En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

04.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 42 min 32 sec
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 3 heures 41 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 4 heures 20 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 5 heures 44 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 6 heures 1 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 6 heures 47 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 7 heures 15 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 1 heure 50 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 3 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 4 heures 21 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 5 heures 29 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 7 heures 33 min
Une récente étude menée révèle que l'arrêt de la consommation de sucre, surtout quand celle-ci était excessive, pouvait entraîner chez l'homme des troubles du comportement.
Une récente étude menée révèle que l'arrêt de la consommation de sucre, surtout quand celle-ci était excessive, pouvait entraîner chez l'homme des troubles du comportement.
Junkies du glucose

Voilà ce qui se passe dans votre cerveau quand vous arrêtez le sucre et qui explique qu’il soit si difficile de le faire

Publié le 06 mars 2015
Une récente étude publiée par la revue américaine Physiology & Behavior menée sur des rats révèle que l'arrêt de la consommation de sucre, surtout quand celle-ci était excessive, pourrait entraîner chez l'homme des troubles du comportement. Une sensation de manque similaire à celle ressentie après la prise de certaines drogues.
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Réginald Allouche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réginald Allouche est médecin et ingénieur. Il assure une consultation principalement axée sur le diabète gestationnel, la nutrition et la prévention du diabète de type II.Son dernier livre publié aux Editions Odile Jacob porte sur ce théme du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente étude publiée par la revue américaine Physiology & Behavior menée sur des rats révèle que l'arrêt de la consommation de sucre, surtout quand celle-ci était excessive, pourrait entraîner chez l'homme des troubles du comportement. Une sensation de manque similaire à celle ressentie après la prise de certaines drogues.

Atlantico : Une récente étude publiée par la revue américaine Physiology & Behavior menée sur des rats (voir ici) montre que la consommation de sucre provoque un comportement impulsif qui se poursuit, et même s'intensifie, après que l'on ait arrêté d'en manger. Comment l'explique-t-on ? A-t-on affaire à un phénomène de manque semblable à celui créé par les drogues ?

Réginald Allouche : Il faut souligner que les rats et les hommes sont très proches en termes de comportements addictifs mais dans des délais plus longs chez l'homme que chez le rat. Les addictions vont venir plus lentement chez l'homme.

Anatomiquement, nous avons des capteurs réservés au goût sucré sur le bout de la langue reliés au "centre de récompense". Ce "reward system" est très important car il est dans la zone dite "hédonique" ou "du plaisir" du cerveau située entre le cortex et le cerveau reptilien, dit aussi cerveau primitif, archaïque et primaire, c’est-à-dire le  tronc cérébral. Le goût sucré agit sur le nerf glossopharyngien qui stimule le "centre de récompense" qui va sécréter de la sérotonine et tout va bien. Le problème, c'est quand vous êtes habitué à consommer beaucoup de sucre et que vous arrêtez.   

Lorsque vous faites un sevrage, vous allez chercher le manque dans les autres repas. Le sucre que vous vous empêchez de manger vous allez par exemple aller le chercher dans les repas suivants ou dans les féculents, qui ont un goût sucré. A ce moment-là, vous avez tous les signes du manque.

Catherine Grangeard : Effectivement on compare l’action du sucre à celle de "drogues dures", toute la gamme est présente : accoutumance, recherche de plaisir et augmentation des doses. Le sucre nourrit le cerveau et il a un effet bénéfique… jusqu’à un certain point.

Dès l’enfance, les petits français savent que "bonbon" ne rime pas avec "mauvais-mauvais". Il est récompense ou réconfort. Ces significations lui seront définitivement associées. Ce qui a pour effet d’accorder une confiance absolue dans ses qualités. Psychologiquement les campagnes de prévention de l’obésité ont bien du mal à détruire ce capital, expérimenté très tôt.

Bien sûr que le sucre a des effets, sinon il ne serait pas devenu si prisé. La consommation de sucre a explosé depuis un siècle. La nourriture industrielle en abuse et fait croître la dépendance. Plus on en consomme, plus on en veut… Des additifs sucrés sont présents dans de nombreux plats, les sauces... Ces ajouts habituent le palais et créent une dépendance à l’insu même des consommateurs.

Ceci s’ajoutant à cela, les effets sont à la hauteur des doses consommées. Les réactions sont différentes selon les individus, certains sont plus addicts que d’autres, à consommation égale.

Est-ce que l'arrêt de la consommation de sucre peut avoir des conséquences sur l'efficacité du cerveau ?

Réginald Allouche : Si vous mangez des protéines et des lipides, cela ne change rien du tout. L'organisme fabrique du sucre à partir des graisses et des protéines, c'est ce que l'on appelle la néoglucogenèse. Dans les temps anciens, vous n'aviez pas de céréales mais seulement des fruits d'été. Il n'y avait pas de sucre. Génétiquement, le corps fabrique des sucres à partir de choses qui n'en sont pas. Quand vous lui apportez des sucres directement, c'est comme si vous court-circuitiez sa capacité à fabriquer des sucres. Si vous avez par exemple une usine qui fabrique des boulons et que demain vous décidez de les importer de Chine, alors cette usine s'arrêtera automatiquement de produire.

Cette étude souligne également que les rats sont devenus plus agressifs après leur sevrage au sucre. Est-ce également le cas pour les humains ?

Catherine Grangeard : Le manque fait ressentir ses effets et c’est une souffrance. Physiquement, palpitations, sueurs, une hypoglycémie ressemble à une crise d’angoisse. Si le recours excessif au sucre avait pour raison de combattre un malaise, si les petites douceurs avaient l’objectif de faire passer quelques douleurs, comme dans tout arrêt de "came", il y a crises de manque. Le cortège de désagréments physiques rencontre l’éventuelle douleur morale et les bonnes résolutions ne tiennent plus, l’anxiété rime alors avec agressivité. Puisque c’est agressif de stopper ce qui venait calmer le jeu…

Une certaine logique explique la confusion des messages. Ce n’est pas spécifique au produit, mais au processus.

Si le sucre n’avait aucun effet psychique, il n’aurait pas été élu pour combler ce qui était à combler. C’est bien cela qu’il faut comprendre. Sinon, les messages de santé actuels fonctionneraient parfaitement et il n’y aurait aucune consommation excessive de quoi que ce soit. On ne se shoote pas à la carotte !

Notre cerveau assimile-t-il le sucre à une récompense, ce qui rendrait son abandon si difficile ?

Catherine Grangeard : Absolument, l’interprétation d’un stimuli oriente sa signification. Nous avons vu plus haut le "bonbon" dès l’enfance, il faut ajouter la composition des repas, où les pâtisseries sont l’apothéose… Ainsi le sucré est signe de la douceur. Il en devient un synonyme.

L’envie de réitérer des expériences positives conduit à la répétition, à la compulsion lorsque tout s’accélère. Ce n’est pas recherché, c’est une résultante.

La confusion des messages s’introduit lorsque le sucré envahit totalement les habitudes alimentaires. Les boissons en sont l’exemple le plus significatif. Boire de l’eau au repas permet d’apprécier les saveurs et de se désaltérer. Dans certaines familles, cela n’existe plus. Même dans des coins les plus reculés de la planète, on trouve plus facilement certains sodas que de l’eau potable… La sécurité est alors associée au sucre !

Le lien entre ce qui est indispensable à la vie se trouve modifié. L’eau qui hydrate le corps, est vitale, se trouve rembarrée au stade de boisson fade et moins agréable qu’un produit industriel !

Comment être moins accro au sucre alors qu'il est aujourd'hui omniprésent dans l'alimentation ?

Catherine Grangeard : On se croirait dans une impasse ! Un mouvement vantant le naturel, le sain tente bien d’être audible, peut-il reprendre du poil de la bête ?  Sachant que les messages sont moins puissants que le ressenti physique, la sensation associée aux habitudes. C’est là où ça devient compliqué. La rareté permet de concevoir ce qui est naturel et l’oppose à ce qui est exceptionnel, n’est- ce pas ? Or, lorsque ça s’inverse, lorsque les nourritures industrielles ont remplacé les produits bruts, c’est l’inverse qui constitue le quotidien… On en arrive à un monde à l’envers. Mais le corps réagit. L’obésité qui se développe en atteste. Les populations les plus riches, financièrement et culturellement, sont aussi celles qui mangent le plus sainement. Elles ont peut-être moins besoin de ce sucre dont ne peuvent se passer d’autres… Leurs sources de satisfaction peuvent donc déloger ces produits qui sont "l’opium du peuple". Ce qui est rare est cher… entendre, chéri, désiré, … Le désirable n’est plus ce qui est partout. Ça change tout !

Un autre mouvement en découle, la recherche des aliments de qualité. Nostalgie…  La tomate est un exemple tout à fait actuel. Depuis peu, on entend que le goût des tomates, n’est plus du tout celui qui est attendu. Où sont les "vraies" tomates ? Sur les marchés. En été. … De même, il est probable qu’après une orgie de sucre, une indigestion survienne. L’écoeurement est peut-être le meilleur allié. Alors, la personne a envie que ça cesse. Elle n’obéit qu’à son seul besoin d’équilibre… elle en a soupé. A ce stade, conclurons sur les vertus de la crise de foie !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires