En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 42 min 18 sec
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 1 heure 57 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 6 heures 21 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 8 heures 32 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 11 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 15 heures 8 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 heure 15 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 6 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 7 heures 50 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 10 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 15 heures 26 min
Chagrin d'amour

La science du cœur brisé : les effets concrets d’une rupture amoureuse sur le cerveau

Publié le 20 mars 2015
Que se passe-t-il dans la tête d'une personne éprise d'amour ou au contraire déçue sur le plan sentimental ? D'après des études américaines, les effets produits par une idylle amoureuse ou sa rupture sont comparables à ceux que procurent certaines drogues. La maladie d'amour serait bel et bien un fait scientifique.
Jean-Antoine Girault est neurobiologiste, Directeur de l’Institut du Fer à Moulin à Paris et co-responsable du laboratoire «Neurotransmission et Signalisation» à l'INSERM et Université Pierre et Marie Curie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Antoine Girault
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Antoine Girault est neurobiologiste, Directeur de l’Institut du Fer à Moulin à Paris et co-responsable du laboratoire «Neurotransmission et Signalisation» à l'INSERM et Université Pierre et Marie Curie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que se passe-t-il dans la tête d'une personne éprise d'amour ou au contraire déçue sur le plan sentimental ? D'après des études américaines, les effets produits par une idylle amoureuse ou sa rupture sont comparables à ceux que procurent certaines drogues. La maladie d'amour serait bel et bien un fait scientifique.

Atlantico : Depuis 2005, les études scientifiques consacrées aux réactions de notre cerveau face à un chagrin d'amour se multiplient. A l'aide de l'IRM, les scientifiques tentent de percer le mystère des conséquences du déchirement amoureux sur le plan cérébral. La dopamine serait la molécule de la passion amoureuse. Quid de la rupture amoureuse, que se passe-t-il en cas de déception ?

Jean-Antoine Girault : Pour commencer, il est complètement exagéré de dire que la dopamine est la molécule de la passion amoureuse. En effet, les études en question ne permettent pas d'identifier les molécules impliquées. On manque d'information pour savoir ce qu'il en est chez les humains mais les travaux dans le domaine montrent que la dopamine est normalement libérée en réponse à des bonnes surprises, et non en réponse à la "passion" ou au "plaisir" comme on l'entend parfois... Bien sûr la bonne surprise pourrait être la vue ou l'audition inattendue de quelqu'un qu'on aime, mais il s'agit là d'extrapolations. Les modifications observées concernent des ensembles de régions du cerveau impliquées entre autre choses dans la motivation et régulées par les systèmes de "récompense". Il n'est pas surprenant qu'elles soient concernées par les sentiments amoureux, mais on ne peut généraliser ainsi sur les neurotransmetteurs concernés.

Concernant les ruptures et les chagrins (et tous deuils en général), des activations et des diminutions d'activité ont été rapportées dans les mêmes régions. Il est difficile d'en tirer des conclusions précises, mis à part que ces systèmes sont impliqués, ce qui n'est pas une surprenant.

Deux autres neurotransmetteurs sont plus vraisemblablement impliqués directement dans les liens amoureux : l'ocytocine et la vasopressine. Ils sont impliqués dans la formation des liens "amoureux" (pair-bonding) chez le campagnol et jouent un rôle dans l'établissement de liens sociaux chez l'humain. Il existe deux espèces de campagnols américains, l'une fait preuve de fidélité et l'autre de promiscuité. Des différences d'ocytocine et de vasopressine existent entre les deux et il est possible de changer le comportement d'un type vers l'autre en modifiant ces neurotransmetteurs ou leurs récepteurs.

D'une manière générale il faut être prudent dans l'utilisation des données d'imagerie cérébrale qui sont souvent "sur interprétées". Ces méthodes donnent une idée des régions cérébrales particulièrement actives ou inactives dans telle ou telle condition. Elles ne renseignent pas sur les mécanismes ou les neurotransmetteurs

Douleurs au ventre, dans la poitrine, sensation d'écrasement, chronique ou brève… Les individus peinés décrivent des symptômes précis. La maladie d'amour est-elle une simple expression populaire ou y a-t-il une réalité biophysique à cet état ?

Toutes les sensations subjectives s'accompagnent de modifications d'activité cérébrale.  Des causes purement "psychologiques" à l'origine (exemple deuil ou séparation amoureuse) peuvent s'accompagner de sensations physiques localisées. Cela ne veut pas dire que l'organe concerné est malade. En revanche cela peut entrainer des troubles sérieux, comme la dépression, qui peuvent devenir une véritable maladie. Le siège est dans le cerveau, pas dans les organes où la sensation est ressentie.

Certaines études scientifiques tendent à montrer que l'amour est une drogue, dont les effets seraient comparables à ceux produits par la cocaïne ou la nicotine. Qu'en est-il ?

L'amour fait probablement intervenir les systèmes de récompense et des régions cérébrales concernées par l'action des drogues. Les drogues court-circuitent les systèmes normaux et stimulent directement, par une action chimique, la transmission par la dopamine. En d'autres termes, les drogues piratent les systèmes normaux. Affirmer que l'amour est une drogue dans un sens médical ou scientifique serait une erreur et une exagération.

Doit-on en déduire qu'une personne victime d'un chagrin d'amour est une personne qui doit être sevrée ou se sevrer ?

Au sens littéral, si le chagrin d'amour est la perte de l'être aimé, c'est un sevrage. Avec beaucoup d'imagination on pourrait penser à quelques points communs avec le syndrome de manque. Mais là encore les drogues font d'autres choses qui sont impliquées dans le syndrome de manque. Au-delà des analogies de langage, il ne faut pas chercher des liens trop précis.

L'amour ne serait pas une émotion mais "état de motivation dirigée vers un objectif précis", une motivation visant à obtenir et conserver l'objet de nos affections. Qu'en pensez-vous ?

L'amour est certainement les deux et aussi autre chose.... On peut penser qu'il y a une composante ressentie avec une valeur émotionnelle déclenchée par exemple par la vue ou la pensée de l'être aimé, et aussi une composante motivationnelle, dirigée parfois vers l'action et un vécu de désir, qui lui est lié.

L'acétaminophène, médicament en vente libre couramment utilisé pour réduire la douleur physique, réduirait également la douleur du rejet social, tant au niveau des neurones que sur le plan comportemental, d'après un article publié dans la revue Psychological Science. Le paracétamol serait-il le meilleur ami des cœurs brisés ?

Le paracétamol (ou acétaminophène) est un bon antalgique mais son effet sur les douleurs de rejet social n'a pas été étudié en dehors de l'article que vous citez. Il est impossible de conclure sur une seule étude. Néanmoins le sujet intéressant et mériterait d'autres études. Quant aux cœurs brisés, il n'y a pas d'étude.  On sait que les douleurs "physiques" et "sociales" mettent en jeu des régions du cerveau en partie communes. Il n'est pas choquant que des médicaments agissant en partie sur le système nerveux central puissent avoir un effet sur les deux types de douleur. Mais pour en être sûr il faudra attendre d'autres études…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires