En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 7 heures 8 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 8 heures 7 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 16 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 17 heures 52 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 18 heures 22 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 18 heures 59 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 20 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 11 heures 23 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 14 heures 37 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 16 heures 35 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 16 heures 59 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 17 heures 31 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 18 heures 2 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 9 min
© BlaBlaCar
Frédéric Mazella, le créateur de Blablacar.
© BlaBlaCar
Frédéric Mazella, le créateur de Blablacar.
Cocorico

10 idées made in France à plusieurs dizaines de millions d’euros dont vous n’avez probablement jamais entendu parler

Publié le 22 février 2015
Blablacar, Deezer, pour les plus célèbres, les Français sont loin d'être ridicules dans la création de start-up avec des idées novatrices. L'an dernier, 35 levées de fonds ont été réalisées chaque mois. Pas forcément de gros montants, mais ont peut désormais bel et bien parler de FrenchTech.
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Blablacar, Deezer, pour les plus célèbres, les Français sont loin d'être ridicules dans la création de start-up avec des idées novatrices. L'an dernier, 35 levées de fonds ont été réalisées chaque mois. Pas forcément de gros montants, mais ont peut désormais bel et bien parler de FrenchTech.

Les startups française n'ont rien à envier aux américaines si ce n'est que l'accès au financement n'est pas aussi munificent. Selon www.myfrenchstartup.com en 2013 et 2014 on observe environ 35 levées de fonds mensuelles pour un montant annuel de près de 1 milliards d'euros, c'est-à-dire ce que vient de lever Uber il y a quelques jours. Si quelques unes compte leur levées en dizaines de millions, pour la très grande majorité il ne s'agit de quelques centaines de milliers et pour plusieurs dizaines en millions d'euro. Sans doute manque-t-il de carburant financier.

Est-ce simplement le fait d'investisseurs trop peu nombreux ou timorés ? Pas seulement. En dépit de l'inventivité des entrepreneurs, la différence avec les start-up US réside aussi dans l'étroitesse du marché français. Quand les start-up américaine trouvent un marché d'emblée à l'échelle globale (250 millions) même s'il n'est que national, il faudrait aux start-up européenne se lancer d'un seul coup sur le marché européen qui s'avère moins unifié que l'on pense (par la langue, les régulations, la nature de la concurrence...). On remarquera d'ailleurs que les récentes levées de fonds à 100 millions d'euro ont pour finalité l'internationalisation. Dans le monde digital, une échelle globale signifie de rassembler plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs, mieux encore plus de cent millions.

Il n'empêche que de belles idées, de belles pépites, sortent du sol national, et que ce n'est pas pour rien qu'on peut parler d'une FrenchTech. En voici quelques une à suivre dont la sélection est en partie arbitraire visant moins à un classement qu'à donner une photo de l'innovation française (les données viennent de Maddyness, Myfrenchstartup, et Crunchbase).

• Critéo : est sans doute le recordman de la levée de fond avec un total de près de 230 millions et un chiffre d'affaire de l'ordre de 444 millions d'euro. L'innovation principale est l'invention du retargeting, et la compétence savoir cibler les publicités vers les consommateurs intéressés. Les français ont du talent dans le marketing.

 

 • Sigfox : vient de lever 100 millions d'euros fraîchement. L'entreprise de Toulouse – la France n'est pas que Paris – propose de développer un réseau cellulaire visant à supporter les communications de l'internet des objets, cette nouvelle vague de internet qui se répondre à distribuer des milliards d'objets connectés dans l’industrie plus encore que dans nos foyers.

• Blablacar : Devenue en deux ans une marque réputée et un réel compétiteur de la Sncf, en juin l'entreprise a levé 100 millions de dollars (ce qui la met en quatrième place des acteurs mondiaux d'"sharing economy") pour assurer son développement international. Ce n'est plus tout à fait une start-up dans la mesure où l'entreprise désormais sert un marché solide de plusieurs millions d'utilisateurs, l'enjeu est désormais de servir plusieurs centaines de millions.

• Deezer : sans doute la marque la plus connue désormais, est-ce encore une startup ? Oui si on considère que son marché est mondial, oui si désormais le streaming est le principal vecteur de revenu pour la musique, oui si on se rappelle que le marché de la musique est une niche pesant, pour la France moins de 500 millions d'euros. L'échelle globale est une nécessité.

• Withings : célébrée au récent CES, la start-up a accumulé 34 millions de dollars de fonds. Spécialiste de la conception des objets connectés, du biberon à la montre, de la balance à la caméra, développant une plate-forme de données de premier plan, withing a tout pour devenir un leader global dans le domaine de la santé et du bien-être connecté.

• 1000mercis : spécialiste de la publicité digitale risque d’être un acteur-clé du big data appliqués au marketing, emploi plus de 200 personnes graphistes, informaticien, data scientist, est un des beaux exemples des entreprises de services marketing qui se sont développés avec le digital, avec aujourd'hui des bureaux à Londres New York et Dubaï.

• Virtuoz : est devenue américaine avec son rachat par Nuances communication. En 2013 elle avait levé un total de 38 millions de dollars. Spécialiste de l'interaction en langage naturel, elle fait vivre les agents virtuel que l'on croise sur le web : Lisa, Laura, et autre Philippe, ces avatars presqu'intelligents qui répondent à nos questions. Sa réussite illustre aussi le risque majeur de nos start-up : se faire absorber par les leaders de la silicon valley.

• Captain Train : Capitaine Train a levé 5,5 millions et débauche le président de Deutsche Bahn France. En proposant une interface simplissime pour réserver ses billets de train, elle s'engouffre dans le marché considérable du ticketing et du booking qui s'il s'est imposé dans l'hôtellerie offre des perspectives énormes : du train aux spectacles, des bus à la restauration (on aurait pu retenir Lafourchette.com), du sport aux musées.

• Captain dash : C'est un pionnier des tableaux de bords (Dashboard). En se connectant à des dizaines d'api, aujourd'hui les entreprises peuvent distribuer sur les millions d'écrans de leurs employés des informations utiles et personnalisées - indicateurs de performance, état du marché, de la concurrence, opinion des consommateurs, et aider à agir plus vite et plus précisément. Le big data est censé nourrir ce nouveaux marché.

• Ynsect : L'entreprise vient de lever 5,5 millions d’euros. Un bel exemple de l'activité dans les biotech face au défi des besoins alimentaires et de la transformation de l'agriculture à la recherche d'autres solutions pour nourrir la planète. On aura été sans doute injuste en ne citant pas d'autres cas notamment dans la santé, la pharmacie, la génétique. Mais au moins celui ci est emblématique d'un avenir qu'on souhaite durable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 23/02/2015 - 07:55
Les start up n'attendent qu'une chose
Pouvoir se developer, vous avez donc besoin de capitaux et d'une liberté d' entreprendre. Quand vous démarrez il faudrait apprendre 3600 pages du code du travail, gérer les 35 heures ce qui revient à avoir 5 salariés pour 3 postes compte tenu des congés payés, RTT, maladies, inspection du travail. Vous avez mis votre maison sous hypothèques. Après vous êtes bien essorés par les impôts, taxes, et urssaf. Puis quand vous aurez bien réussi, sans les capitaux nécessaires, une importante société vient vous racheter afin de vous piquer votre technologie. Entreprendre en France n'est pas de tout repos et tout compte fait vous regrettez de ne pas avoir crée votre entreprise à Londres, en Belgique ou aux USA, ou en plus vous ne serez pas jalousé par un peuple français marxisant et égalitaire. Avec les socialistes, tout le monde doit être à égalité, en bas bien sur. Si vous avez réussi, vous avez créé des emplois, mais vous devenez suspects et un sale ( salaud pour certain) capitaliste qui a fait de l'argent sur le dos de vos salariés. Expérience vécue. Mieux vaut être fonctionnaire ou vous aurez tous les privilèges sans vous casser la tête et surtout sans le moindre risque.
bjorn borg
- 22/02/2015 - 16:43
Intéressant
mais parlez-nous plutôt des PME qui font la richesse du pays avant que les socialos aient tout détruit !!