En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 30 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 8 heures 3 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 9 heures 6 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 47 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 56 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 46 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 45 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 29 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 53 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 49 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 14 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 27 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Le poids des mots

Mots de la droite contre mots de la gauche : la bataille que Christiane Taubira voyait perdue pour la gauche l'est-elle vraiment ?

Publié le 10 avril 2015
"Utopie" et "pragmatisme" ne font plus partie du vocabulaire du Parti socialiste, estime la garde des Sceaux, qui va jusqu'à considérer dans une interview à L'Obs que "la gauche a adopté les mots de la droite". Une attaque à peine voilée contre Manuel Valls
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Utopie" et "pragmatisme" ne font plus partie du vocabulaire du Parti socialiste, estime la garde des Sceaux, qui va jusqu'à considérer dans une interview à L'Obs que "la gauche a adopté les mots de la droite". Une attaque à peine voilée contre Manuel Valls

Atlantico : Dans une interview accordée à l'Obs Christiane Taubira a estimé que la gauche avait renoncé aux "utopies" au nom du “pragmatisme” et qu’elle avait commis une faute en reprenant les mots de la droite. Qu'est-ce que cette remarque a de révélateur ?

Yves Roucaute : Christiane Taubira est une femme cultivée qui a une vraie intelligence politique. Elle voit, sans voir tout-à-fait, un certain nombre de choses qui se produisent aujourd'hui au sein du PS. Elle a une grande intelligence politique, car elle sait que la bataille politique se fait au niveau des signes. Parmi ces signes, il y a les comportements et les contenus des discours. Elle se rend compte que le gouvernement socialiste est en train de changer de discours et de système de signes.
 
Prenons un exemple : le mot "sans-papiers" dénote des gens qui sont en France en situation d'illégalité, mais il connote autre chose : qu'il leur manque quelque chose. En disant que se sont des sans-papiers je dis que je dois les aider, que c'est une injustice puisqu'ils se trouvent sans quelque chose. Si je dis en revanche qu'ils sont "illégaux", j'indique par là qu'il faut faire respecter le droit. On voit bien ici que derrière la bataille de mots c'est en réalité une bataille d'idées. A chaque fois qu'un dirigeant de droite emploie l'expression "sans-papiers", ou "sans domicile fixe", il est dans le vocabulaire de la gauche radicale et il porte sans le savoir les signes de cette gauche. En réalité cela revient à se tirer une balle dans le pied. Cela signifie que le discours politique est plein de pièges, d'arrière-pensées et d'idéologie.
 

Christiane Taubira voit que le système de signes socialistes est en train d'évoluer. Et c'est vrai. Elle s'en désespère, et c'est là que l'on constate qu'elle n'a pas la lucidité pour comprendre les raisons de ce processus. Aujourd'hui à part la gauche trotskyste, plus personne ne parle de "lutte anticapitaliste". Globalement l'ensemble du vocabulaire issu de l'extrême gauche du XIXème siècle et du début du XXe siècle est tombé à l'eau. Taubira se rend compte que Manuel Valls et François Hollande sont en train de changer les signes socialistes.

Comment ce glissement s'explique-t-il ?

Tout d'abord, le PS n'a jamais été unifié, ce n'est pas une structure comme l'était le Parti communiste à une époque. Il est traversé par différents courants idéologiques : un courant révolutionnaire, un courant réformiste, un autre social-démocrate… 

Manuel Valls représente le courant réformiste. Son problème, c'est que tous ces termes de "socialisme", "capitalisme", "lutte des classes" ne sont pas dans le système de signes des réformistes socialistes et ils ne l'ont jamais été. Si on suit Valls jusqu'au bout, le Parti socialiste doit cesser de s'appeler ainsi, et il l'a déjà proposé. Il veut changer profondément le logiciel du Parti socialiste. Christiane Taubira n'est pas dupe et le voit, mais ne comprend pas bien pourquoi. Car elle n'a pas pris en compte l'évolution sociale du pays, elle reste sur un logiciel du XIXe siècle. Elle n'a pas saisi que pour que le PS survive il doit changer de manière de penser. L'avenir du PS n'est pas dans le socialisme, car le socialisme c'est le pouvoir ouvrier. Le Parti socialiste français est train de vivre une crise de son discours. Cette crise-là, la sociale démocratie allemande l'a vécue dans les années 50. 

 

Un sondage CSA pour Atlantico montrait que les mots dits "de droite" tendaient à l'emporter dans l'opinion : est-ce toute la société qui se droitise ou est-ce plus compliqué que cela ?

Le PS n'a jamais gagné les élections qu'à droite. Le premier président PS, François Mitterrand, était un réformiste, il ne croyait pas au discours de la gauche dont parle Taubira. Quant à François Hollande, il n'a aucune charpente idéologique, ce n'est pas un homme avec une réelle pensée politique.  On est face  à deux victoires, qui ne sont pas celles de la gauche du PS. Au fond, la gauche du PS n'a jamais gagné les élections. Elle a pu gagner électoralement des départements, des circonscriptions mais elle n'a jamais remporté la présidentielle. Manuel Valls est lucide là-dessus, et c'est pour cela qu'il veut mettre le logiciel socialiste en relation avec le réel d'aujourd'hui.

Lire le sondage : Où va la droite : les mots de l’électorat UMP

Est-ce qu'en France la bataille idéologique a conduit à ce que les systèmes de signes de la droite soient plus puissants que les anciens systèmes de signes de la gauche ? Au fond, est-ce que le pays bascule à droite dans les esprits ? 

Il faut bien comprendre qu'à droite aussi, il y a plusieurs courants et ils n'ont ni le même logiciel ni le même système de signes. Ceux qui gagnent les élections à droite, les gagnent grâce à des systèmes de signes qui sont plutôt "bonapartiste-libéraux". Le problème de la droite c'est qu'elle ne regarde pas son concurrent, elle n'observe pas sa façon de fonctionner.

C'est une énorme erreur de croire que des termes comme "sécurité", "immigration" sont des termes de droite. La droite défend les droits individuels et notamment ce droit à la sécurité, aujourd'hui elle gagne de ce côté-là. Mais il ne faut pas oublier que pendant la IVe République, c'était la gauche qui gagnait le marché de la sécurité !

La gauche radicale a imposé à la gauche réformiste de ne plus avoir le droit de parler de sécurité, c'est pour cela qu'on a le sentiment que ce sujet est un vocable de droite. En réalité il y a des déplacements de système de signes, c'est ce qui rend les choses complexes.

La grande différence c'est que la droite n'a pas besoin de se nourrir d'utopies. L'utopie est un problème de gauche, et ce sont ces utopies que Christiane Taubira ne veut pas abandonner. 

Si on entend comme être "de droite", le fait de ne plus avoir besoin d'utopies et de grandes idéologies, alors oui, l'opinion publique est à droite.

Cette bataille des mots est-elle totalement perdue par la gauche ?

Oui, elle l'est réellement, car un logiciel doit s'appuyer sur du concret. 

Au début le logiciel socialiste était fondé sur les ouvriers opprimés qui allaient prendre le pouvoir. Or cette population a baissé de façon quantitative et cette baisse va se poursuivre. 

Ensuite on est passé au pouvoir des travailleurs, qui a remplacé la notion d'ouvrier, sauf que cette notion est trop floue et qu'elle ne fonctionne pas. L'expression "travailleur" a été le cache-sexe d'une évolution sociologique profonde qui détruisait le logiciel socialiste du XIXe siècle.

Aujourd'hui le mot "travailleur" n'est plus utilisable, il ne s'adapte pas à la réalité. Jamais un jeune de 25 ans ne va se reconnaître dans une opposition entre les travailleurs et les non travailleurs, cela n'a plus de sens. Le logiciel socialiste est devenu flou et incohérent avec la vie concrète des populations.

Manuel Valls pense qu'il est temps de devenir pragmatique et il n'a pas d'autre solution face à ce logiciel cassé. Il veut un retour vers le réel sans utopie en essayant de conserver une différence avec la droite.

La grande différence avec la droite c'est que celle-ci n'a pas à devenir pragmatique.  La problématique de la droite c'est de maintenir son cap, et d'essayer de construire un discours plus ferme, plus lucide, plus concret et structuré – car c'est ce que souhaite la population. Historiquement c'est cela sa force.

Le force du FN, c'est qu'il part de la situation réelle, même si après ses solutions sont mauvaises. 

Le grand problème de Nicolas Sarkozy c'est qu'il n'a pas apporté pour le moment de réponse précise, et Alain Juppé est dans la volonté de contenter tout le monde. Les gens sont à la recherche d'un chef qui leur donne une direction claire sur leurs problèmes. La France est plus lucide qu'elle ne l'a jamais été. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 06/04/2015 - 14:54
Celui qui est sans papier,
fait des virgules et emmerde tout le monde. Le changement de langage ne change pas la situation des plus démunis. Corvée est devenu TIG (travaux d'intérêt général); ça n'empêche pas à celui qui l'est, de nettoyer les chiottes avec sa brosse à dents. De belles paroles et celui qui les prononce n'oublie pas intérieurement d'appeler les "petites gens" les "sans dents". Un sans papier est un clandestin. Appelons un chat un chat.
zouk
- 06/04/2015 - 10:38
Les rêves de Juppé
Jamais personne n'a réussi à séduire tout le monde à la fois, heureusement d'ailleurs car Juppé n'a vraiment pas assez de courage.
Benvoyons
- 05/04/2015 - 15:07
Mitterand et Attali Réformistes Bravo! En effet en 1981
Retraite à 60 ans, Nationalisations, Banques, entreprises,etc.. C'est très réformiste ce programme monsieur Roucaute. Bon contrairement à ce que vous dite et bien le FN MLPS est donc réformiste aussi.puisqu'ils utilisent le même programme que Mitterrand et FDG.