En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 9 heures 5 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 10 heures 37 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 12 heures 31 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 14 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 17 heures 49 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 11 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 10 heures 7 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 12 heures 5 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 12 heures 55 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 14 heures 50 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 17 heures 35 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 18 heures 2 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 11 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 12 heures
© Capture
© Capture
C'est arrivé près de chez vous

La tête des candidats FN aux départementales est-elle un handicap... ou un avantage ?

Publié le 21 mars 2015
"Le kiosque aux canards", un blog qui existe depuis 2011 et dont l'ambition est de lutter contre le FN, s'est lancé dans un recensement des candidats FN dont le physique prêterait à rire. Un exemple parmi d'autres des moqueries et du dédain dont font l'objet les candidats et électeurs FN, qui ne peut qu'être contre-productif.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Le kiosque aux canards", un blog qui existe depuis 2011 et dont l'ambition est de lutter contre le FN, s'est lancé dans un recensement des candidats FN dont le physique prêterait à rire. Un exemple parmi d'autres des moqueries et du dédain dont font l'objet les candidats et électeurs FN, qui ne peut qu'être contre-productif.

Atlantico : Cette attitude à l'égard des candidats FN aux départementales peut-elle, contrairement à l'ambition de départ, faire le jeu du parti de Marine Le Pen ?

Vincent Tournier : Ce site est étonnant à plusieurs titres. D’abord parce qu’il systématise une attitude qui est devenue aujourd’hui totalement illégitime, à savoir le délit de faciès ou de sale gueule : s’en prendre au physique des gens, c’est quand même tomber en-dessous du degré zéro de la politique.

Ensuite et surtout parce qu’on ne voit aucune réaction, aucune condamnation, aucune polémique. On imagine pourtant très bien ce qui se passerait si un site d’extrême-droite faisait un panorama des portraits de l’UMP et du PS ou, pire, des candidats issus de l’immigration.

Ce manque de réaction interroge sur les paradoxes de l’idéologie contemporaine. L’existence d’une telle porosité en dit long sur l’hypocrisie ambiante. Manifestement, les cris d’orfraie sont à sens unique : que valent les proclamations grandiloquentes sur l’humanisme, la tolérance, le respect ? Le moins que l’on puisse dire est que les interdits ne valent pas pour tout le monde.

Le problème est que plusieurs décisions de justice donnent le sentiment d’aller dans le sens de cette hémiplégie idéologique. La cour d’appel de Paris vient récemment de dire qu’il est permis de traiter Marine Le Pen de « salope fascisante ». De son côté, le tribunal correctionnel de Paris a décrété que « les Français blancs dits de souche ne constituent pas un 'groupe de personnes' » car cette catégorie « ne recouvre aucune réalité ». C’est un argumentaire rocambolesque. Le tribunal semble dire que toutes les races existent, sauf la race blanche, ou que tous les racismes sont condamnables, sauf le racisme envers les Blancs. Il soutient que les Français de souche ne peuvent être des victimes puisqu’ils n’existent pas, sauf éventuellement lorsqu’il s’agit de les dénoncer comme l’a fait récemment François Hollande. L’injure raciale est interdite, mais on a quand même le droit de clamer « nique la France » ou de brocarder « la France rance », selon la formule utilisée par Manuel Valls à propos de l’affaire de Bézier. Cette situation  est quand même problématique.

Lassés de leurs élites traditionnelles, les électeurs Français sont-ils davantage tentés de voter pour des gens "comme eux", avec toutes les imperfections "normales" que cela implique ? Dans quelle mesure cela peut-il contribuer, entre autres facteurs, à la montée du FN ?

Une partie de l’électorat a la ferme intention de voter pour le Front national, quels que soient les candidats qui lui seront proposés. De son côté, le FN espère créer un choc à l’occasion de ces élections locales en obtenant un score inégalé jusqu’à présent. Il espère ainsi enclencher une dynamique favorable pour les futurs scrutins, mais aussi attirer dans son giron quelques cadres de la droite traditionnelle en leur montrant qu’il peut lui aussi attribuer des places.

Mais en présentant le maximum de candidats, le FN s’interdit d’être très regardant sur la qualité du produit : il doit forcément se contenter de candidats qui n’ont été ni sélectionnés, ni formés. Cette stratégie n’est pas sans risque. A court terme, il va certes engranger un beau score au premier tout, mais à plus long terme, les conséquences négatives ne sont pas négligeables puisque sa stratégie de respectabilité va en prendre un coup. Les « dérapages » accréditent en effet l’idée que le FN est toujours un parti différent, voire dangereux. Les anti-FN se font d’ailleurs un plaisir de pointer toutes les déclarations problématiques.

Cela dit, cette dénonciation pose aussi un problème car, paradoxalement, elle banalise la situation. Au fond, pour les opposants du FN, l’argument est que ces dérapages étaient tout à fait prévisibles et qu’ils sont la preuve que le FN n’a pas changé. Mais n’a-t-on pas au contraire affaire à une situation relativement inédite ? Ces dérapages ne doivent-ils alerter sur les tensions et les haines qui se diffusent aujourd’hui dans la société française ? De deux choses l’une : soit ces haines sont en hausse, soit elles osent s’afficher plus facilement qu’autrefois, mais dans tous les cas, il y a une évolution qui est inquiétante.

Le gouvernement devrait réfléchir sérieusement à cette situation. La stratégie qu’il a suivie depuis les attentats de janvier dernier a-t-elle été la bonne ? Cette stratégie a été d’ailleurs en partie contradictoire puisqu’elle a consisté, d’un côté, à tenir un discours de dédramatisation concernant l’islam (c’est la thèse du « pas d’amalgame » et « cela n’a rien à voir avec l’islam ») et, de l’autre, à mettre en place une politique de réforme et d’encadrement du culte musulman qui laisse entendre que le problème est plus global. En réalité, le gouvernement est aujourd’hui contraint de naviguer entre deux écueils. Le premier est celui d’une radicalisation chez les musulmans, avec le risque d’avoir de nouveaux attentats, mais aussi de nouvelles émeutes urbaines, lesquelles seraient probablement moins faciles à contrôler que celles de 2005. Mais il existe un autre écueil, tout aussi explosif, qui est de radicaliser certains secteurs de l’opinion publique dans la mesure où le discours victimaire et compassionnel à l’égard des musulmans risque de ne pas passer. On va peut-être réaliser que, jusqu’à présent, nous avons eu la chance d’avoir une extrême-droite légaliste et pacifique, qui a été suffisamment puissante pour canaliser les débordements. Mais rien ne dit que cette situation va durer.

Jusqu'où les citoyens sont-ils prêts à aller dans la recherche de candidats qui leur ressemblent ? Dès lors que l'enjeu est national, les Français ont-ils malgré tout tendance à revenir au mythe de l'homme ou de la femme providentiel ?

Je ne suis pas sûr que les électeurs privilégient les candidats qui leur ressemblent. Sur le plan sociologique, c’est même plutôt le contraire. Par exemple, les élus sont structurellement plus masculins, plus âgés et plus diplômés que le reste de la population. C’est tout le paradoxe de la démocratie représentative : les électeurs reprochent volontiers aux élus de ne pas être comme eux, mais en même temps, ils préfèrent élire des candidats qui correspondent à un certain standard, notamment par leur expérience et leur diplôme, deux critères qui restent rassurants. De leur côté, les élus sont confrontés à une crise de la représentation, ils ont donc tendance à jouer la carte de la proximité, mais cela sonne forcément faux. Il faut dire aussi que les élites sont hypocrites car elles rejettent les candidats qui ne sont pas jugés à la hauteur. On le voit bien avec les « dérapages » des candidats FN : tout le monde plaide pour une classe politique plus représentative de la population, mais en réalité, personne n’en veut car cela impliquerait d’avoir des élus moins « politiquement corrects ».

Quant à l’élection présidentielle, il y a un paradoxe : il s’agit d’une fonction qui nécessite d’avoir des personnalités hors du commun ; or le système politique semble de plus en plus en peine de mettre de telles personnalités sur le marché politique. La généralisation des primaires dans les grands partis en est un symptôme : les partis ont aujourd’hui bien du mal à trouver des leaders naturels. On le voit aussi dans les slogans de campagne : Nicolas Sarkozy voulait être un « président qui gouverne » et François Hollande un « président normal ». Ces deux formules témoignent à leur façon d’un déclin de la fonction présidentielle. La responsabilité de cette évolution n’incombe pas seulement aux responsables politiques : elle provient aussi d’une remise en cause plus générale de l’autorité à laquelle semble aspirer une partie de la société. En témoignent par exemple les revendications sur la « démocratie participative », qui montrent que chacun veut participer aux décisions.

Le problème est que cette demande  de participation est peut-être plus circonscrite qu’on le croit à certains segments de la société (disons les catégories aisées, diplômées, politisées). Le reste de la société demande surtout que la politique soit efficace, la participation étant perçue comme de la cosmétique. Or, si cette efficacité n’est pas au rendez-vous, le risque est de voir émerger une demande accrue d’autorité. C’est déjà ce qui transparaît dans les sondages. Il faut y prendre garde car rien n’est écrit à l’avance. La démocratie n’évolue pas forcément dans un sens unique. L’histoire nous a appris que les régimes politiques connaissent des cycles, avec des phases démocratiques et des phases autoritaires.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 29/03/2015 - 17:28
On voudrait aider le FN
on ne s'y prendrait pas mieux!
Haddock36
- 22/03/2015 - 09:38
Quel drôle de tête celui-là
Votre photo rappelle étrangement les méthodes de propagande utilisées par le docteur Göbbels pour semer la haine contre les juifs, en montrant des photos d'individus particulièrement typés, voire retouchées. Ce genre de tête, vous les retrouveriez dans chaque parti. Et qu'est-ce que cela prouve? Je trouve ce genre d'article particulièrement stupide.
2bout
- 21/03/2015 - 18:04
Trop vite parce que ... trop de touches sur le clavier,
Mais vraiment, ils ont trop la classe tous les deux. Un super produit vangog qui rappelle ce que l'on trouve à la maison.