En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

02.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

03.

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

06.

Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine

07.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ensemble contre le virus
Coronavirus : l'union sacrée du monde politique est-elle possible ?
il y a 6 min 7 sec
pépites > International
Déferlante
Erdogan assure que 18.000 migrants ont traversé la frontière vers l'Europe en une journée
il y a 1 heure 59 min
light > Culture
Fête du cinéma
César 2020 : "Les Misérables" grand gagnant, Roman Polanski sacré meilleur réalisateur
il y a 3 heures 6 min
décryptage > France
La Gare de Lyon, c'est aussi de leur faute…

On sait que 79% des Français éprouvent de la méfiance ou du dégoût à l’égard des politiques. Les principaux - mais pas les seuls - responsables de ce chiffre angoissant : les macronistes !

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Premier "flic" de France : le jour où Christophe Castaner est devenu ministre de l’Intérieur

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

"Le Bouquet de tulipes" : la provocation de Jeff Koons face à un marché démesuré de l’art contemporain et un pied de nez à la mairie de Paris

il y a 5 heures 35 min
décryptage > International
Victimes

Syrie : qui peut sauver les populations civiles d’Idlib ?

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Société
Nuances

Tempête sur les César : ces fondamentaux de la nature humaine que ne comprennent pas les guérilleros de la justice morale

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Science
Un jour de plus

29 février : si vous pensez savoir à quoi nous devons les années bissextiles, voilà pourquoi l’explication réelle est plus complexe

il y a 5 heures 35 min
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le muguet de Noël" : Un pur divertissement

il y a 1 heure 42 min
pépite vidéo > Culture
Polémique
"Bravo la pédophilie !" Adèle Haenel quitte cérémonie des César lors du sacre de Polanski
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Santé
Solution PAS miracle

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

il y a 3 heures 32 min
décryptage > International
Epée de Damoclès

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la crise des Gilets jaunes a conduit Emmanuel Macron à s’appuyer sur le soutien des maires de France et à renouer le dialogue avec les citoyens et les élus à travers le Grand débat national

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le discours de François Fillon au Trocadéro : un des tournants majeurs de la campagne présidentielle de 2017

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Europe
Stratégie de communication

Voiture bélier au carnaval de Volkmarsen : le silence risqué des autorités allemandes

il y a 5 heures 35 min
décryptage > International
Bon côté des choses

Politique, économie, progrès scientifique : la crise du coronavirus va peut être nous rendre intelligents et chasser les sorciers et autres porteurs de fake news

il y a 5 heures 35 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine
il y a 5 heures 35 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 20 heures 53 min
Libérosceptique

Lettre ouverte à Alain Madelin et aux doctrinaires de tous bords

Publié le 14 octobre 2011
Réponse d'Éric Verhaeghe à la lettre ouverte qu'a adressée Alain Madelin à Arnaud Montebourg, dans les colonnes d'Atlantico. Selon l'ancien membre du MEDEF, la "politique constante de dérégulation ou de libéralisation" de ces dernières années est responsable de la crise actuelle.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réponse d'Éric Verhaeghe à la lettre ouverte qu'a adressée Alain Madelin à Arnaud Montebourg, dans les colonnes d'Atlantico. Selon l'ancien membre du MEDEF, la "politique constante de dérégulation ou de libéralisation" de ces dernières années est responsable de la crise actuelle.

Cher Alain,

Vous vous doutiez que votre lettre ouverte à Arnaud Montebourg dans les colonnes d’Atlantico ne laisserait personne indifférent, tant elle souffle comme un moment de jeunesse oubliée, comme une chanson de Dave dans un bal du samedi soir. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas trouvé une dose aussi pure de libéralisme orthodoxe dans notre consommation quotidienne d’héroïne économique. Pour ce seul moment de retour à l’adolescence que vous nous avez offert, vous méritez nos remerciements et, au fond, vous nous rendez Arnaud Montebourg sympathique. Sans lui nous n’eussions pas joui de cette récréation pleine de nostalgie.

Il me semble toutefois que faire mine de reprendre le débat avec le Parti socialiste dans l’état où vous le trouvâtes lorsque vous avez commencé votre carrière politique a quelque chose de maladroit.

D’abord, parce que depuis 30 ans plus personne ne peut se revendiquer de la virginité du marché. Je veux bien entendre que nous ne connaissions pas aujourd’hui la concurrence pure et parfaite qui devrait assurer notre bonheur universel, et que vous ne considériez pas notre cadre économique comme libéral. Il n’en demeure pas moins que l’objectif de concurrence pure et parfaite guide l’ensemble des politiques publiques depuis 30 ans et structure l’essentiel de la gouvernance que nous subissons.

La législation bancaire française date par exemple, et vous le savez, de la loi de 1984 adoptée par une assemblée nationale de gauche, jamais remise en cause par la droite. Il est d’ailleurs assez amusant d’entendre la génération Mitterrand du Parti Socialiste appeler de ses voeux une loi séparant la banque de détail et la banque d’investissement, quand cette disposition fut abolie à l’initiative de Pierre Bérégovoy et Laurent Fabius.

Cette politique constante de dérégulation ou de libéralisation, qui tend asymptotiquement vers le marché parfait à l’échelle mondiale, que produit-elle aujourd’hui? Une instabilité financière, sociale et politique, et une destruction de valeur sans précédent dans l’histoire.

Assez légitimement, les générations qui vont devoir assumer le prix de cette instabilité et de cette destruction veulent exercer un droit d’inventaire sur les dogmes imposés depuis trente ans, et qui sont à l’origine de l’effort extravagant qui leur est demandé aujourd’hui pour réparer la crise. En interrogeant la mondialisation comme doctrine indépassable, Arnaud Montebourg mène à sa manière ce projet d’inventaire. Si je ne partage pas ses conclusions, notamment sur le retour de l’Etat, je suis en revanche prêt à me battre pour que son droit à briser les idoles du libéralisme conquérant soit respecté.

La France est d’ailleurs assez frileuse encore dans cet exercice (faut-il y voir l’intimidation de l’Etat qui n’aime pas qu’on change les règles du jeu?), alors qu’un économiste comme Dany Rodrik, dans The Globalization Paradox, n’hésite pas à remonter le fil de cette étrange contradiction où nous vivons, entre une finance globalisée, et des règles du jeu engoncées dans des habits nationaux trop petits. Et Montebourg, dans son style, a le mérite de mettre ce sujet sur la table : comment faire coexister pacifiquement une finance internationalisée, libre comme l’air, avide de profits et de rentabilité, avec des peuples privés de leur droit à la libre circulation, attachés à leur terre comme les paysans du Moyen-Âge, et sans levier véritable pour rééquilibrer les rapports avec les financiers ?

La raison et le bon sens politique commandent aujourd’hui de poser ouvertement ces questions, et de ne pas chercher à les occulter. Le déni du problème constitue à mon sens le principal risque pour notre démocratie : celui de voir le peuple français lassé de ne pas être entendu ni écouté sur ces questions se tourner vers des aventures extrêmement risquées.

Raisonnablement, il faut donc que certaines questions de fond soient posées, sans que les arguments sous la ceinture du type «vous jouez sur les peurs» ne soient ressortis. Nous vivons une crise politique avant de vivre une crise économique: le finance n’est plus gouvernée, mais elle nous gouverne. C’est la finance elle-même qui nous le dit, lorsqu’elle exige la garantie du contribuable pour endiguer les crises systémiques dont son incurie est productrice. Le moment vient d’adapter nos institutions à ce nouveau cadre économique et financier.

Multiplier les pirouettes pour diaboliser ce questionnement est, à mon avis, contraire à l’intérêt des acteurs économiques dans leur ensemble. Le récent rejet du plan de sauvetage de la Grèce par le parlement slovaque le démontre. Les postures économiques décidées sans tenir compte des interrogations des peuples sont vouées à l’échec et produisent des coûts importants. La crise que nous vivons concentre en elle toute la tension profonde entre une globalisation financière et une préservation des visions nationales.

Ayons le courage de débattre de ce sujet pour construire un avenir intelligent. Et acceptons de tourner la page fantasque du marché idéal, qui n’arrivera jamais. Pour ma part, j’y suis prêt, car je n’imagine pas que l’économie de marché puisse survivre si elle ne s’amende pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

02.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

03.

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

06.

Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine

07.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

Commentaires (40)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Francois Ier
- 15/10/2011 - 22:59
le probleme est notre socialisme en France
Combien de fonctionnaires des impots, alors que cette impot pourrait etre pris a la source? Un patron qui reusit, qui apporte de la valeure ajoutee est diabolise par des apparatchicks connaissant a peine le prive, de hauts fonctionnaires devenus notables ne parlant pas la meme langue que le peuple. La France n'a jamais ete liberale que ce soit avec la droite ou encore avec la gauche.
Aie
- 15/10/2011 - 15:35
il faut être réaliste les p'tits loups
les entreprises ne garderont pas des employés à rien faire
Thomas Bishop-Garnier
- 15/10/2011 - 15:23
Moins de controles, plus de chomage !
L'autorisation administrative de licenciement a été supprimé dans les années 80 et n'a jamais été retablie depuis ... mais cette procedure qui n'etait que administrative avait le merite de faire respecter un "etat de droit" dans le "droit du travail" et surtout, la suppression de ce controle administratif n'a pas empeché la montée du chomage.

Quand à l'ouverture à la concurrence, meme résultat !