En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 6 heures 33 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 7 heures 30 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 9 heures 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 10 heures 12 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 11 heures 38 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 13 heures 31 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 14 heures 48 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 15 heures 45 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 17 heures 32 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 18 heures 40 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 7 heures 8 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 9 heures 50 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 10 heures 40 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 12 heures 48 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 13 heures 56 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 15 heures 20 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 16 heures 27 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 18 heures 14 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 19 heures 12 min
Diplomatie orthodoxe

La Russie prête à aider financièrement la Grèce (et ce que ça dit du poids des héritages religio-culturels dans la géopolitique européenne)

Publié le 01 février 2015
Alexis Tsipras a amorcé un début de rapprochement avec la Russie qui envisage déjà de verser une aide financière à la Grèce. Une proximité qui au-delà de son utilité dans le jeu diplomatique révèle qu'un corpus de valeurs et d'histoire communes vaut autant que la convergence des intérêts.
David Engels est historien et professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Il est notamment l'auteur du livre : Le déclin. La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine. Quelques analogies, Paris, éditions du Toucan,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Engels
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Engels est historien et professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Il est notamment l'auteur du livre : Le déclin. La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine. Quelques analogies, Paris, éditions du Toucan,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Tsipras a amorcé un début de rapprochement avec la Russie qui envisage déjà de verser une aide financière à la Grèce. Une proximité qui au-delà de son utilité dans le jeu diplomatique révèle qu'un corpus de valeurs et d'histoire communes vaut autant que la convergence des intérêts.

Atlantico : Que fait concrètement aujourd'hui la Russie pour la Grèce, et quelles sont les proximités culturelles et/ou religieuses entre ces Etats ?

David Engels : Tout d’abord, je doute qu’il s’agisse d’autre chose que d’une double manœuvre politique éphémère, bien que fort habile, à la fois de la part du gouvernement russe que du nouveau gouvernement grec. Tsipras frappe fort : entrevue avec l’ambassadeur russe le jour-même de son entrée en fonction ; désaveu momentané de la prolongation des sanctions contre la Russie ; incitation des Russes à lancer une offre de crédit à la destination de la Grèce – tout ceci est sensé montrer aux dirigeants européens, et avant tout à Merkel, que la Grèce n’est pas seule contre tous, le dos contre le mur, mais pourrait se joindre au camp russe. D’un autre côté, la Russie sort également gagnante de cette manœuvre de propagande : elle a d’ores et déjà jeté la pomme de discorde dans les rangs des Européens et affaibli l’opposition contre sa tentative de faire revenir l’Ukraine dans le giron de Moscou. Outre déstabiliser l’Union européenne et créer des conditions plus propices à la renégociation de la dette grecque, je doute que ce rapprochement grec avec la Russie aboutisse à quoi que ce soit de concret et que la Grèce veuille véritablement accepter de se placer dans la même situation que le Belarus, dépendant entièrement des subsides russes.

Abstraction faite de ce petit jeu de poker dangereux, car l’enjeu en est la stabilité de l’Eurozone dans son entièreté, les liens réels entre Russie et Grèce sont relativement réduits et plutôt d’ordre culturel qu’économique. Certes, la Russie est devenue, en quelques années, avec 12,5% de l’ensemble du marché, le principal partenaire commercial de la Grèce en ce qui concerne l’importation (surtout du gaz), juste avant l’Allemagne (avec env. 9,2%) ; un chiffre représentant d’ailleurs plus d’un quart des importations venant, en général, des pays de l’Union européenne (44,5%). En revanche, l’exportation de produits grecs vers la Russie est, pour ainsi dire, dérisoire (1,5%), tout comme la part des Russes dans le tourisme en Grèce (5,5%), et la proposition russe de lever l’embargo qui frappe les exportations de denrées alimentaires de la Grèce vers la Russie, si cette première devait se désolidariser de l’Union européenne, reste, somme toute, relativement négligeable.

Mais outre les relations économiques, n’oublions pas l’élément culturel qui favorise aussi une certaine proximité entre les deux pays, et qui est fondé dans le partage de la fois orthodoxe. De plus, depuis la chute du communisme, nous assistons à un renouveau de la prétention traditionnelle de Moscou de se considérer, dans l’héritage de Constantinople, comme la « troisième Rome » et donc comme protectrice auto-proclamée de l’orthodoxie partout dans le monde. Finalement, il ne faut pas oublier la nécessité vitale pour la Russie de contrôler les Dardanelles afin de s’assurer un accès à la Méditerranée, ce qui oblique Moscou depuis des siècles à entretenir une entente cordiale avec Athènes pour contrer l’hostilité traditionnelle entre la Russie et la Turquie.

Le facteur culturel ou religieux est-il vraiment le principal point favorisant la proximité entre deux pays, pourtant très différents par ailleurs ?

Dans le cas des relations gréco-russes, la proximité religieuse est certainement un facteur non-négligeable, mais il est loin d’être dominant. N’oublions pas que Poutine a fait la majeure partie de sa carrière dans l’Union Soviétique et que son allégeance à l’église russe-orthodoxe est essentiellement une démonstration de patriotisme, ayant pour but de stabiliser, autour des symboles forts de son histoire, une Russie profondément désorientée et économiquement polarisée. De son côté, Tsipras a bien montré ses convictions personnelles en devenant le premier chef de gouvernement dans l’histoire grecque à ne pas prêter serment sur la bible, ce qui, dans un pays dont 97% de la population se disent appartenir à l’église grecque-orthodoxe, est un symbole fort. Non, l’orthodoxie joue, peut-être, un certain rôle en ce qui concerne l’acceptation populaire du rapprochement politique entre les deux peuples, mais n´est nullement un facteur décisif dans l’esprit de ses deux dirigeants.

Néanmoins, je ne nierais pas que le facteur religieux peut souvent jouer un rôle des plus importants dans l’histoire politique ancienne et récente, à la fois pour générer ou justifier des alliances (pensons à l’axe Moscou-Belgrad) et pour creuser encore plus des différences politiques, comme le montrent les polémiques entre protestants et catholiques, ou entre chrétiens et musulmans. Mais là-aussi, il s’agit de ne pas réduire l’histoire à l’évolution des religions et confessions : « le » christianisme ou « l’ » islam n’ont jamais existé ; il n’y a eu que des manifestations très différentes de ces religions au cours du temps. Qui nierait que le christianisme européen contemporain, en plein déclin institutionnel, harassé en permanence par des attaques venant des milieux athées et se confondant en excuses pour des faits historiques remontant à des siècles, est une religion animée par un esprit totalement différent de celui qui régnait au 12e siècle, et probablement totalement différent aussi de celui qui anime le christianisme actuel en Afrique ? Et qui nierait que la société musulmane cosmopolite, rationaliste et à la pointe de la science telle qu’elle existait dans le Baghdad du 8e siècle n’a plus un grand rapport avec l’esprit qui semble animer tant de fidèles musulmans d’outre-Méditerranée, où l’on incendie des églises presque quotidiennement et prêche le retour au Moyen-Âge ? Ainsi, la société n’est pas un produit de sa religion, mais les deux se conditionnent l’une l’autre et sont inextricables.

Quels sont les autres proximités culturelles ou religieuses qui structurent une partie de la géopolitique européenne et que l'on a tendance à oublier ? Et pourquoi d'ailleurs sont-ils peu mis en avant ?

Ce n’est un secret pour personne que la tentative de définir l’identité par l’histoire et par la religion est considérée comme hautement « politiquement incorrecte », car nous sommes tous plus ou moins obligés de chanter les louanges de la prétendue société « multiculturelle » et « humaniste », alors que le « multiculturalisme » est en train de transformer nos grandes villes en juxtaposition de ghettos ethniques en guerre les uns avec les autres, tandis que « l’humanisme » sert de support idéologique à une société tellement ultra-libérale, égoïste, matérialiste et individualisée que nous sommes à deux doigts de l’implosion de tout notre système civilisationnel et des guerres civiles.

Je soutiendrais donc que ce ne sont pas des valeurs purement humanistes comme « la » démocratie, « la » liberté ou « le » droit qui fondent la véritable identité des Européens, mais plutôt leur appartenance psychique à une histoire millénaire, façonnée par des entités culturelles très spécifiques comme la famille, le village, le terroir, le peuple, la nation, la langue, la religions la philosophie, l’art, etc., et que les conflits et brassages perpétuels entre ces différents facteurs de civilisation ont contribué à créer une véritable identité culturelle commune européenne allant de Gibraltar à Vladivostok et d’Islande en Grèce et fondamentalement différente de l’identité culturelle d’un Chinois ou d’un Indien. C’est d’ailleurs uniquement ce sentiment d’appartenance à une histoire commune qui pourra motiver les Européens à se sentir solidaires les uns envers les autres ; et tant que l’Union européenne mettra en avant uniquement des valeurs humanistes abstraites auxquelles des milliards d’êtres humains pourraient potentiellement s’identifier, le citoyen européen ne comprendra jamais la nécessité de se sentir plus solidaire avec un autre Européen qu’avec un Japonais ou un Camerounais – et sans solidarité populaire commune, il n’y aura jamais de véritable politique européenne commune.

Si l'orthodoxie a réussi à garder une imbrication forte avec la sphère politique, le catholicisme ou le protestantisme, qui le faisaient sans doute avant de décliner, peuvent-ils être réactivés en période notamment de montée de l'islamisme en Europe ? 

Je crois que oui, bien que dans la constellation actuelle, une telle réactivation est impensable sans, au préalable, passer par un effondrement de notre système politique et sociétal (effondrement de moins en moins improbable d’ailleurs). Déjà maintenant, nous voyons comme, face au danger qui guette de nombreux Européens suite à l’immigration de masse venant des pays musulmans, beaucoup de citoyens commencent à utiliser des expressions impensables il y a 50 ans, comme par exemple « nous, les chrétiens » ou même « nous, les blancs », afin de désigner la partie autochtone de la population européenne. Cela confirme d’ailleurs parfaitement Luhmann qui avait insisté sur le fait que l’identité était toujours définie par l’opposition à « l’autre », et que l’identité nécessitait des frontières, des limites, pour ne pas devenir un terme vague et sans véritable contenu. D’un certain point de vue, il est triste de voir que ce retour de la notion de christianisme ne se passe pas par l’enthousiasme positif pour cette religion, mais par le rejet négatif de la religion de l’autre, c.à.d. de l’islam ; et cela frôle souvent l’absurde de voir combien de personnes se désolent de la destruction des églises en Égypte alors qu’ils n’ont probablement plus jamais mis les pieds dans leur propre église de quartier depuis des décennies et ne retiennent du christianisme qu’une vague combinaison entre monothéisme et impératif kantien. C’est aussi pourquoi je ne crois pas en un véritable renouveau spirituel du christianisme au 21e siècle, tout en étant persuadé que la religion en tant que telle deviendra à nouveau un enjeu politique non-négligeable. Car les violentes luttes interethniques qui nous attendent ne trouvent pas leur raison majeure dans une incompatibilité entre religions, mais plutôt dans la paupérisation des grandes masses, le chômage induit par la délocalisation et la désindustrialisation, la capitulation du système d’éducation, l’effondrement des valeurs familiales et l’abdication de la démocratie, créant ainsi des conditions où les citoyens, au lieu de lutter ensemble contre une système pervers et inhumain, se rendront responsables mutuellement de la misère dans laquelle ils se trouvent et se battront entre eux au nom de la religion au lieu de se battre contre les véritables coupables afin de permettre une meilleure répartition des richesses .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 02/02/2015 - 21:06
@ vangog
Votre description correspond à une mesure de rétorsion de l' U.E sur des actifs bancaires d' Officiers de Renseignement Russes au mileu de la crise Ukrainienne . J' attends les pratiques de déstabilisation . Merci de nous rappeler qui était le Président Ukrainien Pro-Russe déchu aprés Maîdan . Des mouvements subversifs Russes dans les pays Baltes , dans les Balkans ...,? .
de20
- 01/02/2015 - 23:37
On peut quand même pas
On peut quand même pas reprocher aux Russes de servir leurs intérêts
sur le dos des nôtres bradés par l'u.e et ses cancres retheurs.
Geolion
- 01/02/2015 - 23:19
La Grèce responsable !
Ce qui est arrivé aux Grecs depuis quelques années est entièrement de leur faute : déclarations et comptes frauduleux pour pouvoir entrer dans l'U.E., fraudes fiscales massives entre 40 et 45 milliards d'euros en 2012 ! On peut dire que le paiement des impôts et des cotisations sociales se faisait sur la base du volontariat avant 2010, poursuit un fonctionnaire européen présent à Athènes ! Absence de cadastre et donc absence de recettes correspondantes pour l'Etat, non imposition des armateurs (ultra riches), corruptions massives et généralisées, petit travail très tranquille avec heures d'arrivée et de départ au travail très élastiques. "L’un des problèmes majeurs reste le trafic de carburant qui permet d’éluder des milliards d’euros de taxes. Mais on n’y touche pas, car les intérêts en jeu sont trop puissants."Pratiquement pas de contrôles fiscaux !
La Grèce compte près de 25% de fonctionnaires parmi la population active ! "Au Parlement les employés travaillent 12 mois mais reçoivent 16 mois de salaires, ...les fonctionnaires obtiennent des primes pour bien se vêtir et se présenter à l'heure au travail».
Toutes ces anomalies sont toujours en place !
Donc : NON à une remise de la