En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
L'argent du contribuable
La dette de la sécu financée par les Chinois ou la vraie histoire d’une fausse bonne nouvelle
Publié le 24 février 2015
Malgré un taux de remboursement supérieur à celui qui aurait été appliqué si elle s'était cantonnée au marché traditionnel, la Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale s'est félicitée fin janvier de l'émission d'un emprunt en monnaie chinoise équivalent à 420 millions d'euros. Une anomalie de plus pour un organisme dont les coûts financiers et de gestion laissent à désirer.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré un taux de remboursement supérieur à celui qui aurait été appliqué si elle s'était cantonnée au marché traditionnel, la Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale s'est félicitée fin janvier de l'émission d'un emprunt en monnaie chinoise équivalent à 420 millions d'euros. Une anomalie de plus pour un organisme dont les coûts financiers et de gestion laissent à désirer.

Atlantico : La CADES (Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale) s’est récemment félicitée par la voix de son président Patrice Ract-Madoux de son tout premier emprunt en monnaie chinoise (3 milliards de yuans, soit 420 millions d’euros). Y a-t-il vraiment lieu d’en être satisfait ? Pourquoi ? 

Philippe Crevel : La Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale a été créé en 1996 par Alain Juppé. Elle a pour mission de récupérer et de rembourser les dettes des régimes sociaux. Depuis près de vingt ans, elle a récupéré pour plus de 236 milliards d’euros de dettes. Pour le remboursement, la CADES perçoit la CRDS et une partie de la CSG. Elle bénéficie depuis 2010 du concours du Fonds de Réserve des Retraites. Mais, la CADES recourt à l’emprunt pour restructurer les dettes récupérées. Elle hérite d’emprunts à court terme qu’elle transforme en emprunts à long terme. La CADES a une tradition de placement de ses emprunts à l’international. En 2014, la France n’a représenté que 8 % des émissions contre 46 % pour l’Asie, 11 % le Royaume-Uni et 9 % l’Amérique du Nord.

Le placement de l’emprunt en Chine répond à un souci de diversification et correspond également à un acte politique. L’emprunt porte sur 423 millions d’euros à deux ans et est rémunéré à 3,8 %. Ce taux est élevé au regard des taux pratiqués en Europe mais en phase avec les taux de la Chine où l’inflation et la croissance sont plus élevées qu’en France. Mais, il faut souligner que l’Etat emprunte à taux négatifs jusqu’à deux ans. L’emprunt dont le poids est assez faible au regard du programme de financement de la CADES en 2015 s’inscrit dans le cadre du 50ème anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine. C’est aussi une manière de fidéliser les épargnants chinois au moment où la France doit veiller à diversifier son endettement.

Pourquoi cette volonté de diversification, si celle-ci n’est pas intéressante au final ?

L’émission de la CADES vise à faciliter l’internationalisation du Yuan et à faire de la monnaie chinoise un véhicule monétaire acceptée sur la place financière de Paris. Le Président de la CADES a annoncé qu’il y aurait d’autres opérations avec la Chine. C’est un ballon d’essai que la CADES entend réaliser avec le soutien de l’Etat. De ce fait, elle accepte de payer un petit surcoût.

Peu de critiques ont été faites jusqu’ici. Pourtant, qu’est-ce que cet emprunt de la CADES nous enseigne sur la gestion qui est faite de l’argent du contribuable ? Faut-il s'en inquiéter ?

Emprunter en monnaie chinoise, monnaie qui n’obéit pas aux mêmes standards que l’euro, le dollar ou la livre sterling est source de risques. Il y a évidemment le précédent des emprunts en francs suisses… Certes, la diversification chinoise de la CADES est modeste mais, dans les faits, son exposition internationale est très élevée. Elle est supérieure à celle de l’Etat ce qui est assez surprenant de la part d’un établissement public qui semble avoir une politique étrangère de l’emprunt. Si la CADES est assez loquace sur ces souscriptions du nouveau monde, elle l’est moins sur ses coûts financiers et ses coûts de gestion. Avec notre dette sociale qui s’accroît d’une dizaine de milliards d’euros, la CADES n’a pas fini de chercher de l’argent au-delà des frontières pour rembourser… Nous sommes dans la politique du sapeur Camember.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires