En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
Futur à présent
ITER : ce grand absent du débat sur le nucléaire, symbole d'une politique française court-termiste
Publié le 13 octobre 2011
Le nucléaire est au centre des débats politiques actuels... mais personne n'évoque le projet international de fusion ITER en construction en Provence.
Michel Claessens est directeur de la communication du projet ITER à Cadarache.Docteur en sciences, il a été journaliste scientifique. Son dernier ouvrage s'intitule Allo la science ? (Editions Hermann, 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Claessens
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Claessens est directeur de la communication du projet ITER à Cadarache.Docteur en sciences, il a été journaliste scientifique. Son dernier ouvrage s'intitule Allo la science ? (Editions Hermann, 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nucléaire est au centre des débats politiques actuels... mais personne n'évoque le projet international de fusion ITER en construction en Provence.

En France, l’énergie nucléaire est devenue un réacteur présidentiel : tous les candidats à l'élection de 2012 conjuguent leur avenir avec le futur de la fission nucléaire. Mais si tous se prononcent sur le nucléaire, aucun ne prononce le mot « ITER », le projet international de fusion en construction à Cadarache en Provence. Quelles sont les raisons de ce silence nucléaire ?

Plusieurs candidats à l’élection présidentielle évoquent à haute voix, sinon la sortie, du moins la réduction du parc nucléaire en France, pays qui détient le record mondial d’électricité d’origine nucléaire (environ 78%). 

Comment réduire la part de l’énergie nucléaire dans la production d’électricité ? Il n’y a pas trente-six mille solutions technologiques. Mais aucun de ces candidats ne mentionne la possibilité de la fusion alors que la France héberge ITER, actuellement le plus ambitieux projet scientifique et technologique du monde. Malgré la très forte implication des autorités françaises, au plus haut niveau de l’État, durant la phase de négociations qui s’est conclue le 28 juin 2005 par le choix unanime des sept membres d’ITER en faveur du site de Cadarache, ITER a disparu du radar politique ! Aucun ministre français, d’ailleurs, n’a fait le déplacement pour visiter les constructions en cours. De passage récemment à Pierrevert dans les Alpes-de-Haute-Provence (à une trentaine de kilomètres de Cadarache), Ségolène Royal n’a même pas cru utile de faire un crochet par ITER. Examinons quelques explications possibles de cette frilosité énergétique.

ITER, c'est quoi ?

La méconnaissance du projet, que les politiques ont en commun avec le grand public est sans doute l’une des grandes raisons de ce silence. ITER sera un réacteur de type « tokamak », comme il en existe quelques dizaines dans le monde. Il réalisera des réactions de fusion de noyaux atomiques légers semblables à celles qui se produisent dans le Soleil, dans une enceinte de confinement magnétique. L’originalité d’ITER tient notamment à sa taille : son enceinte magnétique sera dix fois plus volumineuse que celle du plus performant réacteur de fusion actuel, le « JET », situé près d’Oxford en Angleterre. Grâce à sa taille (notamment), ITER devrait produire dix fois plus d’énergie que celle qui sera injectée dans la machine. Et devra donc intéresser les industriels (ce qui est déjà le cas).

Nucléaire, ITER ?

Même si la fusion n’est pas la fission, l’adjectif « nucléaire » semble « souder » ces deux technologies, pourtant fondamentalement différentes. Que certains n’hésitent pas à placer dans le même sac. D’où une grande confusion : fission-fusion, même combat ? Errare humanum technologicum est... Alors que l’on doit charger, en une seule fois, plusieurs centaines de tonnes de combustible dans un réacteur de fission, il n’y aura jamais plus de deux grammes de gaz en réaction dans l’enceinte d’ITER. Un accident comme à Fukushima est impossible dans un réacteur comme ITER. Qui, autre argument de poids, ne produira pas de déchet radioactif de haute intensité à vie longue. Cette confusion, qui est plus appréhendée que partagée, explique aussi la réticence des politiques à s’engager explicitement sur le terrain de la fusion. Plutôt que de se mettre à dos une minorité d’opposants radicaux, mieux vaut passer ITER sous silence.

Un projet qui verra le jour dans vingt ans

ITER est-il un projet à long terme ? Oui et non. ITER, actuellement en construction, devrait être opérationnel en 2020. Et à partir de 2027, quand seront mis en œuvre les « vrais » combustibles de fusion, le deutérium et le tritium, nous devrions savoir si ITER produira un bilan net d’énergie. Si tel est le cas, la fusion apparaîtra comme une nouvelle source d’énergie crédible. Donc d’ici une petite vingtaine d’années, c’est-à-dire demain à l’échelle des problématiques de l’énergie.

Trop cher, ITER ?

Autre argument évoqué : ITER aurait un coût exorbitant. C’est une critique fréquente, à laquelle il est pourtant facile de répondre. Même si le coût du réacteur ITER ne sera sans doute jamais connu (car les sept pays membres construisent chacun des parties de la machine et ne sont pas obligés de communiquer leur coût réel), la construction de la machine est actuellement estimée à environ 13 milliards d’euros. C’est évidemment un gros montant. Mais qui, ne l’oublions pas, est étalé sur 10 ans et 34 pays. L’enjeu d’ITER – offrir à l’humanité une nouvelle source d’énergie – vaut bien cet investissement. C’est en tout cas la position des sept membres d’ITER.

A la différence de leurs homologues allemands, les politiques français sont extraordinairement silencieux sur ITER. En méconnaissance de cause ? Le fait est qu’ITER, fleuron de la technologie moderne et notamment européenne, s’adapte mal aux canons de notre société ultra médiatique, qui impose des réponses simples aux questions de fond et privilégie donc les formules choc aux explications chic. C’est un paradoxe « média scientifique » de plus. Le silence des politiques français sur ITER reflète le court-termisme d’une partie de notre société, médias et décideurs y compris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
stamp
- 14/10/2011 - 23:50
Le réacteur à fusion...
N'en déplaise aux "khmers verts" , la fusion nucléaire c'est la vie car sans le soleil , cet énorme réacteur à fusion , il n'y aurait pas de vie sur terre...
Le nucléaire et la radioactivité existent et ne sont pas moins naturels (la nature ne se limitant pas à cette vision étriquée définie par quelques écologistes bon teint) que ne l'est un jardin bio...
Cicero
- 14/10/2011 - 22:36
@Le cette
vous comprenez vraiment la différence entre fission et fusion? Votre commentaire apporte réellement à la qualité du débat! Vos préjugés et commentaires à deux balles, gardez les pour le bistrot. Mais ce doit être votre lieu de travail, je présume.
le celte
- 13/10/2011 - 16:58
de la pub
Encore un serial killer nucléaire qui preche pour ses paroisse . Avec ce genre d'individu, il n'y a jamais de danger avec leur technologie high tech.Sauf que quand ca va mal, il n'y a plus personne.
baby killer..........