère l’année 2013. Pour autant il ne s’agit pas d’austérité.

Il est certain qu’aujourd’hui, si une dimension de l’austérité a pu être observée, c’est au niveau de l’augmentation de l’imposition qu’on l’a vu. Les classes moyennes tout d’abord, via les allocations familiales rabotées, des conditions de ressources revues à la baisse, le plafonnement du quotient familiale, ou de certaines augmentations d’impôts qui ont spécifiquement ciblé les retraités avec le gel des pensions (régime de base ainsi que régime complémentaire), ou ceux concernés par l’impôt sur les revenus. L’austérité a donc été sélective.

Les ménages, et plus globalement les agents privés ont très fortement été mis à contribution dans la dépense publique, de 2012 à 2014 avec un taux historique de 45.7% du PIB.

Globalement et contrairement à ce qu’avait dit le candidat François Hollande, tout le monde a été mis à contribution. L’augmentation de la TVA par exemple a bel et bien touché l’ensemble de la population, modestes et aisés. Les entreprises aussi, avec l’augmentation des cotisations retraites, plusieurs dispositions sur l’Impôt sur les sociétés, ainsi que tout ce qui touche aux plus-values (même si c’est moins vrai depuis début 2014).

Cette imposition accrue a bien entendu eu un impact sur l’économie réelle, dont les investissements étrangers. La taxe sur les très hauts revenus, ainsi que le matraquage fiscal et social ont eu un impact réel et fort sur 2013, avec un recul impressionnant des investissements étrangers. L’instabilité des cadres législatifs en matière de structures fiscales, le manque de visibilité ont également joué à diminuer les investissements.

On peut évaluer l’impact de ces augmentations depuis deux ans, par une diminution de 0.7 à 0.8% du PIB, soit 0.4% par an. Quand on regarde la croissance à 0.4%, cela signifie que l’on a amputé la croissance possible par deux en France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

07.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hmrmon
- 09/04/2015 - 22:14
Austérité.
Donc, selon ce Monsieur Crevel. La solution pour ces pays croulant déjà sous les dettes, de couper dans les dépenses pour tenter de revenir à des finances plus saines n'en est pas une car elle ruinerait encore plus le pays! Sacré paradoxe! car ne reste alors que celle de la fuite en avant dans la poursuite, année après année, de l'endettement, en espérant une, pour le moins, miraculeuse formidable reprise de l'économie du pays, ou encore, qu'un jour un aussi miraculeux jubilé général viendra remettre tous les comptes à zéro. On peut toujours rêver!
Anouman
- 09/04/2015 - 21:56
Austérité
Tiens c'est amusant de lire que si on baisse le smic de 20 à 30% cela n'a aucun effet sur la croissance ou l'emploi. Or en baissant les cotisations patronales sur les bas salaires en France (par la grâce de la droite ou la gauche, même pensée, ou absence de pensée) on l'a sans doute baissé tout autant et avec aussi peu de résultat.
bibewbew
- 09/04/2015 - 19:23
Pas d'autres options pour la Grece
Le malheur de la Grèce est causé par l'austérité selon Goetzman. On fait quoi alors? On continue la fuite à l'endetement? Y'a un moment où faut dire stop. Si le PIB à baissé de 25%, c'est qu'il se rapproche de ce qu'il devrait être sans l'injection de monnaie empruntée. La purge suivie de rigeuer et discipline est le meilleur remède pour le long terme. Sinon il sorte de l'euro