En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 3 heures 55 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 8 heures 29 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 1 heure 52 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 7 heures 17 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 7 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 8 heures 22 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 8 heures 29 min
© Reuters
Le président de la BCE Mario Draghi
© Reuters
Le président de la BCE Mario Draghi
Passe à l'As

Pourquoi la BCE considère que la France est incapable de profiter de la politique monétaire européenne

Publié le 14 février 2015
A la BCE, les conseillers de Mario Draghi sont furieux contre François Hollande. Après avoir réclamé à cor et à cri une attitude plus conciliante pour relancer la croissance, ils estiment que la France sera un des seuls pays en Europe à ne pas pouvoir en profiter. La gouvernance n'en a tiré aucune leçon.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la BCE, les conseillers de Mario Draghi sont furieux contre François Hollande. Après avoir réclamé à cor et à cri une attitude plus conciliante pour relancer la croissance, ils estiment que la France sera un des seuls pays en Europe à ne pas pouvoir en profiter. La gouvernance n'en a tiré aucune leçon.

A Francfort comme à Berlin, on estime que la France a obtenu par un lobbying d’enfer des milliards d’euros monétaires (65 milliards par an pendant deux ans au moins) sous la forme d’un QE pratiquement illimité mais que ces disponibilités monétaires ne serviront pas à redresser l’activité économique réelle et par conséquent l’emploi.

Tout le problème est de transformer les disponibilités monétaires en moyens de financement pour les investissements ou les fonds de roulement des entreprises. Ca n’est qu’à cette condition que l’activité et l’emploi peuvent repartir. Encore faut-il que les entreprises puissent investir, qu’elles en aient l’idée, l’ambition et le projet. ça n’est qu’à ces conditions que l’emploi peut progresser parce que parallèlement à l’investissement, l’entreprise créera des emplois.

Mais pour que cette magie s’opère, il faut que l’environnement économique, fiscal et social soit favorable. C’est un peu ce qui s’est passé aux Etats-Unis et en Grande Bretagne. Les disponibilités monétaires massivement créées par les banques centrales ont fertilisé les entreprises qui ont investi et créé des emplois… Des emplois de service, des emplois peu qualifiés… Mais des emplois. 

Le problème en France, c’est que la fiscalité est trop lourde et que la législation du travail paralyse les embauches. Le financement du chômage dissuade le demandeur d’emploi d’opter pour un travail qui ne serait pas à la hauteur de ses ambitions. Si le marché du travail est peu fluide et si l’activite est molle, l’offre de travail aura beaucoup de mal à correspondre à la demande.

La gouvernance française a accusé la BCE puis la commission de Bruxelles de paralyser les possibilités de redressement, elle a traité Mario Draghi, d’incompétence et de rigidité dictée par l’Allemagne… Puis elle a constaté avec satisfaction qu’il savait aussi s’adapter aux conditions économiques. Le QE a créé la surprise par son ampleur. La France qui a une oreille très sélective, n’a guère retenu que parmi les recommandations de Mario Draghi, il fallait poursuivre les réformes structurelles et de régulation budgétaires.

La France a reçu le QE comme un don du ciel. Une bénédiction qui allait lui apporter l’assurance qu’aucune banque ne pourrait faire faillite, que l’Etat français pourrait revendre des tonnes de dettes publiques à la BCE… Par conséquent la gouvernance française a très vite compris qu’elle n’avait plus aucun effort à faire, ni sur le budget, ni sur la fiscalité, ni sur le droit du travail. Plus de conflit politique avec ses frondeurs.

Avec ce QE, la politique pouvait reprendre ses droits, l’extrême gauche l’a compris immédiatement, les écologistes et les syndicats également...

Dans ces conditions, l’argent libéré par la BCE n’ira pas dans les entreprises, elle ira financer de nouvelles dettes publiques ou de collectivités locales.

Dans ces conditions, François Hollande pouvait donner des gages à sa majorité en lui promettant qu'il n’avait plus besoin de serrer les boulons budgétaires et les dépenses publiques. Il pouvait même dans cette euphorie promettre aux Grecs qu'ils avaient raison, jusqu’à s’apercevoir qu'il se retrouvait bien seul sur la scène européenne et faire machine arrière.

Dans ces conditions François Hollande pouvaient se consacrer a temps plein à sa passion, la manipulation politique pour préparer la prochaine présidentielle avec pour principal outil des actions de politique étrangère.

Cette technique très mitterrandienne  ne marchera pas. L’époque n’est plus dominée par les concepts de Keynes qui ont autorisé les hommes politiques à acheter des voix à coup de promesses plus ou moins réalisables. Les Français comme tous les peuples qui vivent en démocratie veulent aujourd’hui des résultats qui les concernent. Du revenu, des emplois et de la sécurité.
Le QE, ajouté à la baisse des taux d’intérêt, à la baisse de l’euro et à la baisse du prix du pétrole va profiter à tous les pays européens. Les pays de l’Europe du nord, l’Espagne qui a fait ses réformes de structure, l’Italie et le Portugal qui sont eux aussi sur la bonne voie, et enfin l’Allemagne qui n’avait pas besoin de disponibilités monétaires mais qui les utilisera pour renforcer la compétitivité de son administration.

Tous les pays en Europe vont en profiter pour faciliter leur redressement économique sauf la France qui n’aura ouvert aucun chantier et la Grèce qui aura fait n’importe quoi. Le grand gagnant du QE sera l’Allemagne ce qui est un comble... Dans quelques semaines ou quelques mois quand on percevra les premiers effets du QE en Europe, il y aura des voix pour expliquer que le retard français, ses disfonctionnements, sont de la faute des Allemands… On dira ce que disent les grecs aujourd’hui.

Mais si la France n’enregistre aucune amélioration de l’activité des entreprises, si l’argent ne se diffuse pas dans les comptes d’exploitation, l’argent va alimenter des bulles. Des bulles immobilières, ce qui sera un moindre mal ; le prix de l’immobilier peut se réprendre et réanimer le marché dans les deux ans qui viennent. Des bulles financières au niveau des actions boursières. D'ailleurs, la hausse des valeurs est déjà disproportionnée depuis six mois.

François Hollande élu en 2012 parce qu'il voulait combattre la finance, n'aura réussi qu'à créer un environnement hyper favorable à l’industrie financière. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 15/02/2015 - 00:19
Tout pour ne rien faire.
Des taux historiquement bas, le prix du baril de pétrole au plus bas, le cours de l'euro au plus bas et un QE immense, comme jamais vu!!! Avec tout ça Hollande et la gauche en tire une conclusion: nous n'avons plus rien faire. C'est formidable!!! Et les entreprises fermeront et le chômage augmentera. Rien de nouveau en France communiste.
Benvoyons
- 14/02/2015 - 14:47
vangog - 14/02/2015 - 13:46 Volte face comme toujours
et de nouveau tu dis le contraire de ce que tu disais avant. C'est toujours du n'importe quoi!
vangog
- 14/02/2015 - 14:09
@l'enclume Ne vous frappez-pas...
car vous vous faites du mal!