En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 7 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 21 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 53 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 35 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 53 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 37 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 3 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 10 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 22 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 55 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 11 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 12 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
Promotion

Angela Merkel vient-elle de réussir à s’imposer comme la chef du monde libre ?

Publié le 27 février 2015
La Chancelière allemande est en pleine ascension sur la scène diplomatique. Ukraine, Grèce, elle est sur tous les fronts, à tel point que beaucoup de médias de la presse anglo-saxonne voient en elle la véritable chef du "monde libre".
Pierre Verluise
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en géopolitique de l’Université de Paris IV – Sorbonne, Pierre Verluise est fondateur du premier site géopolitique francophone, Diploweb.com. Il en est le directeur des publications. Producteur géopolitique (articles, études, livres, conférences...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chancelière allemande est en pleine ascension sur la scène diplomatique. Ukraine, Grèce, elle est sur tous les fronts, à tel point que beaucoup de médias de la presse anglo-saxonne voient en elle la véritable chef du "monde libre".

Atlantico : Face à un Barack Obama en déclin, un Vladimir Poutine perçu comme une menace, ou un François Hollande en position de faiblesse à cause de la situation intérieure de la France, Angela Merkel est-elle finalement la figure qui s'impose aux autres, notamment sur les dossiers sensibles que sont l'Ukraine et la Grèce ? 

Pierre Verluise : Même si je peux avoir des réserves sur des éléments du tableau général que dresse une partie de la presse, Angela Merkel et l'Allemagne sont effectivement dans une phase ascendante. On peut déjà observer que ce pays a su faire les réformes nécessaires au cours des années 2000, celles que la France par exemple n'a pas voulu initier. Cette prise d'importance allemande est manifeste actuellement, mais elle avait déjà commencé sous Nicolas Sarkozy. En témoigne deux dossiers. Primo, en 2007-2008 la transformation du projet d'Union pour la Méditerranée voulu par Nicolas Sarkozy en un "Processus de Barcelone – Union pour la Méditerranée" incluant tous les Etats de l'UE sous pression d'Angela Merkel. Secundo, la gestion de la crise financière en 2008-2011 durant laquelle Nicolas Sarkozy proposait des mesures – parfois justifiées – qu'Angela Merkel temporisait systématiquement. Elle est restée maître du tempo et du périmètre des concessions, parfois de manière contre-productive d’ailleurs.

Mais ne nous y trompons pas : l'Allemagne est d’abord forte de la faiblesse des autres. En outre, il y aussi en Europe une "faim d'Allemagne" de la part de certains pays attirés par l'image de réussite que renvoie l'Allemagne, et qui attendent d'elle une diplomatie à la hauteur de ses performances économiques. Depuis le temps qu’on demande à l’Allemagne d’avoir une diplomatie à la hauteur de son poids économique, il est difficile de se plaindre quand Berlin donne suite.

Cette position peut-elle être durable ? L'Allemagne en Angela Merkel doivent-elles leur leadership à autre chose qu'une conjonction de facteurs favorables ?

Cette réussite allemande n'est pas le résultat d’un "plan" – pour ne pas dire un "complot" – parfaitement préparé à l'avance. Il est le résultat d'un croisement de circonstances habilement optimisées. L'Allemagne a d'ailleurs un complexe vis-à-vis de la puissance sur le plan international, issu des années 1930. Entre l'après-guerre et les années 1990, on a répété aux jeunes Allemands qu'ils étaient responsables du conflit, et ils ont intégré que la puissance devrait se faire plus sur les questions économiques que dans le domaine militaire. Les conditions d’engagement de l’armée allemande en dehors des frontières nationales sont bien plus contraignantes – notamment sur le plan parlementaire – qu’en France. Le "miracle allemand" s'est donc longtemps construit sur une économie performante en contrepartie d'une faible affirmation sur le plan géopolitique.

Quelles peuvent être les conséquences d'une Allemagne leader qui ne s'est jamais vraiment distinguée par la recherche d'une telle position ? Comment va-t-elle faire avec ce nouveau statut ?

C'est souvent au moment où vous êtes en phase ascendante que vous êtes le plus exposé, et jamais très loin de la descente… Dès lors que l'Allemagne s'expose, elle prend des risques. Et des facteurs internes ou externes au pays font peser une pression sur l’acceptabilité  et la durabilité réelles de son leadership. La démographie est sans doute le point le plus important. La population allemande baisse, a priori la France devrait dépasser l'Allemagne aux alentours de 2040-2050. Or une population vieillissante et déclinante est moins portée sur la puissance militaire et diplomatique. Comme les spécialistes et les dirigeants allemands en sont parfaitement informés, ils savent qu'ils ont devant eux 10 ou 15 ans avant que les problèmes allemands démographiques deviennent irréversibles. C'est peu pour changer la donne, mais cela peut-être assez dans une approche volontariste pour tenter de prolonger la domination le plus longtemps possible, comme les Etats-Unis présentement.

Qui sont les principaux perdants de cette situation ? L'Union européenne peut-elle souffrir de la nouvelle posture allemande ? Et la France, va-t-elle se retrouver encore plus marginalisée dans le "couple franco-allemand" ?

Pas forcément, on peut même tout à fait envisager que tout le monde soit plus ou moins gagnant dans cette situation. L'Union européenne se cherche depuis longtemps un leadership qu'elle pourrait avoir trouvé dans une configuration où l'Allemagne jouerait un rôle important. Bien sûr le tropisme allemand est plus tourné vers l'Europe de l'Est alors que la France, elle, est traditionnellement orientée vers la Méditerranée, ce qui changerait la donne. Mais nous pourrions justement profiter de l'expertise allemande sur la question de l'Europe de l'Est où nous sommes bien moins performants. En dépit de leurs insuffisances, les accords de Minsk 2 démontrent que Paris et Berlin sont capables de travailler ensemble, reste à trouver une bonne volonté en face…  Après, il faudra bien sûr être capable de ne pas remettre systématiquement sur le tapis la question historique d'une "Allemagne dominant le monde"… Une fois encore, "nous sommes nos meilleurs ennemis". 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 21/02/2015 - 21:35
Chef du monde libre?
Le monde libre n'a pas besoin de chef ou alors il n'est pas libre. Et Merkel n'a franchement rien d'exceptionnel. C'est peut-être ce qu'ils ont de mieux en Allemagne et dans ce cas j'en suis désolé pour eux (je suis encore plus désolé pour la France car là il n'y a rien de rien)
Ganesha
- 21/02/2015 - 18:37
Ilsa la Louve...
Comme d'habitude, titre ''accrocheur'' qui ne correspond pas vraiment à l'article ! La position de mme Merkel sur l'Ukraine est absurde et sans espoir : la partie Est, où l'on parle russe, va de toute évidence se séparer et se rattacher à la Russie : c'est ce que souhaite la population et il nous faudra bien vivre avec une frontière sur ''l'Empire du Mal''. Le système économique Merkel-Juncker est en pleine déroute et seul notre ami Anguerrand s'imagine qu'un mois après son élection, Tsipras est définitivement vaincu, sous la botte et la cravache de Fraulein Angela… Pour Arcole et les autres nostalgiques du III Reich, je conseille : https://www.youtube.com/watch?v=u8IaDjh5YnU&oref=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3Du8IaDjh5YnU&has_verified=1
Anguerrand
- 21/02/2015 - 09:44
Merci Mme Merkel
Sans vous notre gros mou aurait certainement baisser la culotte devant la Grèce quitte à endetter un peu plus la France, pour des tricheurs grecs et pour faire plaisir à sa gauche française et à MLP qui soutient Syriza. Encore merci.