En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 6 heures 38 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 11 heures 30 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 12 heures 39 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 14 heures 18 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 5 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 7 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 6 heures 55 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 7 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 11 heures 51 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 14 heures 52 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 7 heures
Fête de la science

"La science souffre d'un manque de culture"

Publié le 15 octobre 2011
A partir de ce mercredi et jusqu'au 16 octobre se déroule en France la 20ème édition de la Fête de la science. Mais dans quel état se trouve la culture scientifique de notre pays ?
Jean-Marc Lévy-Leblond est physicien et essayiste. Il est professeur émérite de l'université de Nice-Sophia Antipolis. Son dernier livre s'intitule La science (n')est (pas) l'art. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Lévy-Leblond
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Lévy-Leblond est physicien et essayiste. Il est professeur émérite de l'université de Nice-Sophia Antipolis. Son dernier livre s'intitule La science (n')est (pas) l'art. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A partir de ce mercredi et jusqu'au 16 octobre se déroule en France la 20ème édition de la Fête de la science. Mais dans quel état se trouve la culture scientifique de notre pays ?

A l'occasion de la fête de la science, Jean-Marc Lévy-Leblond regrette l'isolement des disciplines scientifiques, et déplore le manque de culture de nos scientifiques.

Atlantico : La France souffre-t-elle d'un manque de culture scientifique ?

Jean-Marc Lévy-Leblond : La France ne manque pas plus de culture scientifique que le reste du monde.  En vérité, c'est la science qui manque de culture, et qui en souffre. 

La science moderne, au 17ème siècle, naît dans la culture, en est partie prenante. Descartes, Pascal ou Galilée, etc., sont à la fois des physiciens et des philosophes, des écrivains et des mathématiciens.

Mais avec l'apparition et la multiplication des académies et des institutions spécifiquement scientifiques, le hiatus s'accroît entre sciences et humanités. L'isolement culturel des disciplines scientifiques va paradoxalement s'accentuer avec l'accroissement même du pouvoir de la science, lorsque, au 19ème siècle, elle va s'isoler dans ses propres facultés et ses laboratoires.

Les scientifiques désormais spécialisés ne bénéficieront plus d'aucune formation littéraire, historique ou philosophique. A la fin du 20ème et le début du 21ème siècle, les succès techniques et industriels mêmes de la science se retournent contre elle en l'instrumentalisant, et  en mettant l'accent  sur son applicabilité et sa marchandisation. Les recherches qui relèvent essentiellement  d'un intérêt conceptuel sont menacées, et le contexte philosophique, historique, social de la recherche de plus en plus ignoré.

 

Vous réfutez donc l'idée qu'il existe une culture scientifique ? 

A partir du moment où nous ajoutons une épithète (une étiquette !) au mot culture, il perd sons sens. Une culture scientifique, qui ne serait pas partie prenante de LA culture, ne peut correspondre à aucune réalité. 

 

Mais n'est-ce pas différent ailleurs qu'en France ?

Non. C'est peut-être même pire dans le monde anglo-saxon, car le problème n'y est même pas perçu. Si vous parlez de « scientific culture », les Britanniques ou les Américains ne comprennent pas du tout de quoi vous parlez. Certes, on y trouve d'excellentes  recherches et des enseignements en histoire des sciences, mais qui relèvent surtout de domaines spécialisés. D’ailleurs dans le monde anglo-saxon, la philosophie des sciences est une discipline "dure", qui se veut elle-meme très scientifique.


La formation des scientifiques d'aujourd'hui vous paraît incomplète...
 

Leur formation disciplinaire est souvent très poussée, mais déculturée. La plupart des scientifiques aujourd'hui ne connaissent pas les travaux fondateurs de leur domaine, ce qui est quasiment unique dans les formations intellectuelles. Quand vous témoignez à de jeunes philosophes, de jeunes artistes ou de jeunes musiciens qu'un jeune physicien aujourd'hui n'a pas lu une seule page de Newton ou de Galilée, ni même d'Einstein, ils sont absolument sidérés.

L'implantation des lettres ou des arts est suffisamment ancienne pour que nous enseignions les textes anciens de Racine, Shakespeare, Virgile ou Homère. Mais la science a été prise d'un tel vertige de modernité que les scientifiques s'imaginent qu'il suffit de dire  "théorème de Pythagore" ou  "loi de Galilée", et de payer ainsi leur dû aux grand hommes. Les scientifiques ont tendance à croire qu'une fois une découverte faite, c'est pour toujours, et qu'il n'est pas nécessaire de s'interroger sur les conditions historiques, philosophiques, voire politiques de ces découvertes, ni sur l'évolution (passée et future !) de leur signification.

La faiblesse, voire l'absence de culture des scientifiques s'explique en fait très simplement : cet aspect ne compte ni dans leur formation, ni dans leur évaluation.  Au demeurant, ils sont désormais soumis à de telles pressions de publication, de compétition, qu'il ne peuvent guère faire autre chose que leurs calculs et leurs expériences — penser aux tenants et aboutissants de leurs recherches devient un luxe dangereux.

Et cet état de choses est auto-reproducteur : tant que les études scientifiques ne feront pas une place plus large à la culture historique, philosophique et littéraire, on ne voit pas comment les enseignants, tant du secondaire que du supérieur, seraient en mesure de partager une culture qu'eux mêmes ne possèdent pas.

 

Pour terminer, un mot sur la fête de la science ?

La science n'est pas à la fête. Nous manquons bien sûr de postes et de crédits, mais surtout de visions à long terme et d'engagement social. La politique actuelle est dérisoire : on brime ou on exploite le monde scientifique, et en même temps on prétend fêter la science… 

Et, plus profondément, nous avons de bonnes raisons de penser que la science n'est pas seulement une activité festive. Elle résoud certes des problèmes, mais en pose d'autres qui ne sont pas spécialement réjouissants. On ne peut séparer les deux faces de la médaille.

Prenons garde que, la science, la société ne finisse par lui faire sa fête ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Eriik
- 16/10/2011 - 10:22
Et les autres ...
Si les scientifiques manquent de culture ... que dire des "non scientifiques", du citoyen lambda, du français moyen ?
Et pourtant ces populations semblent maîtriser nos sujets d'expertise mieux que nous: risque des OGM, industriel pharmaceutique, gaz de "shit", sûreté nucléaire, ...
Si notre culture est perfectible, c'est aussi que nos sujets de travail sont vivants et progressent
Caton
- 13/10/2011 - 11:42
Je suis d'accord (bis)
Si tant d'étudiants (y compris les miens) se détournent de la Recherche c'est qu'ils ne sont pas suicidaires! Les directeurs de recherche n'ont dans leur majorité aucun sens des responsabilités envers les thésards: il est mal poli de parler de rémunération, de conditions de vie et de projet de carrière, ces braves jeunes doivent offrir 3 à 5 ans de leur vie sans aucune assurance!
Caton
- 13/10/2011 - 11:36
Je suis d'accord avec les
Je suis d'accord avec les analyses faites ici mais les scientifiques eux-mêmes doivent s'amender, docteur j'ai subi de façon ahurissante l'hostilité de beaucoup de collègues pour mon goût des humanités comme si le fait de lire de la philosophie corrodait progressivement ma rigueur scientifique! Cette attidude desséchante aboutit a des générations incapable de lire Linné sans traduction!