En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 36 min 55 sec
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 1 heure 18 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 3 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 4 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 52 min 5 sec
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 2 heures 37 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 4 heures 7 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 4 heures 59 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 6 heures 46 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 8 heures 35 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 9 heures 48 min
© Reuters
Les sequelles sont immenses à l'âge adulte
© Reuters
Les sequelles sont immenses à l'âge adulte
Revoir la lumière

Vivre après avoir subi des violences sexuelles : ce que l’on sait maintenant des méthodes qui fonctionnent pour se reconstruire

Publié le 06 mars 2015
L'association "Mémoire traumatique et victimologie", présidée par le docteur Muriel Salmona, a publié lundi 2 mars un rapport intitulé "Impact des violences sexuelles de l'enfance à l'âge adulte". Vaste étude sur le sujet, elle a été menée auprès de plus d'un millier de victimes de viols ou d'agressions sexuelles et met en lumière ce que l'ombre et les tabous cachent bien souvent. Pourtant, certaines thérapies permettent aux victimes qui brisent le silence d'être pris en charge pour se reconstruire.
Violaine Guérin est médecin endocrinologue, gynécologue, elle est créatrice et pésidente de l'Association Stop aux Violences Sexuelles (SVS).  Elle a publié "Comment guérir après des violences sexuelles ?", éd. Tanemirt.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Violaine Guérin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Violaine Guérin est médecin endocrinologue, gynécologue, elle est créatrice et pésidente de l'Association Stop aux Violences Sexuelles (SVS).  Elle a publié "Comment guérir après des violences sexuelles ?", éd. Tanemirt.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'association "Mémoire traumatique et victimologie", présidée par le docteur Muriel Salmona, a publié lundi 2 mars un rapport intitulé "Impact des violences sexuelles de l'enfance à l'âge adulte". Vaste étude sur le sujet, elle a été menée auprès de plus d'un millier de victimes de viols ou d'agressions sexuelles et met en lumière ce que l'ombre et les tabous cachent bien souvent. Pourtant, certaines thérapies permettent aux victimes qui brisent le silence d'être pris en charge pour se reconstruire.

Atlantico : Le rapport de l'association Mémoire traumatique et victimologie s'est intéressé à la situation de 1214 personnes victimes de viols ou d'agressions sexuelles. Si ces individus ont fait le choix de répondre à cette enquête, on sait que la plupart des victimes restent anonymes. Aujourd'hui, que sait-on en France de l'ampleur du  phénomène que constitue ces violences ?

Dr Violaine Guérin : Les gens qui connaissent bien le sujet ont quand même une idée de l'ampleur du phénomène. Nous communiquons sur le chiffre d'une femme sur quatre victime de violences sexuelles. Mais c'est peut-être une femme sur trois. L'Union européenne a dirigé un rapport, paru en janvier 2014, qui montre que dans les pays où l'on ouvre la parole, les pays nordiques par exemple, la moyenne est plutôt d'une femme sur trois. Par contre, il y a très peu de choses communiquées sur les violences sexuelles faites aux hommes. Il faut alors se référer aux études faites chez les enfants, ou les adolescents, car les violences sexuelles faites aux hommes le sont essentiellement pendant l'enfance. Il y a très peu de données là-dessus, la première étude à ce sujet avait été faite suite aux viols signalés par les joueuses de tennis, menée par Isabelle Demongeot et d'autres, et conduite par l'université de Bordeaux 2. Elle a mis en évidence des violences chez les garçons et chez les filles, à 50% chacun. Les gens qui travaillent sur ce sujet des violences sexuelles savent très bien que les garons sont énormément touchés, particulièrement avant l'âge de 16 ans. Les statistiques produits par les pays qui ont mené des études sérieuses à ce sujet, comme par exemple le Canada, montrent qu'un homme sur six est touché, et nous sommes probablement dans les mêmes statistiques en France. Mais il n'y a pas de démarche de l'Etat français pour connaître ces statistiques, ce sont les associations qui sont obligées de s'y substituer pour faire des études épidémiologiques, ce qui parfaitement anormal parce que dans ce pays on ne veut pas voir ces violences sexuelles.

L'étude de l'association Mémoire traumatique et victimologie est importante, même si méthodologiquement elle est forcément imparfaite comme la plupart de celles sur le sujet à cause des tabous et du fait que la plupart des victimes n'osent pas parler. Il y a donc plein de bais méthodologiques. Mais il faut voir ces chiffres comme une partie émergée de l'iceberg, même s'il existe toute une partie immergée qui est immense. Les statistiques sur les violences sexuelles, qui sont avant tout des violences faites aux enfants, sont absolument catastrophiques dans notre pays. Il faut bien comprendre qu'il y a des dizaines de milliers d'enfants victimes, tous les jours, d'agression sexuelle. Cette étude a l'intérêt d'alerter car elle montre une certaine ampleur qui n'est pourtant rien face à la réalité des choses. Il faut d'abord que les personnes aient eu la volonté d'aller remplir cette enquête. Ensuite, il y a quelque chose de très important à comprendre, c'est que plus on est jeune plus on est touché par des phénomènes d'amnésie post-traumatique, ce qui fait qu'on n'a pas forcément conscience de ce qu'il s'est passé, et cela se révèle des années plus tard.

Le rapport de l'association Mémoire traumatique et victimologie se focalise sur l'impact de ces violences subies par un individu sur le plan physique et psychologiques. Quelles sont les séquelles des agressions sexuelles à court et long terme ?

Elles sont absolument immenses. Il faut comprendre que c'est ce qui détruit le plus un être humain. Les conséquences touchent tous les registres de la vie. Quand on est un enfant cela touche la santé, le parcours scolaire, puis plus tard, les rencontres amoureuses, la sexualité, le futur choix professionnel etc. C'est une bombe à fragmentation. Un sujet qui est particulièrement mal connu : les liens entre les maladies chroniques et ces violences. On sait qu'il y a l'aigüe, les dommages immédiats, mais aussi le sub-aigüe et le chronique. Je fais partie des personnes qui s'intéressent aux conséquences médicales chroniques, des maladies qui sont les conséquences de ces pathologies. Il faut bien comprendre que le corps a la mémoire de tout, même des choses qui ne sont pas présentes à l'esprit. Si on n'entre pas dans un soin de ces violences, le corps va parler, et en particulier là où il a souffert. D'où de nombreuses pathologies gynécologiques pour les femmes, des cancers du rectum pour les hommes, des pathologies orales s'ils ont été victimes de fellations forcées etc. Il y a vraiment un vaste champ de dégâts.

Le rapport de cette association dénonce un "déni de protection, de reconnaissance et de prise en charge" des victimes d'agressions sexuelles aujourd'hui en France. Qu'en est-il ?

Je pense que le titre parlait surtout du déni politique, le politique qui ne veut pas voir, et donc ne met pas en place la prévention comme elle devrait exister, qui ne met pas en place un système de soin remboursés à ce sujet, et qui ne met pas en place un bon niveau d'informations mais aussi de formation du tous les professionnels de tous les secteurs qui devraient être formés sur le sujet des violences sexuelles. Je pense que l'important est déjà d'être soigné par des gens qui connaissent ce sujet. Et ils sont peu nombreux. Les premières personnes qui devraient savoir le faire sont les médecins, mais ils n'ont aucune formation à ce niveau-là. Ils ne savent ni dépister, ni accompagner. Je parle de tous les médecins, car tous sont confrontés, d'une manière ou d'une autre, à croiser des personnes qui ont été victimes de ce type de violence car elles rendent malade. Bien-entendu, les médecins généralistes sont en première ligne, mais  tous le corps médical est concerné, les dermatologues par exemple car il y a des somatisations médicales au niveau de la peau (eczémas, psoriasis etc) en lien avec ces violences. Dans chaque spécialité nous avons des choses qui doivent attirer notre attention.

Quelles sont aujourd'hui les différentes méthodes qui ont fait leur preuve dans la prise en charge des victimes de violences sexuelles ?

On avance, un petit peu, dans le domaine des soins. Personnellement, en travaillant sur le sujet, j'ai été interpellée par le fait que beaucoup de victimes ont fait des parcours de soins, des psychothérapies par exemple, et sont toujours dans des immenses souffrances. Il y a donc un problème dans le protocole de soins. Quelques équipes ont donc mis en place des protocoles de soins qui sont multidisciplinaires, incluant systématiquement des thérapies. C'est ce caractère multidisciplinaire qui doit être mis en avant, car il faut réparer dans tous les registres de la vie, y compris sur le plan sexuel, professionnel etc. Les bonnes approches doivent donc prendre en compte tout cela. De plus, j'insiste sur un point précis : rappeler aux gens que c'est le corps qui a souffert en premier, et qu'il faut faire une grande place à sa réparation avec une approche corporel des thérapies.

Personnellement, je mets en pratique une méthodologie bien précise. Cela consiste, dans un premier temps, à bien poser le diagnostic et donc de savoir ce qui est arrivé, c'est fondamental car il y a, par exemple, beaucoup de gens qui ne savent pas faire la différence entre viol et attouchements et qui annoncent avoir été victimes d'attouchements alors qu'ils ont réellement connu un viol. Il y a surtout quelque chose que beaucoup ne savent pas : on a rarement été victime une seule fois, il est donc important de retrouver toutes les couches de l'agression. Après, il y a une étape d'état des lieux des dégâts, c'est-à-dire faire comprendre à la personne toutes les répercussions qu'ont eu les violences vécues. C'est une étape fondamentale parce que, pour mettre les gens dans un parcours de soins, il faut avoir conscience des dégâts que l'on doit réparer. C'est donc un état des lieux très important car c'est ce qui va définir le plan d'action thérapeutique, et en fonction de ce qu'on a, on mettra en place ce plan. Ce plan sera systématiquement multidisciplinaire, mais il sera, par exemple, différent de prendre en charge une personne victime d'inceste et une qui aura vécu des violences sexuelles extra-familiales. Ce sera également différent de traiter une personne chez qui l'on aura diagnostiqué les violences vécues au détour d'un cancer du sein, où elle va réaliser que ces violences existaient en sous-jaccent. Une personne victime d'inceste qui réalise que son propre père ou son grand-père était la personne qui abusait d'elle, aura, elle-aussi, un encadrement très différent. Pour un enfant, il faudra, par exemple, expliquer pourquoi on ira plus voir les grands-parents etc. Pour les cas d'inceste, il y aura également un travail familial à faire. Ce plan d'action est vraiment établi selon la formule : ce qu'il s'est passé + état des lieux des dégâts. On peut donc avoir des équipes qui travaillent à dix ou douze personnes pour intervenir.

Un médecin coordonne ce plan d'action et cela s'accompagne de psychothérapie, mais cela peut également faire appel à un ostéopathe, un acupuncteur ou autre. Nous avons même mis en place des ateliers thérapeutiques d'escrime en réparation des violences sexuelles. Mais cela peut aussi passer par de l'art-thérapie à un moment donné, pour aller travailler sur l'arbre généalogiques, pour comprendre cette transmission transgénérationnelle d'inceste etc. Il y a plein d'outils à utiliser, il faut juste qu'ils soient pertinents et que les personnes qui les mettent en œuvre connaissent bien le sujet, ce qui est fondamental.

Aujourd'hui existe-t-il d'autres méthodes mises en place pour soigner les victimes de ces violences ? 

Il y a des méthodes qui ont été mise au point, particulièrement dans les pays anglo-saxons, aux Etats-Unis ou au Canada par exemple. Mais selon moi on peut leur trouver un reproche : celui d'oublier le corps. Il faut vraiment réintégrer cette souffrance corporelle. En tant que gynécologue, je vois beaucoup de patients victimes de viols avec des conséquences physiques directes, mais l'endocrinologie m'a montré, par les pathologies auto-immunes notamment, cette somatisation chronique tardive. Le fait que le corps soit obligé de parler de lui-même pour attirer l'attention sur cette souffrance, m'a vraiment interpelée. D'où la place importante faite au corps dans le procédé thérapeutique que j'applique. C'est indispensable.

Un autre point très important qui explique l'échec de beaucoup de parcours de soins et que peu de gens ont compris, est l'importance que revêtent les envies de meurtre vis-à-vis de leur agresseur des victimes. Le mot a l'air fort, d'ailleurs souvent les thérapeutes parlent de colère, mais il s'agit véritablement de désirs de meurtre que les victimes retournent souvent contre elles-mêmes via des pathologies destructrices, mais aussi parfois contre les autres, en devenant auteurs d'agressions sexuelles ou d'autres violences. C'est à cela que peuvent servir, par exemple, les ateliers d'escrime. C'est un point très important dans la guérison, d'avoir contacté ces envies et de les avoir traité dans un cadre thérapeutique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Henrik Jah
- 03/03/2015 - 19:05
Au Docteur Violaine Guérin
Merci de rappeler que les chiffres officiels concernant les violences sexuels sont largement sous-estimés. Malheureusement, on s'occupe plus souvent des violeurs en leur cherchant des excuses (il a eu une pulsion, sa victime était partiellement consentante, il a eu une enfance difficile, etc.) que des victimes. Ces victimes vivent le plus souvent dans la peur et dans la honte jusqu'à la fin de leur vie. Il faudrait vraiment considérer le viol comme un meurtre émotionnel et moral car en effet les victimes ne seront plus jamais les mêmes. Cela impliquerait évidemment d'alourdir considérablement les sanctions pour ces faits.