En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

02.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum

07.

Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse

01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 3 min 55 sec
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 3 heures 6 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 14 heures 54 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 16 heures 35 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 18 heures 4 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 21 heures 3 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 23 heures 4 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 14 heures 32 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 15 heures 17 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 17 heures 14 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 18 heures 53 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 21 heures 37 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 1 jour 32 min
© Reuters
La politique contre la crise remise en cause
© Reuters
La politique contre la crise remise en cause
Jeux de dupes

Hors de contrôle : pourquoi le cas grec nous en dit long sur la peur qu’avaient les Etats de la situation réelle des banques en 2008/2010

Publié le 27 janvier 2015
Entre 2008 et 2010, les différentes solutions envisagées pour régler le problème de la dette grecque se solderont par des catastrophes. Aujourd'hui Syriza est au pouvoir et tout est à refaire. Une situation qui renvoie à l'attitude des Etats cinq ans plus tôt.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre 2008 et 2010, les différentes solutions envisagées pour régler le problème de la dette grecque se solderont par des catastrophes. Aujourd'hui Syriza est au pouvoir et tout est à refaire. Une situation qui renvoie à l'attitude des Etats cinq ans plus tôt.

La Grèce a rejoint l'Union européenne en 1981 et vingt ans après, elle était reconnue apte à adopter la monnaie unique par les Autorités communautaires. Des rumeurs puis des faits sont venus indiquer qu'une grande banque d'affaires nord-américaine avait épaulé la Grèce dans un travail de " window-dressing ", donc d'habillage préalable de ses comptes publics. Ce qui pose question sur le flair, sur l'aptitude de Bruxelles à démasquer les tricheries pré-Euro.

Dès la fin des années 90, tout n'était donc pas clair quant à l'état des finances publiques du pays. Ce qui est intéressant, c'est de remarquer que l'histoire monétaire et financière d'une nation fait souvent l'objet de contorsions voire d'épisodes dignes d'un roman dont les acteurs rivalisent d'imagination face à l'opinion. Prenons ainsi pour exemple, les modalités et fondements des dévaluations du franc sous la Vème République. Qui ne se souvient de l'embarras du ministre Delors en 1982 ? Donc, la limpidité et la loyauté ne sont pas nécessairement au rendez-vous des crises monétaires.

Concrètement – avec le recul - le cas grec est confondant de simplicité : ce qui n'a pas été fait en 2009 va devoir l'être d'ici un an, au maximum. Et ceci pour trois motifs. Tout d'abord, le peuple a largement voté pour tourner le dos à l'austérité et ne saurait rester inerte si un chemin au fil de l'eau devait se maintenir. Puis, la personnalité du nouveau Premier ministre est connue pour être assez entière et emplie de convictions : donc, il sera un redoutable négociateur. Enfin, au plan strictement technique, la démonstration grandeur nature est faite : si un pays est placé dans un niveau excessif d'austérité, son PIB décroche et donc son ratio de dette publique rapporté au PIB se dégrade encore plus vite.

En 2009, peu d'économistes et de décideurs ont souligné, avec démonstrations à l'appui, qu'il faudrait envisager une restructuration de la dette. Autrement dit, de changer ses conditions de remboursement en jouant sur la maturité des différentes tranches d'emprunts. Voire de procéder à l'annulation de quelques lignes de cette dette publique.

En 2009, ces voix n'ont pas été entendues et par pur dogmatisme, il a été décidé que la Grèce devait être placée sous le contrôle d'une Troïka ( incluant le FMI ) afin de co-élaborer des plans successifs d'austérité. Au plan macro-économique, le résultat est hélas connu et peu engageant. D'autant que l'évasion fiscale a été sous-estimée : en 2012, elle aurait atteint un peu plus de 8% du PIB ce qui équivaudrait, dans le cas de la France, à une évasion d'un montant de 165 milliards d'euros... Au plan micro-économique, ce qu'il convient de souligner c'est le glissement de l'identité des détenteurs de la dette grecque. En 2009, près de 85% étaient détenus par des créanciers privés. A ce jour, c'est l'inverse : la dette publique a des détenteurs publics pour près de 90%.

Ce glissement stratégique est évidemment une opportunité pour le Gouvernement d'Alexis Tsipras qui va poser en termes politiques des équations financières et qui, fort de sa légitimité populaire, risque d'user les cordes usuelles de la négociation européenne. A ce stade, l'avenir est clairement incertain mais probablement assez bien orienté pour la Grèce. Sa dette est hors de contrôle selon les canons classiques, elle est gérable si l'on pose la question de ses maillages de maturité. Plus fondamentalement, le recul de près de 5 ans nous permet de poser une question centrale : quel était le degré de peur des Etats quant à la situation réelle des banques en 2009 ?

Quatre points peuvent articuler une réponse :

Premièrement, les Etats ont instinctivement gardé en mémoire la terrible crise du marché interbancaire ( Madame Christine Lagarde avait alors parlé de " thrombose " ) en 2008 immédiatement consécutif à la faillite de Lehman Brothers. Dès lors, ils ont traité avec précaution le système bancaire. Avec d'infinies précautions.

Deuxièmement, nul ne savait vraiment ce qui figurait dans les comptes des banques grecques dont certaines grandes banques occidentales dépendaient. Songeons au cas du Crédit Agricole qui aura perdu plusieurs milliards d'euros avec les dépréciations de sa filiale Emperiki. Beaucoup ont redouté un début de risque systémique du fait de ces incertitudes et ceci a alimenté la peur des Etats.

Troisièmement, la crise grecque de 2009 est venue de difficultés budgétaires situées en amont de la question de la dette publique. Ce sont les mots de clientélisme, d'aberrations fiscales, d'emballement de certains postes de dépenses publiques, etc qui ont été les maux de la Grèce. En répondant à ces travers par une austérité non discriminante et peu sélective, la Troïka a eu recours à une pratique excessive qui n'a en rien jugulé l'endettement. Au contraire.

Quatrièmement, il serait illusoire de passer sous silence la force et le travail intense du lobby bancaire qui a su prendre d'assaut les cabinets ministériels, les décideurs publics ultimes, etc, pour souligner la gravité de la situation au regard de leurs exploitations convalescentes. Une fois encore, le procédé est commun mais il est regrettable que les Etats ne se soient pas placés dans des conditions de retour à meilleure fortune lorsque des rachats sélectifs ont eu lieu.

Pour être clair, l'actionnaire a vu ses mandataires sociaux l'aider à tirer ses marrons du feu tandis que le contribuable voyait des politiques sinon désarmés du moins peu offensifs. Le résultat a déjà été dit : c'est désormais une solution publique à la dette publique de 320 mds détenue par des acteurs publics qu'il faut élaborer. ( 175% du PIB ). D'une certaine façon, il n'est pas excessif de relever que les banques sont presque totalement sorties par la porte de derrière ou ont assuré juridiquement leurs arrières. Les Etats ont eu peur de la situation de leur appareil bancaire. Espérons que les stress tests de la BCE et des contrôles de l'ABE ( European Banking Authority ) leur permettent désormais d'y voir plus clair et de mieux décrypter le lobbying.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/01/2015 - 21:35
Si, si, c'est très clair...
Dans la pyramide de Ponzi créée par les taux d'intérêt faibles et inadaptés à chaque pays, l'EU, c'est-à-dire les con-tribuables européens sont devenus les prêteurs en dernier recours.
Dans un système libéral, l'état grec aurait fait défaut, les banques qui avaient alimenté la social-démagogie grecque (CA en tête) auraient fait faillite, et les Grecs, ne trouvant plus personne pour leur prêter auraient été obligé de réformer leur système fiscal et leur pompe à clientélisme...
Que du bonheur!
Mais dans le système absurde qui régit l'UE, mélange d'ultra-libéralisme et de social-démagogie, ceux qui ont le plus à se reprocher dans l'histoire grecque, les banques et les politiciens ont été sauvés et dédouanés (certains se représentent, d'ailleurs, sous l'étiquette Syriza...)
Et ceux qui n'avaient aucune responsabilité dans l'escroquerie grecque ont été punis: on leur a octroyé des impôts pour payer tout ça, la responsabilité de la dette grecque et le gros sentiment de s'être fait e....et par les Grecs et les dirigeants européens...les victimes sont punies, bref...le système socialiste!
perceval
- 27/01/2015 - 18:19
Mis à part
L'information par laquelle nous (ré) apprenons que la dette grecque est devenue une dette d'Etat à Etat, cet article n'est pas clair et n'apporte rien.
Par ailleurs, et ça n'a rien à voir avec cet article précis, j'attends qu'il y en ait un qui nous dise que lorsqu'on se comporte comme des abrutis et qu'en conséquence on est en faillite, si l'on fait appel à l'aide de tiers la moindre des choses est de la fermer, de bosser et de s'amender...du moins tant qu'on n'a pas remboursé ces dettes en question.
zouk
- 27/01/2015 - 12:25
La Grèce
Aveuglement politique? Peur de dire la vérité? qui le sait, mais le résultat est là.