En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 14 min 19 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 30 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 14 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 17 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 18 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 22 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 56 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 17 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 22 heures 4 min
© Carlos Barria / Reuters
© Carlos Barria / Reuters
Bonnes feuilles

Le traité transatlantique, un "Otan économique" pour contrer la Chine ?

Publié le 01 mars 2015
Certains l'assument sans détours : le traité transatlantique est mis en place afin d'endiguer la montée en puissance des économies émergentes et surtout de la Chine. Mais ne vaudrait-il pas mieux "jouer collectif" ? Extrait de "Docteur TTIP et Mister Tafta : Que nous réserve vraiment le traité transatlantique Europe/Etats-Unis ?" aux éditions Les petits matins (2/2).
Maxime Vaudano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Formé à l'ESJ-Lille, Maxime Vaudano est journaliste web aux décodeurs du Monde.fr. Il a cofondé le site Lui Président, qui se consacre aux promesses électorales de François Hollande.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains l'assument sans détours : le traité transatlantique est mis en place afin d'endiguer la montée en puissance des économies émergentes et surtout de la Chine. Mais ne vaudrait-il pas mieux "jouer collectif" ? Extrait de "Docteur TTIP et Mister Tafta : Que nous réserve vraiment le traité transatlantique Europe/Etats-Unis ?" aux éditions Les petits matins (2/2).

« Il y a des raisons géostratégiques critiques pour conclure cet accord. Nous en avons besoin pour solidifier la relation transatlantique, pour créer un équivalent économique à l’Otan. » Dans le discours d’Anthony L. Gardner, l’ambassadeur américain à Bruxelles, la logique de confrontation que sous-tend la négociation du Tafta/TTIP est clairement assumée. En scellant ce pacte, les deux plus grandes économies de la planète seraient en mesure d’endiguer la montée en puissance des économies émergentes et de « placer la barre réglementaire à un niveau suffisamment élevé pour contraindre la Chine à s’adapter aux exigences américaines », comme l’écrit Zaki Laïdi.

« Le fond de l’affaire, c’est que les Occidentaux ne tirent plus profit du système multilatéral qu’ils avaient construit », explique le chercheur. Les négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), où cent soixante pays s’assoient autour de la table pour libéraliser les échanges mondiaux, sont en effet bloquées depuis le milieu des années 2000 par les conflits entre pays développés et émergents, qui peinent à s’entendre sur des règles communes. « Ce modèle est mort, car il n’y a plus d’hégémonie pour définir le bien commun mondial, mais une multiplicité de pôles qui ont chacun leurs intérêts, poursuit Zaki Laïdi. Le traité transatlantique consiste donc à arracher ce que le multilatéralisme ne permet plus d’obtenir : des règles devenant des standards mondiaux. »

« Si le TTIP entre en vigueur, l’Inde et la Chine vont être contraintes de revenir sur leur position de blocage à l’OMC », prédit ainsi le chercheur turc Sinan Ülgen, du centre Carnegie Europe. Un scénario pas si évident, car les émergents négocient de leur côté des méga-accords dans leur aire régionale et pourraient être tentés de faire front.

« Containment » ou contrepoids

Côté européen, on se refuse pourtant à accréditer l’idée d’une alliance anti-chinoise. « Parler d’Otan économique est un raccourci malsain, lance Édouard Bourcieu, chef adjoint de l’unité stratégie commerciale de la Commission européenne. Nous avons aussi besoin de la croissance chinoise, nous sommes très interdépendants. » L’attitude européenne dans une autre grande négociation internationale, celle de l’Accord général sur les services (Tisa), le confirme : Bruxelles soutient l’intégration de Pékin aux négociations, qui rassemblent depuis 2013 les États-Unis, l’Union européenne et vingt-deux autres pays, tandis que Washington ne veut pas en entendre parler .Sébastien Jean, directeur du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii), tente de distinguer les positions de Washington et de Bruxelles en ces termes : « Les États-Unis sont dans le containment [endiguement] de la Chine, l’Union européenne est dans le contrepoids. »

Mais Pékin n’est pas le seul enjeu extérieur des négociations du Tafta/TTIP. « Regardez ce qui se passe actuellement au Moyen-Orient, ou le comportement de la Russie en Ukraine », poursuit l’ambassadeur américain Anthony L. Gardner quand Euractiv l’interroge sur les raisons d’approfondir la relation transatlantique. Comme nous l’expliquions dans la troisième partie, une levée des restrictions sur l’exportation des hydrocarbures américains permettrait à l’Europe de réduire sa dépendance à la Russie et au monde arabe pour son approvisionnement. Mais l’enjeu ne se limite pas à l’énergie, et la crise ukrainienne en a donné une illustration surprenante à l’ère de la mondialisation : frappée par l’embargo russe sur les produits européens à l’été 2014, la Pologne a dû trouver du jour au lendemain un débouché pour le million de pommes qu’elle écoulait en temps normal chez son voisin russe. Dans une forme d’anticipation du Tafta/TTIP, Varsovie a réclamé (en vain) aux États-Unis d’ouvrir leur marché à ses pommes, alors que l’importation de légumes et de fruits frais en provenance de l’UE y est interdite.

Ces dimensions géopolitiques accréditent le scénario d’une balkanisation du commerce mondial avec la multiplication des accords super-régionaux, qui provoquent le repli des grandes régions du monde sur elles-mêmes – à moins que ces accords ne soient simplement la conséquence de la balkanisation. « Le traité transatlantique pourrait cloisonner les échanges, ce qui serait dangereux, car les États-Unis et l’Union européenne sont des acteurs systémiques qui portent une responsabilité globale », estime Sébastien Jean, du Cepii.

Pour limiter ce risque d’éclatement, le chercheur turc Sinan Ülgen insiste sur la nécessité de laisser le Tafta/TTIP ouvert à d’autres partenaires qui voudraient le rejoindre, sur le même modèle que l’Union européenne. Le Mexique et la Turquie, proches partenaires des États-Unis et de Bruxelles, ont déjà manifesté leur intérêt, mais ne devraient vraisemblablement pas entrer en jeu avant la fin des négociations – qui sont déjà suffisamment compliquées.

« Il ne faut surtout pas fermer la porte en créant une "forteresse TTIP" qui pourrait endommager les liens au sein du monde occidental, plaide Sinan Ülgen, mais créer une incitation pour les pays tiers à se libéraliser pour rejoindre les États-Unis et l’Europe. »

 

Extrait de "Docteur TTIP et Mister Tafta : Que nous réserve vraiment le traité transatlantique Europe/Etats-Unis ?, de Maxime Vaudano, publié aux éditions Les Petits Matins, 2015.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires