En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 38 min 10 sec
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 1 heure 48 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 3 heures 40 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 17 heures 58 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 20 heures 2 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 20 heures 59 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 22 heures 42 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 1 heure 6 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 1 heure 39 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 1 heure 59 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 2 heures 53 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 18 heures 45 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 20 heures 34 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 22 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 22 heures 56 min
© Flickr/CC Francois Schnell
© Flickr/CC Francois Schnell
C’est grave, docteur ?

Des pesticides dans les cheveux : l’étude qui fait peur sans raison scientifique valable

Publié le 13 mars 2015
Une enquête de l'association Générations futures révèle la présence de résidus de perturbateurs endocriniens, essentiellement des pesticides, dans les cheveux de 28 femmes d'Ile-de-France en âge de procréer. Un faux-problème créé de toutes pièces par une étude dont aucune conséquence ne peut être tirée.
Jean-François Narbonne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Narbonne est l'un des experts de l'ANSES, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, professeur de Toxicologie, expert pour l’affaire du Chlordécone.Il est par ailleurs professeur à l'Université de Bordeaux 1 et docteur en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une enquête de l'association Générations futures révèle la présence de résidus de perturbateurs endocriniens, essentiellement des pesticides, dans les cheveux de 28 femmes d'Ile-de-France en âge de procréer. Un faux-problème créé de toutes pièces par une étude dont aucune conséquence ne peut être tirée.

Atlantico : Une enquête de l'association Générations futures montre qu'en moyenne une vingtaine de résidus de perturbateurs endocriniens, essentiellement des pesticides, ont été trouvés dans les cheveux de 28 femmes d'Ile-de-France en âge de procréer. Faut-il s'en inquiéter ?

Jean-François Narbonne : Cette étude ne traite des perturbateurs endocriniens que dans le titre. Elle analyse surtout la présence de pesticides mais on ne peut pas en tirer de conséquences. Les vraies études sont celles menées par les agences sanitaires sur 3000 personnes et non celle-ci sur 28 échantillons. Et à partir du moment où on le fait sur les cheveux, on n'a aucun repère sanitaire. Ce qui aurait été intéressant, c'est de le faire à l'échelle nationale pour faire des comparaisons. En plus, il n'y a aucun dosage donné, à part cette moyenne 109,39 picogrammes de résidus de perturbateurs endocriniens par milligramme de cheveux. Cela ne veut rien dire car il y a des produits actifs et des produits non-actifs, et qu'on n'en connaît pas le détail. Il n'y a aucune interprétation.

Les principaux perturbateurs endocriniens, comme le soja, ne sont pas mentionnés, or l'exposition moyenne de la population à la génistéine du soja est de 500 nanogrammes par personne et par jour, selon une étude que nous avons menée à l'Anses. Et c'est mille fois plus pour les végétariens. Même en ce qui concerne le bisphénol A, pour lequel on a voté des lois dans la hâte, c'est dix fois moins. Et ce soja, on le retrouve dans 40% de la composition des steaks hachés. Quand on parle des perturbateurs endocriniens, comme on le fait à l'Anses, on ne se limite pas à quelques pesticides dont quelques-uns sont des perturbateurs endocriniens et qui sont d'ores et déjà interdits.

L'étude sur les cheveux a l'avantage d'être très simple à faire mais vous n'avez aucune référence sanitaire. Le problème est que vous ne pouvez pas identifier la source de contamination : il y a d'un côté la pulpe du cheveu, dont l'origine est interne, c’est-à-dire que le sang amène le contaminant, et d'un autre la partie extérieure du cheveu, qui absorbe les pesticides présents dans l'air.

Enfin, il y a un problème de définition : un perturbateur endocrinien, cela veut tout dire et cela ne veut rien dire. Endocrine, cela signifie ce qui contrôle les hormones. Mais si par exemple vous allez dehors et qu'il fait froid, votre sécrétion de tyrosine chutera. Ce qui voudrait dire que le froid est un perturbateur endocrinien. Le mécanisme de perturbation endocrinienne est impliqué dans  de nombreuses maladies mais ce n'est pas parce que vous avez une perturbation endocrinienne que vous aurez la maladie. C'est comme le génotoxique, produit  qui attaque l'ADN : l'attaque de l'ADN fait partie du mécanisme de cancérogenèse mais ce n'est pas parce que vous avez une attaque de l'ADN que vous aurez un cancer. Mais quand vous avez un cancer, cela veut dire qu'il y a eu une attaque de l'ADN. Il ne faut pas tout mélanger.

Parmi ces substances retrouvées, plusieurs sont interdites en France, comme le Gamma HCH, l'hexachlorobenzene (HCB) ou la trifluraline. Comment peut-on expliquer leur présence dans les analyses ?

Ce sont des persistants, et c'est pourquoi ils ont été interdits. On peut les retrouver jusqu'à 200 ans après. Ce sont des sous-produits non commercialisés mais qui sont issus d'incinérations ou d'hydrocarbures.

Sommes-nous de plus en plus exposés à des substances dangereuses pour notre système hormonal ? Quelles seraient ces substances ? Quelles seraient leurs conséquences ?

Nous sommes de moins en moins exposés. Nous sommes passés de 1500 pesticides autorisés à 450. La dernière étude chez les femmes en âge de procréer montre qu'il y a jusqu'à 26 résidus de perturbateurs endocriniens dans les urines. Tous ces chiffres-là, nous les avons. Mais ils diminuent régulièrement depuis 30 ou 40 ans, à raison de 3% en moyenne par an. C'est dire l'ampleur de l'exposition à l'époque… On dit qu'il y en a plus qu'avant, mais en fait il y en a beaucoup moins. Nous avons simplement appris à les détecter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Karg se
- 13/03/2015 - 17:21
Merci
Merci pour cette mise au point, vous pouvez indiquez des sources académiques au sujet du 3% de contamination en moins par an?
henir33
- 13/03/2015 - 12:11
encore une alerte qui fait plouf
Générations Futures et son piteux Président François Veillerette passent leur temps à chercher des poux qui n'existent pas. Ils feraient mieux de s'occuper de la pollution des eaux par les produits contenus dans les pilules contraceptives ou des taux de mycotoxines dans les céréales bio, tous deux risques bien réels. Pourquoi les médias continuent de relayer les dires erronés de GF ???