En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 4 min 28 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 30 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 44 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 44 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 52 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 14 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 50 min 15 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 28 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 47 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 56 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 59 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 36 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 13 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 11 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 36 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 22 heures 8 min
Ah quand même

Casser le cercle vicieux de la pauvreté : l'étude qui pourrait tout changer

Publié le 03 février 2015
Comment briser le cercle de la pauvreté qui enferme des familles dans la précarité ? Aux Etats-Unis, une expérimentation menée à Atlanta, auprès de familles afro-américaines pauvres, a donné des résultats spectaculaires. La "two generation approach" repose sur une idée simple : scolariser les enfants et accompagner les parents vers un emploi adapté au sein d'un centre éducatif.
Jozef Corveleyn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jozef Corveleyn est professeur émérite en psychologie clinique à l'université de Louvain en Belgique. Ses recherches portent notamment sur l'analyse des situations extrêmes, comme la pauvreté, la famille, la violence et les structures de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment briser le cercle de la pauvreté qui enferme des familles dans la précarité ? Aux Etats-Unis, une expérimentation menée à Atlanta, auprès de familles afro-américaines pauvres, a donné des résultats spectaculaires. La "two generation approach" repose sur une idée simple : scolariser les enfants et accompagner les parents vers un emploi adapté au sein d'un centre éducatif.

Aux Etats-Unis, un programme d'aide a permis à des familles en situation de grande précarité d'Atlanta de "sortir du cercle de la pauvreté", révèle The Atlantic. Baptisée "two generation approach", l'expérimentation consiste à donner une éducation de qualité aux enfants et à accompagner les parents dans leur recherche d'emploi, au sein d'un centre éducatif, le "Dunbar Learning Complex". Les résultats sont étonnants : en un an, 55% des enfants faisant leur première rentrée à l'école primaire savaient lire.1 800 parents ont également pu retrouver un emploi.

Atlantico : Qu'est-ce que cette démarche a de révolutionnaire, dans la lutte contre la pauvreté ?

Jozef Corveleyn : Cela sonne peut-être révolutionnaire (nouveau aujourd’hui), mais de telles expériences sont déjà connues depuis plus de vingt ans. Dès les années 60, à l’époque du président Johnson qui a lancé des programmes (assez chers, bien sûr, mais efficaces) pour combattre la pauvreté  (Early Head Start et variantes), on travaillait dans la même direction : favoriser l’accès à des emplois pour les parents pauvres ET favoriser l’éducation de leurs enfants.

Ce qui est relativement nouveau, c’est que cette approche combine l'aide au niveau "individuel" (parent-enfant) : soutien du parent pour être mieux équipé, formation des parents à de nouvelles compétences pour entrer sur le marché du travail, tout en scolarisant l'enfant et en accompagnant les parents dans l'éducation de leur enfant. Cette combinaison de formes de soutien est "expérimentée" depuis les années 90 sous le nom de "two generation approach". En effet, les très bons résultats de cette "expérimentation" à Atlanta prouvent encore une fois qu’une telle approche est beaucoup plus efficace que les programmes "isolés" : par exemple, favoriser seulement le chemin vers l’emploi ; ou donner à des familles pauvres l’occasion de faire participer leurs enfants à l’éducation scolaire "normale". On sait depuis de longues années qu’un enfant né dans la (grande) pauvreté a peu de chances de sortir du cercle vicieux de la pauvreté, à cause de déficits de son développement (sur le plan cognitif, affectif, social, etc.).

Dans le "Dunbar Learning Complex", tous les besoins des familles sont pris en charge : garde d'enfants, conseils sur la santé et l'alimentation, accompagnement dans les démarches administratives, conseils éducatifs, etc. Cette prise en compte de la personne dans sa totalité, est-ce la clef du succès ?

Certainement. Cela demande un grand effort de la société, mais au nom de la solidarité, cela devrait être la norme. C’est compréhensible : si le parent n’a pas d’emploi, il ne peut pas s’occuper correctement du devéloppement de son enfant, car il est empêtré dans les soucis quotidiens pour survivre. Ces parents n'ont pas reçu eux-même un niveau d'éducation suffisant ( ils ne savent pas lire, n'ont pas accès à la culture ou à l'information, etc.) pour faire progresser le développement de l’enfant. Ce développement va stagner. Résultat : à l'adolescence, l'enfant ne sera pas armé pour entrer dans une société toujours plus complexe.

Ce programme est basé sur la responsabilisation des parents, encouragés à devenir de bon éducateurs. Les parents ont-ils besoin d'être aidés dans leur rôle de parents ?

Les familles qui vivent en situation de grande précarité et qui sont reléguées en marge de la société en ont certainement besoin. En ceci, il s’agit en premier lieu de "la responsabilisation" de notre société. Ne pas augmenter les allocations des familles sans emplois, de ne pas les accompagner, de ne pas investir dans les quartiers marginalisés, de ne pas leur donner accès à une scolarité de qualité, de ne pas aider les parents à trouver un emploi etc. Tout cela relève de la volonté politique. 

Les parents qui n’ont pas eu eux-mêmes une bonne éducation ne sont pas capables de s’occuper bien de leurs enfants, ils n’ont pas les compétences de base (lire, écrire, s’intéresser à la culture, s’intéresser aux mouvements sociaux, …), ni la liberté intérieure pour s’ouvrir vraiment aux besoins développementaux de leurs enfants. Ils sont obnubilés par les soucis de chaque jour pour survivre, et par une perspective de vie assez "limitée" et pas très gai, qu’ils ont appris eux-mêmes à partir de leur propre enfance.

Pensez-vous qu'en France, cette méthode puisse être la solution pour éradiquer l'exclusion sociale ? 

Bien sûr, mais cela demandera un changement de mentalité politique fondamental, comme en Belgique d’ailleurs et dans différents pays de l’Union. Corriger les politiques actuelles par une bonne dose de "fraternité-solidarité". Comme le disait l’économiste Amartya Sen (Nobel 1998), on peut juger la valeur d’une société à la manière dont cette dernière s’occupe de ses membres les plus pauvres. En deux sens : oser de nouveaux investir sérieusement dans la lutte contre la pauvreté, visant justement l’amélioration de la formation des générations futures, donner une perspective de vie aux familles en pauvreté. Et déculpabiliser les parents vivant en sérieuse pauvreté : ce n’est pas de leur faute qu’ils sont nés ou qu’ils sont ‘tombés’ dans la pauvreté. En plus de ça, naturellement, il ne faut pas être naïf, on doit leur ré-apprendre à prendre des responsabilités.

Quelles sont les limites de cette méthode ? 

Naturellement il faut des délibérations et des discussions dans la société (la politique) concernant l’ampleur du ré-engagement de nos sociétés dans cette lutte contre la pauvreté, en soutenant et les parents et leurs enfants. La question des limites est une question politique. Ca se discute. Est-ce qu’on veut bien soutenir telle ou telle banque en difficulté, d’un côté, mais pourquoi ne pas soutenir en même temps la future génération obligée de grandir dans la précarité. C’est une question de choix, qui ne sont peut-être pas faciles en raison des relations de force sociales, mais ces choix sont nécessaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AgentDevlin
- 03/02/2015 - 16:08
Révolutionnaire?
Pour ne pas être pauvre, il faut travailler et être éduqué. Mais pourquoi n'y avait-on pas pensé avant? Je me demande bien.
zouk
- 03/02/2015 - 11:56
2 generations approach
Oui, certainement, cela permettrait en particulier de résoudre un des grands problèmes de notre "éducation nationale": l'immense écart entre la culture traditionnelle des parents immigrés plus ou moins récents et celle qu'enseignent et l'école et la société dans laquelle ils vivent et qui est bien sûr celle de leurs enfant.