En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 46 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 52 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 47 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 19 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 22 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 28 sec
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 48 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 3 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 44 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 13 heures 59 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 23 min
© Reuters
Jean-Luc Mélenchon a déclaré que le projet de François Hollande correspondait au « tarif superminimum de la gauche ».
© Reuters
Jean-Luc Mélenchon a déclaré que le projet de François Hollande correspondait au « tarif superminimum de la gauche ».
Tarif minimum de gauche

Gauche Mélenchon : "Les vrais réalistes c'est nous, pas la gauche Hollande"

Publié le 20 octobre 2011
Jean-Luc Mélenchon a affirmé cette semaine que le projet de François Hollande correspondait au "tarif superminimum de la gauche". Porte parole du Parti communiste et soutien du leader du Front de Gauche, Patrice Bessac explique en quoi la gauche de la gauche tranche avec François Hollande.
Patrice Bessac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Bessac, né en 1978, est porte-parole du PCF et membre du conseil régional d’Ile-de-France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Mélenchon a affirmé cette semaine que le projet de François Hollande correspondait au "tarif superminimum de la gauche". Porte parole du Parti communiste et soutien du leader du Front de Gauche, Patrice Bessac explique en quoi la gauche de la gauche tranche avec François Hollande.

Atlantico : Jean-Luc Mélenchon a déclaré que le projet de François Hollande correspondait au « tarif superminimum de la gauche ». Comment interpréter précisément cette formule ?

Patrice Bessac : Cela veut dire une chose simple : la crise n’est pas finie, en 2012 nous allons avoir une pression ultra forte des marchés et des banques pour que la France réduise encore un peu plus son niveau de dépenses publiques ainsi que le niveau des droits des salariés. Dans ce cadre, si on s’en tient à une politique a minima, si on ne met pas en place un gouvernement de combat contre les marchés financiers et les banques, alors la gauche ne servira qu’à faire le sale boulot.

Or, nous, nous voulons desserrer l’étau des marchés qui pèse sur les démocraties. Par conséquent, dire aux Français  qu’il suffit de mieux que gérer la France que Nicolas Sarkozy, est un mensonge. Il faut se dégager de la simple « gestionnite » en remettant l’économie à l’endroit – c’est-à-dire en la faisant partir par le travail – sinon on se fera « bouffer » par la situation internationale. Au fond, ce que nous demandons à toute la Gauche pour tout le pays, c’est de changer les conditions financières de gestion de l’argent. Le défi principal consiste à ce que le suffrage universel tienne en laisse les marchés financiers.

 

Dans ce contexte, François Hollande est-il suffisamment « de gauche », selon vous ?

Il a une trouille monstre de ne pas apparaître comme raisonnable. Mais ce qui aujourd’hui est déraisonnable c’est le laisser-faire, c’est laisser notre pays continuer à se désindustrialiser, à laisser les banques ne pas faire leur travail dans le financement des PME… Les petits patrons nous le disent : ils sont pris à la gorge par ces banques devenues de véritables rapaces.

François Hollande appartient à la gauche. Mais il y a tellement longtemps que la gauche n’a pas incarné un projet nouveau, que le Parti socialiste et son candidat à la présidentielle sont sans doute trop rouillés pour imaginer autre chose que le train-train gestionnaire ! C’est notre rôle de dérouiller la gauche toute entière pour qu’elle soit dans une logique de changement. Il faut réincarner l’espoir. Nous sommes d’incurables optimistes.

Au final, face à Nicolas Sarkozy, il y aura une gauche rassemblée dont François Hollande est bien évidemment l’un des partenaires essentiels. Mais vouloir une politique de gauche ne se décrète pas. Ce n’est pas parce qu’on se dit de gauche que l’on change les choses.

 

La gauche n'en reste-t-elle pas trop dans la seule incantation ?

Non. Prenons un exemple : nous payons des intérêts à des banques auxquelles la puissance publique a déjà beaucoup versé via la Banque centrale européenne. Le cas de la Grèce est en ce sens révélateur. Il y a une mesure très simple à prendre qui consiste à ce que la Banque centrale européenne achète directement la dette des Etats afin que nous puissions diviser le coût de la dette. C’est ce que font les Etats-Unis, je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas le faire nous. La solution de sortie de crise passe par prendre l’argent là où il est inutile socialement pour le rendre utile.

 

Encore faut-il pouvoir se mettre d’accord avec nos partenaires européens pour mener cette politique…

La France est un grand pays. De toute façon, si nous poursuivons cette politique, nous allons dans le mur. Il n’y a donc aucun risque à changer de politique et à remettre l’économie sur les bons rails de la valorisation du travail. Certes, il faudra convaincre nos partenaires européens, engager un bras de fer, mais nous l’avons fait dans le passé avec des gens courageux, sur la question de l’OTAN ou de la PAC : désormais il faut s’occuper de la question financière.

Les vrais réalistes aujourd’hui, c’est nous ! Tout le monde sait que sans volontarisme, sans esprit de rupture, nous ne sortirons pas de la crise actuelle et que nous accepterons de baisser encore un peu plus le coût du travail, de laisser exploser le marché immobilier, etc.

Or certaines mesures peuvent être prises tout de suite. Nos banques ont besoin d’être recapitalisées ? Que la puissance publique entre donc dans leur capitalisation afin d’orienter leurs investissements davantage vers les PME que dans les marchés. On peut le faire sans demander la permission de personne.

 

Dans une interview à Médiapart, Jean-Luc Mélenchon déclarait cette semaine : « le problème de la gauche est de savoir comment parler aux millions de gens qui pensent que tous les politiques sont pareils ». N’est-ce pas là le problème principal de la gauche : séduire les classes populaires qui se sont tournées vers le FN ? Comment faire ?

C’est faux d’affirmer qu’une grande partie de la classe populaire vote FN. Malheureusement, leur électorat est beaucoup plus large. Surtout, le plus grand parti de France aujourd’hui c’est l’abstention. C’est cet électorat qui faut remobiliser. Pour cela, que nous cherchons à les convaincre que la gauche est décidée à ne faire aucun cadeau à ceux qui, sans travailler, gagnent de l’argent sur ceux qui travaillent. Il faut donc une gauche ferme sur la question des salaires, ferme sur le coût du logement, et qui ne se contente pas de jolis mots mais montre qu’elle a les moyens d’imposer une politique nouvelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Charles25
- 24/10/2011 - 15:59
@Loupdessteppes
Où avez-vous vu que Mélenchon est sénateur ? Vous rêvez debout, renseignez-vous !
Sinon, ben oui, les parlementaires ne servent à rien. Qu'est-ce qu'on ferait comme économies si on était encore une monarchie absolue !
fms
- 21/10/2011 - 16:42
arrêter de laisser exploser le marché immobilier...
c'est construire plus ou taxer plus l'existant ?
Que le suffrage universel tienne en laisse les marchés financiers, comme en Chine ?
Quelques précisions peut-être ?
Loupdessteppes
- 21/10/2011 - 14:58
Mélanchon et ses émoluments...
Un sénateur comme Mélanchon, aux émoluments si confortables, sans parler de la retraite assurée, est-ce vraiment si utile à la société ?