En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 10 min 1 sec
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 1 heure 15 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 2 heures 43 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 6 heures 10 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 6 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 6 heures 53 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 6 heures 54 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 21 heures 36 sec
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 47 min 20 sec
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 3 heures 12 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 6 heures 54 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 20 heures 22 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 21 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Choc des générations : quand le cinéma permet de rétablir le dialogue entre passé et présent

Publié le 15 mars 2015
Alors que l'on évoque des fractures entre les générations, ce livre donne la parole à deux psychologues d'époques différentes. Ils analysent leurs mécanismes sociaux, culturels et psychologiques. Extraits de "Le nouveau choc des générations" de Marie-France Castarède et Samuel Dock aux éditions Plon (2/2)
Marie-France Castarède
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-France Castarède est professeur des universités en psychopathologie et psychanalyste.
Voir la bio
Samuel Dock
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychologue clinicien né en 1985, appartient à la génération Y.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'on évoque des fractures entre les générations, ce livre donne la parole à deux psychologues d'époques différentes. Ils analysent leurs mécanismes sociaux, culturels et psychologiques. Extraits de "Le nouveau choc des générations" de Marie-France Castarède et Samuel Dock aux éditions Plon (2/2)

Marie-France Castarède. Après le temps de la lecture est venu celui du cinéma. Nous allions au cinéma assez rarement. C'était une sorte de fête, de récompense. Le cinéma a joué un rôle considérable pour ma génération dans la mesure où les images étaient fortement investies parce qu'elles étaient rares. Quant aux acteurs, ils prenaient une grande importance par leur talent et leur aptitude à susciter en nous émotions et sentiments. Une identification devait se créer.

Me reviennent en mémoire, là encore, les films de Bergman qui étaient d'une extraordinaire force psychologique ; les images étaient belles, parfois scandaleuses, mais l'histoire des sentiments occupait le devant de la scène. Je pense aussi à d'autres films que j'ai beaucoup aimés, en particulier les films d'amour parce qu'on y entrevoyait la vraie vie, celle que la petite adolescente imaginait, avait envie de découvrir pour s'approcher des adultes, des grandes personnes. Le monde dans son ensemble était moins accessible qu'aujourd'hui et l'image ouvrait une fenêtre sur des univers qui nous étaient inconnus.

J'ai beaucoup vibré aux baisers d'amour. Ayant déjà évoqué Vacances romaines, Autant en emporte le vent, je pense au film Fenêtre sur cour (1955) d'Alfred Hitchcock, influencé pour construire ses décors par le peintre américain Edward Hopper : nous nous identifiions aux baisers voluptueux de Grace Kelly et de James Stewart. Bien sûr, il y avait aussi les films d'aventure comme Fanfan la Tulipe (1952) avec le merveilleux Gérard Philipe. Nous étions fascinées par ces grands acteurs qui avaient la capacité de nous donner beaucoup d'émotion et de rêve sans qu'il y ait une quelconque crudité dans les images proposées. A cette époque, le cinéma pratiquait l'allusion !

Dans un monde relativement privé d'images, les films nous subjuguaient, ce qui leur conférait une grande valeur, comme des leçons de vie. Les scénarios, plus consistants et plus centrés sur la psychologie des personnages, offraient aux spectateurs des modèles ou des contre-modèles pour leur histoire personnelle. Les films, aujourd'hui, se sont beaucoup diversifiés et racontent des histoires du monde entier : c'est une richesse considérable pour la culture cinématographique mais l'identification n'est pas de même nature. J'ajoute que la vitesse des images dans le cinéma contemporain conduit à une forme d'illisibilité qui nuit au travail d'élaboration psychique, au contraire de la lecture !

Samuel Dock. Peut-être, mais n'oubliez pas que, globalement, ma génération consomme ces films mais ne les crée pas encore ! D'ailleurs, elle ne se cantonne pas au spectacle navrant des superproductions hollywoodiennes ! The Life Before Her Eyes, Donnie Darko et tous les films de Richard Kelly, May, les oeuvres de Terry Gilliam, de David Lynch ou de Wong Karwai, le cinéma coréen ; comme ma génération, je ne me limite à aucune frontière cinématographique, à aucune expérience. Darren Aronofsky, avec Requiem for a Dream, a d'ailleurs signé, je crois, le film de toute ma génération, et nous pouvons supposer qu'il marquera durablement l'histoire du cinéma.

Et je ne dois pas oublier Hayao Miyazaki, qui avec ses films d'animation, Le Voyage de Chihiro, Princesse Mononoké ou plus récemment avec son ultime chef-d'oeuvre Le vent se lève, a légué à ma génération et à toutes celles à venir une mythologie, une symbolique et une poésie sur lesquelles s'appuyer pour affronter la rage des temps présents, pour se voyager à travers de perpétuelles interprétations, des merveilles d'une narration qui a trouvé dans le dessin une sensibilité et une subtilité inouïes.

Le pouvoir de la narration, pas une « réponse », pas une « lecture » mais un terrain sur lequel se perdre, celui de la poésie et de la grâce, de la liberté d'éprouver, d'interpréter, au risque de rencontrer, par hasard, une vérité au creux du rêve. De l'art, de véritables contes modernes ! Ma génération n'aime pas que le fun et le rapidement digéré, le sensationnalisme ou l'émoi trop vite délaissé. Elle apprécie aussi la beauté, la profondeur des relations humaines, le talent d'un réalisateur qui saura graver sur sa rétine toute l'affectivité d'une scène inoubliable. C'est certain, l'augmentation des possibilités techniques implique une multiplication des possibilités d'exploration intellectuelle et émotionnelle, une pluralité de sensations et d'idées à développer.

Mais je comprends votre point de vue. Nous n'attendons pas seulement un enrichissement personnel du visionnage des films mais parfois simplement qu'il nous permette d'oublier la réalité, de ne plus penser, même pas de nous divertir : mettre à distance le monde et les autres. Hélas, dans certaines productions, le scénario est à peine un prétexte et la surenchère d'effets spéciaux, le nom des acteurs à défaut de leur talent, ou même l'emploi de la « trois dimensions » suffisent à faire vendre et dévorer un film. Le scénario d'Avatar de James Cameron tient sur une ligne et pourtant son succès fut phénoménal auprès de ma génération. L'image suffisait.

La technique concourt à l'abrasion du sens ; elle apparaît comme un pilier fondamental de cette éviction sidérante. Actuellement, on expérimente un nouveau type de cinéma, interactif, dans lequel l'action se déroule en fonction des émotions du public. Si les spectateurs sont en colère, sera choisie une scène dans laquelle le personnage à l'écran l'est également. L'émotion de la masse l'emporte. L'effort d'identification et de projection devient quasiment nul ; il n'y a plus à investir psychiquement ce qui se joue devant soi mais à se laisser porter, passif. Je me demande à quels extrêmes nous conduiront de telles démarches, à quel avachissement mental, à quelle régression. Que Narcisse se réjouisse, le cinéma de demain ne sera plus fait pour lui mais par lui…

Extraits de "Le nouveau choc des générations" de Marie-France Castarède et Samuel Dock aux éditions Plon, 2015

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Générations, Cinéma, films
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires