En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 4 heures 38 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 5 heures 52 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 6 heures 33 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 6 heures 48 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 7 heures 30 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 9 heures 59 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 10 heures 12 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 5 heures 41 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 6 heures 36 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 7 heures 8 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 9 heures 49 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 10 heures 17 min
© Reuters
Des informations sur le passé pourraient permettre de prévenir des maladies graves.
© Reuters
Des informations sur le passé pourraient permettre de prévenir des maladies graves.
Le poids du passé

10 questions vitales que les médecins craignent trop souvent de poser à leurs patients

Publié le 06 mars 2015
Une étude américaine montre qu’interroger les patients sur leur enfance permettrait aux médecins de prévenir les risques de maladies graves. Dix simples interrogations suffiraient pourtant à détecter des violences du passé, et prévenir ses conséquences physiques et psychologiques.
Gilles Lazimi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Médecin généraliste au centre municipal de santé de Romainville responsable des actions de prévention santé. Membre du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude américaine montre qu’interroger les patients sur leur enfance permettrait aux médecins de prévenir les risques de maladies graves. Dix simples interrogations suffiraient pourtant à détecter des violences du passé, et prévenir ses conséquences physiques et psychologiques.

Atlantico : En quoi est-il important, pour les médecins généralistes, de poser ces questions sur les traitements subis pendant l'enfance ? Quel en est l’enjeu ?

Gilles Lazimi : L’enjeu est majeur. On sait que ces événements traumatiques vont avoir des conséquences sur le développement de l’enfant en raison du stress chronique sur son développement neuronal et son psychisme. Cela signifiie que ces enfants traumatisés par ces violences, sont inondés d'hormones liées au stress chronique et dont les conséquences peuvent être majeures, avec un risque beaucoup plus important de développer, à l’âge adulte, de nombreuses pathologies physiques somatiques et psychiques. L’étude de Felitti et Anda, menée sur 13 000 personnes, a montré la relation qu’il y avait entre les événements traumatiques de l’enfance et certaines pathologies à l’âge adulte. Sur les dix questions posées dans cette étude, les patients adultes ayant repondu positivement à quatre d'entre elles et plus  ont  par exemple, deux fois plus de risques d’être dépendant au tabac, quatre fois plus de dépressions, deux fois plus de tentatives de suicide, sept fois plus d’alcoolisme, deux fois et demi plus de risques de contracter une IST, deux fois plus de cancer, quatre fois plus de broncho-pneumopathie chroniques liées au tabac, deux fois et demi plus d’hépatites, deux fois plus d’état de santé précaire, risque de toxicomanie par injection multiplié par dix, deux fois et demi plus de risque d’être agressé ou agresseur, une fois plus de diagnostic de diabète, trois fois plus de risques d’avoir une cinquantaine de partenaires sexuels.

Cela veut dire qu’on est dans un état psychique et physique plus altéré que quelqu’un qui n’a pas subi, enfant, de violences. On peut avoir une mauvaise prise en charge de soi, une mauvaise estime de soi-même, des difficultés dans sa sexualité ou dans ses relations avec autrui ainsi qu’une prédisposition à consommer des psychotropes, à être dépressif ou avoir des maladies ou encore à prendre des risques avec son corps et sa santé. En conclusion, on est plus fragile. Ces conséquences sont dues à un stress chronique, une inondation des hormones de stress avec des altérations de la mémoire traumatique et des tableaux complexes peuvent en découler.

>> Et pour accéder au questionnaire... Maltraitance : 10 questions pour comprendre l’impact de votre enfance sur votre santé actuelle

Ces questions sont importantes, pourquoi ne sont-elles pas assez posées aujourd’hui ?

Elles ne sont pas assez posées car pendant longtemps on ne s’est pas occupé des violences, on ne dépistait pas assez les violences contre les enfants ou les femmes. Il faut apprendre à poser les questions, il faut populariser ces remarquables études qui montrent l’augmentation majeure du risque. Au lieu de dire à une personne de ne plus fumer ou de moins boire, il faudrait s’occuper des causes pour lesquelles il le fait, pourquoi une femme se prostitue, etc. Le fait de connaître ces événements permet d’aider ces personnes, parfois sans médicament, car cela permettra de connaître la mémoire traumatique et ses souvenirs, qui sont la cause de nombreuses pathologies.

Est-ce que, quelque part, les médecins n’ont-ils pas peur de poser ces questions ? Y a-t-il une forme de retenue ?

Je pense que les médecins dans leur grande majorité n’ont pas été formés à cela, or on ne sait faire que ce qui nous a été appris. Il faut donc les former. Il y a dix ans encore, les universités n’enseignaient pas ou peu ce qu’est le stress post-traumatique, les conséquences des violences. On a commencé à connaître les conséquences du stress post-traumatique qu’à partir de la guerre du Vietnam grâce aux soldats qui en revenaient. Aujourd’hui, on en parle de plus en plus, après les attentats comme ceux du métro Saint-Michel, par exemple. Maintenant il faut passer à la vitesse supérieure, que les facultés de médecine popularisent ces études. A l’université Pierre et Marie Curie, à Paris, on enseigne les conséquences des violences, les jeunes médecins sont de mieux en mieux formés et le message essentiel positif c'est que, bien accompagnés par un médecin formé, les patients vont mieux.

Dans l’étude, les questions sont très directes. En France ces questions doivent-elles être réadaptées ?

Le test de Felitti est une étude scientifique qui a été menée par des gens très motivés, mais il y a peu d’endroits, dans la réalité, aux Etats-Unis, où l’on pose toutes ces questions. Il faut adapter ces questions à la consultation. Moi je  pose de façon systématique, « Avez-vous été victime de violences verbales, psychologiques, physiques ou sexuelles ? ». Je peux vous assurer que cela fourni déjà beaucoup d’éléments. C’est un premier temps et les personnes répondent sans aucune gêne. Je pose également « Dans vos rapports sexuels, est-ce toujours vous qui décidez ? ». Ce sont des éléments simples qu’on apprend aux étudiants en médecine, et cela permet de moins traiter les gens, de mener une bonne conduite thérapeutique et d’améliorer la relation patient-médecin.

Est-ce que ce n’est pas difficile de poser ces questions ? Le patient ne risque-t-il pas de se braquer ?

Non, ce n’est pas difficile si on est formé à le faire, si on en connaît l’intérêt. Et les patients sont reconnaissants : s’il n’y a pas de problème, il n’y a pas de souci car si le patient demande le pourquoi de la question on lui dira que c’est parce que ce type de choses peut générer des ennuis de santé. Par contre, s’il y a un problème, la personne qui a vécu quelque chose sera soulagée de pouvoir le dire  car vous leur ouvrez la porte, vous êtes leur médecin, ils ont confiance et vous ont choisi, vous êtes dans le secret médical. Permettre de mettre des mots sur sa souffrance, de ne plus être seul avec ses souvenirs traumatiques et leurs consequences,  c’est essentiel, c'est le premier temps therapeutique, vous n’êtes plus seul , on peut vous aider.

Aujourd’hui les médecins le font-ils déjà et seront-ils amenés à le faire d’avantage dans le futur ?

Ils le font de plus en plus, mais pour cela il faut une formation. Il faut que les ministères de le santé, du droit des femmes et de l’université mettent réellement les moyens qu’il y ait des formations qui soient instaurées. Il n’y a pas d’autres choix. Il faut pousser la sensibilisation aux études comme celle de Fileti et Anda. Montrer à quel point des centres, comme celui de Felliti et Anda, font des travaux remarquables avec lesquels un grand nombre de personnes ayant vécu des traumatismes s’en sortent. Et on s’en sort, et ça c’est important. De plus cela permet d’améliorer l’état de santé, de résoudre un certain nombre de problèmes et de maladies, d’expliquer au patient ce qu’il se passe dans leur tête, pourquoi ils auront des flashbacks, des cauchemars, des evitements , des depressions, des prises de risques...etc. Tout ce qui concerne la vie d’un individu est importante à savoir pour un médecin parce que cela peut impacter sa santé, et donc peut l’aider à comprendre et à mieux le prendre en charge.

Est-ce que cela touche beaucoup de monde ?

Malheureusement, les violences touchent aujourd’hui beaucoup de monde. En France, on estime à peu près que 150.000 enfants ont subi un viol, ou une tentative de viol, avant leur majorité. Cela a des conséquences majeures avec un grand nombre de patients avec des états parfois complexes de stress post-traumatique. C’est très important de poser la question. Une étude de l’OCDE estime que 10% des enfants dans nos pays sont maltraités et pourtant en France, un seul pourcent est signalé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 08/03/2015 - 04:39
Origines enfantines des patho d'adultes
Médecin conseil depuis 25ans, je ne consulte que des cas sérieux à graves.Je ne peux qu'être d'accord avec mon confrère.En dehors des cas d'hystériques qui recomposent leur passé selon leurs besoins inconscients comme l'avait montré Freud,nombre de patients souffrent de telle ou telle patho mais du fait de leurs malheurs d'enfance.C'est au bout de quelques contôles d'arrêt de travail que je peux les quetionner sur cet aspect et les réponses sont souvent positives.il est alors parfois possible de faire compléter la prise en charge vers un abord psychologique.