En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

Comment l’imaginaire occidental a réinventé la Rome antique

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 5 heures 52 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 6 heures 22 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 7 heures 15 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 12 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 14 heures 2 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 14 heures 4 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 6 heures 5 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 7 heures 43 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 8 heures 12 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 14 heures 5 min
© Reuters
© Reuters
Le poids des mots

Mots de la droite contre mots de la gauche : la bataille que Christiane Taubira voyait perdue pour la gauche l'est-elle vraiment ?

Publié le 10 avril 2015
"Utopie" et "pragmatisme" ne font plus partie du vocabulaire du Parti socialiste, estime la garde des Sceaux, qui va jusqu'à considérer dans une interview à L'Obs que "la gauche a adopté les mots de la droite". Une attaque à peine voilée contre Manuel Valls
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Utopie" et "pragmatisme" ne font plus partie du vocabulaire du Parti socialiste, estime la garde des Sceaux, qui va jusqu'à considérer dans une interview à L'Obs que "la gauche a adopté les mots de la droite". Une attaque à peine voilée contre Manuel Valls

Atlantico : Dans une interview accordée à l'Obs Christiane Taubira a estimé que la gauche avait renoncé aux "utopies" au nom du “pragmatisme” et qu’elle avait commis une faute en reprenant les mots de la droite. Qu'est-ce que cette remarque a de révélateur ?

Yves Roucaute : Christiane Taubira est une femme cultivée qui a une vraie intelligence politique. Elle voit, sans voir tout-à-fait, un certain nombre de choses qui se produisent aujourd'hui au sein du PS. Elle a une grande intelligence politique, car elle sait que la bataille politique se fait au niveau des signes. Parmi ces signes, il y a les comportements et les contenus des discours. Elle se rend compte que le gouvernement socialiste est en train de changer de discours et de système de signes.
 
Prenons un exemple : le mot "sans-papiers" dénote des gens qui sont en France en situation d'illégalité, mais il connote autre chose : qu'il leur manque quelque chose. En disant que se sont des sans-papiers je dis que je dois les aider, que c'est une injustice puisqu'ils se trouvent sans quelque chose. Si je dis en revanche qu'ils sont "illégaux", j'indique par là qu'il faut faire respecter le droit. On voit bien ici que derrière la bataille de mots c'est en réalité une bataille d'idées. A chaque fois qu'un dirigeant de droite emploie l'expression "sans-papiers", ou "sans domicile fixe", il est dans le vocabulaire de la gauche radicale et il porte sans le savoir les signes de cette gauche. En réalité cela revient à se tirer une balle dans le pied. Cela signifie que le discours politique est plein de pièges, d'arrière-pensées et d'idéologie.
 

Christiane Taubira voit que le système de signes socialistes est en train d'évoluer. Et c'est vrai. Elle s'en désespère, et c'est là que l'on constate qu'elle n'a pas la lucidité pour comprendre les raisons de ce processus. Aujourd'hui à part la gauche trotskyste, plus personne ne parle de "lutte anticapitaliste". Globalement l'ensemble du vocabulaire issu de l'extrême gauche du XIXème siècle et du début du XXe siècle est tombé à l'eau. Taubira se rend compte que Manuel Valls et François Hollande sont en train de changer les signes socialistes.

Comment ce glissement s'explique-t-il ?

Tout d'abord, le PS n'a jamais été unifié, ce n'est pas une structure comme l'était le Parti communiste à une époque. Il est traversé par différents courants idéologiques : un courant révolutionnaire, un courant réformiste, un autre social-démocrate… 

Manuel Valls représente le courant réformiste. Son problème, c'est que tous ces termes de "socialisme", "capitalisme", "lutte des classes" ne sont pas dans le système de signes des réformistes socialistes et ils ne l'ont jamais été. Si on suit Valls jusqu'au bout, le Parti socialiste doit cesser de s'appeler ainsi, et il l'a déjà proposé. Il veut changer profondément le logiciel du Parti socialiste. Christiane Taubira n'est pas dupe et le voit, mais ne comprend pas bien pourquoi. Car elle n'a pas pris en compte l'évolution sociale du pays, elle reste sur un logiciel du XIXe siècle. Elle n'a pas saisi que pour que le PS survive il doit changer de manière de penser. L'avenir du PS n'est pas dans le socialisme, car le socialisme c'est le pouvoir ouvrier. Le Parti socialiste français est train de vivre une crise de son discours. Cette crise-là, la sociale démocratie allemande l'a vécue dans les années 50. 

 

Un sondage CSA pour Atlantico montrait que les mots dits "de droite" tendaient à l'emporter dans l'opinion : est-ce toute la société qui se droitise ou est-ce plus compliqué que cela ?

Le PS n'a jamais gagné les élections qu'à droite. Le premier président PS, François Mitterrand, était un réformiste, il ne croyait pas au discours de la gauche dont parle Taubira. Quant à François Hollande, il n'a aucune charpente idéologique, ce n'est pas un homme avec une réelle pensée politique.  On est face  à deux victoires, qui ne sont pas celles de la gauche du PS. Au fond, la gauche du PS n'a jamais gagné les élections. Elle a pu gagner électoralement des départements, des circonscriptions mais elle n'a jamais remporté la présidentielle. Manuel Valls est lucide là-dessus, et c'est pour cela qu'il veut mettre le logiciel socialiste en relation avec le réel d'aujourd'hui.

Lire le sondage : Où va la droite : les mots de l’électorat UMP

Est-ce qu'en France la bataille idéologique a conduit à ce que les systèmes de signes de la droite soient plus puissants que les anciens systèmes de signes de la gauche ? Au fond, est-ce que le pays bascule à droite dans les esprits ? 

Il faut bien comprendre qu'à droite aussi, il y a plusieurs courants et ils n'ont ni le même logiciel ni le même système de signes. Ceux qui gagnent les élections à droite, les gagnent grâce à des systèmes de signes qui sont plutôt "bonapartiste-libéraux". Le problème de la droite c'est qu'elle ne regarde pas son concurrent, elle n'observe pas sa façon de fonctionner.

C'est une énorme erreur de croire que des termes comme "sécurité", "immigration" sont des termes de droite. La droite défend les droits individuels et notamment ce droit à la sécurité, aujourd'hui elle gagne de ce côté-là. Mais il ne faut pas oublier que pendant la IVe République, c'était la gauche qui gagnait le marché de la sécurité !

La gauche radicale a imposé à la gauche réformiste de ne plus avoir le droit de parler de sécurité, c'est pour cela qu'on a le sentiment que ce sujet est un vocable de droite. En réalité il y a des déplacements de système de signes, c'est ce qui rend les choses complexes.

La grande différence c'est que la droite n'a pas besoin de se nourrir d'utopies. L'utopie est un problème de gauche, et ce sont ces utopies que Christiane Taubira ne veut pas abandonner. 

Si on entend comme être "de droite", le fait de ne plus avoir besoin d'utopies et de grandes idéologies, alors oui, l'opinion publique est à droite.

Cette bataille des mots est-elle totalement perdue par la gauche ?

Oui, elle l'est réellement, car un logiciel doit s'appuyer sur du concret. 

Au début le logiciel socialiste était fondé sur les ouvriers opprimés qui allaient prendre le pouvoir. Or cette population a baissé de façon quantitative et cette baisse va se poursuivre. 

Ensuite on est passé au pouvoir des travailleurs, qui a remplacé la notion d'ouvrier, sauf que cette notion est trop floue et qu'elle ne fonctionne pas. L'expression "travailleur" a été le cache-sexe d'une évolution sociologique profonde qui détruisait le logiciel socialiste du XIXe siècle.

Aujourd'hui le mot "travailleur" n'est plus utilisable, il ne s'adapte pas à la réalité. Jamais un jeune de 25 ans ne va se reconnaître dans une opposition entre les travailleurs et les non travailleurs, cela n'a plus de sens. Le logiciel socialiste est devenu flou et incohérent avec la vie concrète des populations.

Manuel Valls pense qu'il est temps de devenir pragmatique et il n'a pas d'autre solution face à ce logiciel cassé. Il veut un retour vers le réel sans utopie en essayant de conserver une différence avec la droite.

La grande différence avec la droite c'est que celle-ci n'a pas à devenir pragmatique.  La problématique de la droite c'est de maintenir son cap, et d'essayer de construire un discours plus ferme, plus lucide, plus concret et structuré – car c'est ce que souhaite la population. Historiquement c'est cela sa force.

Le force du FN, c'est qu'il part de la situation réelle, même si après ses solutions sont mauvaises. 

Le grand problème de Nicolas Sarkozy c'est qu'il n'a pas apporté pour le moment de réponse précise, et Alain Juppé est dans la volonté de contenter tout le monde. Les gens sont à la recherche d'un chef qui leur donne une direction claire sur leurs problèmes. La France est plus lucide qu'elle ne l'a jamais été. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

Comment l’imaginaire occidental a réinventé la Rome antique

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 06/04/2015 - 14:54
Celui qui est sans papier,
fait des virgules et emmerde tout le monde. Le changement de langage ne change pas la situation des plus démunis. Corvée est devenu TIG (travaux d'intérêt général); ça n'empêche pas à celui qui l'est, de nettoyer les chiottes avec sa brosse à dents. De belles paroles et celui qui les prononce n'oublie pas intérieurement d'appeler les "petites gens" les "sans dents". Un sans papier est un clandestin. Appelons un chat un chat.
zouk
- 06/04/2015 - 10:38
Les rêves de Juppé
Jamais personne n'a réussi à séduire tout le monde à la fois, heureusement d'ailleurs car Juppé n'a vraiment pas assez de courage.
Benvoyons
- 05/04/2015 - 15:07
Mitterand et Attali Réformistes Bravo! En effet en 1981
Retraite à 60 ans, Nationalisations, Banques, entreprises,etc.. C'est très réformiste ce programme monsieur Roucaute. Bon contrairement à ce que vous dite et bien le FN MLPS est donc réformiste aussi.puisqu'ils utilisent le même programme que Mitterrand et FDG.