En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Capture Couverture Der Spiegel
La photo publiée par Der Spiegel
Miroir mon beau miroir
Merkel et les nazis devant le Parthénon : quand la une choc du Spiegel montre un début de questionnement des Allemands sur leur emprise sur l’Europe
Publié le 22 mars 2015
Der Spiegel publie en couverture illustrée un photomontage montrant Angela Merkel entourée de nazis devant l'Acropole à Athènes. Cette "une" provocatrice montre que les Allemands commencent à prendre conscience de l'image écornée qui leur colle à la peau dans le sud de l'Europe.
Ulrike Guérot est l'ancienne directrice du bureau berlinois du Conseil européen des relations étrangères. Elle a travaillé pendant vingt ans dans des think-tanks européens et a enseigné en Europe et aux Etats-Unis. Elle est la fondatrice et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ulrike Guérot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ulrike Guérot est l'ancienne directrice du bureau berlinois du Conseil européen des relations étrangères. Elle a travaillé pendant vingt ans dans des think-tanks européens et a enseigné en Europe et aux Etats-Unis. Elle est la fondatrice et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Der Spiegel publie en couverture illustrée un photomontage montrant Angela Merkel entourée de nazis devant l'Acropole à Athènes. Cette "une" provocatrice montre que les Allemands commencent à prendre conscience de l'image écornée qui leur colle à la peau dans le sud de l'Europe.

Atlantico : Dans son édition du samedi 21 mars, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel  publie en couverture illustrée un photomontage montrant Angela Merkel entourée de nazis devant l'Acropole à Athènes. Elle vise à dénoncer les clichés sur l’Allemagne et les critiques formulées contre le pays, notamment dans les pays touchés par l'austérité. Qu’est-ce que cette une revèle-t-elle de la société allemande ?

Ulrike Guérot : Le Spiegel n’est pas le seul magazine à revenir en ce moment sur la Seconde guerre mondiale. Des discussions sérieuses sur le remboursement des dettes de guerre sont remontées au plus haut niveau politique. Les Grecs sont venus avec ces demandes, discutées au plus haut niveau. Des juristes allemands se penchent dessus. On est malheureusement revenus à des histoires de guerre.

Le Spiegel fait-il discuter ? Oui, certainement. Cela fait six semaines qu’un débat virulent a lieu sur cette question. Les Grecs aussi voient des dérapages dans leur presse. C’est un cercle vicieux : quand ça chauffe d’un côté, ça chauffe de l’autre.

Cette une vise-t-elle à choquer ?

Le côté positif, c’est qu’elle montre qu’on discute et elle rappelle qu’il y a d’autres Européens qui ont un avis sur nous. Les Allemands pourraient commencer à comprendre qu’ils n’ont pas toujours raison, que les autres ne nous aiment pas toujours, qu’ils ne se sentent pas bien. Ca peut sembler étrange, mais il reste encore des Allemands qui n’ont pas réalisé qu’il existe des Européens en difficulté. Quand vous êtes dans un petit village du sud de l’Allemagne avec le plein-emploi, tout va bien pour vous. Que les Grecs meurent de faim…

Pendant longtemps, la presse allemande a tenu le discours selon lequel chez nous, ça allait, que les autres devaient faire des réformes, que le sud allait mieux et qu’en continuant sur cette voie ils sortiraient de la crise comme nous. Ca a duré des mois, voire des années. On était peu nombreux, y compris mois et quelques amis à écrire dans des journaux minoritaires, que ce n’était pas le cas, que l’OCDE se trompait peut-être et que la fureur montait.

Enfin, cette constatation du regard les autres est arrivée au centre de la presse médiatisée. D’une certaine manière, c’est positif. Le centre de la société allemande comprend que les autres sont mécontents, qu’ils ont peut-être raison de l’être, et qu’il est temps de changer quelque chose.

Quel a été le point de départ de cette prise de conscience ? Est-ce l’élection de Syriza en Grèce ?

Je pense. D’une certaine manière, l’arrogance de Yanis Varoufakis a fait sauter la cocotte-minute. Il fallait un évènement pour nous faire comprendre que tout n’allait pas et que d’autres voulaient un changement. D’une manière, la presse a bien tenu la rhétorique pendant longtemps. Il faut savoir que la différence de traitement entre la presse française et allemande était colossale : je me souviens avoir lu un article en France qui se demandait si les Grecs allaient sauver l'Europe. Je me suis alors dit que les Français avaient vraiment un autre regard que les Allemands sur Varoufakis.

