En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

L’Europe face au dilemme biélorusse

06.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

07.

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 36 min 32 sec
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 heure 8 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 2 heures 59 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 3 heures 35 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 6 heures 5 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 18 heures 39 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 19 heures 28 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 49 min 19 sec
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 heure 24 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 3 heures 15 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 3 heures 52 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 19 heures 3 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 20 heures 55 sec
© Carlos Barria / Reuters
© Carlos Barria / Reuters
Bonnes feuilles

Le traité transatlantique, un "Otan économique" pour contrer la Chine ?

Publié le 01 mars 2015
Certains l'assument sans détours : le traité transatlantique est mis en place afin d'endiguer la montée en puissance des économies émergentes et surtout de la Chine. Mais ne vaudrait-il pas mieux "jouer collectif" ? Extrait de "Docteur TTIP et Mister Tafta : Que nous réserve vraiment le traité transatlantique Europe/Etats-Unis ?" aux éditions Les petits matins (2/2).
Maxime Vaudano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Formé à l'ESJ-Lille, Maxime Vaudano est journaliste web aux décodeurs du Monde.fr. Il a cofondé le site Lui Président, qui se consacre aux promesses électorales de François Hollande.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains l'assument sans détours : le traité transatlantique est mis en place afin d'endiguer la montée en puissance des économies émergentes et surtout de la Chine. Mais ne vaudrait-il pas mieux "jouer collectif" ? Extrait de "Docteur TTIP et Mister Tafta : Que nous réserve vraiment le traité transatlantique Europe/Etats-Unis ?" aux éditions Les petits matins (2/2).

« Il y a des raisons géostratégiques critiques pour conclure cet accord. Nous en avons besoin pour solidifier la relation transatlantique, pour créer un équivalent économique à l’Otan. » Dans le discours d’Anthony L. Gardner, l’ambassadeur américain à Bruxelles, la logique de confrontation que sous-tend la négociation du Tafta/TTIP est clairement assumée. En scellant ce pacte, les deux plus grandes économies de la planète seraient en mesure d’endiguer la montée en puissance des économies émergentes et de « placer la barre réglementaire à un niveau suffisamment élevé pour contraindre la Chine à s’adapter aux exigences américaines », comme l’écrit Zaki Laïdi.

« Le fond de l’affaire, c’est que les Occidentaux ne tirent plus profit du système multilatéral qu’ils avaient construit », explique le chercheur. Les négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), où cent soixante pays s’assoient autour de la table pour libéraliser les échanges mondiaux, sont en effet bloquées depuis le milieu des années 2000 par les conflits entre pays développés et émergents, qui peinent à s’entendre sur des règles communes. « Ce modèle est mort, car il n’y a plus d’hégémonie pour définir le bien commun mondial, mais une multiplicité de pôles qui ont chacun leurs intérêts, poursuit Zaki Laïdi. Le traité transatlantique consiste donc à arracher ce que le multilatéralisme ne permet plus d’obtenir : des règles devenant des standards mondiaux. »

« Si le TTIP entre en vigueur, l’Inde et la Chine vont être contraintes de revenir sur leur position de blocage à l’OMC », prédit ainsi le chercheur turc Sinan Ülgen, du centre Carnegie Europe. Un scénario pas si évident, car les émergents négocient de leur côté des méga-accords dans leur aire régionale et pourraient être tentés de faire front.

« Containment » ou contrepoids

Côté européen, on se refuse pourtant à accréditer l’idée d’une alliance anti-chinoise. « Parler d’Otan économique est un raccourci malsain, lance Édouard Bourcieu, chef adjoint de l’unité stratégie commerciale de la Commission européenne. Nous avons aussi besoin de la croissance chinoise, nous sommes très interdépendants. » L’attitude européenne dans une autre grande négociation internationale, celle de l’Accord général sur les services (Tisa), le confirme : Bruxelles soutient l’intégration de Pékin aux négociations, qui rassemblent depuis 2013 les États-Unis, l’Union européenne et vingt-deux autres pays, tandis que Washington ne veut pas en entendre parler .Sébastien Jean, directeur du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii), tente de distinguer les positions de Washington et de Bruxelles en ces termes : « Les États-Unis sont dans le containment [endiguement] de la Chine, l’Union européenne est dans le contrepoids. »

Mais Pékin n’est pas le seul enjeu extérieur des négociations du Tafta/TTIP. « Regardez ce qui se passe actuellement au Moyen-Orient, ou le comportement de la Russie en Ukraine », poursuit l’ambassadeur américain Anthony L. Gardner quand Euractiv l’interroge sur les raisons d’approfondir la relation transatlantique. Comme nous l’expliquions dans la troisième partie, une levée des restrictions sur l’exportation des hydrocarbures américains permettrait à l’Europe de réduire sa dépendance à la Russie et au monde arabe pour son approvisionnement. Mais l’enjeu ne se limite pas à l’énergie, et la crise ukrainienne en a donné une illustration surprenante à l’ère de la mondialisation : frappée par l’embargo russe sur les produits européens à l’été 2014, la Pologne a dû trouver du jour au lendemain un débouché pour le million de pommes qu’elle écoulait en temps normal chez son voisin russe. Dans une forme d’anticipation du Tafta/TTIP, Varsovie a réclamé (en vain) aux États-Unis d’ouvrir leur marché à ses pommes, alors que l’importation de légumes et de fruits frais en provenance de l’UE y est interdite.

Ces dimensions géopolitiques accréditent le scénario d’une balkanisation du commerce mondial avec la multiplication des accords super-régionaux, qui provoquent le repli des grandes régions du monde sur elles-mêmes – à moins que ces accords ne soient simplement la conséquence de la balkanisation. « Le traité transatlantique pourrait cloisonner les échanges, ce qui serait dangereux, car les États-Unis et l’Union européenne sont des acteurs systémiques qui portent une responsabilité globale », estime Sébastien Jean, du Cepii.

Pour limiter ce risque d’éclatement, le chercheur turc Sinan Ülgen insiste sur la nécessité de laisser le Tafta/TTIP ouvert à d’autres partenaires qui voudraient le rejoindre, sur le même modèle que l’Union européenne. Le Mexique et la Turquie, proches partenaires des États-Unis et de Bruxelles, ont déjà manifesté leur intérêt, mais ne devraient vraisemblablement pas entrer en jeu avant la fin des négociations – qui sont déjà suffisamment compliquées.

« Il ne faut surtout pas fermer la porte en créant une "forteresse TTIP" qui pourrait endommager les liens au sein du monde occidental, plaide Sinan Ülgen, mais créer une incitation pour les pays tiers à se libéraliser pour rejoindre les États-Unis et l’Europe. »

 

Extrait de "Docteur TTIP et Mister Tafta : Que nous réserve vraiment le traité transatlantique Europe/Etats-Unis ?, de Maxime Vaudano, publié aux éditions Les Petits Matins, 2015.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires