En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

01.

Vers la fin des singles

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 13 min 6 sec
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 58 min 51 sec
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 15 heures 51 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 17 heures 1 sec
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 20 heures 33 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 21 heures 30 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 22 heures 53 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 jour 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 46 min 1 sec
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 1 heure 14 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 16 heures 20 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 17 heures 29 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 20 heures 39 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Qui pour payer la dette ?
© Reuters
Qui pour payer la dette ?
C'est nous qu'on paye !

Syriza au pouvoir : actionnaires des banques, épargnants ou contribuables, qui en France risque de payer pour le rééchelonnement de la dette grecque ?

Publié le 27 janvier 2015
L'arrivée au pouvoir d'un parti de gauche radicale au pouvoir en Grèce risque de redistribuer les cartes dans le dossier de la dette. Une dette que les autres citoyens Européens ont souvent l'impression de payer à la place des Grecs. Et pourtant, celle-ci touche d'avantage les Etats et les entrepreneurs que les contribuables eux-mêmes.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'arrivée au pouvoir d'un parti de gauche radicale au pouvoir en Grèce risque de redistribuer les cartes dans le dossier de la dette. Une dette que les autres citoyens Européens ont souvent l'impression de payer à la place des Grecs. Et pourtant, celle-ci touche d'avantage les Etats et les entrepreneurs que les contribuables eux-mêmes.

Atlantico : On parle toujours de "dette grecque", mais finalement qui la détient ?

Mathieu Mucherie : A l' origine il y a déjà un raccourci, en général on ne parle que de la "dette souveraine", comme s'il n'y avait que la dette de l'Etat. Ce qui compte, c'est la dette de l'Etat, mais aussi la dette des ménages, auxquelles s'ajoutent celle des entreprises. Il ne faut pas tout ramener à la dette publique, en réalité c'est plus compliqué que ça. En Grèce, comme dans beaucoup de pays européens, l'Etat   a été le réceptacle de la dette car il a pris sur lui une partie des dettes privées, bancaires notamment. C'est moins qu'en Irlande, là où il y a un vrai problème de dette bancaire que l'Etat a récupérée, et où on a parlé d'une "dette souveraine irlandaise" qui était purement privé au départ. En Grèce, c'est moins caricatural mais il faut en tenir compte. On a donc une forte tendance à tout ramener à des taux souverains, à des problématiques souveraines, pourtant même si on amenait la dette publique à zéro, la Grèce serait toujours endettée, il y aurait encore des ménages ou des entreprises endettés. Ensuite, s'agissant de cette dette souveraine, elle était, il y a cinq ans entre des mains privées, grecques ou européennes (des non-résidents). Les non-résidents sont d'ailleurs majoritaires maintenant, mais la dette est devenue publique, elle n'est plus détenue par des individus ou par des banques mais par des organismes internationaux ou des banques centrales. La dette est de moins en moins grecque, elle est de plus en plus une dette de non-résidents. En gros, elle était auparavant détenue par des banquiers allemands, français ou grecs, et maintenant elle est détenue par le FMI, la BCE, et surtout les gouvernements à travers le FESF (Fonds Européen de Stabilité Financière), c'est-à-dire le fonds de mutualisation européen.

Proportionnellement, qui serait le plus exposé aux risques d'un rééchelonnement de la dette grecque ?

Normalement, c'est le FESF, et concrètement, derrière, le contribuable allemand, français … européen en général. Cela dans l'hypothèse que la BCE n'éponge pas tout et ne monétise pas d'une façon ou d'une autre ces sommes là. Pour donner un chiffre concret, le FESF détient 142 milliards d'euros de cette dette, sur un total de 317 milliards, c'est-à-dire 79% du PIB de la Grèce. S'il y a "haircut" massif, ou même simplement un rééchelonnement, le gros des pertes seront pour les gouvernements de la zone euro. En deuxième viendra le marché, mais dans le marché beaucoup de titres sont détenus par les banques centrales nationales et par la BCE, et un peu le FMI (mais seulement à hauteur de 24 milliards).

Et au niveau des banques privées, qu'en est-il ?

Il n'y a quasiment plus rien détenues par celles-ci. La market-debt représente 80 milliards d'euros, dans lesquels 27 détenus par les banquiers centraux nationaux de la zone euro. Concrètement, il n'y a donc même pas 60 milliards de dette vraiment privée, dont une partie seulement sont des résidents. Maintenant il s'agit clairement d'une affaire bilatérale entre la Grèce et ses partenaires européens.

Et s'il l'on s'intéresse plus particulièrement à la France, quelle conséquence ce rééchelonnement aurait  sur le pays et ses contribuables ?

Il va se passer la même chose que lors des deux dernières fois. Ce ne sera jamais que le troisième exercice de "haircut" ou de rééchelonnement en cinq ans. On mettra de nouveau tout cela sous le tapis, avec un lissage sur 10 ou 15 ans, comme on l'a fait lors de l'affaire du Crédit Lyonnais lorsque l'on a créé des structures afin que cela ne se voit pas trop. Cela aurait été plus simple si la BCE avait épongé tout ça dès le départ en en mettant tout, ou une partie, dans son bilan en vue d'une annulation progressive. On aurait ainsi calmé les marchées, et le poids ne se serait pas reposé sur les contribuables, notamment les Allemands qui sont très soucieux de la question. Ce que nous a dit la semaine dernière Mario Draghi, c'est que l'on continue d'avoir une politique de ségrégation monétaire où il y a peu d'engagements de la BCE vis-à-vis de la dette souveraine grecque. Comme la BCE n'a pas envie d'être en première ligne en la matière, de peur d'avoir des pertes importantes et de devoir demander à être recapitalisée, ce sera au gouvernement de le faire. On s'achemine vers une probable forme d'étalement dans le temps, avec un moratoire sur les intérêts de paiement de façon à passer le cap de l'année 2015, car dans un mois arrivent des échéances très importantes pour les Grecs avec des besoins financiers qui s'évaluent en net à plus de 20 milliards d'euros. Il va falloir étalonner tout cela dans le temps, il y aura donc sûrement une sorte de moratoire, et la durée des remboursements sera allongée car les esprits ne sont pas encore totalement mûrs pour une annulation de la dette. On va commencer par relisser tout ça. Si les négociations partent mal, et que les Grecs vont plus loin que prévu et que nous n'arrivons pas à être flexibles, il y aura sûrement un haircut. Cela sera douloureux, mais pas forcément pour les banques, qui sont déjà habituées à gérer cela depuis six ans, plutôt pour les contribuables. Il faudra ensuite trouver des dispositifs nationaux pour essayer de renflouer les Fonds Européen sans que cela ne pèse trop sur les échéances de 2017 pour la France, autant dire que cela sera compliqué.

Très concrètement, à quoi pouvons-nous nous attendre en tant que contribuables français ?

Les Français payent beaucoup pour la non-résolution de ce problème depuis six ans. On a un cancer qui s'est généralisé en Europe, et a contaminé d'autres pays avec qui l'on commercer encore plus (l'Espagne, l'Italie et le Portugal). Nous on supporte au quotidien les métastases de ce cancer. Nos banques, nos exportateurs etc supportent ce problème des pays périphériques qui s'est généralisé car il n'a pas été traité. La dimension fiscale est tout à fait anecdotique dans tout cela. Certes le contribuable va être amené à mettre entre 8 et 10 milliards par an sur la Grèce, on s'en passerait bien, mais c'est une toute petite partie du dossier. L'important c'est de traiter le problème grec, car derrière vient l'Espagne et Podemos, et là ça sera vraiment des pans entiers de business qui disparaîtront. Le problème n'est pas vraiment celui du contribuable, qui est déjà pompé de 1000 milliards par an, donc l'équation ne changera pas avec 10 milliards de plus pour la Grèce. Le problème majeur pour nous est celui du business. Ceux qui en pâtiront le plus sont ceux qui essayent d'entreprendre en France, font de l'export ou du business avec l'Europe du Sud, principalement des entrepreneurs et des salariés. L'Etat trouvera un moyen de lisser tout ça et de dire que ce n'est pas sa faute. De toutes façons, le gouvernement saute en 2017, et passera le problème à son successeur. La facture est tellement lourde pour le contribuable français que 10 milliards supplémentaires afin d'aider au rééchelonnement de Grèce tous les 18 mois ne sont qu'un épiphénomène. La non-gestion du dossier grec depuis six ans est payée de façon beaucoup plus lourde, insidieuse, avec le phénomène de la reprise qui ne revient pas. L'idéal aurait été que la BCE se place en première ligne pour solutionner ce problème de manière inodore et rapidement, mais ce n'est pas le cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

01.

Vers la fin des singles

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/01/2015 - 16:54
Décidément, la BCE ne fait que des conneries!
Évidemment qu'il fallait annuler la dette grecque, il y a six ans, en imposant au Grec une véritable fiscalité en retour. Afin que les autres pays ne soient pas lésés, aurait pu être allégés de la même quantité de dette. La création monétaire que la BCE se permet aujourd'hui vient beaucoup trop tard! Cette création monétaire aurait dû annuler une dette équivalente d'an tous les pays endettés et alimenter un fond d'investissement véritablement productif qui aurait profité à tous. La BCE était alors dirigée par cet A. De Trichet! Et il a fallu deux ans à Draghi pour réagir et passer outre les injonctions allemandes. Mais il est malheureusement trop tard, car on ne fait pas repartir, d'un claquement de doit, des économies enlisées dans la social-démagogie, comme le sont la France, l'Italie, la Grèce, le Portugal...seuls ceux qui sont les moins enlisés (les nordistes) vont profiter de ce levier, si l'UE ne réformé pas sa manière de faire...et les sudistes resteront dans l'ornière, jusqu'au cou!
arcole 34
- 27/01/2015 - 11:04
POUR FAIRE BREF DERRIERE CE DISCOURS TECHNIQUE
Les contribuables Français s'acquitteront d'environ 2000 euros annuellement pour le remboursement de la dette grecque . Je pense que cela va parler pour les contributeurs en raison que trop de langage technique tue le langage technique .