En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 5 heures 44 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 6 heures 53 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 7 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 27 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 24 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 16 heures 49 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 14 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 22 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 33 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 9 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 16 heures 50 min
© Reuters
Le président de la BCE Mario Draghi
© Reuters
Le président de la BCE Mario Draghi
Passe à l'As

Pourquoi la BCE considère que la France est incapable de profiter de la politique monétaire européenne

Publié le 14 février 2015
A la BCE, les conseillers de Mario Draghi sont furieux contre François Hollande. Après avoir réclamé à cor et à cri une attitude plus conciliante pour relancer la croissance, ils estiment que la France sera un des seuls pays en Europe à ne pas pouvoir en profiter. La gouvernance n'en a tiré aucune leçon.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la BCE, les conseillers de Mario Draghi sont furieux contre François Hollande. Après avoir réclamé à cor et à cri une attitude plus conciliante pour relancer la croissance, ils estiment que la France sera un des seuls pays en Europe à ne pas pouvoir en profiter. La gouvernance n'en a tiré aucune leçon.

A Francfort comme à Berlin, on estime que la France a obtenu par un lobbying d’enfer des milliards d’euros monétaires (65 milliards par an pendant deux ans au moins) sous la forme d’un QE pratiquement illimité mais que ces disponibilités monétaires ne serviront pas à redresser l’activité économique réelle et par conséquent l’emploi.

Tout le problème est de transformer les disponibilités monétaires en moyens de financement pour les investissements ou les fonds de roulement des entreprises. Ca n’est qu’à cette condition que l’activité et l’emploi peuvent repartir. Encore faut-il que les entreprises puissent investir, qu’elles en aient l’idée, l’ambition et le projet. ça n’est qu’à ces conditions que l’emploi peut progresser parce que parallèlement à l’investissement, l’entreprise créera des emplois.

Mais pour que cette magie s’opère, il faut que l’environnement économique, fiscal et social soit favorable. C’est un peu ce qui s’est passé aux Etats-Unis et en Grande Bretagne. Les disponibilités monétaires massivement créées par les banques centrales ont fertilisé les entreprises qui ont investi et créé des emplois… Des emplois de service, des emplois peu qualifiés… Mais des emplois. 

Le problème en France, c’est que la fiscalité est trop lourde et que la législation du travail paralyse les embauches. Le financement du chômage dissuade le demandeur d’emploi d’opter pour un travail qui ne serait pas à la hauteur de ses ambitions. Si le marché du travail est peu fluide et si l’activite est molle, l’offre de travail aura beaucoup de mal à correspondre à la demande.

La gouvernance française a accusé la BCE puis la commission de Bruxelles de paralyser les possibilités de redressement, elle a traité Mario Draghi, d’incompétence et de rigidité dictée par l’Allemagne… Puis elle a constaté avec satisfaction qu’il savait aussi s’adapter aux conditions économiques. Le QE a créé la surprise par son ampleur. La France qui a une oreille très sélective, n’a guère retenu que parmi les recommandations de Mario Draghi, il fallait poursuivre les réformes structurelles et de régulation budgétaires.

La France a reçu le QE comme un don du ciel. Une bénédiction qui allait lui apporter l’assurance qu’aucune banque ne pourrait faire faillite, que l’Etat français pourrait revendre des tonnes de dettes publiques à la BCE… Par conséquent la gouvernance française a très vite compris qu’elle n’avait plus aucun effort à faire, ni sur le budget, ni sur la fiscalité, ni sur le droit du travail. Plus de conflit politique avec ses frondeurs.

Avec ce QE, la politique pouvait reprendre ses droits, l’extrême gauche l’a compris immédiatement, les écologistes et les syndicats également...

Dans ces conditions, l’argent libéré par la BCE n’ira pas dans les entreprises, elle ira financer de nouvelles dettes publiques ou de collectivités locales.

Dans ces conditions, François Hollande pouvait donner des gages à sa majorité en lui promettant qu'il n’avait plus besoin de serrer les boulons budgétaires et les dépenses publiques. Il pouvait même dans cette euphorie promettre aux Grecs qu'ils avaient raison, jusqu’à s’apercevoir qu'il se retrouvait bien seul sur la scène européenne et faire machine arrière.

Dans ces conditions François Hollande pouvaient se consacrer a temps plein à sa passion, la manipulation politique pour préparer la prochaine présidentielle avec pour principal outil des actions de politique étrangère.

Cette technique très mitterrandienne  ne marchera pas. L’époque n’est plus dominée par les concepts de Keynes qui ont autorisé les hommes politiques à acheter des voix à coup de promesses plus ou moins réalisables. Les Français comme tous les peuples qui vivent en démocratie veulent aujourd’hui des résultats qui les concernent. Du revenu, des emplois et de la sécurité.
Le QE, ajouté à la baisse des taux d’intérêt, à la baisse de l’euro et à la baisse du prix du pétrole va profiter à tous les pays européens. Les pays de l’Europe du nord, l’Espagne qui a fait ses réformes de structure, l’Italie et le Portugal qui sont eux aussi sur la bonne voie, et enfin l’Allemagne qui n’avait pas besoin de disponibilités monétaires mais qui les utilisera pour renforcer la compétitivité de son administration.

Tous les pays en Europe vont en profiter pour faciliter leur redressement économique sauf la France qui n’aura ouvert aucun chantier et la Grèce qui aura fait n’importe quoi. Le grand gagnant du QE sera l’Allemagne ce qui est un comble... Dans quelques semaines ou quelques mois quand on percevra les premiers effets du QE en Europe, il y aura des voix pour expliquer que le retard français, ses disfonctionnements, sont de la faute des Allemands… On dira ce que disent les grecs aujourd’hui.

Mais si la France n’enregistre aucune amélioration de l’activité des entreprises, si l’argent ne se diffuse pas dans les comptes d’exploitation, l’argent va alimenter des bulles. Des bulles immobilières, ce qui sera un moindre mal ; le prix de l’immobilier peut se réprendre et réanimer le marché dans les deux ans qui viennent. Des bulles financières au niveau des actions boursières. D'ailleurs, la hausse des valeurs est déjà disproportionnée depuis six mois.

François Hollande élu en 2012 parce qu'il voulait combattre la finance, n'aura réussi qu'à créer un environnement hyper favorable à l’industrie financière. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 15/02/2015 - 00:19
Tout pour ne rien faire.
Des taux historiquement bas, le prix du baril de pétrole au plus bas, le cours de l'euro au plus bas et un QE immense, comme jamais vu!!! Avec tout ça Hollande et la gauche en tire une conclusion: nous n'avons plus rien faire. C'est formidable!!! Et les entreprises fermeront et le chômage augmentera. Rien de nouveau en France communiste.
Benvoyons
- 14/02/2015 - 14:47
vangog - 14/02/2015 - 13:46 Volte face comme toujours
et de nouveau tu dis le contraire de ce que tu disais avant. C'est toujours du n'importe quoi!
vangog
- 14/02/2015 - 14:09
@l'enclume Ne vous frappez-pas...
car vous vous faites du mal!