Comment décrieriez-vous la mutation de la conscience des Allemands de ce problème ?

Nous sommes un pays de 80 millions d’habitants, dont certains avaient encore la tête claire et des oreilles dans les autres pays. La jeunesse Erasmus, certains journalistes qui commençaient à émerger…  Le temps est avec nous. Tous ceux qui pendant cinq ans ont expliqué que l’Allemagne n’avait pas forcément raison et que ça allait tourner au vinaigre, ont fait monter la mayonnaise. Cet argument était de plus en plus écouté. Et la bascule a eu lieu lors de l’élection de Syriza.

Autre chose : les citoyens ne sont pas dupes. Depuis quelques temps, des Allemands se posaient des questions. Et ils ont un cœur bon : même celui qui ne comprend rien à la crise, quand il apprend que des bébés meurent dans les hôpitaux grecs, il s’interroge sur les vertus de l’austérité. Et là, la presse a craqué. Car elle a réalisé que les citoyens, même s’ils ne saisissent pas tous les paramètres économiques, ont compris que quelque chose se passe et qu’à l’extérieur de l’Allemagne, qu’on commençait à se plaindre de nous. Et les Allemands ne veulent pas que nous ayons le mauvais rôle. Nous l’avons déjà eu deux fois.

C’est assez récent. Cela s’est fait en deux mois. Il y a quatre ans, quand je disais ça, on me disait que j’exagérais.

Quel impact ce sentiment de l’opinion publique peut-il avoir au niveau politique ?

Je suis sceptique, malheureusement. Je ne comprends pas Wolfgang Schäuble en ce moment et je vois chez lui une rudesse sur cette question que je ne peux pas expliquer. J’ai toujours cru que Wolfgang Schäuble était le grand Européen du gouvernement. Mais ses dernières prises de position m’interrogent sur ce qu’il veut faire.

Les conservateurs, aujourd’hui, croient que tout va bien, que l’Allemagne a déjà répondu aux demandes de l’étranger, qu’on a laissé Draghi faire, qu’on a eu raison car l’Italie et le Portugal sont à nouveau en croissance, et que le fait que ni le Portugal, ni la France, ni l’Italie n’aient fait d’alliance avec les Grecs montre que ces derniers sont isolés et qu’on a n’a plus rien à faire.

L'opposition, elle, est très hésitante. Ils sentent qu’il y a une ouverture vers un changement de politique, anti-austérité, mais j’ai l’impression qu’ils n’osent pas. L’Allemagne est un pays politique, tout le monde raisonne selon les possibilités politiques. Dans une grande coalition, la confrontation contre Merkel est délicate.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
La résignation des chômeurs face à la loi d’airain de l’offre et de la demande
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 22/03/2015 - 18:04
ISABLEUE - 22/03/2015 - 16:23 Désolé mais l'Allemagne a payé
une somme en plusieurs fois après un accord avec les USA . Le dernier paiement à eu lieu je crois en 1989. Maintenant vous avez le droit d'adhérer à la thèse de la Mafia Grecque.La politique de la Mafia Grec: Pendant des années ils ont

falsifier leurs statistiques". Les Banques d'Europe dont des Françaises se sont assis déjà sur 50 milliards€================Alors ça suffit qu'ils aillent se faire mettre chez les Grecs . Ainsi cela restera en famille.==========Pour moi dans l'affaire Grèce et bien les Banques Américaines devraient payer une réparation à la Grèce pour mauvais Conseils. Car aux dernières nouvelles se sont les Américains qui ont donné la martingale de la tromperie aux Grecs pour tromper l'Europe . Pour le solde 250 milliards de $. En plus c'est facile aux USA ils ont une planche à billet à mouvement perpétuelle. Puis entre Mafia il n'y a pas de raison qu'il n'y ait pas d'entente. De plus il faut voire que la BNP a payé 7 milliards car elle avait fauté, donc il n'y aucune raison que les Banques US ne payent pas.
Deudeuche
- 22/03/2015 - 16:51
Der Spiegel, l'Obs allemand, un magazine socialiste
qui charie la chancelière CDU; normal, de bonne guerre, pas la peine d'en faire un article. Sauf pour les loosers en Europe qui aimeraient bien déterrer des croix gammées pour justifier leur incompétence économiques.
ISABLEUE
- 22/03/2015 - 16:23
Henrik Jah
Oui vous avez raison, bonne connaissance de l'histoire européenne