En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© TeleGeography
La carte des 299 câbles de l'Internet mondial.
Ping

150 ans de câbles sous-marins : les cartes qui montrent que l’internet d’aujourd’hui suit les routes commerciales d’hier

Publié le 16 mars 2015
La société d'études TeleGeography a mis en ligne une carte mondiale interactive des câbles sous-marins qui connectent l'Internet mondial. Elle ressemble étrangement à une carte des routes maritimes datant de 1912.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La société d'études TeleGeography a mis en ligne une carte mondiale interactive des câbles sous-marins qui connectent l'Internet mondial. Elle ressemble étrangement à une carte des routes maritimes datant de 1912.

Demandez à votre voisin par quel moyen transite la majorité des communications internationales : il y a de fortes chances qu’il réponde, après avoir réfléchit quelques instants, "les satellites". La réponse est pourtant très terre à terre. "Pour les communications internationales, plus de 99% du trafic passe par les câbles sous-marins", a expliqué Alan Mauldin, directeur de la recherche de la société d’études TeleGeography, dans une interview accordée à CNN. La raison est simple : les câbles peuvent transporter beaucoup plus d’information, pour un coût minime.

Autre raison : "Dans un monde où chaque milliseconde compte, l'aller-retour vers les satellites représente une perte de temps inutile", a indiqué au Monde Benjamin Bayart, spécialiste des télécommunications et porte-parole du fournisseur d'accès à Internet associatif FDN.

Depuis l’année dernière, TeleGeography tient à jour une carte de l’ensemble des câbles qui permettent à nos réseaux de communication de fonctionner. Au 15 mars, elle montre 299 câbles déjà construits ou qui seront mis en service d’ici la fin de l’année.

Cliquez sur la carte pour accéder à la version interactive.



Un zoom permet de réaliser que la "fracture numérique géographique", popularisée en France par Jacques Attali en 2008, est une réalité pour de nombreux pays entier. Ainsi, les îles Tonga, mais aussi plusieurs villes de Nouvelle-Zélande ou de Polynésie française, ne sont reliées au reste du monde que par un seul câble. "En Europe, aux Etats-Unis et en Asie les gens n'ont plus à se demander “que se passe-t-il si internet tombe et que je ne peux pas envoyer un email important?” Cela a disparu. Vous n'y pensez plus. Mais si êtes au Bangladesh, vous vous inquiétez encore", souligne Alan Mauldin.

 


 

La société d’études vient de réaliser une version vintage de la carte, à l’image des planisphères du début du 20e siècle. Au-delà de l’aspect esthétique (des posters sont en vente), elle permet de se rendre compte d’un phénomène intéressant : beaucoup de ces câbles se superposent parfaitement aux routes commerciales d’avant la première guerre mondiale.

Cliquez sur la carte pour afficher sa version interactive

Le site Vox.com a réalisé une animation qui permet de superposer la carte de TeleGeography avec une carte des routes maritimes de 1912. On voit que Brest, les îles Canaries, Philadelphie ou le Panama restent des hubs importants. "L’interdépendance économique est restée, mais les méthodes et moyens ont changé", note le site.



Peut-on pourtant comparer le commerce maritime du début du 20e siècle à l’échange de données du 21e siècle ? Non, répond le site. Mais dans les deux cas, pour que le système fonctionne, il faut des investisseurs, des partenaires commerciaux, et une volonté de prendre des risques. Ceux-là sont toujours à New-York, Boston, ou Londres… Même si les porte-containers de marchandises viennent maintenant de Chine ou du Bangladesh.

Les premiers câbles de télécommunications sous-marins ont été installés dans les années 1850 et servaient au réseau mondial de télégraphie, comme le montre cette carte du réseau en 1858.



La méthode de pose a, elle, peu évolué : une étude documentaire est menée pour choisir le tracé potentiel de la liaison, en fonction des cartes géographiques et bathymétriques, lois et réglementations dans les zones traversées, activités humaines (pêche, zones pétrolières...). Les câbles sont ensuite chargés sur un navire et « déroulés » sur des centaines de kilomètres. Une charrue sous-marine permet de les enfouir, rappelle Slate.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

Et si les néoconservateurs avaient eu raison ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 16/03/2015 - 20:08
Internet et routes maritimes
Aucune surprise! la très grande majorité du trafic Internet concerne des activités économiques, comme les routes maritimes du XIX° siècle correspondaient et correspondent toujours aux flux de marchandises ou matières premières, vraiment pas de quoi justifier un article en Une.