En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 17 min 9 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 heure 52 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 12 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 1 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 32 min 39 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 3 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 41 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 19 min
© Reuters
es nouveaux émoticônes de Snapchat sont à l’origine d’un système de castes chez les ados.
© Reuters
es nouveaux émoticônes de Snapchat sont à l’origine d’un système de castes chez les ados.
Amitié déçue, amitié rompue

Les nouveaux émoticônes de Snapchat à l’origine d’un système de castes chez les ados

Publié le 09 avril 2015
L'application de messagerie instantanée Snapchat a "réhabilité" la fonction "meilleur ami", qui avait été supprimée, au moyen d'émoticônes permettant de classer les amis en fonction de leurs interactions. Le danger ? Un système de classement excluant et pointant du doigt les "impopulaires".
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'application de messagerie instantanée Snapchat a "réhabilité" la fonction "meilleur ami", qui avait été supprimée, au moyen d'émoticônes permettant de classer les amis en fonction de leurs interactions. Le danger ? Un système de classement excluant et pointant du doigt les "impopulaires".

Atlantico : L'application de messagerie instantanée Snapchat a "réhabilité" la fonction "meilleur ami" qui avait été supprimée, au moyen d'émoticônes permettant de classer les amis en fonction de leurs  interactions. Quel est le risque de créer un "système de caste" chez les adolescents ? 

Nathalie Nadaud-Albertini : Ce système comporte plusieurs écueuils. Le premier est de confondre quantité des interactions et qualité de la relation, car les différents autocollants sont apposés sur les photos en fonction du nombre de messages échangés. Mais le nombre d’échanges ne dit rien de la qualité de la relation et du plaisir que l’on ressent dans l’interaction. Par exemple, quand on se dispute, on peut échanger beaucoup de messages, la discussion n’est pas agréable pour autant.

 

On en arrive au second éceuil : ce système de classement ne prend pas en compte une réalité des usages des réseaux sociaux selon laquelle on n’interagit pas uniquement avec des gens que l’on apprécie, on échange des messages avec des gens que l’on n’aime pas. Aussi paradoxal ou étrange que cela puisse paraître à un utilisateur extérieur, sur les réseaux sociaux, on peut entretenir des relations d’inimitié tenace, active et marquée dans la durée.

 

Le dernier écueil est bien évidemment de créer une compétition dont l’enjeu est une amitié excluant les personnes extérieurs. En effet, le cœur doré associé à la mention "vous êtes chacun le meilleur ami de l’autre" est conçue comme une sorte de médaille récompensant les deux protagonistes. Alors que la grimace avant "votre meilleur ami est ami avec X" signale une autre personne comme une menace pour l’amitié. L’implicite de ce système est alors que l’amitié ne pourrait pas inclure plus de deux personnes. C’est une vision erronnée, car l’amitié c’est le partage avec l’autre et non l’exclusion de l’autre.

 

Ces émoticônes peuvent-elles accentuer ce qui se passe déjà dans les cours d'écoles et de collèges ? 

Comme ce système instaure une compétition à la popularité, on retrouvera les mêmes dynamiques que dans les cours d’écoles et de collèges qui reposent elles aussi sur une compétition à la popularité, du moins en partie. Comme l’envie d’être le plus populaire, ou de se valoriser en étant ami avec les plus populaires et pas forcément avec ceux que l’on apprécie.

 

De la même façon, la mention "besoin d’amour" apposée sur les profils qui ont le moins d’échanges est très proche du doigt pointé vers "le boloss", l’impopulaire, le laissé pour compte du relationnel qui existe toujours dans  une cour d’école ou de collège.

 

Ces émoticônes pourraient-elles même redéfinir entièrement les différents degrés de hiérarchie en matière d'amitié entre les ados ? 

Non, on ne peut pas aller jusque-là. Car ce serait faire comme si la popularité et la compétition étaient les seules composantes des relations d’amitié entre ados, et surtout comme si tout se jouait sur les réseaux sociaux. Les relations d’amitié de face-à-face existent également et sont plus complexes.

 

Quelle importance les adolescents accordent-ils à ce genre de classification ? Comment les protéger ? 

L’adolescence est une période où l’on se cherche, et où il est donc important de se sentir apprécié par le plus grand nombre de personnes. En effet, plus ce dernier est élevé, plus l’ado a le sentiment que son identité est validée par autrui. La propension à accorder de l’importance à ce genre de classification serait donc accrue.

 

Cependant, les profils des ados sont multiples. On retrouvera toujours ceux qui sont fortement engagés dans la quête de popularité, de la même façon que l’on retrouvera une poignée d’amis qui se satisfont de leur petit groupe plus discret.

 

Si l’on considère que l’on doit protéger les ados de ce type de système, il faut leur expliquer que la qualité d’une relation ne peut pas se mesurer en terme de quantité d’interactions. Tout dépend de ce que l’on ressent quand on discute avec telle ou telle personne. De plus, il convient d’expliquer que l’amitié n’est pas une compétition, mais un plaisir, et que l’autre n’est pas une menace pour la relation. Au contraire, elle peut venir l’enrichir.

 

N'y a-t-il pas des aspects positifs à cette nouvelle classification à plusieurs degrés ? 

Si, bien sûr. Tout d’abord, deux amis très liés dans la vie quotidienne peuvent apprécier de voir leur amitié "récompensée" sans en faire pour autant une course à la popularité. Je pense notamment aux classiques "deux meilleures amies" qui échangent tout et sont toujours ensemble que tout un chacun a croisé dans sa vie. Pour elles, ça peut être un moyen d’exprimer la force de leur amitié. Comme avant on pouvait prendre des photomatons amusantes ensemble.

 

En outre, on peut avoir des usages qui prennent les mentions du système au second degré et s’en amusent. Dans ce cas, le fait de rire ensemble des émoticônes classant les amis en fonction de leurs interactions va renforcer l’amitié. Autrement dit, comme dans tout média, les usages ne sont pas toujours une lecture en accord avec le sens proposé par le contenu.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires