En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

05.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

07.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 1 heure 9 sec
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 2 heures 29 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 6 heures 3 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 7 heures 15 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 8 heures 58 min
pépites > International
Fulanis
Bernard-Henri Lévy alerte sur le massacre des chrétiens au Nigeria
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Funny Girl", la comédie musicale : phénoménale Funny Girl, Christina Bianco met Paris à ses pieds…

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Social
Jeudi noir

5 décembre : la première bataille remportée, les syndicats peuvent-ils gagner la guerre ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Environnement
Adieu ma trotro bien-aimée

Le bobo en proie à d'indicibles tourments : des écolos (un peu plus radicaux que lui) détruisent les trottinettes électriques qui lui sont chères !

il y a 14 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
Géopolitico-scanner
Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet
il y a 14 heures 42 min
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 1 heure 23 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 6 heures 32 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 7 heures 40 min
pépites > France
Champions du monde
La France est le pays de l'OCDE avec la fiscalité la plus lourde
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Samia" de Gilbert Ponté : dernière course pour Lampedusa, haletant et poignant

il y a 10 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le sport joue avec la sphère et quand les heures se jouent sous dôme : c’est l’actualité des montres dans les tempêtes sociales
il y a 11 heures 33 min
décryptage > France
Partenariat

Sécurité : l’Etat contraint de brader le régalien ?

il y a 13 heures 7 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?
il y a 14 heures 33 min
décryptage > International
Utopie

Samjiyon, la ville socialiste idéale inaugurée par la Corée du Nord, échappera-t-elle au destin funeste de toutes celles qui l’ont précédée ailleurs dans le monde ?

il y a 14 heures 59 min
Enachronique ?

ENA :"Le classement n'a pas été conçu pour être agréable mais pour garantir l'objectivité du recrutement"

Publié le 08 octobre 2011
La suppression du classement de sortie à l’ENA paraît au premier abord une idée moderne, séduisante, « tendance »… Mais la réalité est malheureusement plus complexe. Il est plus salutaire pour l'école de modifier son enseignement que d'en éliminer le classement final.
Christine Demesse est président de l’Association des anciens élèves de l’ENA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Demesse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Demesse est président de l’Association des anciens élèves de l’ENA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La suppression du classement de sortie à l’ENA paraît au premier abord une idée moderne, séduisante, « tendance »… Mais la réalité est malheureusement plus complexe. Il est plus salutaire pour l'école de modifier son enseignement que d'en éliminer le classement final.

La suppression du classement de sortie à l’ENA paraît au premier abord une idée moderne, séduisante, « tendance »… Mais la réalité est malheureusement plus complexe.

Avant 1945, les hauts fonctionnaires de l’Etat étaient choisis directement par les corps – car ce sont eux, les fameux « employeurs ». Dans certains cas, des concours spécialisés, plus ou moins équitables, étaient organisés. Dans d’autres, régnaient de manière plus ou moins ouverte la cooptation, le jeu des relations sociales et politiques, souvent même le pur et simple copinage. A la Libération, le général de Gaulle, instruit par l’expérience de l’Occupation, avait lancé de profondes réformes, destinées à rénover une administration jugée trop peu professionnelle, trop politisée, reproduisant mécaniquement les inégalités sociales les plus criantes.

L’idée d’inverser la méthode de recrutement initiale pour les hauts fonctionnaires est née de ce constat. En particulier, à l’ENA nouvellement créée, les élèves allaient choisir leur corps ou administration en fonction de leur seul mérite : système simple, brutal, imparfait, mais le moins injuste possible. Des élèves d’origine modeste, des femmes ont pu accéder ainsi très tôt à des responsabilités dont ils n’auraient jamais osé rêver naguère.

Ce système a toujours été critiqué : souvent par les élèves quand ils sont à l’Ecole, parce que c’est un dispositif peu agréable qui entretient l’esprit de compétition et contrarie parfois les vocations. Il est vrai qu’il n’a pas été conçu pour être agréable, mais pour garantir au citoyen la qualité et l’objectivité du recrutement de ceux qui ont vocation à le servir… Il a toujours été critiqué aussi par les politiques et par les réseaux en tout genre, qui ont perdu une part de l’emprise qu’ils exerçaient depuis un siècle sur les nominations publiques.

On veut à tout prix imposer aujourd’hui la suppression du classement et son remplacement par un système qui permettra aux corps et aux administrations de recruter comme de véritables « entreprises », selon une logique « managériale ». Ne nous payons pas de mots, regardons plutôt les faits. Le dispositif proposé est compliqué, laborieux, perclus de garde-fous peu réalistes. Je ne suis pas certaine, en dépit de la bonne volonté évidente de ses initiateurs, qu’il offre des garanties comparables à l’ancien système tout en améliorant réellement la professionnalisation des carrières. On peut craindre qu’il ne nous ramène, quelle que soit la vertu des hommes, le clientélisme politique, le corporatisme professionnel, la
reproduction sociale, bref les bonnes vieilles habitudes de la bureaucratie traditionnelle.

C’est une question importante, qui ne saurait être réglée entre deux virgules, au détour d’un texte de loi. C’est la raison pour laquelle un premier texte gouvernemental, laconique et de circonstance, a été censuré par le Conseil constitutionnel. Au-delà de ce sujet, est en jeu la capacité des autorités gouvernementales à proposer une véritable vision pour l’Etat et l’action publique. L’ENA n’est après tout qu’une école, avec des élèves de tous âges et de toutes origines, qui recrute et forme une partie des cadres supérieurs de l’Etat. Or c’est un outil décisif. Chaque année, de nombreux candidats continuent d’être attirés par le service public et se présentent aux concours, portés par une véritable vocation. Ils ont besoin qu’on leur propose une ambition, des perspectives exaltantes et mobilisatrices. Sans une transformation profonde des conditions de l’action publique, qui engage non seulement l’Etat à tous ses échelons, mais aussi le champ immense des collectivités territoriales, notre pays continuera d’accumuler de lourds handicaps dans une compétition européenne et mondiale dont nous connaissons désormais tous les enjeux et tous les dangers.

Ce n’est donc pas le moment de perdre son temps et son énergie dans la mise au point de mécaniques d’affectation compliquées, peu convaincantes, dangereuses et fort peu transparentes. Il faut oublier les vieilles lunes et négliger les questions d’amour-propre. Ne
tergiversons pas : il faut garder le principe du classement par le mérite, qui offre seul les garanties d’un recrutement initial le plus objectif possible, le plus conforme aux objectifs républicains. Mais il faut aussi le moderniser, faire en sorte qu’il soit tempéré et accompagné par de bonnes et saines pratiques d’orientation professionnelle, destinées à bien sélectionner et affecter ceux qui ont vocation à servir l’Etat au plus haut niveau.

A un moment où la fonction publique se dote de vraies directions de ressources humaines à l’instar de celles du secteur privé, utilisons celles-ci pour avoir avec les candidats potentiels un vrai dialogue constructif sur les perspectives et les enjeux des postes auxquels ceux ci peuvent prétendre. Cette démarche permettra d’éviter aux candidats de s’engager sur des voies qui ne correspondraient pas à leur profil ou leurs aspirations.

Enfin, la question du classement me paraît moins fondamentale que celle de la formation dispensée à l’Ecole dont on ne parle pas assez. Il est pourtant essentiel de souligner qu’elle s’adapte sans cesse aux évolutions de notre société en mettant en place des modules qui correspondent aux aspirations et aux besoins du monde contemporain.

Tout cela mérite un vrai débat, serein et approfondi. Oui, pourquoi ne pas le dire ? Un débat parlementaire. Le recrutement des hauts fonctionnaires, si on le considère sérieusement et profondément dans toute sa dimension et ses conséquences, est tout sauf une question anodine. Surtout dans le monde et dans la société d’aujourd’hui. Il mérite mieux que d’être traité dans la pénombre des cabinets, en coulisses et en catimini, à coup de subtilités procédurales.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

05.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

07.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
iznogoud
- 10/10/2011 - 11:01
La seule véritable solution....
.... consisterait à supprimer l'ENA et avec elle sa pensée unique, pour recruter dans les écoles qui forment les meilleurs du secteur privé, tellement plus performant !
Carcajou
- 08/10/2011 - 21:28
Diversité.
Le problème est double, celui évoqué par de nombreux commentateurs, la rente à vie; l'autre, est l'omniprésence des énarques dans l'appareil d'Etat. Tous formatés, ils pensent identiquement et, malgré leur "intelligence", ils reproduisent des schémas similaires.
Ces "penseurs" affirment que la diversité est une chance pour la France qu'ils s'appliquent ce beau principe, utile dans ce cas-là.
HR
- 08/10/2011 - 19:23
La question n'est pas la classement, en effet
La question, ce sont les privilèges à vie ahurissant s qui va avec.